Moulin de la Courade

moulin à La Couronne (Charente)
Moulin de la Courade
Lacourade2.JPG
Présentation
Type
Propriétaire
Société privée
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
La CouradeVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Charente
voir sur la carte de Charente
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le Moulin de la Courade est une ancienne papeterie du département de la Charente, en France.

Il est situé sur la Boëme, affluent de la Charente et dans la commune de La Couronne, au sud-ouest de l'agglomération d'Angoulême.

Il est inscrit aux Monuments historiques depuis 2009[1].

HistoireModifier

En 1634, un moulin à papier s'installe à cet endroit sur la Boëme.

En 1741, il fait partie de la Manufacture royale d'Angoulême, créée par le négociant parisien Henry[2], et dont faisait aussi partie la papeterie de Colas (aussi à La Couronne), avec d'importants privilèges. Le titre fut supprimé en 1763 par Turgot, et de nombreuses papeteries fermèrent leurs portes[3].

Le moulin restera la propriété de la famille Henry jusqu'au XXe siècle.

Jusqu'à présent, le papier était fabriqué par broyage de chiffons, ou peilles, en pâte à l'aide de maillets en série, ou martinets. À la papeterie d'Essonnes, au sud de Paris, on avait essayé un nouveau système à base de cylindre en rotation, appelé pile hollandaise, mis au point en 1682 en Angleterre et en Hollande, qui avait donné de bons résultats. En 1761, le marquis de Montalembert l'essaya au moulin du Verger à Puymoyen[3].

En 1785, le petit-fils du négociant, Henry de Villarmain, installa ce système à la Courade[2].

C'est aussi à la Courade que furent introduits en 1806 les cylindres à moyeu en bois, plus légers que ceux en fonte et expérimentés en 1778 dans les papeteries d'Essonnes et d'Annonay[4].

Henry Lacourade, frère de Henry de Villarmain et exploitant du moulin en 1818, donne à l'usine sa forme actuelle en U et augmente le nombre de cuves à quatre. Un nouvel atelier de fabrication mécanique fut construit en 1837 pour Durandeau, Lacombe et Cie, nouvelle société d'exploitation[2].

Lors des expositions industrielles de 1844 et 1849, les papiers produits au moulin de la Courade, déjà remarqués en 1839[5], ont reçu une médaille d'or pour leur qualité[6].

Le logement patronal fut construit en 1875, en pierre de taille. Ce logis est appelé « le château ».

En 1904, Henry Lacourade transforme l'usine en cartonnerie et y construit le nouveau bâtiment d'eau pour l'installation d'une turbine de production d'électricité[2].

L'effectif en 1909 était de 30 personnes[2]. La production s'arrête en 1969, et le dernier fabricant est Jean-Baptiste Guillaud, dont descendent les propriétaires actuels, Philippe et Jean-Jacques Doré.

La totalité des bâtiments ainsi qu'une partie du logement des ouvriers qui est à l'écart au nord sont inscrits aux Monuments historiques depuis 2009[1]. Privés, l'ensemble et le parc sont ouverts au public pour la visite depuis 2011.

Le parcModifier

Derrière le logis patronal, le parc à l'anglaise de deux hectares est typique du XIXe siècle. Des sentiers ombragés le parcourent, avec une fontaine et un bassin. Le canal de la Boëme, bordé de platanes, le traverse.

Une folie est construite au fond du parc sur une petite butte, avec un chemin en colimaçon.

Les arbres sont typiques de ceux plantés dans les parcs à cette époque : magnolia, séquoia, charme, tilleul, if, platane, buis, marronnier, cèdres du Liban et de l'Atlas, pin parasol, etc.[6]

GalerieModifier

  La fabrique

  Les logements

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Notice no PA16000042, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b c d et e « Moulin de la Courade (notice) », notice no IA00066259, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a et b Pierre Dubourg-Noves, p.193-196
  4. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 208-212
  5. Fumées du Nil no 6 : La passion des papetiers, témoignages et documents, édition Germa, 1999
  6. a et b Dépliant explicatif de l'actuel propriétaire

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier