Musique chrétienne contemporaine

genre de musique populaire moderne interprétée par des artistes et des groupes chrétiens qui se concentrent sur des sujets liés à la foi chrétienne.
Musique chrétienne contemporaine
Détails
Origines stylistiques
Origines culturelles
Instruments typiques
Popularité
Internationale
Scènes régionales
Voir aussi
Genres associés

La musique chrétienne contemporaine (MCC, ou CCM pour Contemporary Christian Music[1],[2]) est un genre de musique populaire moderne interprétée par des artistes et des groupes chrétiens qui se concentrent sur des sujets liés à la foi chrétienne.

La CCM émerge à la fin des années 1960 avec certains artistes issus du Jesus Movement. La musique chrétienne contemporaine se distingue de genres plus traditionnels et exclusivement liturgique comme le negro spiritual, le gospel et le southern gospel, adoptent ainsi les styles plus récents. Aujourd'hui, le terme est généralement utilisé pour désigner les styles de pop, rock, louange contemporaine, hip-hop chrétien.

Histoire Modifier

 
Le groupe Stellar kart, lors d’une conférence de presse, après les GMA Dove Award à Nashville (Tennessee), États-Unis, en 2007

La musique chrétienne contemporaine émerge à la fin des années 1960 avec certains artistes issus du Jesus Movement comme Larry Norman ou Keith Green[3].

Les artistes évangéliques ont apporté une contribution importante à la musique chrétienne contemporaine dans les années 1960, en développant divers styles de musique chrétienne, du rock chrétien au hip-hop chrétien en passant par le punk chrétien ou encore le metal chrétien [4],[5]. Les Dove Awards, une cérémonie annuelle qui récompense la musique chrétienne, sont créés à Memphis (Tennessee) en par la Gospel Music Association[6].

Divers labels de disques évangéliques ont soutenu le mouvement. Dans le rock chrétien, il y a Sparrow Records fondé en 1976 aux États-Unis par Billy Ray Hearn, un gradué en musique chrétienne de l’Université Baylor[7]. Les chants d’Hillsong Music, fondé en 1991 par Hillsong Church, à Sydney en Australie, ont été traduits dans diverses langues et ont eu une influence considérable dans les églises évangéliques au niveau mondial[8],[9],[10].

Dans le hip-hop chrétien, TobyMac, Todd Collins, et Joey Elwood fondent le premier label spécialisé Gotee Records en 1994[11], [12]. La fondation du label Reach Records en 2004 par Lecrae et Ben Washer a également eu un impact important dans le développement du hip-hop chrétien [13],[14].

 
Passion Conferences, au Georgia Dome à Atlanta (Géorgie), États-Unis, en 2013

Dans les années 1960, les artistes évangéliques ont commencé à produire des concerts et ils ont été de plus en plus présents lors de rassemblements de jeunes dans les décennies qui ont suivi, comme Passion Conferences fondé en 1997 à Atlanta (Géorgie), aux États-Unis[15].

Dans les années 1970, un nombre grandissant d'artistes chrétiens commence à utiliser des sonorités plus contemporaines, participant ainsi à la montée en puissance des genres pop et rock notamment[16]. Le message de l'évangile est ainsi véhiculé au travers de genres musicaux d'actualité, et plus familiers des auditeurs contemporains. L'usage grandissant des médias par les églises et l'expansion des megachurches contribuent également au développement de l'industrie de la musique chrétienne contemporaine[17].

Dans les années 1980 et 1990, la musique chrétienne contemporaine a pris une place considérable dans les cultes chrétiens évangéliques[18],[19]. Une grande variété de styles musicaux a développé la louange traditionnelle[20].

La musique chrétienne contemporaine fait partie intégrante du paysage radio et télévisuel de certains pays à majorité chrétienne[21].

Styles Modifier

La musique chrétienne contemporaine a des influences du folk, du gospel, de la musique pop et du rock[22].

Elle regroupe divers styles de musique : du rock chrétien au hip-hop chrétien en passant par le punk chrétien ou encore le metal chrétien [5].

Avec le mouvement charismatique des années 1960, une nouvelle conception de la louange et de la musique chrétienne dans le culte, comme taper des mains et lever les mains en signe d’adoration, a pris place dans plusieurs dénominations évangéliques [23].

Dans les années 1980 et 1990, la musique chrétienne contemporaine, comprenant une grande variété de styles musicaux, comme le rock chrétien et le hip-hop chrétien a fait son apparition dans la louange [24],[25] ,[26]. En 1991, Hillsong Music, fondé par Hillsong Church, à Sydney en Australie, a eu une influence considérable dans la musique chrétienne contemporaine au niveau mondial[9],[10].

Artistes Modifier

Amy Grant, Michael W. Smith, Phil Keaggy et John Elefante sont parmi les artistes de renom qui ont aidé CCM à devenir populaire[22]. Plusieurs artistes séculier, tels que The Byrds, Bob Dylan, Van Morrison, Elvis Presley, Creed, Lifehouse et U2, ont traité des thèmes chrétiens dans leur musique, mais ne font pas partie de l'industrie CCM[27]. D'autres artistes représentant ce genre comprennent Casting Crowns, Jeremy Camp, Third Day, Matthew West, tobyMac, Chris Tomlin, Brandon Heath et Aaron Shust. Historiquement, Jars of Clay, DC Talk, Steven Curtis Chapman et Newsboys ont également appartenu à ce genre.

En France, l'un des pionniers du genre est Christian Gonzales, avec l'album Till the End of the Night sorti en 1984[28].

Cérémonies de récompense Modifier

Controverse Modifier

La musique chrétienne contemporaine a été un sujet de controverse de diverses manières depuis ses débuts dans les années 1960[29]. L'université chrétienne Bob Jones University décourage ses étudiants en dortoir d'écouter le CCM. D'autres trouvent simplement que le concept de musique pop / rock chrétienne est un phénomène inhabituel, puisque la musique rock a toujours été associée à des thèmes tels que la sexualité, la rébellion, la consommation de drogue et d'alcool et d'autres sujets normalement considérés comme antithétiques. Cette controverse provoquée par la musique pop évangélique a été explorée par Gerald Clarke dans son article dans le magazine Time intitulé "Nouvelles paroles pour la musique du diable".

Certains écrivains de la tradition presbytérienne réformée affirment que l'inclusion de CCM dans un culte viole le deuxième commandement et le principe régulateur du culte, car il ajoute des inventions, des paroles et de la musique instrumentale créées par l'homme à la manière biblique d'adorer Dieu[30]. Les musiciens et auditeurs chrétiens contemporains ont cherché à l'étendre à des contextes où la musique religieuse pouvait traditionnellement ne pas être entendue. La chanson de MercyMe I Can Only Imagine était un succès croisé malgré un message chrétien clair. Paul Baker, auteur de la musique chrétienne contemporaine, a posé la question suivante: «La musique est-elle un ministère ou est-ce un divertissement ? Les motifs des deux côtés étaient presque toujours sincères et bien intentionnés, rarement malveillants». "La responsabilité de l’Eglise n’est pas d’échapper à la réalité", estime Donald Ellsworth, auteur de Christian Music in Contemporary Witness, "mais de répondre aux problèmes contemporains par des moyens légitimes et bibliques".

De nombreuses études sur la croissance de l'église montrent que les églises ont pris de l'ampleur après avoir changé le style de musique. James Emery White, consultant pour la prédication et le culte au sein de la Convention baptiste du Sud, a déclaré que le nombre d’églises ayant changé de style pour utiliser davantage de musique chrétienne contemporaine semblait augmenter plus rapidement[31].

Articles connexes Modifier

Références Modifier

  1. Hélène Vissière, « Liturgies rock », Le Point,‎ (lire en ligne).
  2. (en) David D. Sabatino, « Traverser les barrières » (version du 24 septembre 2015 sur Internet Archive), sur Muzik Paradise.
  3. Don Cusic, Encyclopedia of Contemporary Christian Music: Pop, Rock, and Worship: Pop, Rock, and Worship, USA, ABC-CLIO, , p.20.
  4. David Horn, John Shepherd, Continuum Encyclopedia of Popular Music of the World Volume 8: Genres: North America, Continuum International Publishing Group, USA, 2012, p. 144, 147
  5. a et b Cusic 2009, p. 77.
  6. W. K. McNeil, Encyclopedia of American Gospel Music, Routledge, Abingdon-on-Thames, 2013, p. 108
  7. Cusic 2009, p. 359.
  8. Kathy Cichon, Hillsong brings message of worship to Chicagoland, chicagotribune.com, USA, 9 avril 2018
  9. a et b (en) Monique Ingalls, Carolyn Landau et Tom Wagner, Christian Congregational Music: Performance, Identity and Experience, Abingdon-on-Thames, Routledge, , p.138.
  10. a et b Kelsey McKinney, How Hillsong Church conquered the music industry in God’s name, thefader.com, USA, 11 octobre 2018
  11. Justin Sarachik, TobyMac’s Influence on Christian Hip-Hop and How Gotee Records Signed John Reuben Over KJ-52, rapzilla.com, USA, 9 février 2016
  12. Randall Herbert Balmer, Encyclopedia of Evangelicalism: Revised and expanded edition, Baylor University Press, USA, 2004, p. 296-297
  13. David Daniels, On faith: How Lecrae & Reach Records went from potato chips to the Grammys, hiphopdx.com, USA, 04 février 2015
  14. Travis Harris, « Refocusing and Redefining Hip Hop: An Analysis of Lecrae's Contribution to Hip Hop », The Journal of Hip Hop Studies, vol. 1, no 1,‎ , p. 23
  15. Monique M. Ingalls, Singing the Congregation: How Contemporary Worship Music Forms Evangelical Community, Oxford University Press, USA, 2018, p. 42-43, 85
  16. John Beckwith, « Gospel » dans L'Encyclopédie canadienne, Historica Canada, 1985–. Publié le 31 janvier 2014. (consulté le ).
  17. (en) Steve Rabey, « Contemporary Christian music copes with its continuing success », Pentecostal Evangel,‎ (lire en ligne).
  18. (en) Suzel Ana Reily (dir.) et Jonathan M. Dueck (dir.), The Oxford Handbook of Music and World Christianities, Oxford University Press, (lire en ligne), p. 443.
  19. (en) Mathew Guest, Evangelical Identity and Contemporary Culture: A Congregational Study in Innovation, Wipf and Stock Publishers, , p. 42.
  20. Mark Allan Powell, Encyclopedia of Contemporary Christian Music, Volume 1, Hendrickson Publishers, USA, 2002, p. 10
  21. Céline Hoyeau, « La chanson chrétienne aux États-Unis, une lame de fond depuis quarante ans », La Croix,‎ (lire en ligne).
  22. a et b (en) David Nantais, What Would Jesus Listen To ?,
  23. Robert H. Krapohl, Charles H. Lippy, The Evangelicals: A Historical, Thematic, and Biographical Guide, Greenwood Publishing Group, USA, 1999, p. 171
  24. Suzel Ana Reily, Jonathan M. Dueck, The Oxford Handbook of Music and World Christianities, Oxford University Press, USA, 2016, p. 443
  25. Mathew Guest, Evangelical Identity and Contemporary Culture: A Congregational Study in Innovation, Wipf and Stock Publishers, USA, 2007, p. 42
  26. Cusic 2009, p. 85-86.
  27. Thomas L. Bell, Sound, Society and the Geography of Popular Music, Routledge, Abingdon-on-Thames, 2016, p. 282
  28. https://labibledelawestcoast.blogspot.com/2019/06/christian-gonzales-till-end-of-night.html
  29. Cusic 2009, p. XV.
  30. (en) « View of Instrumental Music in Public Worship », sur www.reformedonline.com
  31. (en) Steve Miller, « The Contemporary Christian Music Debate », Tyndale,‎ , p. 3