Moumen Smihi

réalisateur marocain
Moumen Smihi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (77 ans)
TangerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Moumen Smihi est un cinéaste marocain, né à Tanger le .

BiographieModifier

Moumen Smihi a suivi des études de philosophie à la Faculté de lettres et sciences humaines de Rabat, puis de cinéma à l'IDHEC de Paris, où il entre en . Il a aussi participé au séminaire de Roland Barthes à l'École pratique des hautes études.

Il travaille comme assistant pour la télévision française avant de réaliser son premier court métrage Si Moh Pas de Chance, qui est Grand Prix du court métrage au 3e Festival international d'expression française de Dinard en 1971, et est remarqué par la critique française[1]. En 1975, il réalise son premier long métrage El Chergui ou le Silence violent.

Moumen Smihi a réalisé sept longs et moyens métrages, ainsi que plusieurs courts métrages. Il fait partie des réalisateurs qui ont donné leur lettres de noblesse au cinéma marocain[2].

Moumen Smihi a cherché à montrer, depuis Les Récits de la nuit jusqu’à ses Chroniques marocaines, une société arabe contemporaine déchirée par son passé féodal, la décadence, le colonialisme, le sous-développement, avec une écriture qui allie fiction et documentaire[réf. nécessaire].

FilmographieModifier

Longs métrages
Courts métrages
  • 1970 : Si Moh Pas-de-Chance (en)
  • 1972 : Couleurs aux corps
  • 1978 : Villes marocaines
  • 1995 : Jef à l'Anpe (Jamaa El Fna à l'Agence nationale pour l'emploi)
  • 1995 : La Médina de Paris
  • 1997 : Interview : histoire du cinéma

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier