Ouvrir le menu principal

Nacira Guénif-Souilamas

sociologue et anthropologue française
Nacira Guénif-Souilamas
Naissance (60 ans)
Paris (France)
Domicile Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Domaines sociologie et anthropologie
Institutions université Paris-VIII
Diplôme doctorat en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris
Formation université Paris V Descartes
Directeur de thèse Michel Wieviorka
Distinctions prix Le Monde de la recherche universitaire
Site Blog sur Mediapart

Compléments

Thèse de doctorat : « Artisanes de libertés tempérées, les descendantes d’immigrants nord-africains en France entre sujétion et subjectivité »

Nacira Guénif-Souilamas, née le à Soisy-sous-Montmorency, est une sociologue et anthropologue française, professeur des universités à l'université Paris-VIII.

Les recherches de Nacira Guénif-Souilamas portent sur les questions de genre et d’ethnicité, le rapport entre immigration et intégration dans les sociétés contemporaines, les formes familiales et générationnelles contemporaines, la déconstruction des stéréotypes raciaux, culturels et sociaux, l’imposition des normes et les assignations identitaires, les discriminations, et le racisme. Intellectuelle engagée, elle est proche du Parti des Indigènes de la République animé par Houria Bouteldja[1],[2],[3],[4].

Sommaire

BiographieModifier

Fille d’immigrants algériens[5], issue d'une fratrie de six enfants, Nacira Guénif-Souilamas naît dans la banlieue nord de Paris[5], grandissant dans « une zone bourgeoise bien installée, limite parvenue », raconte-t-elle. Son père tient un débit de boisson dans le quartier parisien de Barbès[6].

Elle étudie à l'université Paris V Descartes, où elle obtient un DEA d'anthropologie sociale en 1983. Elle soutient un doctorat en sociologie en 1998 à l'EHESS, puis une habilitation à diriger des recherches. Sa thèse intitulée « Artisanes de libertés tempérées, les descendantes d’immigrants nord-africains en France entre sujétion et subjectivité » obtient le prix Le Monde de la recherche universitaire[7].

Elle est nommée maître de conférence en sciences de l'éducation de l'université Paris XIII en 2000[8], et professeur à l'université Paris VIII après 2012[9]. Elle est co-directrice du projet de recherche EXPERICE[10], issu de la fusion de deux équipes, l’une de Paris VIII et l’autre de Paris XIII[11].

En 2009, elle a été boursière au Wellesley College (sociologie) et à l'université Columbia (CIST, département de Moyen-Orient et d'Asie langues et cultures & département de religion) et professeur invité à l'Institut d'études françaises de l'université de New York[12].

Nacira Guénif est membre du réseau de recherche et de publication « Terra »[13], et vice-présidente de l'Institut des cultures d'Islam de la mairie Paris, situé dans le quartier de la Goutte d'Or[12].

Prises de positionModifier

Nacira Guénif est une « ancienne conseillère de Ségolène Royal »[14].

Le 19 mars 2012, elle est membre du jury des Y'abon awards de l’association Les Indivisibles.

En juin 2012, elle cosigne une tribune dénonçant le texte d’orientation adopté pour trois ans par le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) à son congrès du 30 mars et du 1er avril 2012 à Bobigny. Les signataires de la tribune contestent « l'emploi de manière a-critique » du terme « racisme anti-blanc » évoquée dans le texte d'orientation[15]. Ce racisme serait, d'après eux, « sans force, sans pouvoir, incapable de n'être autre chose que des mots. »

En 2015, elle apporte son soutien à la libération de Georges Ibrahim Abdallah[16]. En avril, elle est invitée à participer — avec Marwan Mohammed — à la conférence « L’islamophobie, un racisme respectable ? » organisée par l’université populaire et citoyenne de Roubaix[17].

En 2016, elle signe une tribune de soutien à une rencontre réservée « aux personnes subissant à titre personnel le racisme d'État en contexte français »[18] ; elle y affirme que :

« le groupe dominant fait partie du problème : les personnes blanches qui ne subissent pas le racisme et ne luttent pas contre, de fait, s’en accommodent et le légitiment. Il y a donc la volonté de construire un entre soi protégé, pour monter en puissance et parvenir à s'organiser[19]. »

Pour Le Figaro, cette initiative serait au contraire représentative « d'un phénomène de plus en plus répandu dans les mouvements de la gauche radicale, à savoir la “non-mixité”, une forme d'ostracisme assumé qui exclut une partie des individus du débat au nom de la lutte contre un “système” dominant[20]. » Le président de la LICRA, Alain Jakubowicz, y voit un « racisme qui ne dit pas son nom »[20].

Réagissant à une vidéo de la chaîne AJ+ (filiale d'Al-Jazeera Média Network,propriété de l'Émir-Père du Qatar) sur l'« appropriation culturelle » (par exemple un « twerk » de Miley Cyrus, des kebabs commercialisés par McDonalds ou encore les tresses de Kylie Jenner), elle considère qu'il s'agit d'« une spoliation, […] un abus de pouvoir, […] une continuation de la colonisation par d'autres moyens »[21].

Les Féministes et le garçon arabeModifier

Le livre de Nacira Guénif-Souilamas et Éric Macé paraît en 2004.

Pour la sociologue Sylvie Tissot, la réflexion présentée dans l'ouvrage a l'intérêt d'évoquer le « reflux qu’a connu le mouvement féministe dans les années 1980 et 1990. » Les deux auteurs analysent le « féminisme républicain ». Ils indiquent que les femmes ont arraché les droits actuels à une classe politique essentiellement peu sensible aux idées féministes. Ce féminisme se construit contre deux notions :

« la fille voilée et le garçon arabe, figures qui reposent elles-mêmes sur deux interprétations simplistes : la fille voilée aliénée, qu’il faudrait émanciper (quitte à l’exclure de l’école), et le garçon arabe sexiste et violent qu’il faudrait mater. »

Pour Sylvie Tissot les auteurs présentent les analyses pour interpréter « des comportements — le port du voile et le machisme des garçons issus de l’immigration post-coloniale —, qu’il ne s’agit pas de nier mais, comme tout fait social, d’expliquer[22]. »

Le sociologue Bernard Bier considère cette étude « d’un grand intérêt et qui ne devrait pas passer inaperçu, tant par la densité des analyses que par leur manière de prendre à rebrousse-poil nombre de discours communs et travaux de recherche[23]. »

Par contre, la sociologue Liliane Kandel émet de vives critiques et estime que l'ouvrage « est consternant, tant du point de vue sociologique que du point de vue féministe. » Elle déplore également que :

« ses analyses, ses “oublis”, et ses confusions (volontaires ou non) sont partagées aujourd’hui par bon nombre de militants altermondialistes, anti-racistes et, même, par quelques… féministes[24]. »

Pour Caroline Fourest en 2016,

« ce condensé de sociologie approximative et victimaire a réussi l'incroyable exploit théorique de présenter le féminisme égalitariste et laïque comme le faux-nez du racisme post-colonial stigmatisant le “garçon arabe”, tandis que les filles voilées seraient… l'avant garde de la modernité[25]. »

Pour la sociologue Josette Trat,

« [il] revient aux féministes de ne pas renoncer à leurs critiques ni à leurs combats sous le prétexte que cela alimenterait le stéréotype du garçon “arabe”, musulman, terroriste et violeur » c'est l'« idée sous-jacente dans le petit livre polémique de Nacira Guénif-Souilamas et Eric Macé, Les Féministes et le garçon arabe […]. On croirait entendre certains militants politiques des années soixante-dix selon lesquels il n’était pas légitime de dénoncer des violeurs quand ils étaient immigrés sous le prétexte qu’on donnait une mauvaise image des travailleurs immigrés propre à encourager la répression[26]. »

ControversesModifier

Selon Caroline Fourest, Nacira Guénif-Souilamas est la sociologue des Indigènes de la république et d'Une école pour tous[25].

Le 25 janvier 2017, Nacira Guénif est appelée à témoigner aux côtés de plusieurs associations qui se sont constituées partie civile (le CCIF, la LICRA[27], SOS Racisme[28],[29] et la Ligue des droits de l'homme[30]) dans le procès intenté à l'historien Georges Benssoussan. Lors du procès, elle « assure que l’insulte “espèce de juif, mes excuses”, souvent utilisée en arabe “est passée dans le langage courant et ne signifie pas la haine des juifs”[31]. »

En mai 2018, elle participe à la conférence internationale « Bandung du Nord », organisée par le Decolonial International Network afin de « questionner la mémoire coloniale »[32]. Toutefois, note le site Conspiracy Watch, y interviennent aussi certaines personnalités « remarquées pour leur complotisme ou leur antisémitisme », ainsi que les militants antiracistes Angela Davis et Fred Hampton Jr. (en), ou encore le journaliste Muntadhar al-Zaidi, connu pour son engagement contre la guerre en Irak[33].

OuvragesModifier

  • Nacira Guénif-Souilamas, Des beurettes aux descendantes d’immigrants nord-africains, Paris, Grasset, coll. « Partage du savoir », , 362 p. (ISBN 2246596610) ; nouvelle éd. Des beurettes, Hachette littératures[34], coll. « Pluriel », , 362 p. (ISBN 201279128X)
  • Nacira Guénif-Souilamas et Eric Macé, Les Féministes et le garçon arabe, La Tour d’Aigues, Éditions de l'Aube, coll. « Monde en cours/Intervention », , 106 p. (ISBN 2752600224)[23]
  • Nacira Guénif-Souilamas (dir.), La République mise à nu par son immigration, Paris, La Fabrique, , 220 p. (ISBN 2913372503)[35]

Notes et référencesModifier

  1. Hana Ferroudj, "Le Parti des Indigènes de la République fête ses 10 ans", 11 mai 2015, sur Le Bondy Blog (consulté le 25 novembre 2017).
  2. Décryptage de l'émission CSOJ. Rencontre avec Maboula Soumahoro et Houria Bouteldja animée par Nacira Guénif-Souilamas, La Java, 28 mars 2016 (consulté le 25 novembre 2017).
  3. « Contre le lynchage médiatique et les calomnies visant les antiracistes », Libération, 23 novembre 2017 (consulté le 26 novembre 2017).
  4. Naëm Bestandji, « "Blanchité", "racisé", "racisme d'État" : ces concepts qui légitiment le néoracisme », lefigaro.fr, 27 novembre 2017.
  5. a et b Présentation de Des beurettes aux descendantes d'immigrants nord-africains sur le site de l'éditeur.
  6. Balla Fofana, « Un "ftou"» avec... Nacira Guénif, en déambulation introspective », liberation.fr, 6 juin 2018.
  7. Lauréats du Prix Le Monde de la recherche en Sciences humaines et sociales depuis sa création en 1997, sur Le Monde (consulté le 8 octobre 2016).
  8. (en) Curriculum vitae, Institute of French Studies de l'université de New York.
  9. Décret de nomination et titularisation du 8 octobre 2013.
  10. Centre de Recherche Interuniversitaire Expérience Ressources Culturelles Éducation.
  11. EXPERICE, université Paris-VIII :

    « Le projet de recherche d’EXPERICE consiste à continuer à explorer l’apprentissage hors de l’école ou aux marges de l’école. Il s’agit à travers différents objets (tels le biographique, l’insertion sociale, le jeu et le loisir, les objets culturels de l’enfance, le tourisme, les dispositifs pédagogiques non scolaires, le parcours de vie, le corps et la santé, le préscolaire, les échanges interculturels) de mieux saisir les conditions et modalités d’un apprentissage qui accompagne l’expérience de chacun. »

  12. a et b (en) Nacira Guénif-Souilamas, université Columbia.
  13. Fiche sur le site de Terra.
  14. Les Beurgeois de la République, Nicolas Beau, Le Seuil, Paris, 2016.
  15. « « Racisme antiblanc » : le texte du Mrap « préoccupant » », sur L'Obs, (consulté le 27 juin 2017).
  16. « Un selfie pour Georges Abdallah ! - Free Georges Abdallah », sur facebook.com (consulté le 27 janvier 2016).
  17. Université populaire et citoyenne de Roubaix, « L’islamophobie, un racisme respectable ? » [vidéo], sur youtube.com.
  18. « page Inscriptions du "camp d'été décolonial" (25-28 août 2016) », sur ce-decolonial.org, (consulté le 11 mai 2016).
  19. Nacira Guénif-Souilamas, « Camp décolonial: le scandale qu'il suscite n'est qu'une preuve de la suprématie des Blancs », sur leplus.nouvelobs.com (consulté le 9 mai 2016).
  20. a et b « Un camp d'été “décolonial” interdit aux blancs », Eugénie Bastié, lefigaro.fr, 21 avril 2016.
  21. Hadrien Mathoux, « "AJ+ français" : quand la propagande du Qatar se cache derrière un progressisme féministe et LGBT », marianne.net, 25 avril 2018.
  22. Sylvie Tissot Les Féministes et le garçon arabe sur Les Mots sont importants, 24 mars 2005.
  23. a et b Compte rendu de lecture par Bernard Bier, « Les féministes et le garçon arabe », Agora débats/jeunesses, vol. 37, no 1,‎ , p. 108-110 (lire en ligne)
  24. Analyse par Liliane Kandel, « Les Féministes et le garçon arabe ou le discours de la confusion : Les noces enchantées du "post-féminisme" et de l'archéo-machisme », ProChoix, no 32,‎ , p. 39-54 (lire en ligne) [PDF].
  25. a et b Caroline Fourest, « Modernité trompeuse du féminisme religieux et sexiste » dans la Revue des deux Mondes, « Femmes, islam et République », juin 2016.
  26. Josette Trat, « Ordre moral et différentialisme au centre des modèles religieux catholiques et musulmans », revue Contretemps, numéro douze « À quels saints se vouer ? Espaces publics et religions », éditions textuel, février 2005, pages 50 et 51.
  27. « Monsieur Bensoussan, il n'existe pas d'antisémites de naissance », Alain Jakubowicz, avocat et président de la Licra, huffingtonpost.fr, 24 janvier 2017.
  28. « Georges Bensoussan : “Le CCIF poursuit avec moi sa stratégie d'intimidation” », entretien, actuj.com, 17 janvier 2017.
  29. « Islamophobie : le procès honteux fait à Georges Bensoussan », Martine Gozlan, marianne.net, 22 janvier 2017.
  30. « Procès de Georges Bensoussan : “Leur objectif est d'interdire de penser” », Martine Gozlan, marianne.net, 26 janvier 2017.
  31. « Au tribunal, l’historien Georges Bensoussan face aux associations antiracistes », Raphaëlle Bacqué, lemonde.fr, 26 janvier 2017.
  32. « Un « Bandung du Nord » antiraciste, féministe et anticapitaliste », Politis.fr,‎ 20180508 23:05 (lire en ligne, consulté le 11 mai 2018)
  33. « "Bandung du Nord" : le complotisme aussi a droit de cité à Saint-Denis », conspiracywatch.info, 4 mai 2018.
  34. Traduction en arabe, Le Caire, 2004.
  35. Notes de lecture par Laurent Trémel, « La République mise à nu par son immigration », Questions de communication, no 10,‎ (lire en ligne), consulté le 09 octobre 2016.

Voir aussiModifier