Muhammad Habibur Rahman

Muhammad Habibur Rahman
Description de l'image Habibur Rahman.jpg.
Naissance
Murshidabad, Présidence du Bengale, Indes Britanniques
Décès
Dacca, Bangladesh
Nationalité Drapeau du Bangladesh Bangladais
Pays de résidence Bangladesh
Profession

Muhammad Habibur Rahman, né le à Murshidabad, dans la présidence du Bengale, aux Indes Britanniques et décédé le à Dacca, au Bangladesh était juge en chef de la Cour Suprême du Bangladesh en 1995[1]. Il a été conseiller en chef du gouvernement intérimaire de 1996 qui a supervisé les Élections législatives bangladaises de 2001 (en)[1]. Militant de la langue et défenseur de la langue bengali, il a beaucoup écrit et publié huit livres sur le sujet[2],[3],[4]. Il a joué un rôle important dans la mise en œuvre du bengali devant la Cour suprême du Bangladesh[5],[6]. Il a écrit Jathashabdo (1974), le premier thésaurus en langue bengali[2].

Rahman a reçu le Prix littéraire de l'Académie Bangla en 1984 et l'Ekushey Padak en 2007 du gouvernement du Bangladesh. Il a été membre de l'Académie Bangla de la Société asiatique du Bangladesh et du Worcester College d'Oxford[1].

ÉducationModifier

Rahman a fait ses études à Kolkata, Dhaka, Oxford et Londres. Il a étudié à l'Université de Dhaka[1] et a milité au sein du Mouvement de la langue bengali[7].

CarrièreModifier

Rahman a commencé sa carrière comme professeur d'histoire à l'Université de Dhaka en 1952[8]. Plus tard, il a rejoint l'université de Rajshahi où il a ensuite occupé le poste de doyen de la faculté de droit (1961) et de lecteur en histoire (1962-64)[9]. Il a changé de profession en 1964 lorsqu'il est devenu avocat et s'est inscrit au barreau de la Haute Cour de Dacca[10]. Au cours de sa carrière juridique, il a occupé les fonctions d'avocat général adjoint (1969), de vice-président de l'Association du barreau de la Haute Cour (1972) et de membre du conseil du barreau du Bangladesh (1972)[11].

LittératureModifier

Rahman est l'auteur de soixante-dix livres en bengali sur le droit, la langue, la littérature, la poésie et la religion et de cinq livres en anglais, dont deux livres de vers. Loi de réquisition (1966)[12]. Rabindra Prabandhey Sanjna O Parthakya Bichar (1968), Jatha-sabda (1974), Matri-bhashar Sapakshey Rabindranath (1983), Qur'an-sutra (1984), Bachan O Prabachan (1985), Gangariddhi thekey Bangladesh (1985), Rabindra Rachanar Rabindra-byaksha (1986), Rabindra-kabyey Art, Sangeet O Sahitya (1986), Koran-shorif Sorol Banganubad, On Rights and Remedies, Amara ki Jabo-na Tader Kachhey Jara Shudhu Banglai Katha Baley (1996) sont quelques unes de ses principales œuvres[13].

Il a notamment collaboré avec l'éditeur bangladais Faisal Arefin Dipan[14].

HéritageModifier

Rahman a apporté des contributions notables au Mouvement de la langue, fêté le , depuis qu'une manifestation sanglante eut lieu de jour en 1952 au Pakistan oriental de l'époque. Il a été la première personne à enfreindre l'article 144 (en) en tête du premier lot d'une procession et a été arrêté peu de temps après. Ce jour-là, la police et les forces parlementaires ont eu recours à des bombardements généralisés de gaz lacrymogènes, à des gourdins et finalement à des tirs. En conséquence, plusieurs étudiants ont été tués, des centaines ont été blessés et des milliers ont été arrêtés[8].

MortModifier

Le , à l'âge de 85 ans, Rahman est décédé à l'United Hospital, à Gulshan, à Dhaka[15].

RéférencesModifier

  1. a b c et d « Rahman, Justice Muhammad Habibur - Banglapedia », sur en.banglapedia.org (consulté le 13 novembre 2019)
  2. a et b (en) « Remembering Justice Muhammad Habibur Rahman », sur http://dhakacourier.com.bd/, Dhaka Courrier, (consulté le 13 novembre 2019)
  3. (en-US) « মুহাম্মদ হাবিবুর রহমান - কালি ও কলম », sur কালি ও কলম,‎ (consulté le 13 novembre 2019)
  4. « Muhammad Habibur Rahman - Google Traduction », sur translate.google.com (consulté le 13 novembre 2019)
  5. (en-US) « বিচারপতি হাবিবুর রহমান: মহাপ্রয়াণের পর | মতামত », sur opinion.bdnews24.com,‎ (consulté le 13 novembre 2019)
  6. « Le juge Habibur Rahman: après l'asile - Google Traduction », sur translate.google.com (consulté le 13 novembre 2019)
  7. Senior Correspondent et bdnews24.com, « Habibur Rahman passes away », sur bdnews24.com (consulté le 13 novembre 2019)
  8. a et b (en-US) « Chief Justice Muhammad Habibur Rahman », sur Lawyers Club Bangladesh, (consulté le 13 novembre 2019)
  9. (en) The New Nation, « Life sketch of Justice Habibur », sur The New Nation (consulté le 13 novembre 2019)
  10. « Former CJ Habibur Rahman dies », sur Dhaka Tribune, (consulté le 13 novembre 2019)
  11. (en-US) « Legal Luminaries: The Chief Justices of Bangladesh (1972 - till date) », sur The FutureLaw Initiative, (consulté le 13 novembre 2019)
  12. « Muhammad Habibur Rahman », sur www.goodreads.com (consulté le 13 novembre 2019)
  13. « Books by Muhammad Habibur Rahman (Author of নাগরিকদের জানা ভালো) », sur www.goodreads.com (consulté le 13 novembre 2019)
  14. (en-GB) The London Book Fair, « LBF announces inaugural Freedom to Publish seminar », sur The Hub by London Bookfair, (consulté le 30 novembre 2019)
  15. (en) « Md Habibur Rahman | The Asian Age Online, Bangladesh », sur The Asian Age (consulté le 13 novembre 2019)