Néocommunisme

Le néocommunisme est une notion polysémique qui regroupe plusieurs formes récentes de communisme.

Le nom « néocommunisme » ou l'adjectif « néocommuniste » ont été appliqués, entre autres, à un État communiste actuel (Viêt Nam[1]), à des partis communistes actuels (parti communiste français (France)[2], parti communiste de Bohème et Moravie (Tchéquie)[3]), ou encore des intellectuels d'inspiration communiste (Toni Negri[4], Alain Badiou[5], Slavoj Žižek[6]).

Notes et référencesModifier

  1. Monique Selim, « Légitimations quotidiennes de l’état dans le Vietnam néocommuniste », Journal des anthropologues. Association française des anthropologues, nos 104-105,‎ , p. 65–77 (ISSN 1156-0428, DOI 10.4000/jda.430, lire en ligne, consulté le 23 mars 2021).
  2. Stéphane Courtois, La fin du PCF : vers un néo-communisme? lectures, élément bibliographiques, Age d'homme, (ISBN 2-8251-1799-4 et 978-2-8251-1799-6, OCLC 659933418, lire en ligne).
  3. Michel Perottino, « Un visage pratique du « néocommunisme » tchèque : la propagande électorale du Parti communiste de Bohême et de Moravie depuis 1990 », Revue d'études comparatives Est-Ouest,‎ (lire en ligne).
  4. Yolène Dilas, « Le néocommunisme d’Antonio Negri », Communisme, nos 72-73,‎ , p. 173-178.
  5. Michel Lapierre, « Politique - Belles ivresses de gauche déçues », Le Devoir, .
  6. Éric Aeschimann, « Slavoj Zižek, la méthode du pas de côté communiste », Libération, .