Moteur avec cylindres en H

Un moteur avec cylindres en H est une architecture de moteur à combustion interne qui se présente comme deux moteurs à cylindres opposés à plat, enfermés l'un au-dessus de l'autre dans un seul carter. Les deux vilebrequins sont calés angulairement, pour une régularité de fonctionnement optimum, et accouplés par un ou plusieurs engrenages. L'axe final est relié à la transmission finale du véhicule à entraîner, ou reçoit une hélice, dans le cas de montage sur un avion.

Photo d'un moteur avec cylindres en H exposé seul.
Le H16 de 3 litres de BRM
Photo d'une moto avec un moteur à 4 cylindres en H.
La Golden Dream de Brough Superior, moto équipée d'un H4 de 996 cm3 (1938).
Visuels animé illustrant le fonctionnement et les cycles d'un moteur en H.
Les cycles de fonctionnement d'un moteur avec cylindres en H.

UtilisationModifier

Ce type de moteur fut principalement utilisé en aviation, mais il n'est pas impossible qu'il fût employé dans des véhicules à destination militaire, et demandant de fortes puissances, tels des chars.

Cette architecture de moteur, peu courante, fut adoptée par le fabricant britannique de moteurs d'aviation Napier. Le moteur Napier Sabre II, 24 cylindres en H et 2 180 ch, fut monté, entre autres modèles, sur les avions de chasse britannique Hawker Typhoon et Hawker Tempest. Un exemplaire de ce moteur, récupéré sur l'épave d'un avion de chasse, est exposé au musée du débarquement, à Arromanches.

L'écurie de Formule 1 British Racing Motors (BRM) a mis en 1966 un tel moteur sur ses monoplaces de Grand Prix. Un H16 de 3 litres de cylindrée qui n'a connu que peu de succès faute à un développement insuffisant. Le pari technique était audacieux. En réalité, le bloc était constitué de deux moteurs 8-cylindres à plat accolés l'un sur l'autre.

Avantages/InconvénientsModifier

Avantages
C'est un moteur plus compact qu'un moteur à disposition en V ou en W. Le nombre de cylindres peut être plus important, de 12 à 24 cylindres, favorisant l'augmentation de la puissance.
Inconvénients
Un moteur d'aviation sera mieux refroidi par le flux d'air de l'hélice et par le vent relatif (vent de la course). Le refroidissement par air est donc une solution très efficace, fiable et économique, employé très facilement sur les moteurs à cylindres en étoile, à deux cylindres en V, ou à trois cylindres en W. Avec quelques petits aménagements de canalisation de l'air, l'efficacité est intéressante également sur les petits moteurs à cylindres opposés ou en ligne. Pour les moteurs de forte puissance, à cylindres disposés en V en W ou en H, la seule solution valable pour un refroidissement homogène est le refroidissement par circulation d'un fluide (éthyle-glycol), absorbant les calories en parcourant des chambres aménagées dans les carters, et se refroidissant dans un échangeur aérien (radiateur). Cette solution est beaucoup plus onéreuse et moins fiable, en raison du plus grand nombre de composants. Certains de ces composants sont relativement fragiles, tels le radiateur et les canalisations. De plus cette solution augmente le poids du groupe propulseur.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier