Musée national du Sport

musée français

Le Musée national du Sport, créé en 1963, est un musée traitant du phénomène sportif dans sa globalité. Ses collections comptent plus 45 000 objets et 400 000 documents qui retracent l'histoire du sport dès ses origines. Après la fermeture du site d’exposition du 13e arrondissement de Paris en , le musée déménage à Nice (Alpes-Maritimes) et ouvre ses portes le dans un nouvel espace qui lui est dédié au sein du stade Allianz Riviera.

Musée national du Sport
Musée national du sport logo.png
Le sport s'expose - MNS.JPG
Musée national du sport, Nice
Informations générales
Ouverture
Surface
5000 m2
Visiteurs par an
56 968 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Collections
Collections
Histoire du sport en France
Nombre d'objets
45 000 objets et 400 000 documents
Localisation
Pays
Commune
Adresse
6 boulevard des Jardiniers, 06200 Nice
Coordonnées

Du musée du sport français au musée national du sportModifier

 
Hall d'accueil du musée national du sport

Le projet de création d’un musée du sport en France remonte à 1922 sous la tutelle du ministère de la Guerre. Mais c’est en 1963 que Maurice Herzog, secrétaire d’État à la jeunesse et aux sports, en liaison avec le ministère des affaires culturelles, nomme Georges Henri Rivière, directeur du musée national des arts et traditions populaires et Jean Durry, ancien coureur cycliste et passionné de sport, à la tête du projet[1].

L’institution se fixe pour but de collecter et d’acquérir objets et œuvres d’art retraçant l’histoire du sport. Dès l’origine, la collection est dévolue à l’évolution des diverses disciplines sportives au travers d’objets, d’archives et de souvenirs émanant de grands champions — majoritairement français — mais aussi des fédérations et des entreprises liées au sport.

En 1979 est signée une convention trentenaire entre le ministère de la jeunesse, des sports et des loisirs et la ville de Paris. Le musée est alors installé au Parc des Princes. Ses espaces de 1 650 m2 occupent différents niveaux qui accueillent les expositions permanentes et temporaires, les services administratifs et scientifiques et les réserves.

En 1988, les galeries nationales du musée du sport français sont inaugurées. Au cours des années 1990, le musée reçoit un public varié, international et propose des visites à destination des scolaires. Il est aussi ouvert aux chercheurs, avec une salle de documentation composée d’ouvrages de référence.

Toutefois, le musée poursuit une politique culturelle active : plusieurs expositions se déroulent à Paris et dans toute la France, telles "Sport et démocratie" à l’Assemblée Nationale ou "Nos champions olympiques" aux Archives nationales de France dans la perspective de la candidature olympique de Paris 2008. En 2003, en partenariat avec le musée auto, moto, vélo de Châtellerault, une grande exposition est organisée à l’occasion du centenaire du Tour de France. En 2007, deux cents objets sont prêtés au musée d’Aquitaine à Bordeaux pour l’exposition "Le rugby, c’est un monde" qui obtient le prestigieux label d’exposition d’intérêt national du ministère de la culture et de la communication.

D’autre part, les expositions thématiques itinérantes permettent à un large public de découvrir la richesse des collections du musée national du sport. La fermeture n’a pas empêché la professionnalisation du musée devenu Musée de France en 2004 et qui accède au statut d’établissement public administratif (EPA) en .

En , le musée ouvre un nouvel espace d’exposition permanent de plus de 700 m2 d’exposition au 93 avenue de France (Paris 13e), aux côtés du siège du Secrétariat d’État aux sports. Trois salles s’ouvrent pour raconter successivement ce qu’est le sport, son histoire et les enjeux de société dont il est le centre. Au milieu de ces présentations, des pièces rarissimes et des chefs-d’œuvre comme le premier trophée olympique, la Coupe Gravelotte, les gants de Marcel Cerdan ou les "Joueuses de tennis" de Maurice Denis peuvent enfin être accessibles au public. Sur ces bases nouvelles, le musée national du sport commence sa rénovation en profondeur (renouvellement des équipes, développement d’un service de la documentation et de l’information) et prépare son exposition temporaire consacrée aux débuts de la course automobile "À toute vitesse" qui est présentée en 2009.

En 2007, après l’échec de nombreux projets, la mise en place du musée national du sport en plein cœur du nouveau stade de la ville de Nice est proposée et un protocole d’accord est signé entre le ministère chargé des sports, la Ville de Nice et le musée national du sport le . Le projet niçois est alors engagé et les équipes du musée national du sport s’attellent au recollement des collections selon les règles définies par le ministère chargé de la culture et préparent activement le déménagement du musée et de ses collections.

L’année 2013 est marquée par le transfert du musée et par son installation définitive à Nice : l’ensemble des équipes du musée a été mobilisé pour mener à bien le déménagement des collections tout en assurant la continuité des activités scientifiques et culturelles. Entre le et le , trente semi-remorques sont nécessaires pour le transfert des 45 000 objets et 400 000 documents qui composent les collections du musée national du sport et qui ont ensuite été déployées dans les réserves.

Le , le musée ouvre ses portes à Nice en plein cœur du stade Allianz Riviera. Disposant d'une surface de 5 860 m2, soit 1 200 m2 d'exposition permanente et 600 m2 d'exposition temporaire, il est officiellement inauguré le .

Collections du musée national du sportModifier

 
Gants et short de Marcel Cerdan. Inv. 2004.20.61

Le musée national du sport possède une collection unique au monde de par la période chronologique couverte, depuis le XVIe siècle pour les ouvrages les plus anciens jusqu’à l’actualité la plus immédiate, ainsi que par le volume d’objets collectés. Le principe qui a présidé à la constitution de cette collection est l’histoire du sport en France, entendu aussi bien comme une pratique de loisir que dans un esprit de compétition qu’il s’agisse d’une expression individuelle ou d’un effort collectif. Au total plus de 45 000 objets et 400 000 documents racontent 500 ans d'histoire sportive.

Les œuvres d’art et les objets de ces collections retracent les grandes heures du sport, depuis la naissance des pratiques sportives jusqu’à l’hyper médiatisation du sport contemporain et évoquent le phénomène sportif devenu fait de société.

L’accroissement des collections permet de suivre en permanence l’histoire des sports, l’évolution technique des équipements, et l’étude de la place des activités sportives dans la société. Ces recherches nécessitent des études scientifiques que le musée cherche à développer avec des universités et centres de recherches dans le cadre de partenariats aboutissant à des expositions et à la publication régulière d’ouvrages scientifiques et de plaquettes de vulgarisation.

Les collections recouvrent ainsi :

  • l'histoire des pratiques physiques et sportives ;
  • l'histoire et l'évolution technique des équipements et matériels ;
  • l'interprétation artistique (peinture, sculpture, gravure, estampes, arts décoratifs, philatélie…), photographique et graphique, des activités physiques ;
  • les témoignages du phénomène sportif en tant qu'image de l'histoire des sociétés (jeux, média, économie, publicité, design…) ;
  • l'histoire des champions et acteurs du sport avec leurs équipements et souvenirs…

Les collections du musée sont variées. Il y a ainsi peintures, sculptures, dessins, estampes, affiches, photographies, périodiques, livres, vêtements de sportifs, médailles, trophées, fonds d'archives privées, etc.

Expositions temporairesModifier

Le musée organise des expositions temporaires, seul ou avec des partenaires, afin de valoriser l'ensemble de ses collections et de traiter de sujets spécifiques. Du au , il présente notamment l'exposition « MoteurS! »[2] qui raconte l'aventure des sports mécaniques.

Il a également proposé :

  • à Nice :
    • Portraits d'athlètes du au  ;
    • 100 ans de maillot Jaune du au  ;
    • Raymond Depardon - Photos des Jeux Olympiques du au  ;
    • Corps sportifs du au  ;
    • Jouez ! du au  ;
    • Athlètes, carte blanche à C215 du au [3] ;
    • De Rio à Paris, d'un rêve à l'autre du au  ;
    • Gooal ! Rendez-vous européen, réalisée en partenariat avec la Fédération française de football (FFF) et l'Union des associations européennes de football (UEFA), à l'occasion de l'Euro 2016 de football, du au [4] ;
    • Sport 2.0, quand le numérique rencontre le sport ! du au  ;
    • En mode sport du au  ;
    • L’Azerbaïdjan côté sport du au  ;
    • Sculpture Club, carte blanche à Laurent Perbos du au  ;
    • Victoires ! du au .
  • à Paris (93 avenue de France) :
    • Plus vite, plus haut, plus fort, Les Jeux Olympiques d'été d'Athènes à Londres 1896-2012 de juin à  ;
    • Béton hurlant, les sports de glisse urbaine de à  ;
    • Nice et la Riviera dans les collections du Musée national du sport de mi-juin à mi- au Parc Phoenix à Nice ;
    • Sports, affichez-vous!, trésors de l'affiche illustrée française de 1881 à 1945 du au  ;
    • Allez la France! Les footballeurs africains sont là! du au à l'occasion de la première coupe du monde de football qui s'est déroulée en Afrique du Sud en 2010 ;
    • Allez les filles! du au à l'occasion du centenaire de la journée internationale des femmes.

Il a également présenté :

  • Cycles d’Art en 1996 à Roubaix ;
  • Sport et démocratie à l’Assemblée nationale à Paris en 1998 ;
  • Il était une fois le sport et Du guidon au manche à balai à Lausanne en 1997 et 1999 ;
  • Maillot jaune ; cent ans de Tour de France à Châtellerault en 2003 ;
  • Pierre de Coubertin et la Grèce à Athènes en 2004 ;
  • Sport et design en France à Pékin en 2004 ;
  • Jeux olympiques d’été, Jeux olympiques d’hiver et 30 ans de marathon en 2006 à Paris.

Le rugby et ses pratiques sont à leur tour à l’honneur en 2007. Le musée national du sport a également présenté en une exposition sur le thème de la course automobile À toute vitesse. La Jamais contente de Camille Jenatzy et la Bugatti type 59/50B pilotée par Jean-Pierre Wimille ont été les vedettes de cette exposition. Entre le et le , Zoom, le geste sportif recomposé réalisée en collaboration avec l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (INSEP), met le sport au croisement de l'art, du spectacle et de la performance depuis les travaux sur la chronophotographie d'Étienne-Jules Marey et de Georges Demenÿ, repris par Michel Hans.

En complément, le musée est amené à prêter des objets de ses collections à d’autres musées de France, pour leurs projets culturels. Le musée national du sport a contribué avec le musée français de la carte à jouer à l'exposition Y'a du sport au musée ! organisée au musée du jouet de Poissy du au . Il a également contribué à l'exposition "Allez la France! Football et immigrations, histoires croisées" au musée de l’histoire de l’immigration du au .

Légendes du sportModifier

À compter de fin 2019, le musée décide d'honnorer les légendes du sport. Désormais chaque année deux légendes du sport seront honorées et prendront place dans le Mur des légendes, situé à l’entrée du musée. Leur nom sera également gravé sur le trophée des légendes, lui aussi exposé dans le hall. Le premier sportif à y figurer est Michel Platini le .

PublicationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Le musée national du sport : Histoire du musée », sur museedusport.fr (consulté le 27 janvier 2020)
  2. « MoteurS ! : Entre terre, ciel et mer : l'aventure des sports mécaniques », sur www.museedusport.fr (consulté le 27 janvier 2020)
  3. « Athlètes - Carte Blanche à C215 », sur museedusport.fr (consulté le 27 janvier 2020)
  4. « Gooal ! Rendez-vous européen », sur www.museedusport.fr (consulté le 27 janvier 2020)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :