Ouvrir le menu principal

Musée des Beaux-Arts de Libourne

musée de Libourne, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musée des Beaux-Arts de Libourne
Libourne.mairie.jpg
Le musée, au deuxième étage de l'hôtel de ville.
Informations générales
Type
Ouverture
Dirigeant
Thierry Saumier (directeur)
Site web
Collections
Collections
Peinture, sculpture, dessin, objets d'art
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
42, place Abel-Surchamp
33505 Libourne
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Aquitaine
voir sur la carte d’Aquitaine
Red pog.svg

Le musée des Beaux-Arts de Libourne est un musée d'art de la ville de Libourne en Gironde. Situé au deuxième étage de l'hôtel de ville, il a été fondé en 1818. Ses collections présentent des œuvres des écoles européennes du XIVe siècle au XXe siècle. Le musée a reçu le label musée de France.

HistoireModifier

Le musée a la particularité de présenter une remarquable collection de peintures anciennes, fait rare pour une ville de province de la taille de Libourne, et ce notamment grâce à l'action du duc Élie Decazes, puissant ministre de la police puis de l'intérieur de Louis XVIII. Celui-ci, originaire de Libourne, créa le musée en 1818 et le dota d'un premier fonds d'œuvres, dont un tableau de Bartolomeo Manfredi, donné à l'église Saint Jean-Baptiste de Libourne en 1819 et réquisitionné par le musée en 1989. Un premier envoi de toiles anciennes par l'État intervient en 1820, toujours grâce à la volonté de Decazes, et fait notamment entrer au musée une grande toile de Jacopo Bassano. Par la suite, le musée continua de s’enrichir grâce aux dépôts successifs faits par l’État en 1837, 1872 (Jordaens, Trois têtes de vieillards), 1877, 1880, 1956, 1965 (Foujita, L’Amitié), etc. Plusieurs legs et donations ont aussi accru le fonds de peintures locales, notamment du peintre libournais René Princeteau, qui initia Henri de Toulouse-Lautrec, dont il fut le premier maître, à la peinture de chevaux.

Le musée fut d'abord installé au couvent des Ursulines avant de déménager pour le deuxième étage de l'hôtel de ville en 1836. Les salles du musée ont été rénovées en 2004. La chapelle du Carmel est, quant à elle, utilisée pour l'organisation des expositions temporaires.

CollectionsModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :