Murrough O'Brien (1er comte d'Inchiquin)

militaire irlandais

Murrough O'Brien (1614[1] ou 1618[2], selon les sources - ), 1er comte d'Inchiquin, connu de 1624 à 1654 comme le 6e baron d'Inchiquin, était le chef de la maison O'Brien et le principal pair protestant de souche irlandaise après James Butler, 1er duc d’Ormonde. Il était l'une des dix personnes nommées dans l'Act for the Settlement of Ireland 1652 comme chefs des forces royalistes en Irlande.

Murrough O'Brien
Murrough O'Brien, 1st Earl of Inchiquin.jpg
Murrough O'Brien, 1er comte d'Inchiquin
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Dermod O'Brien (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Ellen FitzGerald (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Elizabeth St. Leger (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
William O'Brien
Lady Mary O'Brien (d)
Charles O'Brien (d)
Lady Elizabeth O'Brien (d)
Lady Honora O'Brien (d)
John O'Brien (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Opposition aux Confédérés catholiquesModifier

Inchiquin servit dans l'armée espagnole d'Italie de 1636 à 1639, puis retourna en Irlande, où il se maria avec la fille de William St Leger, président du Munster. Quand St Leger mourut en 1641, Inchiquin prit sa suite comme administrateur du Munster. Lors du soulèvement irlandais de 1641, il fut le seul chef de clan irlandais à se mettre du côté des colons protestants contre la Confédération irlandaise. Il tint de façon brutale au nom du roi Cork et le sud ouest de l'Irlande jusqu'au cessez-le-feu organisé par Ormonde en . En 1642, à la bataille de Liscarroll, il mit en déroute une armée confédérée commandée par Garret Barry, qui marchait sur Cork.

Rebuffade par Charles IerModifier

En , Inchiquin se rendit à Oxford, s'attendant à ce que la commission royale lui accordât la présidence du Munster, mais Charles Ier lui fit l'affront de nommer à ce poste le comte de Portland. Furieux, il retourna en Irlande, où il annonça son soutien au Parlement anglais. Il expulsa les Catholiques de Cork, Youghal et Kinsale, et durcit son emprise sur le sud-ouest de l'Irlande par une série d'atrocités dirigées contre les Catholiques. Le massacre de la garnison de Cashel en , puis la dévastation du Munster tenu par les Catholiques lui valurent le surnom de « Murrough l'Incendiaire »[2]. Il battit de manière décisive l'armée confédérée de Lord Taafe à la bataille de Knocknanauss en , mettant hors d'usage l'armée confédérée du Munster.

Retour au royalismeModifier

Effrayé par les implications du Vote of No Addresses, Inchinquin changea de nouveau de parti, en se déclarant pour le roi en . Il appela à une trêve avec les Confédérés, ce qui causa une rupture entre le Conseil Suprême et le nonce apostolique, Giovanni Battista Rinuccini. Il accueillit le marquis d'Ormonde, lorsqu'il revint en Irlande en , et il soutint le second traité de paix d'Ormonde, qui établissait une alliance entre les Royalistes et les Confédérés contre le Parlement anglais. En 1648 et 1649, il passa beaucoup de temps à réprimer la résistance du général catholique dissident d'Ulster, Owen Roe O'Neill, qui refusait l'alliance Royalistes/Confédérés. Ces luttes intestines cessèrent à l'été 1649, mais elles compromirent la capacité des Royalistes à résister à la Conquête cromwellienne de l'Irlande. Inchiquin était présent à la coûteuse défaite royaliste de Rathmines, où l'action de ses troupes à l'arrière-garde permit à beaucoup de survivants de s'échapper. L'année suivante, les choses paraissaient sans espoir pour les Royalistes. Beaucoup de troupes protestantes d'Inchiquin désertèrent pour le camp parlementaire en , et il partit peu après en exil en France avec Ormonde.

La RestaurationModifier

Inchiquin trouva grâce aux yeux de Charles II, qui le remercia par un comté en 1654. Il combattit avec l'armée française en Italie et en Catalogne entre 1654 et 1655, quand il se convertit au catholicisme. À la Restauration, Inchiquin retrouva ses terres de Munster, mais on lui refusa la présidence de cette région à cause de sa religion. Il dirigea un corps expéditionnaire envoyé par Charles II, pour aider, mais en vain, les Portugais en 1662. Il vécut ensuite tranquillement en Irlande jusqu'à sa mort en 1674.

RéférencesModifier

  1. The British Civil Wars and Commonwealth : (en) Murrough O'Brien, 1st Earl of Inchiquin, 1614-74 (Consulté le 05/09/2009)
  2. a et b (en) A Compendium of Irish Biography (Consulté le 509/2009)

Cet article contient du texte sous licence Creative Commons, issu du site web de David Plant, The British Civil Wars and Commonwealth : (en) Murrough O'Brien, 1st Earl of Inchiquin, 1614-74 (Consulté le 05/09/2009)