Ouvrir le menu principal

Monument national de la Victoire de la Marne

monument à Mondement-Montgivroux (Marne)
Monument national de la Victoire de la Marne
Mondement-Montgivroux - Monument national de la Victoire de la Marne.JPG
La face nord du monument.
Présentation
Type
Destination actuelle
Mémorial
Architecte
Paul Bigot en collaboration avec le sculpteur Henri Bouchard
Construction
Hauteur
35.5 m
Propriétaire
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Champagne-Ardenne
voir sur la carte de Champagne-Ardenne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Marne
voir sur la carte de la Marne
Red pog.svg

Le Monument national de la Victoire de la Marne est un monument qui commémore la première bataille de la Marne et perpétue le souvenir des soldats qui ont livré combat du 6 au 12 septembre 1914 au cours de cette bataille de la Première Guerre mondiale. Situé sur la commune de Mondement-Montgivroux dans le sud-ouest de la Marne à neuf kilomètres de Sézanne, le site comprend outre le monument national, un musée local, l'église et le cimetière du village, ainsi que le château.

Le moment fut visité par Manuel Valls en septembre 2014[1].

HistoriqueModifier

C’est en mémoire de toutes les armées alliées qui combattirent lors de la première bataille de la Marne, que le Parlement décida d’ériger à Mondement un monument, dès 1920. La loi de finance du 31 juillet 1920, par l'article 107, stipule : Il sera fait par les soins du Ministère de la Guerre un choix des plus remarquables organisations du front pour être conservées et classées comme monuments historiques. Des monuments seront élevés par la Nation pour perpétuer la mémoire de la première et de la deuxième victoire de la Marne.

En effet, le site de Mondement fut choisi parce qu'il constituait dans le front de la bataille un point stratégique des marais de Saint-Gond qui verrouillait le passage des Allemands vers Paris et où les Français bloquèrent leur avancée par le sud le 9 septembre, avant leur retraite et avant que le front ne se stabilise quelque soixante-dix kilomètres plus au nord.

Le ministère de la Guerre confia à la suite d'un concours en 1929 la réalisation du monument à l'architecte Paul Bigot et au sculpteur Henri Bouchard. Les travaux commencés en 1931 se poursuivent jusqu'en 1938. L'inauguration officielle est prévue en septembre 1939 mais la Seconde Guerre mondiale empêche celle-ci qui n'a lieu qu'en septembre 1951.

Si le monument fut érigé et financé par l'État français, c'est le Conseil départemental de la Marne qui en est le propriétaire depuis 1969, mais c'est l'Association Mondement 1914 - Les soldats de la Marne - Joffre - Foch qui entretient le devoir de mémoire, essentiellement par l’action de ses bénévoles[2].

Le monument a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques le 4 octobre 1991[2].

CaractéristiquesModifier

Architecture du monumentModifier

Le monument fait 35,5 mètres de haut, mais posé au somment d'une colline culminant à 209 mètres, c’est à près de 245 mètres qu'il domine au nord les marais de Saint-Gond et au sud le plateau de la Brie et la plaine de la Champagne crayeuse, offrant un vaste point de vue sur les champs de bataille.

Légèrement placé à l'écart du village, entre le château et l'église, le monument est une sorte de borne gigantesque, coulée sur une armature métallique dans un béton fait d'agrégats roses de Moselle, avec des fondations qui s'enfoncent à 22 mètres dans le sol.

L’ensemble du site est donc composé du monolithe, sur lequel sont gravées sculptures et inscriptions, d’une table d'orientation, de l'ancienne école communale qui renferme le musée, de l'église et du cimetière, ainsi que du château.

Les différents éléments décoratifsModifier

Sur la face nord du monument :

La victoire ailée est une allégorie féminine qui traverse l'orage en écartant les éclairs de la foudre au milieu des trompettes annonçant le triomphe des armées françaises.

La fresque des généraux sculptée à la base du mégalithe est un bas-relief aux effigies des généraux qui commandaient une armée pendant la première bataille de la Marne : Sarrail, de Langle de Cary, Foch, Joffre, le soldat de la Marne, Franchet d'Espèrey, French, Maunoury, Galliéni.

Au-dessus de la fresque, deux inscriptions sont gravées.

Le premier texte célèbre la victoire : À la voix de Joffre, l'armée française en pleine retraite s'arrêta et fit face à l'ennemi. Alors se déchaîna la Bataille de la Marne, sur un front de 70 lieues de Verdun aux portes de Paris. Après plusieurs jours de luttes héroïques, l'ennemi de toutes parts battait en retraite et sur l'étendue du front, la victoire passait.

Le second texte est l'ordre du jour du 6 septembre 1914 signé par Joffre : Au moment où s'engage une bataille dont dépend le salut du pays, il importe de rappeler à tous que le moment n'est plus de regarder en arrière. Tous les efforts doivent être employés à attaquer et repousser l'ennemi. Toute troupe qui ne peut plus avancer devra coûte que coûte garder le territoire conquis et se faire tuer sur place, plutôt que de reculer. Dans les circonstances actuelles, aucune défaillance ne peut être tolérée. Joffre

Sur la face sud du monument, on peut lire l'inscription : À tous ceux qui sur notre terre, du plus lointain des âges, dressèrent la borne contre l'envahisseur, ainsi que la liste des armées qui constituaient le front au moment de la première bataille de la Marne. Le nom de chacune d'entre elles est gravé face à la direction du lieu qu'elle occupait au début de la contre-offensive française : Bataille de la Marne 6-16 septembre 1914 / Composition et situation des armées alliées le 6 septembre / Armée française, commandant en chef général Joffre / Camp retranché de Paris, général Galliéni / 6e Armée de Maunoury, de Metz à Meaux / Place de la bataille de l'armée anglaise : de Villiers-sur-Morin à Jouy-le-Châtel / 5e Armée, général Franchet d'Esperey, de Provins à Sézanne / 9e Armée, général Foch, de Sézanne au Camp de Mailly / 4e Armée, général Langle de Cary, du Camp de Mailly à Sermaize-les-Bains / 3e Armée, général Sarrail, de Revigny à Verdun.

Sur la face ouest du monument, sont gravés les noms des corps d'armée qui sous le commandement du maréchal French, constituaient les troupes britanniques engagées dans la bataille.

Église et cimetièreModifier

 
Le château est en grande partie ruiné au soir du 9 septembre, jour de sa reprise par les Français du général Humbert.

Dans l'église et sur le mur du carré militaire du cimetière attenant sont gravées diverses inscriptions rendant hommage au 77e régiment d’infanterie ou encore aux zouaves de la Division marocaine.

Le châteauModifier

Sur le mur d'entrée du château est scellée une plaque à l'effigie du général Humbert qui commandait la Division marocaine pendant la bataille des marais de Saint-Gond et qui ordonna au 77e régiment d'infanterie de reprendre la position de Mondement.

Le muséeModifier

Le musée qui se trouve dans l'ancienne école communale, permet d'appréhender l'histoire de la première bataille de la Marne et l'histoire locale inhérente à ces combats, dont le front toucha huit cantons du département de la Marne, ainsi que l'approche culturelle de la Grande Guerre.

Commémoration et visite du siteModifier

 
L'église et le cimetière de Mondement.

Chaque premier dimanche de septembre depuis 1951, année de l'inauguration du monument national, la cérémonie commémorative de la première bataille de la Marne a lieu à Mondement[3]. C'est l'une des plus importantes cérémonies de commémoration de la première bataille de la Marne par la participation des délégations étrangères, la présence des attachés militaires représentant les pays belligérants, d'historiens et de vétérans des régiments issus de la Grande Guerre. En septembre 2014, une des cérémonies solennelles du centenaire de la première bataille de la Marne aura lieu à Mondement[4].

La visite du site de Mondement comprend le monument national et un musée local, ainsi que l'église et le cimetière du village. Le château à proximité est une propriété privée. Chaque dimanche de juin à septembre, les visiteurs sont accueillis au monument et au musée par les bénévoles de l'association. Les groupes sont reçus toute l'année en visite guidée.

Cimetières militairesModifier

Les soldats morts dans ce secteur du sud-ouest marnais au cours de la première bataille de la Marne, sur le front de la bataille des Marais de Saint-Gond sont inhumés non pas sur le site de Mondement mais dans un rayon de 10 à 20 kilomètres tout autour, dans quatre nécropoles :

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier