Mouvement Nation

parti politique

Mouvement NATION
(nl) Nationale Beweging
Présentation
Président-fondateur Hervé Van Laethem
Fondation 9 août 1999
Fusion de Nouvelle Wallonie Alternative (2019)
Nieuw-Solidaristisch Alternatief (2019)
Siège Bruxelles
Vice-président Salvatore Russo
Secrétaire général Olivier Frapchot
Mouvement de jeunesse Jeune NATION
Positionnement Extrême droite
Idéologie Identitarisme
Solidarisme
Nationalisme
Affiliation européenne APF
Couleurs noir et rouge
Site web nation.be
Représentation
Députés européens
(collège électoral franc.)
0  /  8
Députés fédéraux
(groupe francophone)
0  /  63
Sénateurs
(groupe francophone)
0  /  24
Députés de la Comm. fr.
0  /  94
Députés wallons
0  /  75
Députés bruxellois
(groupe francophone)
0  /  72

Le Mouvement NATION (ou NATION) est un mouvement et parti politique d'extrême droite[1],[2],[3] de tendance identitaire, solidariste et nationaliste belge créé le et présidé dès lors par Hervé Van Laethem[4].

HistoriqueModifier

Le , Van Laethem constitue avec deux autres personnes l'association sans but lucratif Mouvement pour la Nation. Le but de celle-ci est, entre autres, « la diffusion et la défense d’idées nationalistes »[4]. Lors de l'assemblée générale extraordinaire du , la décision est prise de dissoudre l'association[5]. Cependant, le mouvement continue son activité.[réf. nécessaire]

Le , le parti d'extrême-droite[6] Nouvelle Wallonie Alternative (NWA) fusionne avec NATION. Le Président de la NWA, Salvatore Russo, devient vice-président de NATION[7]. Auparavant, NATION ne possédait pas de vice-président[8] Le , Nation s'associe avec la NS-A (Nieuw-Solidaristisch Alternatief!, identitaires flamand) pour devenir dans le futur un parti national[9]. Edouard Hermy, coordinateur de la NS-A, devient le second vice-président de NATION le [10]. Le , NATION annonce que le mouvement est devenu un parti national présent en Flandre et en Wallonie et que la NS-A devient la branche flamande de NATION et est renommée Nationale Beweging[11].

Actions médiatiquesModifier

Jouant régulièrement la carte de l'activisme, le mouvement revendique des réussites médiatiques sur le terrain[12]. L'annonce de la libération anticipée de Michelle Martin a provoqué de nombreuses manifestations d'opposants avant sa libération conditionnelle, dont celle du mouvement Nation[13]. Mais aussi la visite de commerces halals avec des masques de cochon comme aperçus dans l'émission Reporter de RTL-TVI du .[réf. nécessaire] On le connait également pour avoir été déverser du fumier devant le domicile de Philippe Moureaux, ancien bourgmestre de Molenbeek et ce à la suite de la vague d'attentats djihadistes. Dans un article de Sudinfo, on aperçoit son Secrétaire Général[Qui ?] à l'œuvre[14]. C'est encore ce dernier qui symboliquement boute le feu au drapeau de l'État Islamique au château de Bouillon[15].

Hormis ces actions coup de poing, le mouvement dispose de sa propre chaîne vidéo d'information sur YouTube où l'on retrouve vidéo de propagande, un journal, des flash d'actualité, une émission débat ainsi qu'une capsule intitulée Autant le Savoir[12]. La branche jeunesse du mouvement est Jeune NATION[16].

En 2019, le président du mouvement, Hervé Van Laethem, dépose la marque « Gilets Jaunes » auprès de l’Office du Benelux pour la propriété intellectuelle ; Van Laethem justifie son geste en disant « [qu'] il s'agit d'éviter que le terme 'Gilets Jaunes' soit utilisé n’importe comment et par n’importe qui, et en particulier dans le cadre des élections »[17].

Ligne idéologiqueModifier

Le mouvement partage de nombreuses idéologies de la mouvance identitaire à laquelle il appartient : le solidarisme, le rejet de l'islamisation, l'opposition à l'immigration, et la défense de « l’identité et la civilisation européenne ainsi que sa culture millénaire » en prônant la « remigration »[18]. Le Mouvement Nation est membre du groupe européen Alliance pour la paix et la liberté et avec ses homologues du groupe européen, le Mouvement Nation est contre l'État d'Israël, prône l'antisionisme et est en faveur du Hezbollah libanais[19],[20],[21].

Résultats électorauxModifier

Chambre des représentantsModifier

Année % Sièges +/− Gouvernement
2014 0,15[22]
0  /  150
±0 Opposition extra-parlementaire
2019 0,16[22]
0  /  150
±0 Opposition extra-parlementaire

Parlement wallonModifier

Année % Sièges +/− Gouvernement
2014 0,53[23]
0  /  150
±0 Opposition extra-parlementaire
2019 0,47[23]
0  /  150
±0 Opposition extra-parlementaire

Parlement bruxelloisModifier

Année % Sièges +/− Gouvernement
2014 0,33[24]
0  /  150
±0 Opposition extra-parlementaire
2019 non présent[24]
0  /  150
±0 Opposition extra-parlementaire

Parlement européenModifier

Année % Sièges +/−
2014 non présent[25]
0  /  8
±0
2019 non présent[25]
0  /  8
±0

PublicationsModifier

La revue généraliste Devenir, créée en 1998, un an avant le mouvement Nation, niait toute dépendance idéologique ou politique, mais son comité de rédaction était majoritairement composé de membres du groupe[26] et elle avait le même fondateur, Hervé Van Laethem, ancien sous-officier de l'armée belge, membre du Parti européen[27], dirigeant de VMO-Bruxelles et animateur de la section franco-belge du Mouvement européen. Organe de l'un des deux courants idéologiques de l'Assaut, groupe néonazi belge francophone[28], Devenir se voulait plus théorique que Nation-infos, publication officielle du mouvement, et se proposait de donner au radicalisme belge les formes du nationalisme révolutionnaire, tout en entretenant et coordonnant l'action des ex-membres de l'Assaut. À plus longue échéance, la revue était censée servir à la formation d'un nouveau mouvement. Son titre reprenait celui de l'organe officiel de la Waffen SS française publié sous la responsabilité de Saint-Loup[29]. Elle a été remplacée en 2005 par ID magazine, organe du Bloc identitaire. L'organe actuel du mouvement, Nations-info, est un mensuel axé sur la vie du groupe.[réf. nécessaire]

Organisations associéesModifier

Ce mouvement travaille quotidiennement avec des organismes dont l'action participe à la réalisation de ses objectifs. Il est membre de l'APF (Alliance For Peace And Freedom), un parti européen regroupant plusieurs mouvement issus de la mouvance radicale et ayant des députés au parlement européen. En , le mouvement a participé à Genève à une conférence trans-européenne intitulée "L'Europe nationaliste", aux côtés de Résistance helvétique (Suisse), de CasaPound (Italie) et du Bastion social (France)[30].

RéférencesModifier

  1. DH.be, « Le parti d'extrême droite Nation dépose la marque et le logo "Gilets Jaunes" », sur www.dhnet.be (consulté le )
  2. « Quand l'extrême droite drague les gilets jaunes », sur Moustique.be, (consulté le )
  3. « Une liste d’extrême-droite aux communales de Saint-Hubert », sur La Meuse | Édition digitale de Liège (consulté le )
  4. a et b (fr + nl) « Annexe au Moniteur belge du 6 janvier 2000 : Associations sans but lucratif » [PDF], sur Moniteur belge, (consulté le ), p. 74–76
  5. « Annexes du Moniteur belge » [PDF], sur Moniteur belge, (consulté le )
  6. « Nouvelle Wallonie Alternative (NWA) — Europe Politique », sur www.europe-politique.eu (consulté le )
  7. Alpha-Bravo dit, « Plus d’unité chez les patriotes : la NWA fusionne avec NATION ! – NATION » (consulté le )
  8. « LA DIRECTION – NATION », sur nation.be (consulté le ) : « Enfin et pour la première fois, NATION a un vice-président en la personne de Salvatore Russo. »
  9. « Eenheidsfront – Front Uni – NATION » (consulté le )
  10. « Des changements à NATION! – NATION » (consulté le )
  11. « Nationale Beweging / NATION! – NATION » (consulté le )
  12. a et b « Télé NATION Infos », sur youtube.com, (consulté le )
  13. « Laurent Louis manifeste à Malonne contre Michelle Martin - lesoir.be » (version du 8 août 2012 sur l'Internet Archive), sur lesoir.be,
  14. « Le groupe d’extrême droite NATION s’en prend aux domiciles privés de Philippe Moureaux (photos) », sur sudinfo.be, (consulté le )
  15. « Bouillon: la fête médiévale sous très haute surveillance cette année », sur sudinfo.be, (consulté le )
  16. « JEUNE NATION – NATION », sur nation.be (consulté le )
  17. « La marque "Gilets Jaunes" déposée par Nation, une récupération comme une autre? », sur RTBF Info, (consulté le )
  18. Julien Dohet, « Comment l’extrême droite belge francophone communique-t-elle sur la toile ? », Analyse de l’IHOeS, .
  19. « Hizbullah Official In Beirut Receives Visiting Far-Right 'Alliance For Freedom And Peace' Party Members From UK, Italy, Belgium, Germany, And Croatia – Who Express Support For Hizbullah's Fight Against Israel », sur MEMRI
  20. (en) « Far-right European party members meet Hezbollah official », sur Israel National News (consulté le )
  21. « APF delegation meets Hezbollah leader | FOIA Research », sur www.foiaresearch.net (consulté le )
  22. a et b « Résultats chiffrés(1) | Royaume », sur elections2019.belgium.be (consulté le )
  23. a et b « Résultats chiffrés(2) | Parlement wallon », sur elections2019.belgium.be (consulté le )
  24. a et b « Résultats chiffrés(1) | Région de Bruxelles-Capitale », sur elections2019.belgium.be (consulté le )
  25. a et b « Résultats chiffrés(2) | Royaume », sur elections2019.belgium.be (consulté le )
  26. « Nation : L'Autre Pays des identitaires », sur Réflexes : Site d'information antifasciste, mis à jour le 1er février 2008. (Lire en ligne. Consulté le 28 juin 2015.)
  27. Actif de 1971 à 1989 (voir « L'Ombre de l'extrême droite ? : Europese partij-Parti européen (EPE) », sur le site de RésistanceS).
  28. « Allocution d'ouverture de l'exposition Shoah (9 mai 2006) : Le BIS (Bruxelles-Identité-Sécurité) », église d'Écaussinnes, membre de l’Église protestante unie de Belgique, 29 juin 2006 (lire en ligne, consulté le 18 mai 2014).
  29. « Connais ton ennemi : Les Jeunes Identitaires genevois », sur le blog d'ACF (Action contre le fascisme), 30 novembre 2012.
  30. « Des ultranationalistes se sont réunis à Genève », tdg.ch/,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier