Mosaïque (pathologie végétale)

En pathologie végétale, les mosaïques sont des symptômes de maladies virales. Ces symptômes se manifestent, surtout chez les feuilles jeunes, notamment par une décoloration différenciée du limbe foliaire, présentant des plages vert clair ou jaunes ou vert foncé, évoquant des motifs de mosaïque. Lorsque les taches colorées sont plus diffuses, on parle plutôt de marbrure. Ces symptômes peuvent toucher plus spécifiquement les nervures foliaires, on parle dans ce cas de mosaïque nervaire (vein banding)[1]. Ces maladies, souvent désignées elles-mêmes sous le nom de « mosaïque », sont causées par divers phytovirus et peuvent entraîner dans certaines cultures des pertes économiques importantes.

Symptômes du virus de la mosaïque de la luzerne (AMV) sur feuille de pomme de terre.
La variété de tulipe Semper Augustus, qui fut la plus chère durant l'épisode de la tulipomanie au XVIIe siècle dans les Provinces Unies, était en fait atteinte par l'un des virus causant une coloration panachée des tépales, comme la plupart des variétés précieuses de cette époque.
Symptômes du Wheat streak mosaic virus (WSMV) sur blé d'hiver.
Symptômes du squash mosaic virus (SqMV) sur feuilles de courge.
Motifs de mosaïque légère sur feuille de rosier (cultivar 'Graham Thomas') causée par le virus des taches annulaires nécrotiques des Prunus (PNRSV).

Les noms de virus sont le plus souvent composés du nom du principal symptôme observé et du nom de la plante sur laquelle ces virus ont été isolés pour la première fois. Un certain nombre de virus comportent dans leur nom scientifique le terme « mosaic ». Les virus en cause appartiennent notamment aux genres suivants : Alfamovirus, Bromovirus, Caulimovirus, Comovirus, Cucumovirus, Potyvirus, Tobamovirus, Tymovirus. Cependant, cela n'exclut pas que d'autres virus provoquent aussi chez certaines plantes-hôtes des symptômes de mosaïque.

Le virus de la mosaïque du tabac a été historiquement le premier virus identifié.

Principaux virus provoquant des mosaïquesModifier


Chez la pomme de terre, des symptômes de mosaïque sont causés par les virus X (Potexvirus), S et M (Carlavirus), ainsi que les virus Y et A (Potyvirus).

Mosaïque du bléModifier

La mosaïque du blé est une maladie virale végétale, transmise par un champignon du sol appelé Polymyxa graminis. Les mosaïques du blé peuvent entrainer des pertes de rendement allant de 20 à 80 % pour le blé tendre et jusqu'à 100 % pour le blé dur[2].

Deux types provoqués par deux virus à ARN :

Notes et référencesModifier

  1. « Virus de la mosaïque nervaire du tabac (TVBMV) », sur ephytia, INRAE (consulté le ).
  2. « Mosaïque du blé », Perspectives agricoles,‎ .

BibliographieModifier

  • Josette Albouy, Suzanne Astier, Hervé Lecoq et Yves Maury, Principes de virologie végétale : génome, pouvoir pathogène, écologie des virus, Paris, Éditions Quae, coll. « Mieux comprendre », , 488 p. (ISBN 2-7380-0937-9).
  • Louis Hédin (en collab. avec J. Dufrénoy), « La mosaïque des feuilles du Manioc au Cameroun », Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale, vol. 9, no 94,‎ , p. 361-365 (lire en ligne).

Articles connexesModifier