Nadjaf bey Vezirov

écrivain azéri
Najaf bey Vazirov
Najaf bey Vazirov.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
BakouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Nəcəf bəy VəzirovVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
École communale de Chouchi (d) ()
Peter’s Agricultural Academy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Xurşid xanım Vəzirova (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Shamil bey Vezirov (d)
Sara xanım Vazirova (d)
Sürəyya xanım Vəzirova (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Genres artistiques
Drame (en), tragédie, comédieVoir et modifier les données sur Wikidata

Nadjaf Bey Vezirov (en azéri : Nəcəf-bəy Fətəli oğlu Vəzirov , né le à Choucha et mort le à Bakou) est un dramaturge du Karabakh (Azerbaïdjan).

BiographieModifier

Nadjaf Fatali bey oglu Vezirov est né dans la ville de Choucha, dans une famille de bey. Son père, originaire du village de Zumukhan, a perdu sa capacité de travailler et la famille vivait dans les besoins matériels. Nadjaf était un enfant faible et malade, il n'a pas pu étudier pendant plusieurs années.

En 1866, Nadjaf fréquente l'école théologique de la ville de Choucha, il apprend la langue persane, lit le Coran et maîtrise l'écriture.

ÉducationModifier

En 1868, il se rend à Bakou avec la ferme intention d'entrer dans une école avec l’éducation en langue russe. C'est là qu'il fait la connaissance du futur éducateur et éditeur azerbaïdjanais Hasan bey Zardabi (1837-1907), qui enseignait à l'école. Remarquant l'intérêt de l'étudiant pour le théâtre, Hasan bey implique dans la mise en scène les œuvres du fondateur du théâtre azerbaïdjanais, Mirza Fatali Akhoundov (1812-1878)[1].

Après avoir obtenu son diplôme de l'École spéciale en 1874 avec une médaille d'argent, Nadjaf Bey Vezirov se rend à Moscou et entre à l'Académie agricole Petrovsky-Razumovsky de la Faculté de foresterie. Dès qu'il réussit les examens d'entrée avec d'excellentes notes, il reçoit une solide bourse d'État.

Au cours de ses années d'études, Nadjaf Bey visite souvent les théâtres de Moscou, où il découvre les œuvres des classiques du drame russe, en particulier de A.N. Ostrovski. Le théâtre de Moscou produit des impressions inestimables sur le jeune écrivain azerbaïdjanais et éveille son intérêt pour le drame réaliste, développant une fascination pour les idées démocratiques et éclairées[2].

ŒuvreModifier

En 1896, N. Vezirov écrit la première tragédie azerbaïdjanaise Le maleur de Fakhraddine. La deuxième période de l'œuvre du merveilleux dramaturge azerbaïdjanais coïncide avec le boom pétrolier, la couleur orageuse du capitalisme de Bakou et la vie bourgeoise de la fin du XIXe - début du XXe siècle. Héros de nos jours (1898-1900), Aghakerim Khan Ardebil » (1902), «Vay shalakum-maallakum » (1909), « Voleurs dans l'antiquité » (1912), « Chasseur d'argent maudit Haji Faraj (1914) et autres pièces de théâtre - créations lumineuses[3].

RéférencesModifier

  1. (ru) « Наджаф бек Везиров », sur azertag.az,‎ (consulté le )
  2. (en) « "The famous teachers of Garabagh" - Najaf bey Vezirov. », sur edu.gov.az (consulté le )
  3. (ru) Абузар Багиров, « Наджаф бек Везиров: великий карабахский драматург », sur azerhistory.com (consulté le ).

Liens externesModifier