Mourèze

commune française du département de l'Hérault

Mourèze
Mourèze
Village de Mourèze.
Blason de Mourèze
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Intercommunalité Communauté de communes du Clermontais
Maire
Mandat
Serge Didelet
2014-2020
Code postal 34800
Code commune 34175
Démographie
Gentilé Mourézois et Mouzéroises
Population
municipale
197 hab. (2017 en augmentation de 7,65 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 12″ nord, 3° 21′ 24″ est
Altitude 200 m
Min. 160 m
Max. 537 m
Superficie 13,44 km2
Élections
Départementales Canton de Clermont-l'Hérault
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Mourèze
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Mourèze
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mourèze
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mourèze

Mourèze est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

GéographieModifier

 
Cadastre napoléonien : tableau d'assemblage (1836).

DescriptionModifier

Mourèze doit son nom au précelte murr signifiant butte rocheuse. Le village est effectivement dominé par un rocher aux parois verticales portant son château. Les rues étroites du bourg méritant un détour, ainsi que sa fontaine de marbre rouge et ses maisons aux escaliers extérieurs caractéristiques. Mais c'est le cirque de Mourèze qui a fait la célébrité du village.

Communes limitrophesModifier

Mourèze est limitrophe de sept autres communes.

 
Carte de la commune de Mourèze et de ses proches communes.


Communes limitrophes de Mourèze
Octon Liausson Clermont-l'Hérault
Salasc   Villeneuvette
Valmascle Cabrières

HydrographieModifier

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 1 344 hectares ; son altitude varie de 160 à 537 mètres[1].

Voies de communication et transportsModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[2],[3].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de l'arrondissement de Lodève de la communauté de communes du Clermontais et du canton de Clermont-l'Hérault.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 En cours Serge Didelet PRG[4] Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2017, la commune comptait 197 habitants[Note 1], en augmentation de 7,65 % par rapport à 2012 (Hérault : +6,24 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
104118130157131139140136150
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
140141123117114109103112113
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
10611510613412199989081
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
91817976100128163168183
2017 - - - - - - - -
197--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Cirque de Mourèze.
  • Le village est surtout connu à cause du site original qui l'environne. Il s'agit d'un cirque dolomitique où l'érosion a façonné un paysage ruiniforme. Le cirque de Mourèze a autrefois abrité les hommes de la préhistoire (plusieurs oppida et cavernes), puis accueilli les charbonniers et les bergers. Aujourd'hui, l'absence de troupeau laisse la végétation recouvrir le site, surtout fréquenté par les promeneurs qui viennent se perdre dans le labyrinthe naturel de ses rochers aux formes étranges.
  • Le parc des Courtinals est implanté dans un ancien type d'habitat préhistorique, occupé dès le néolithique moyen jusque vers 450 av. J.-C. (âge du bronze). Il est dominé par une barrière de rochers au pied desquels des abris naturels ont dévoilé des silex et des céramiques. Le sentier permet, en le parcourant, de découvrir plusieurs emplacements de cabanes de l'âge du fer et d'atteindre un belvédère d'où l'on peut admirer une vue générale du cirque.

GéologieModifier

Site de MourèzeModifier

Le site de Mourèze est formé de dolomite grise (grès dolomitiques). Ces dolomites datent du jurassique moyen (du bajocien 170 ma jusqu'au callovien 163 ma)[9]. Ce sont des dépôts calcaires, qui se sont déposés dans une mer chaude, peu profonde, ou bien dans une lagune. Lors d'une période au climat stable. Plus à l'est l'on trouvera aussi des plates formes récifales[10].

Lorsque le climat est stable comme ce fut le cas au Jurassique moyen (biostasie), sous le couvert végétal, les pluies lessivent les minéraux (A,Na,K,Mg,Si), et les entraînent dans les rivières, et les fleuves, les eaux de fait y sont claires (limpides). Elles formeront ensuite, dans les lagunes ou les hauts-fonds, des dolomies (MgCa)2 CO3. Les dolomies sont le signe de l’existence à cette époque d'un climat stable, et d'une mer chaude peu profonde. 10 [11].

Contexte général au JurassiqueModifier

PaléogéographieModifier

au Jurassique, ce qui sera plus tard la France vie une transgression marin (montée des mers). La géographie ressemble à groupe d'archipels. Seul quelques massifs comme les Cévennes, le massif central, le massif armoricain ou Ardenne-rhénan émergent, et forment des archipels d’îles (ce sont les restes de la chaîne hercynienne, déjà bien érodée). Le reste du territoire est couverts par une mer peu profonde et chaude. Cette transgression marine durera tout le jurassique (cette transgression marin a commencé au trias, et continuera au crétacé).

Plus généralement, au Jurassique la Laurasie se scinde en deux, l’Amérique du nord se sépare de l’Europe, et du Gondwana. Le Gondwana se sépare lui aussi de la Laurasie. L’océan atlantique nord se forme en même temps que la Thétis commence à se fermer[10].

PaléoclimatModifier

Le climat ainsi que la latitude de ce qui sera plus tard la France, sont tropicaux. Les températures moyennes sont de 16 C° (soit + 3 degrés de plus que la période actuelle)[12].

Faune marineModifier

La faune marine du jurassique du sud de la France est composée de :

Lamellibranches : Tancredia, Gervillia, Cardinia

Gastéropodes : Procerithium

Ainsi que des Crinoïdes, Ammonites, et Bélemnites

Molosteens : poissons osseux

Avec l'extension des mers en Languedoc au secondaire, les reptiles marins (apparu au Trias) sont très nombreux. Même s'il n'existe pas de grosses concentrations fossilifères, des fossiles sont régulièrement trouvés dans les dépôts du jurassique inférieur.

Des ichtyosaures reptiles marins de 7 à 8 mètres (des fossiles ont été trouvés à Saint-Georges de luzencon, le clapier, Tournemire près de Millau).

Des Plésiosaures de 10 à 15 mètres (des fossiles ont été trouvés à Rivière sur Tarn, Tournemire près de Millau).

 
Plésiosaures
 
Ammonites
 
Bélemnite
 
ichtyosaures

Flore terrestreModifier

Conifères : Brachyphyllum, Araucaria

Cycadales (gymnospermes) : Cycas, Fougères à graines, zamites.

 
Araucaria
 
cyatheales (fougères arborescentes)
 
Cycas
 
Conifères

Au Jurassique, les araucarias peuplaient les zones côtières, les lagunes, ou ils formaient des massifs forestiers peu denses. Plus à l’intérieur des terres à basses et moyennes altitudes, les araucarias côtoyaient des forets de cycas. Et dans les zones plus humides les cycas côtoyaient les fougères arborescentes (cyatheales).

La flore jurassique du Languedoc, est typique de zones, au climat tropical, chaud et humide.

Faune terrestreModifier

Les fossiles de reptiles sont absents du jurassique moyen, et très rare au jurassique supérieur et au crétacé inférieur. Ceci est compensé en partie par de nombreuses traces qui permettent de constater la diversité des dinosaures, et ceux déjà au début du Trias, en particulier l’augmentation de la taille dans certaines lignées de bipèdes carnivores. Bien que nous ne possédions aucun ossement, des comparaisons peuvent être faites grâces aux empreintes Ichoespèces (espèce animale connu seulement d’après ses traces)[13].

Des ossements de du crétacé inférieur du Gard montrent la persistance des Carnosaures dans le Languedoc. Seuls les grands sauropodes n'ont pas laissé de trace en Languedoc.

Carnosaurus : théropode saurischien carnivore de 3 mètres (traces fossiles trouvés à Pryre, près de Millau).

Coelophysis : théropode saurischien carnivore de 3 mètres (traces fossiles trouvés à st Laurent de Trêve, campieu, près de Millau).

Dilophosaurus : théropode saurischien carnivore de 6 mètres (traces fossiles trouvés à st Laurent de Trêve, campieu, près de Millau).

Ornithominus : théropode saurischien de 10 mètres (traces fossiles trouvés à Pryre, près de Millau).

Telcosauridus : Crocodilien primitif de 1,5 mètres (traces fossiles trouvés à Pryre, près de Millau).

 
Dilophosaurus
 
Carnosaure
 
Ornithomimus
 
Coelophysis

HéraldiqueModifier

  Blason
D'or à un bouton de lys tigé et feuillé de 6 pièces de gueules.
Détails
Aimablement transmis par Jean-Paul Fernon d'après un dessin de Gaston Combarnous.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Gaston Combarnous, « Mourèze et nos aïeux les noms gaulois », Bulletin du GREC, Groupe de recherches et d'études du Clermontais, no 28,‎ , p. 14-17
  • Gaston Combarnous, « Mourèze ou les pierres qui parlent », Bulletin du GREC, Groupe de recherches et d'études du Clermontais, nos 41-42,‎ , p. 74-77
  • Andrew Croft, Les libérations d'août 1944 : Gard - Hérault, Saint-Guilhem-le-Désert, Arts et traditions rurales, , 103-137 p., « De Mourèze à Montpellier (août 1944) »
  • Renée , « Mourèze », Bulletin du GREC, Groupe de recherches et d'études du Clermontais, nos 104-105-106,‎ , p. 74-77
  • Renée , « Mourèze : les chemins », Bulletin du GREC, Groupe de recherches et d'études du Clermontais, nos 101-102-103,‎ , p. 45-48
  • Renée , « Mourèze pendant la période révolutionnaire », Bulletin du GREC, Groupe de recherches et d'études du Clermontais, nos 78-79-80,‎ , p. 33-52
  • Renée , « Mourèze : vente des biens nationaux », Bulletin du GREC, Groupe de recherches et d'études du Clermontais, nos 86-87-88,‎ , p. 49-54
  • Paul Tarand, « Mourèze », Bulletin du GREC, Groupe de recherches et d'études du Clermontais, nos 133-134-135,‎ , p. 50-66

Fonds d'archivesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier