Ouvrir le menu principal

Muchacho
Série
Auteur Emmanuel Lepage
Genre(s) roman graphique

Thèmes guérilla, homosexualité
Personnages principaux Gabriel de la Serna
Lieu de l’action Nicaragua
Époque de l’action 1976 - 1979

Éditeur Dupuis
Collection Aire libre
Première publication mai 2004 - novembre 2006
Nb. d’albums 2 + 1 intégrale
Prix de la BD historique aux Rendez-vous de l'histoire de Blois
Prix Saint-Michel du meilleur dessin

Muchacho est un diptyque de bande dessinée scénarisé, dessiné et mis en couleur par Emmanuel Lepage. Le récit porte sur un jeune séminariste, Gabriel de la Serna, chargé de peindre une fresque dans l'église d'un village. Grâce aux conseils du prêtre, il apprend à dessiner sur le vif les habitants et comprend que des rebelles au gouvernement utilisent l'église comme cache d'armes avec la complicité de la population. Lorsque les soldats détruisent le village, Gabriel rejoint la rébellion, y participe et devient amoureux d'un des soldats. Les albums sont publiés par l'éditeur Dupuis dans la collection Aire libre en 2004 et 2006, suivis d'une intégrale en 2012. Cette bande dessinée est la première entièrement réalisée par l'auteur. Elle obtient un accueil critique favorable et remporte plusieurs récompenses culturelles.

Sommaire

SynopsisModifier

L'action se déroule en 1976, alors que le Nicaragua vit sous la dictature d'Anastasio Somoza Debayle[1] et les opposants communistes sont durement réprimés[2]. Gabriel de la Serna, fils d'un haut fonctionnaire du gouvernement, est un jeune séminariste, chargé de peindre une fresque de la Passion dans l'église d'un village montagnard, San Juan[1], où la population l'accueille avec méfiance[3]. Le prêtre Ruben, trouvant son style trop guindé, l'incite à croquer sur le vif les habitants, ce qui amène le jeune homme à comprendre la misère où vivent les villageois, la répression qui entoure leur quotidien[4] et suggère que l'artiste s'intéresse aux hommes plutôt qu'aux femmes[5],[6]. Il constate que l'église sert de relai aux rebelles, qui y cachent des armes[7]. Les soldats du gouvernement finissent par détruire le village, tuant le prêtre.

Après s'être échappé des mains de sa famille, Gabriel erre, seul et blessé, dans la jungle, puis il rejoint les rebelles, des guerilleros sandinistes, qui cherchent à se rendre à leur base afin d'échanger leur otage américain et il prend les armes à leurs côtés[4],[8], malgré leur méfiance face à un descendant de la classe dirigeante[7]. Au cours de ce trajet difficile dans la jungle, où le groupe est traqué par l'armée[8], Gabriel conçoit une forte attirance pour Fausto, l'un des rebelles, et tous deux deviennent amants[4]. Dans l'épilogue, la révolution a réussi en 1979 ; Fausto devient père d'un enfant[7] : l'homosexualité demeure un tabou social[4],[9].

Genèse de l'œuvreModifier

Emmanuel Lepage est un auteur de bande dessiné né en 1966 qui, à l'époque, a publié plusieurs albums en collaboration avec des scénaristes, comme Névé, Alex Clément est mort et La terre sans mal[10]. Il délaisse un temps la bande dessinée pour voyager en Amérique[5], ce qui donne lieu à la publication de ses carnets, avec Nicolas Michel : Brésil et America, en 2003 (Casterman)[10]. Avec ce diptyque inspiré de ses voyages, pour la première fois, Lepage agit en auteur complet, employant la couleur directe[1] et un trait réaliste[4],[7].

Le récit reflète le questionnement de Lepage sur l'engagement et sur le processus par lequel un homme, étranger à une cause, finit par l'embrasser[11]. Le premier personnage créé était celui de Fausto, l'amant anglais de Gabriel : Fausto catalyse sa colère en rejoignant les guerilleros[11].

AnalyseModifier

Le titre fait allusion aux muchachos (gamins), sandinistes qui, en été 1979, renversent le pouvoir d'Anastasio Somoza Debayle[12]. Somoza, qui détient la plupart des richesses du pays, impose l'usage d'allumettes ; employer un briquet constitue un acte miliant[12].

L'œuvre est décrite comme « un récit humaniste, initiatique »[1]. À travers l'évolution de Gabriel, l'œuvre aborde des thèmes comme l'apprentissage du dessin, la religion, la pauvreté, l'oppression politique, l'homosexualité, les tabous sociaux... avec un traitement sensuel[12], qui restitue notamment la densité de la jungle[7]. Le récit « oscille entre le discours subtil sur la théologie de la libération et la révélation du corps »[13] : la théologie de la libération et la représentation de Jésus comme premier révolutionnaire sont au cœur de la narration[11]. Gabriel a l'impression de trahir tant sa classe sociale que son orientation sexuelle ; cette homosexualité cachée le rapproche des exclus[11]. Il vit un intense sentiment de culpabilité, qui s'accorde avec son statut de prêtre[11].

PublicationModifier

Accueil critiqueModifier

L'auteur, qui n'avait pas inscrit sa démarche dans le cadre d'une bande dessinée historique, a été surpris de se voir récompensé par les Rendez-vous de l'histoire[14]. Dans le cadre de chroniques sur la place de l'homosexualité dans la bande dessinée, apparue tardivement, l'ouvrage de Lepage fait partie des œuvres analysées, pour son propos de fond et sa sensualité[15],[16].

RécompensesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d J-M Grimaud, « Muchacho 1 », sur BD Gest', .
  2. « Muchacho, tome1 », sur Tout en BD, .
  3. Anne Soleil, « Muchacho T1 », sur Planète BD, .
  4. a b c d et e M. Natali, « Muchacho 2 », sur BD Gest', .
  5. a et b JLM, « Muchacho T1 - Emmanuel Lepage - Aire Libre, Dupuis », sur Actua BD, .
  6. Paul Roux, « Pour l'été : des BD incontournables », Le Droit,‎ .
  7. a b c d et e Michel Rime, « Emmanuel Lepage roi des forêts », 24 heures,‎ .
  8. a et b Benoît Cassel, « Muchacho T2 », sur Planète BD, .
  9. « Muchacho, tome 2 », sur Tout en BD,
  10. a et b Patrick Gaumer, « Lepage, Emmanuel », dans Dictionnaire mondial de la BD, Larousse, (ISBN 978-2035843319), p. 519-520.
  11. a b c d et e Valérie Lesage, « Huitième Rendez-vous international de la BD de Gatineau : dessiner pour ne pas désespérer », Le Droit,‎ .
  12. a b et c André Laroche, « Leçon d'histoire », La Tribune,‎ .
  13. Daniel Couvreur, « Les saints et les seins éternels de la passion d'un Muchacho », Le Soir,‎ .
  14. a et b Dubos 2004.
  15. Yves-Marie Labé, « L'homosexualité dans la bd », Le Monde,‎ .
  16. Éric Loret, « Gays lurons. Comment peut-on être pédé dans le monde de la bande dessinée ? À peu près comme dans la vie réelle. État des lieux. », Libération,‎ .
  17. « Les prix Saint-Michel », Le Soir,‎ .
  18. « 16e Festival BD de Sollies-Ville : Soleils d’or 2004 », sur Tout en BD, .
  19. Xavier Alexandre, « Double prix pour Emmanuel Lepage », Ouest-France,‎ .
  20. « Lepage reçoit le prix du meilleur album à Chambéry », sur Actua BD, .
  21. « "Muchacho" primé à Monaco », sur Tout en BD, .
  22. Fabien Deglise, « Bande dessinée - Les cités obscures honorées au Japon », Le Devoir,‎ .

AnnexesModifier

BibliographieModifier

ChroniquesModifier

InterviewsModifier

Liens externesModifier