Myriam Leroy

journaliste belge et réalisatrice de documentaires

Myriam Leroy, née le , est journaliste, chroniqueuse, autrice, réalisatrice de documentaires et romancière belge. Dans ses livres, elle traite du sexisme et de la place des femmes dans la société[1]. Le 8 juin 2023, Myriam Leroy a reçu les insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur de la République française (décret du Président de la République du 19 janvier 2023).

Myriam Leroy
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Genres artistiques

Biographie

modifier

En 2005, Myriam Leroy termine ses études de journalisme à l'université catholique de Louvain puis exerce en tant que maître de conférence invitée à l’école de journalisme de Louvain[2].

Elle réalise un Erasmus au Québec où elle rencontre le futur humoriste Dan Gagnon qui la suit en Belgique à son retour[3] et avec qui elle est en couple[4] jusqu'en 2013[5].

Journaliste

modifier

Après ses études, Myriam Leroy travaille comme journaliste indépendante pour un grand nombre de médias belges : La RTBF (La Deux et La Trois, Pure FM, VivaCité, La Première…), Vers l'Avenir, Bel RTL, Le Soir Magazine, Ciel Radio, BFM Today, Elle Belgique, L'Écho, ainsi que pour La Libre Belgique (où elle écrit durant plusieurs années, aux pages Culture et Planète), le Focus Vif (où elle a créé le podcast audio et vidéo Focus Store, revue culturelle bimensuelle), Pure FM, La Première[6].

En 2011, elle co-réalise son premier documentaire, Cuisine Interne, un projet multimédia sur la thématique de l'IVG à travers le quotidien d'un centre de planning familial liégeois[7],[8],[9].

Chroniqueuse

modifier

En 2011, elle rejoint l'équipe des chroniqueurs de l'émission radiophonique On n'est pas rentré sur La Première (RTBF).

À la rentrée 2013, elle rejoint La Nouvelle Édition de Ali Baddou sur Canal+, où sa chronique est diffusée chaque vendredi[10]. Dans le cadre de cette chronique, elle s'en prend à Dieudonné de façon virulente le , ce qui lui vaut d'être insultée via les réseaux sociaux par les partisans de l'humoriste[11],[12],[13].

Pendant l'été 2014, elle intervient dans Le Café serré[14] sur La Première. À la rentrée 2014, elle est chroniqueuse et joker de présentation pour l'émission culturelle Entrez sans frapper, sur La Première, où elle propose des critiques, des chroniques et des interviews de personnalités de la littérature, du cinéma, de la musique et des spectacles vivants.

À la rentrée 2015, elle rejoint l'équipe de l'émission littéraire « Livrés à Domicile » sur La Deux ainsi que celle de l'émission satirique « Un Samedi d'Enfer » sur La Première. Elle a aussi sa propre émission radio, « Coupé au Montage », un grand entretien hebdomadaire avec des artistes belges, sur la Première.

Documentaire « #SalePute »

modifier

Elle coproduit avec Florence Hainaut un documentaire intitulé #SalePute dénonçant la violence particulière dont les femmes sont victimes sur internet[15]. Elles racontent leur expérience, ainsi que celle d'autres femmes notoires, qui ont dû faire face « aux érotomanes [puis à] la haine misogyne, les insultes, les menaces de viol et de mort »[15]. De leur point de vue, il y a un problème systémique sur les réseaux sociaux et « se faire traiter de « sale pute » tous les jours par des milliers de personnes alors que nos collègues masculins, qui font exactement le même métier [de journaliste], ne subissent pas le même sort, c’est bien faire l’objet d’une haine dirigée contre le genre féminin. »[15]

Dans ce reportage, les 2 femmes partagent une expérience personnelle. Ainsi, une plainte a été déposée en 2018 par Florence Hainaut et Myriam Leroy contre un blogueur pour des faits de harcèlement perpétrés entre 2012 et 2017[16]. Fin 2021, le blogueur est condamné à 10 mois de prison avec sursis[17]. En 2022, elles citent dans le même contexte Marcel Sel pour calomnie et diffamation[18]. En mars 2023, Le Vif informe qu'un harceleur qui 7 ans plus tôt avait usurpé l'identité de Florence Hainaut pour l'insulter, et dont « certains avaient accusé la journaliste Myriam Leroy », a été identifié et qu'elles n'ont donc pas inventé le harcèlement dont elles ont été victimes[19].

Autrice, écrivaine et romancière

modifier

Premiers ouvrages

modifier

Le livre Les bobos : La révolution sans effort, paru à la Renaissance du livre en [20] est un recueil illustré de ses chroniques humoristiques tenues sur la Première qui propose « un abécédaire plein de fiel et de tendresse [sur la thématique du bobo] : ses fringues, ses cheveux, son alimentation, son rapport aux réseaux sociaux, au boulot, aux vacances, à la littérature, à la photographie, au cinéma, à la musique, à la téléphonie, à la fête, à la spiritualité, au sport, à la politique, à l'amour... »[21].

En , elle publie son deuxième ouvrage intitulé Myriam Leroy n'aime pas. Il s'agit cette fois d'un recueil des chroniques qu'elle a tenues sur Pure FM entre 2010 et 2012[22].

Elle est l'auteure de la pièce de théâtre Cherche l'amour, jouée à guichets fermés au Théâtre de la Toison d'Or à Bruxelles ainsi qu'en Wallonie en 2016 et 2017. Pour ce spectacle, Myriam Leroy a reçu le le prix de la Meilleure Autrice, dans le cadre des prix de la Critique[23].

Une écriture tirée de l'expérience personnelle

modifier

Son premier roman, Ariane, paraît le aux éditions Don Quichotte. C'est le récit d'une amitié toxique entre deux adolescentes qui font l'apprentissage de la séduction et de la cruauté dans la bourgeoisie du BéWé des années 1990[24]. Myriam Leroy explique qu'elle avait « l’intention d’écrire un roman autobiographique » mais que faute de suffisamment de souvenirs de l’amitié fusionnelle vécue dans son adolescence et qui s’était alors soldée par une dispute, elle « a rédigé une fiction nourrie d’éléments autobiographiques [et] de souvenirs réels »[25]. Au printemps 2018, ce roman est en lice pour le prix Goncourt du premier roman, finalement attribué au premier tour de scrutin à Grand frère de Mahir Guven par six voix contre quatre[26].

En 2019, son second roman Les Yeux rouges sort aux éditions du Seuil. L'auteure puise dans sa propre expérience pour raconter le harcèlement dont une jeune journaliste est l'objet[27]. En 2021, l'œuvre prend une autre dimension à la suite de son adaptation au théâtre de Poche de Bruxelles[28].

En , la chambre du conseil de Bruxelles décide de renvoyer devant le tribunal correctionnel un "des" cyberharceleurs "présumés" de Myriam Leroy[29].

En 2020, la création de sa nouvelle pièce, ADN, préalablement programmée pour le mois d'avril au théâtre de la Toison d’Or[30] est reportée pour cause de Covid-19. Dans cette pièce, elle puise à nouveau son inspiration de son expérience personnelle, ayant appris en 2017, alors atteinte d'une maladie grave, qu'elle était née grâce à la procréation assistée d'un donneur de sperme inconnu[31]. Elle déclare : « Ma relation avec mon père s’est plutôt apaisée. Je crois que ce n’est pas évident de voir grandir un enfant qui n’a aucun patrimoine génétique en commun avec vous, même si, à un moment, on finit par l’oublier. Je suis contente d’avoir le père que j’ai, mon horizon s’est élargi. Ce qui me révolte, par contre, c’est la culture du secret, du mensonge. »[31]

En janvier 2023, Myriam Leroy publie son troisième roman aux Editions du Seuil, Le mystère de la femme sans tête, consacré à la résistante oubliée Marina Chafroff, dont elle tombe par hasard sur la sépulture au Cimetière d'Ixelles[32],[33]. Un podcast accompagne cette sortie sur la plateforme Tipik, explorant en arborescence l'Occupation allemande de la Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale, La Poupée Russe[34].

Œuvres

modifier

Au théâtre

modifier

Recueils de chroniques et nouvelles

modifier

Documentaire

modifier

Scénario

modifier
  • 2021 : H24 (série télévisée), épisode 11 "17h - PLS"

Notes et références

modifier
  1. Sigrid Descamps, Le droit à la même médiocrité. Entretien avec Myriam Leroy, Centre d'Action Laïque, novembre 2019.
  2. Wilfried - Rédaction, Wilfried Magazine. (Consulté le 8 août 2020.)
  3. Marie Frankinet, Dan Gagnon "Je ne veux surtout pas faire du Arthur!", Moustique, 9 février 2014.
  4. Pierre Scheurette, Myriam Leroy : la révélation sans effort, Moustique, 29 octobre 2012.
  5. « Myriam Leroy dans le Dan Late Show », sur YouTube, (consulté le )
  6. Biographie de Myriam Leroy, Premiere.fr, consulté le 9 mars 2023.
  7. Myriam Leroy est sur Sonalitté, Bela, 8 janvier 2018. (Consulté le 8 août 2020.)
  8. Cuisine interne. Un webdocumentaire sur le centre Louise Michel à Liège. (Consulté le 8 août 2020.)
  9. Nicolas Capart, Myriam Leroy rejoint l'équipe de Canal+, 2 septembre 2013. (Consulté le 8 août 2020.)
  10. Julien Bellver, « Arrivées et départs pour les midis de Canal+ », sur ozap.com, Puremédias, (consulté le ).
  11. Myriam Leroy se paie Dieudonné et récolte des insultes, La Libre, 30 novembre 2013.
  12. Myriam Leroy chambre Dieudonné et récolte une avalanche d'insultes, RTBF, 30 novembre 2013.
  13. Yves-Marie Vilain-Lepage, Pourquoi Myriam Leroy s'est-elle cassé les dents sur l'affaire Dieudonné ?, levif.be, 9 décembre 2013
  14. Le Café serré
  15. a b et c Barbara Krief, #SalePute : « Sur internet, la violence qui fait peur est le privilège des femmes », NouvelObs, 23 juin 2021, consulté le 13 juillet 2021.
  16. Ch.V., Florence Hainaut et Myriam Leroy en justice: les deux journalistes se disent victimes de cyberharcèlement, un homme a été auditionné, Sudinfo.be, 26 avril 2018
  17. Agence Belga, Le cyberharceleur de la journaliste Myriam Leroy condamné à 10 mois de prison avec sursis, rtl.be, 21 décembre 2021.
  18. Anne Poncelet, Marcel Sel condamné pour avoir attenté à l’honneur et à la réputation d’un journaliste, Le Soir, 14 décembre 2022.
  19. On a retrouvé le vrai harceleur de Florence Hainaut, Levif.be, 19 mars 2024
  20. « levif.be/info/actualite/cultur… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  21. Présentation du livre Les bobos : La révolution sans effort sur le site senscritique.com, consulté le 8 août 2020.
  22. « Sudinfo.be, information en continu, actualités, politique, régions, sport, buzz. », sur sudinfo.be (consulté le ).
  23. 25/01 – Rencontre avec Myriam Leroy, Librairie La Licorne, 20 décembre 2017. (Consulté le 6 août 2020).
  24. "Ariane" de Myriam Leroy, Le Capharnaüm éclairé, 6 janvier 2018 (consulté le 8 août 2020.)
  25. Myriam Leroy, Be Perfect, 9 avril 2018. (Consulté le 9 août 2020.)
  26. « Mahir Guven remporte le Goncourt du premier roman 2018 », Cécilia Lacour, Livre Hebdo, 4 mai 2018.
  27. Denis Verloes, « Les yeux rouges, de Myriam Leroy : histoire d’un harcèlement », sur Benzine, . []
  28. a et b Marie Baudet, « Double regard sur "Les Yeux rouges": adapté au théâtre, le livre de Myriam Leroy prend une nouvelle dimension », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).
  29. « Le cyberharceleur de la journaliste Myriam Leroy renvoyé en correctionnelle », (consulté le ).
  30. « Spectacles Archive - Théâtre de la Toison d'Or », sur Théâtre de la Toison d'Or (consulté le ).
  31. a et b Lisa Themelin, Myriam Leroy: “Je suis née d’un donneur de sperme anonyme”, 7sur7.be, 12 mars 2020.
  32. « Rentrée d'hiver : 3 romans de femmes en quête de liberté - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  33. Marie Baudet, « Myriam Leroy relit “l’histoire avec sa grande hache” », sur La Libre.be (consulté le )
  34. « 'La poupée russe' : un true crime autour d'une femme sans tête », sur RTBF (consulté le )
  35. Belen Ucros, « Pourquoi il faut aller voir Cherche l'Amour de Myriam Leroy », sur Marie Claire, MarieClaire.Belgique, (consulté le ).
  36. « ADN - Théâtre de la Toison d'Or », sur Théâtre de la Toison d'Or (consulté le ).
  37. Pa. D., « Mais qui sont les bobos bruxellois ? », sur www.dhnet.be, (consulté le ).
  38. https://www.elle.fr/Loisirs/Livres/Dossiers/Top10/Livres-le-top-10-du-mois-de-fevrier/Ariane-de-Myriam-Leroy, « « Ariane » de Myriam Leroy - Livres : le top 10 du mois de février - Elle », sur elle.fr (consulté le ).
  39. Jean-Claude Vantroyen, « «Les yeux rouges» de Myriam Leroy, une claque salutaire », sur Le Soir Plus, (consulté le ).
  40. « Florence Hainaut et Myriam Leroy: "c’est un film sur l’indifférence au sexisme et ses conséquences." - Cinevox », sur www.cinevox.be, (consulté le )

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :