Ouvrir le menu principal

Musée de la mine de Blanzy

musée français
Musée de la Mine de Blanzy
Blanzy - Musée de la mine.JPG
Chevalement du puits Saint-Claude.
Informations générales
Ouverture
Dirigeant
Association La Mine et les Hommes
Visiteurs par an
13 000 visiteurs (2008)[3]
Site web
Collections
Collections
Ethnologie : Métiers et Outils
Histoire : Musée thématique, Histoire locale et régionale
Sciences et techniques : Industrie
Nombre d'objets
638[1]
Bâtiment
Protection
Chevalement inscrit à l'IGPC 1993[2]
Localisation
Pays
Commune
Adresse
34 Rue du Bois Clair
71450 Blanzy
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
voir sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Saône-et-Loire
voir sur la carte de Saône-et-Loire
Red pog.svg

Le Musée de la Mine de Blanzy est un musée français labellisé Musée de France[4], inauguré en 1978, sur l'ancien site minier de la commune de Blanzy, en Saône-et-Loire.

Sommaire

Historique de l'exploitation du siteModifier

Jusqu'à la fermeture du "Fond" (extraction) en 1992, et du "Jour" (activité en surface) en 2000, le site de Blanzy constituait, avec celui de Montceau-les-Mines, l'un des trois bassins miniers bourguignons, exploités depuis le XVIe siècle.
Le site, qui dépendait alors de la baronnie de Montcenis, est exploité par François de la Chaise, entre 1761 et 1776, Roettier de la Tour en 1776-1777, la société Desgrange-Happey-Joly et Cie entre 1777 et 1779, puis la société Renard et Cie jusqu'en 1782. À cette date, François de la Chaise reprend l'exploitation du site jusqu'en 1786, puis abandonne tous ses droits à la fonderie royale de Montcenis[5].

Pendant la période révolutionnaire, le site est exploité par la société Pourtalès-Perret-Desplaces et Cie jusqu'en 1818, par Jules Chagot jusqu'en 1826, par la société Chagot-Bassano-Perret jusqu'en 1856, puis par la Compagnie des Mines de Houille de Blanzy Chagot et Cie jusqu'en 1900[5].

À cette date, le site est exploité par la Société Anonyme des Houillères de Blanzy, dirigée par Emile Coste, jusqu'à ce qu'un décret de nationalisation de 1946, place les bassins de Blanzy-Montceau-les-Mines, Épinac et Decize-La Machine sous la direction de la Société des Houillères du Bassin de Blanzy, qui fusionne en 1969, avec les sociétés minières des bassins d'Aquitaine, d'Auvergne, des Cévennes, du Dauphiné, de la Loire et de Provence, pour former les Houillères de Bassin du Centre et du Midi, jusqu'à la fermeture des différents sites au cours des décennies suivantes[5].

Origine du muséeModifier

Dans les années 1970, le personnel du site de Blanzy, constatant la disparition d’objets et d’équipements témoins de l’activité minière, décident de trouver un carreau (ensemble des installations de surface d'une mine, entourant le puits d'extraction) inactif, afin d’y regrouper, sous l'égide de l'Écomusée Creusot-Montceau nouvellement fondé, ce qui peut être conservé. Leur attention se porte alors sur le puits Saint-Claude, fermé depuis 1882. C'est ainsi qu'en 1974, est créée en partenariat avec la Ville de Blanzy, la Houillères et l'écomusée, l'association La Mine et les Hommes, chargée d'aménager et gérer le musée. La Société des Houillères de Blanzy met à disposition le terrain et cède du matériel; la Ville, l'écomusée (jusqu'au détachement du musée en 1981) puis la Datar, financent la construction du musée et les restaurations. Le musée ouvre ses portes au public dès 1978, alors que le musée est en chantier.

Construction et aménagement du muséeModifier

  • En 1982, une salle des machines est construite, et une machine d’extraction réinstallée.
  • En 1983, des rails sont posés.
  • En 1985, des galeries de mine sont reconstituées à la surface.
  • En 1987, le bâtiment principal comprenant les réserves et l'accueil au RDC, puis une salle d'exposition et une autre audiovisuelle à l'étage, est construit.
  • En 1988, le puits Saint-Claude est remis en service[6].

Visite du muséeModifier

Le musée de la Mine de Blanzy est ouvert du mois de mars au mois de novembre, pour les particuliers, et toute l'année sur RDV pour les groupes.

La visite du musée se décompose en deux temps[7] :

  • Le premier, libre, invite les visiteurs à découvrir l'histoire des mineurs de Blanzy depuis le XVIIIe siècle, à travers des photos et des gravures, dans la salle d'exposition, puis le processus de formation du charbon et les techniques minières, à travers une vidéo, dans la salle audiovisuelle.
  • Le second, guidé pendant 1h15, par un bénévole de l'association, fait découvrir aux visiteurs les bâtiments, les machines et les installations, tant souterraines (galeries), que de surface (salle des pendus, lampisterie, chevalement, salle des machines, écurie), nécessaires à l'activité minière.

Notes et référencesModifier

  1. Site des Musées de Bourgogne
  2. a et b Notice no IA71000042, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Magazine municipal de Blanzy n°36 (juin 2008)
  4. Base Museofile du ministère de la Culture
  5. a b et c Janniaud R., Lagrange F., Le Visage de la mine à travers les grandes périodes d’exploitation du bassin de Blanzy, 3e édition, La Mine et les Hommes, Écomusée Creusot-Montceau, Blanzy, 2004
  6. Janniaud R., Association La Mine et Les Hommes - 25e anniversaire, Blanzy, 2000
  7. Site de l'Ecomusée Creusot-Montceau

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier

BibliographieModifier

  • René Janniaud, À Blanzy : le musée de la Mine, par l'association « La mine et les hommes », revue « Images de Saône-et-Loire » n° 67 (automne 1986), pp. 3-5.