Musée de Marrakech

Le Musée de Marrakech[1], anciennement connu sous le nom de Dar El Menebhi du nom du vizir de Moulay abdelaziz El Mehdi El Menebhi, situé à côté de la medersa Ben Youssef, est un palais établi sur une parcelle de 2 108 m2 et doté d'un vaste patio de 709 m2, typique de l'art mauresque, transformé en musée privé et lieu d'accueil d'activités culturelles.

Musée de Marrakech
Vue sur le patio du musée de Marrakech
Collections
Collections
Bâtiment
Protection
Partie d'un site du patrimoine mondial UNESCO (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Maroc
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : Maroc
(Voir situation sur carte : Maroc)
Géolocalisation sur la carte : Marrakech
(Voir situation sur carte : Marrakech)
Géolocalisation sur la carte : Marrakech-Centre
(Voir situation sur carte : Marrakech-Centre)

Cet ancien palais été édifié en 1317 de l'Hégire, soit 1898 à la fin du XIXe siècle. La demeure appartenait à El Mehdi M'Nebhi, ministre de la guerre sous le règne du sultan Moulay Hassan 1er. Elle été restaurée et réhabilitée en musée par Omar Benjelloun, qui était un grand collectionneur et mécène marocain. Le musée de Marrakech est financé et géré par la fondation Omar-Benjelloun[2].

Ce musée organise depuis 1995 uniquement des expositions temporaires autour de l’art contemporain ou du patrimoine culturel marocain. Au rez-de-chaussée sont exposés des objets de cuivre martelé, armes et bijoux berbères et des vêtements. Les objets sont encore utilisés et portés dans les montagnes.

Le salon du premier étage est d'un décor hispano-mauresque et des contient des meubles de cèdre.

Le musée organise et accueille aussi diverses manifestations telles que des concerts, des spectacles de théâtre et de chorégraphie, des projections de films, des colloques, des journées d’étude, des ateliers.

Références modifier

  1. Mehdi de Graincourt, « Patrimoine : sauvegarde et mise en valeur du patrimoine national », Al Bayane,‎
  2. Mehdi de Graincourt, « Rencontre avec un mécène », Téléplus,‎ , p. 11

Voir aussi modifier

Liens externes modifier