Ouvrir le menu principal

Nadillac

commune française du département du Lot

Nadillac
Nadillac
Le viaduc de la Rauze est situé sur la commune
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Gourdon
Canton Causse et Vallées
Intercommunalité Communauté de communes du Causse de Labastide-Murat
Maire
Mandat
Géralde Nivel-Costeraste
2014-2020
Code postal 46360
Code commune 46210
Démographie
Population
municipale
62 hab. (2016 en diminution de 17,33 % par rapport à 2011)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 48″ nord, 1° 31′ 09″ est
Altitude Min. 191 m
Max. 405 m
Superficie 7,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Nadillac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Nadillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nadillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nadillac

Nadillac est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

GéographieModifier

Située en Quercy dans le parc naturel régional des Causses du Quercy.

Communes limitrophesModifier

Nadillac est limitrophe de cinq autres communes.

 
Carte de la commune de Nadillac et des communes avoisinantes, avant la création en 2017 de Bellefont-La Rauze.
Communes limitrophes de Nadillac[1]
Ussel Les Pechs du Vers
Francoulès   Cras
Bellefont-La Rauze

ToponymieModifier

Le toponyme Nadillac est basé sur l'anthroponyme latin ou roman Nadalius issu du surnom Natalius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes[2].

HistoireModifier

La paroisse et l'église ont appartenu aux templiers du Bastit du Causse et de Cras comme l'atteste un compromis entre le prieur de la maison de Molières (Francoulès) et le commandeur Raymond de Robert signé en 1277. Le litige portait sur la dîme des blés d'un certain nombre de mas situés à la limite des paroisses de Vers et de Nadillac[3]. On retrouve ensuite « Nadailhac » parmi les membres de la commanderie hospitalière du Bastit[4]. Quant à la seigneurie, elle n'a appartenu ni aux templiers ni aux hospitaliers, ils n'avaient des droits que sur la paroisse.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1796 François Grimal    
1796 1801 Jean Soulacroix    
1801 1808 Antoine Lavergne    
1808 1814 Blaize Lagarrigue    
1814 1816 Pierre Seppe    
1816 1848 Raymond Marrou    
1848 1849 Antoine Parrot    
1849 1852 Raymond Férié    
1852 1853 Raymond Marrou    
1853 1854 Alithé Marrou    
1854 1860 Jean Carbonel    
1860 1870 Alithé Marou    
1870 1880 Antoine Marcenac    
1880 1892 Basile Sudres    
1892 1903 Léon Grimal    
1903 1907 Basile Sudres    
1907 1908 Jean Besse    
1908 1912 Joseph Hermet    
1912 1929 Louis Dols    
1929 1933 Paul Dufour    
1933 1945 François Molinié    
1945 1947 Paul Cosse    
1947 1971 Louis Ernest Cabessut    
1971 1983 Raymond Périé    
1983 2001 Robert Montaudié    
mars 2001 avril 2014 Géralde Nivel    
avril 2014 mai 2014 Délégation spéciale[6]    
mai 2014 En cours Géralde Nivel-Costeraste    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 62 habitants[Note 1], en diminution de 17,33 % par rapport à 2011 (Lot : -0,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
330249245241258240229211191
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
166146127112100107866463
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
595055606053746262
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

  • Viaduc de la Rauze de 556 m et à une hauteur maximum de 101 m se situe sur la commune et porte l'autoroute A20.
  • Église Saint-Martin, construite en 1884 (son clocher date de 1894). Une première restauration a été réalisée en 1938 ; pour cela, le curé de l'époque créa une pièce de théâtre avec les paroissiens, afin de recueillir des fonds. La dernière restauration est de 2004.
  • Parc naturel régional des Causses du Quercy (97 communes, 1 760 km2).
  • « Pierre Plantée », appelée aussi « Peyro Lebado » : monolithe vertical d'environ 1,45 mètre de haut qui fut renversé lors des travaux de construction de l'autoroute A20 et redressé depuis. 44° 34′ 44″ N, 1° 30′ 46″ E

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Gaston Bazalgues, « Les noms des communes du Parc », Les cahiers scientifiques du Parc naturel régional des Causses du Quercy, vol. 1,‎ , p. 115 (lire en ligne)
  3. Annie Charnay, « La commanderie des Templiers du Bastit de 1250 à 1315 », dans Etudes sur le Quercy et les commanderies des ordres militaires : actes du XLIIe Congrès d'études régionales organisé par la Société des études du Lot à Souillac et Martel les 19, 20 et 21 juin 1987, Fédération des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, (présentation en ligne), p. 139, 143
  4. Abbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles faisant suite au manuscrit de Jean Raybaud 1751-1806 : tome III », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXIX,‎ , p. 117, disponible sur Gallica
  5. « Les maires de Nadillac », sur Site francegenweb, (consulté le 25 octobre 2017).
  6. Carnac et Nadillac : on vote ou pas ? sur ladepeche.fr du 15 avril 2014.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier