Murtala Muhammed

général nigérian

Murtala Muhammad
Fonctions
Président de la République fédérale du Nigeria

(7 mois)
Prédécesseur Yakubu Gowon
Successeur Olusegun Obasanjo
Biographie
Nom de naissance Murtala Ramat Muhammed
Date de naissance
Lieu de naissance Kano Drapeau du Nigeria Nigeria
Date de décès (37 ans)
Lieu de décès Lagos Drapeau du Nigeria Nigeria
Nationalité nigériane
Conjoint Ajoke Muhammad
Diplômé de Académie royale militaire de Sandhurst
Religion Islam

Murtala Muhammed Murtala Muhammed
Présidents de la République fédérale du Nigeria
Présidents de l'Union africaine

Le général Murtala Ramat Muhammed, né le à Kano[1] et mort le , est un homme d'État nigérian.

Il a été chef du gouvernement militaire fédéral du Nigeria du à son assassinat[2].

BiographieModifier

Murtala Muhammed est né le , l'un des onze enfants de Muhammed Risqua (Riskuwa) et d'Uwani Rahamat dans les quartiers de Kurama à Kano , au Nigéria. Il est né dans une famille peule du clan Genawa, riche d'une histoire de jurisprudence islamique, son arrière-grand-père et son grand-père détenant le titre de chef Alkali de Kano. Son père était lié à Aminu Kano , Aminu Wali et à de nombreux membres de la famille Wali de Kano. Mohammed a fait ses études à l'école élémentaire Cikin Gida, située dans l'enceinte du palais de l'émir. Il a ensuite été transféré à l'école primaire Gidan Makama à Kano, située juste à l'extérieur du palais. Il se rendit ensuite au collège de kano (aujourd'hui le Rumfa College) en 1949 avant de fréquenter le célèbre collège gouvernemental (maintenant le Barewa College ) à Zaria , où il obtint son certificat d'études en 1957. Au Barewa College, Mohammed était membre du Corps de cadets et était capitaine de tir lors de sa dernière année. En 1957, il obtient un certificat de fin d'études et demande à rejoindre l' armée nigériane plus tard dans l'année.

RéférencesModifier

  1. (en) Max Siollun, Oil, Politics and Violence: Nigeria's Military Coup Culture (1966-1976), (lire en ligne), p. 161
  2. Jean-Philippe Rémy, « Les fantômes des présidents africains assassinés », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier