Ouvrir le menu principal

Musée Paul-Dupuy

musée français
Musée Paul-Dupuy
Le Musée Paul Dupuy.jpg
Informations générales
Ouverture
Collections
Collections
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
13 rue de la Pleau
31000 Toulouse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Toulouse
voir sur la carte de Toulouse
Red pog.svg

Le musée Paul-Dupuy est un musée municipal, situé entre le quartier Saint-Étienne et le quartier du Parlement à Toulouse. Il présente une collection d'arts graphiques et d'objets d'art du Moyen Âge à 1939.

Histoire du lieuModifier

Le musée se trouve rue de la Pleau, dans l'ancien hôtel de Pierre Besson racheté en 1909 par Paul Dupuy. Celui-ci entreprend une importante restauration du bâtiment : surélèvation, ajout d'un étage de mirandes, achèvement de la tourelle capitulaire et restauration de la façade de briques[1].

D'abord musée privé, il devient musée de la ville de Toulouse en 1949, après le legs des collections privées de Paul Dupuy et du bâtiment à la France[1]. En 1968, le musée acquiert le bâtiment situé 8, rue d'Aussargues, entièrement rénové et agrandi de 1980 à 1985[2].

CollectionsModifier

Les collections sont composées du legs de Paul Dupuy auquel vient s'ajouter le don d'Édouard Gélis (horlogerie), la collection Rozès de Brousse composée de dessins, gravures et affiches et la collection Regraffé de Miribel[2].

Les dessins, estampes, pastelsModifier

Le cabinet des dessins a été créé en 1949. Il regroupe deux fonds principaux, comptabilisant plus de 6 000 œuvres[3] datant du XVe au XIXe siècle : dessins d'artistes méridionaux d'une part (Dominique Ingres, Raymond Lafage, Léon Soulié, Antoine Rivalz ou Pierre-Henri de Valenciennes), et ceux d'artistes italiens d'autre part (Veronese, Le Tintoret...), mais aussi Eugène Delacroix.

Le cabinet des estampes rassemble environ quarante mille cartes postales[3], trente mille gravures[3] (originales ou d'après des tableaux), cinq mille photographies[3], le tout classé par thèmes iconographiques.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'horlogerieModifier

Le musée Paul-Dupuy possède une importante collection en matière d'horlogerie. La majeure partie est constituée du don d'Édouard Gélis (soit 130 pièces léguées[4] en 1944 recouvrant une période du XVIe au XIXe siècle). Aux nombreuses horloges et montres, s'ajoutent des pièces d'horlogerie comme des boîtiers de montre, des mécanismes, coqs... Un ensemble d'instruments scientifiques complète le fonds, il contient des boussoles, microscopes, graphomètres, astrolabe...

Les ivoiresModifier

Autour de la pièce maîtresse provenant de la basilique Saint-Sernin qu'est l'olifant dit « cor de Roland » prend place une collection de sculptures s'échelonnant du XIe au XVIIe siècle.

OrfèvrerieModifier

L'orfèvrerie toulousaine, essentiellement du XVIIe et XVIIIe siècle est représentée par des couverts et pièces de formes.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Mobilier et tapisserieModifier

Le musée conserve de nombreuses pièces d'ameublement provenant d'édifices toulousains en particulier la porte sculptée du grand consistoire du Capitole de Toulouse. Des mobiliers du château de Reynerie, ainsi que d'autres de fabrication locale, en particulier des meubles marquetés du début du XVIIIe siècle. Le parement d'autel du couvent des Cordeliers du XVIe siècle en toile de lin et broderie de soie polychromes est en exposition permanente [5].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La pharmacieModifier

Le rez-de-chaussée du musée est occupé par le droguier des Jésuites de Toulouse, datant de 1632 et garni de faïences des XVIIe et XVIIIe siècle. Divers matériels médicaux sont présentés dans la pièce.

Les céramiquesModifier

Une salle est entièrement consacrée aux faïences et porcelaines, provenant de la région : Toulouse, Marignac, Valentine

La ferronnerie et les armesModifier

 
Paire de pistolets de cavalerie, 1816.

On retrouve au musée une collection regroupant des œuvres de ferronnerie (serrures, clefs, enseignes...) et des armes anciennes (épées et pistolets), ainsi que le damas à décoller des Capitouls, servant aux décapitations des condamnés.

ConservateursModifier

Les conservateurs du musée depuis 1949 ont été successivement :

RéférencesModifier

  1. a et b Cousteaux et Valsiguié 1989, p. 33
  2. a et b Cousteaux et Valsiguié 1989, p. 34
  3. a b c et d [1] Musée Paul-Dupuy, Le cabinet des dessins
  4. [2] Musée Paul-Dupuy, L’horlogerie
  5. Notice no 05650004186, base Joconde, ministère français de la Culture

BibliographieModifier

  • Fernand Cousteaux et Michel Valsiguié, Les Musées de Toulouse vus par leurs conservateurs, (ISBN 2-903716-15-3, notice BnF no FRBNF61426070)
  • Jeanne Guillevic, Le Musée Paul Dupuy, 1982
  • Robert Mesuret, Évocation du Vieux Toulouse, 1978
  • Robert Mesuret, Estampes et dessins des XVIIe - XVIIIe et XIXe siècles , 1968
  • L'Orfèvrerie toulousaine au XVIIIe siècle
  • Les Expositions de l'Académie royale de Toulouse de 1751 à 1791

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :