Mosquée Djingareyber

bâtiment au Mali

La Grande Mosquée Djingareyber de Tombouctou (Mali) est l'une des trois grandes mosquées de Tombouctou (Djingareyber, Sankoré et Sidi Yahia)[1]. Elle a été construite entre 1325 et 1327 sous le règne de l'empereur de Kankan Moussa puis reconstruite et agrandie entre 1570 et 1583 par l’Imam Al Aqib, Cadi de Tombouctou qui lui ajouta alors toute la partie sud et le mur d’enceinte du cimetière situé à l’ouest[2].

Mosquée Djingareyber
Image illustrative de l’article Mosquée Djingareyber
Le minaret de la la mosquée.
Présentation
Culte Islam
Type Mosquée
Début de la construction 1325
Fin des travaux 1327
Style dominant Architecture soudanaise
Géographie
Pays Drapeau du Mali Mali
Ville Tombouctou
Coordonnées 16° 46′ 17″ nord, 3° 00′ 36″ ouest

Partiellement détruite en 2012, cet édifice inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO est par la suite reconstruit.

HistoireModifier

Construite entre 1325 et 1327 par Abou Ishaq es-Sahéli sous le règne de l'empereur de Kankan Moussa au retour de son pèlerinage à La Mecque (1324-1325). La mosquée est faite en banco, un matériau fait de terre cuite. Selon Ibn Khaldoun, l'empereur offrit à Sahéli 12 000 mithqals (soit environ 200 kg) de poussière d'or pour sa conception et sa construction. Toutefois on estime aujourd'hui que son rôle dans la construction fut limité[3]. L'historien Francis Simonis estime que la Grand Mosquée de Tombouctou a été construite à la même époque que la Grande Mosquée de Gao et que la salle d'audience "surmontée d'une coupole" du palais de Niani par Mansa Moussa[4].

C'est la plus grande mosquée de Tombouctou. Elle peut accueillir la prière du vendredi qui rassemble jusqu'à 12 000 fidèles.

Elle a été réalisée entièrement en adobe, dans un style architectural soudanais elle est constituée de vingt-cinq files de piliers. Le nombre important de piliers, nécessaires pour limiter la portée des voûtes, ne permet pas d'avoir une vue d'ensemble de la salle. Une fois par an la population participe à la réfection des enduits extérieurs[5].

Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial en péril depuis 1989 et bénéficie depuis 1996 d'un financement du Fonds du patrimoine mondial de l'UNESCO pour un projet intitulé « Sauvegarde des mosquées de Tombouctou »[6].

Le , lors de la fête du Mawlid un mouvement de panique blessa au moins 55 fidèles et entraîna la mort de 24 autres[7].

En 2012, cet édifice a été mis sur la liste du patrimoine mondial en péril durant l'insurrection au nord du Mali, les islamistes détruisant le patrimoine culturel de Tombouctou, ne répondant pas, selon eux, aux critères de l'islam rigoriste[5].

Affirmant lutter contre « l’idolâtrie » , le groupe djihadiste Ansar Dine, affilié à Al-Qaida, s’en était alors pris à la pioche à 14 mausolées de saints. Poursuivi par la Cour pénale internationale et sa procureuse Fatou Bensouda, un djihadiste malien, Ahmad Al Faqi Al Mahdi, est reconnu coupable en 2016 d’avoir participé à la destruction des mausolées, la destruction de biens culturels étant considérée pour la première comme un crime de guerre par la justice[8].

Notes et référencesModifier

  1. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Tombouctou », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le )
  2. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Tombouctou », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le )
  3. Jonathan Bloom, The Meanings of Timbuktu, p. 52.
  4. Francis Simonis, « L’Empire du Mali d’hier à aujourd’hui », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 128,‎ , p. 71–86 (ISSN 1271-6669, DOI 10.4000/chrhc.4561, lire en ligne, consulté le )
  5. a et b « Mali Islamists destroy tombs at ancient Timbuktu mosque », Radio Netherlands Worldwide.
  6. Report of the World Heritage Committee, Twelfth Session, Brasilia, Brazil, 5–9 December 1988: UNESCO Convention Concerning the Protection of World Cultural and Natural Heritage, 1988-12-23, pp. 17–18, SC-88/CONF.001/13, consulté le 9 avril 2007.
  7. « Deadly crush at Timbuktu mosque », BBC News, 26 février 2010, consulte le 14 juin 2010 ; « Pilgrims killed in stampede at Djingareyber Mosque in Timbuktu », UNESCO World Heritage News Archive, 26 février 2010, consulté le 14 juin 2010 ; « 26 dead in Timbuktu mosque stampede », Reuters, 26 février 2010, consulté le 14 juin 2010 ; Wikinews.
  8. Agence France-Presse, « Mali : à Tombouctou, la procureure de la CPI se félicite de la reconstruction des mausolées », sur lemonde.fr, (consulté le )