Ouvrir le menu principal

Musée Saint-John Perse

musée français
Musée Saint-John Perse
Musée Saint-John Perse 002.JPG
Le musée
Présentation
Type
Style
XIXe siècle
Construction
1880
Ouverture
Propriétaire
Commune de Pointe-à-Pitre
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
9, rue Nozières
Coordonnées
Localisation sur la carte des Petites Antilles
voir sur la carte des Petites Antilles
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Guadeloupe
voir sur la carte de Guadeloupe
Red pog.svg

Le musée Saint-John Perse est un musée municipal situé dans le quartier historique de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe[1]. Il abrite une exposition permanente sur les costumes créoles et sur le poète et diplomate Saint-John Perse (Alexis Leger), Prix Nobel de littérature en 1960.

HistoriqueModifier

Construit en 1880, le bâtiment présente une structure en métal et brique. À l'origine résidence d'Ernest Souques, le propriétaire de l'usine sucrière Darboussier, la "Maison Souques" abusivement appelée "Souques-Pagès", était à l'abandon dans les années 1970 lorsque la mairie de Pointe-à-Pitre l'a rachetée pour en faire le Musée Saint-John Perse. Il a été voulu et inauguré en 1987, à l'occasion du centenaire de la naissance du poète-diplomate, par le docteur Henri Bangou, sénateur-maire de Pointe-à-Pitre,

Cette maison a une sœur jumelle à Saint-François; la maison Zévallos.

Le bâtiment a été partiellement classé au titre des monuments historiques le 17 août 1979[1]. Le Musée est labellisé « Musée de France » et « Maison des Illustres »[2] bien que le jeune Alexis Leger, futur Saint-John Perse, n'y ait jamais mis les pieds (la maison où il est né et a vécu jusqu'à ses douze ans, bien plus modeste et laissée à l'abandon pendant une quarantaine d'années, a été démolie en septembre 2017).

Le musée dans la littératureModifier

Dans son roman La vie scélérate, Maryse Condé y fait une allusion implicite et parodique en évoquant la volonté de la mairie de Pointe-à-Pitre, les « communistes de ville », de faire l’acquisition de la « maison Fouquier-Barrat », sous lequel se lit Souques-Pagès, mais cela, afin d’honorer la mémoire d’un « martyr de l’indépendance », le grand-oncle de Coco, Jean-Louis mort le 24 mars 1971.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internesModifier

Liens externesModifier