Ouvrir le menu principal
Musée Bargoin
Musee bargoin clermont-fd 2.jpg
La façade ouest du musée Bargoin
Informations générales
Site web
[cite class="ouvrage" id="site_officiel" style="font-style: normal;">Site officiel.]
Collections
Collections
Archéologie ; arts textiles
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Clermont Auvergne Métropole

(Voir situation sur carte : Clermont Auvergne Métropole)
Point carte.svg

Le musée Bargoin est situé à Clermont-Ferrand, à l'intersection de la rue Ballainvilliers et du boulevard Lafayette, à proximité du rectorat, du jardin Henri-Lecoq et du Muséum d'histoire naturelle. Après avoir été un musée municipal, le musée Bargoin dépend aujourd'hui de la métropole Clermont Auvergne Métropole.

HistoireModifier

La création du musée tire son origine d'un legs de Jean-Baptiste Bargoin à la ville de Clermont-Ferrand. Pensé au XIXe siècle pour être un musée des Beaux-Arts, il abrite également, dès son inauguration en 1903, de nombreuses pièces archéologiques découvertes localement.

Avec le déplacement des collections d'art dans le nouveau Musée d'art Roger-Quilliot à la fin du XXe siècle, il a pu consacrer un espace plus important au fonds archéologique, puis au fonds « Tapis et arts textiles ».

CollectionsModifier

Le rez-de-chaussée est consacré à l'archéologie et couvre les périodes de la Préhistoire, de l'Antiquité (objets grecs, étrusques et gallo-romains) et dans une moindre mesure du Moyen Âge. Le sous-sol abrite l'exceptionnelle collection d'ex-voto gallo-romains de la Source des Roches à Chamalières. Les deux étages supérieurs présentent les collections d'art textile au travers d'expositions temporaires.

ArchéologieModifier

Un vestige notable des collections préhistoriques est la « jeune fille du Cheix », un squelette de jeune fille inhumée en position fœtale trouvé en 1938 dans l'abri du Cheix, à Saint-Diéry, et datant du Néolithique ancien[1].

Une partie des objets des collections romaines provient des découvertes faites dans les ruines du temple de Mercure au sommet du Puy de Dôme.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Georges Desrut, « Découverte d'une grotte et d'un squelette magdalénien au Cheix », Bulletin de la Société préhistorique française, 36-2, 1939, p. 132-142 (en ligne). La datation a été révisée depuis.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :