Monument aux morts de la guerre de 1870 en France

type de monument aux morts

Les monuments aux morts de la guerre de 1870 constituent les premiers exemples français de monuments rendant hommage aux Morts pour la Patrie citant à égalité les hommes de troupe et les officiers. Les premiers furent élevés dès les années 1870 pour commémorer les victimes françaises de cette guerre.

Coulmiers (Loiret), monument commémoratif de la bataille de Coulmiers.
Dijon, monument « Aux citoyens morts pour la défense de Dijon » (1870).
Floing, monument aux morts de la bataille de Sedan (1870).
Mars-la-Tour (Meurthe-et-Moselle), monument et ossuaire (combats des 16 et 18 août 1870).
Pont-Noyelles (Somme), colonne Faidherbe, monument commémoratif de la bataille de l'Hallue.
Woerth, monument aux soldats bavarois

Il existe des monuments aux morts, des monuments commémoratifs ou des tombes de la guerre de 1870 dans quasiment tous les départements de la France métropolitaine, cependant, ils sont beaucoup plus nombreux dans l'Est et le Nord de la France, en région parisienne, dans la région du cours médian de la Loire, le sud de la Basse Normandie, le Maine et la Bourgogne où se sont déroulés la plupart des combats.

Ils se présentent généralement sous la forme d'un socle supportant une œuvre d'art, d'un obélisque ou d'une stèle. La majorité de ces monuments sont implantés dans les cimetières.

En territoire allemand, il existe aussi au moins un mémorial, le « cimetière d'honneur » ou « vallée d'honneur », situé dans le jardin franco-allemand de Sarrebruck, qui contient les tombes de soldats tombés au combat des deux côtés lors de la bataille de Forbach-Spicheren du , inauguré le [1].

En Suisse, MémorialGenWeb a recensé 128 communes possédant un mémorial, une stèle, un carré militaire en rapport avec des morts français, suite à blessures ou maladies, de l'armée de l'Est qui s'était réfugiée dans ce Pays[2],[3].

Tombes de soldats et monuments commémoratifs en FranceModifier

HistoriqueModifier

Après un conflit qui dura du au , le traité de Francfort du , clôtura la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Il stipulait, dans son article 16, que les deux États signataires s'engageaient, sur leur territoire respectif, à entretenir les tombes de soldats morts pendant le conflit.

Les soldats ne portant pas encore de plaque d'identification, étaient, le plus souvent, ensevelis anonymement dans des tombes collectives. Du côté français le nombre de militaires tués est estimé entre 105 000 et 140 000[4].

La loi allemande du régla la question des tombes militaires allemandes et françaises dans les trois départements annexés d'Alsace-Lorraine.

La République française entretint aussi l'esprit de revanche à travers les 900 monuments, nés d'initiatives privées, qui apparurent entre 1870 et 1914, leur inauguration étant l'occasion de fêtes civiques (remise de médailles aux vétérans, banquets de régiments) qui devinrent de véritables « fêtes de la revanche » à la suite de la défaite de 1870[5],[6]. Ces fêtes mémorielles furent rapidement républicanisées avec la loi du sur la « conservation des tombes des militaires morts pendant la guerre de 1870-1871 », qui permit à l'État d'acheter les parcelles de cimetières ou d'exproprier les terrains où se trouvaient des sépultures[7].

Ces tombes ont été aménagées, protégées d'un entourage de grilles en fonte, correspondant à un modèle réglementé, avec une plaque portant la mention « Tombes militaires - Loi du  ». Dans le même temps, 25 ossuaires surmontés d'un monument ont été construits. Au total, de 1873 à 1878, l’État français a financé l'aménagement de 87 396 sépultures réparties sur 1 438 communes dans 36 départements. Dans ces sépultures, ont été ensevelis les corps de 37 859 Français, 21 876 Allemands, 27 661 Français et Allemands.

L'un des premiers monuments construits fut le monument national commémoratif de la guerre de 1870 à Mars-la-Tour (Meurthe-et-Moselle). L'édification de monuments commémoratifs a été, pour une part, l’œuvre du Souvenir français, fondé et celle des sections de vétérans. C'est à partir de la loi de 1890, laissant aux communes, l'initiative de leur érection, que l'on vit se multiplier les monuments aux morts de la Guerre de 1870-1871, soit sur les emplacements de batailles, soit sur les places publiques, soit dans les cimetières communaux des villes et des villages.

Ils témoignaient également de la diffusion dans l'opinion de l'idéologie nationaliste, du culte du souvenir des morts au combat et pour une minorité, du désir de revanche sur l'Allemagne à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

InterprétationModifier

Cette guerre s'étant conclue par une défaite française, les vétérans cherchèrent à oublier cet aspect pour mettre en valeur des actes héroïques individuels. Les monuments érigés, comme les commémorations, étaient donc souvent issus d'initiatives locales[8]. Néanmoins, au niveau national, ils permirent également de consolider la Troisième République, en perpétuant le souvenir de ces morts au combat héroïsés. Le mouvement, d'abord local (sous la forme de monuments, comme de croix dans les cimetières, des obélisques ou des plaques) fut prolongé au niveau national en étant financé et organisé par l'État. Cela permit ainsi de forger l'identité républicaine des citoyens lors des inaugurations et des célébrations autour du monument érigé. Lors de celles-ci, les écoles, les bataillons scolaires, les sociétés patriotiques et gymniques, les autorités politiques, militaires et religieuses et surtout les amicales de vétérans furent sollicités. Par ces festivités (discours, parades, jeux, musique militaire ou funèbre, rues pavoisées, foule nombreuse, banquets, etc.) invitant les communautés urbaines ou villageoises à communier ensemble, souvent en novembre lors de la fête des morts, le souvenir de la défaite permit de préparer des esprits à la revanche future, comme le rappelle par exemple une plaque sur le monument d'Héricourt : « Leur défaite est encore une victoire ». Ces monuments œuvraient aussi à l'éducation patriotique et historique des jeunes générations, prenant naturellement leur place dans le « roman national »[6].

À la veille de la Première Guerre mondiale, chaque département était doté d'au moins un monument, pouvant atteindre 49 dans le Loiret. Paris en comptait sept, l'Algérie française au moins trois. Leur nombre augmenta dans les zones qui avaient été envahies (Picardie, Nord-Est, Val de Loire, Bourgogne), ou qui fournirent beaucoup de soldats (Sud-Ouest)[6].

L'historien Rémi Dalisson souligne que la monumentalisation du souvenir de la guerre franco-prussienne prépara et inaugura des pratiques qui furent réutilisées après le premier conflit mondial pour honorer les morts le 11 Novembre. Néanmoins, elle s'en distinguait dans la mesure où la mémoire de la guerre franco-prussienne mettait l'accent sur la revanche, un « catéchisme belliqueux », alors que celle de la Grand Guerre insista sur l'idée de clore le chapitre des guerres. Quoi qu'il en soit, ce cérémonial « accoutume les Français à la commémoration de la guerre, de la souffrance et des combats pour une cause » écrit l'historien. Le portrait que ces cérémonies dressaient du parfait républicain (« revanchard prêt à mourir pour la patrie, bon citoyen et bon élève du récit national Lavissien ») préfigurait aussi l'archétype du Poilu, qui marqua durablement l'entre-deux-guerres[6].

CaractéristiquesModifier

 
Beaumont-de-Lomagne, monument aux morts de 1870.

Les monuments portent souvent des noms liés à l'esprit de « revanche », l'espoir de retrouver l'Alsace et la Lorraine restant omniprésent : ainsi, La Revanche à Vic-en-Bigorre ou Gloriae Victis à Châlons-sur-Marne. Parfois, des sculpteurs célèbres sont mobilisés, comme Auguste Bartholdi pour le Lion de Belfort. Aristide Croisy et Aimé Millet sont notamment particulièrement prisés pour leurs statues de soldats, souvent en bronze. On distingue aussi des monuments faisant appel à des figures de l'Histoire de France (Jeanne d’Arc qui « relève l’épée de la France vaincue » sur le monument de Domrémy), du conflit franco-prussien (Louis Faidherbe pour celui Lille), des figures maternelles (éplorées, martiales, etc.), Marianne au tournant du siècle, ou encore des animaux symboles (le coq gaulois à Saint-Étienne). Sont aussi figurés des armes prises à l'ennemi, des obus et des chaînes brisées. Ces mémoriaux sont souvent situés sur des places ou des rues dont les noms rappellent la République[6].

Exceptionnels, on compte aussi quelques monuments aux morts pacifistes : celui du cimetière du Père-Lachaise (Paris) est réalisé par l'ancien combattant Albert Bartholomé ; il est inauguré en 1899 devant quelques 90 000 personnes. Parfois, des scandales ont lieu, après que des militants d'extrême gauche ou anarchistes placardent des slogans pacifistes sur les monuments (comme à Pont-Noyelles en 1913). À l'inverse, les inaugurations de monuments peuvent parfois donner lieu à une instrumentalisation de la mémoire de 1870 par l'extrême droite, pour promouvoir le boulangisme anti-républicain. Après la loi de 1905, certaines croix ornant les monuments sont critiquées, voire retirées[6].

Contrairement aux monuments de la Première Guerre mondiale produits le plus souvent en série, à une époque postérieure, les monuments de la guerre de 1870 sont, dans leur grande majorité, des œuvres uniques. Leur intérêt architectural et artistique réside dans leur grande diversité, réalisés par des artistes affirmés, à l'âge d'or de la sculpture de la fin du XIXe siècle ou de simples stèles. Ils sont de formes variées : colonne, colonne tronquée, obélisque, obélisque tronqué, pyramide ou simple borne etc. accompagné ou non de statues avec inscription d'une dédicace et éventuellement du nom des victimes.

Cependant, quelques monuments furent reproduits en séries. Il s'agit notamment des statues du « marin », du « mobile en armes » ou du « mobile au drapeau » qu'on retrouve un peu partout en France. Enfin Le Souvenir français, créé en 1887 pour perpétuer la mémoire des soldats[8], a financé la fabrication de plaques de bronze émaillé sur lesquelles était inscrit le nom des victimes. Ces plaques furent apposées dans les cimetières communaux ou sur les murs des monuments publics (mairie, école etc.).

Un certain nombre de monuments furent détruits pendant la Première ou la Seconde Guerre mondiale, d'autres ont eu leurs statues de bronze refondues par l'ennemi. Certains furent transformés, déplacés ou remplacés au cours du XXe siècle.

Des tombes individuelles ou collectives (ossuaires) ont été édifiées, le plus souvent dans les cimetières communaux, conformément à la loi de 1873. Des monuments à la mémoire de chefs de guerre où d'hommes politiques ont également été érigés, entre 1871 et 1914. La plupart des ossuaires furent surmontés d'un monument parfois grandiose parfois revêtant la forme classique d'un obélisque.

Liste des monuments commémoratifs et lieux de mémoire (1870-1871)Modifier

Sont indiqués dans cette liste, les monuments aux morts, les monuments commémoratifs de batailles, combats, événements, les monuments et statues érigés en mémoire des chefs militaires et politiques, les ossuaires, cimetières, tombes et autres lieux de mémoire de la Guerre de 1870-1871, classés par région, département et commune.

AlsaceModifier

L'Alsace a été annexée à l'Empire allemand par le traité de Francfort de 1871 jusque 1918.

Il a été érigé en Alsace 81 monuments commémoratifs de la Guerre de 1870 (40 allemands, 34 français et 7 mixtes) 77 dans le Bas-Rhin, 4 dans le Haut-Rhin.

Bas-RhinModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Frœschwiller Monument consacré au 2e Régiment d’infanterie de Hesse qui représente le lion hessois (en bronze) piétinant les drapeaux et les canons des vaincus.
Gunstett Monument 1870
Illkirch Monument du siège de Strasbourg
Morsbronn-les-Bains Monument aux morts du 32e régiment d’infanterie de Thuringe qui représente un rocher surmonté d’un aigle héraldique en bronze. Édifié dans la forêt, la liste des batailles auxquelles ce régiment a participé en France est gravée.
Oberhausbergen Monument du siège de Strasbourg
Obernai Monument 1870
Ostwald Monument du siège de Strasbourg
Reichshoffen Monument commémoratif de la bataille de Woerth conçu par Jean-Claude Bernard. Ce monument symbolise égalementla réconciliation entre la France et l'Allemagne.  
Schiltigheim Monument du siège de Strasbourg
Strasbourg Monument aux victimes du Siège de Strasbourg.  
Wissembourg Monument du Geisberg, lieu de bataille du . Obélisque couvert d'une draperie avec liste des noms des officiers du régiment d'infanterie no 58, morts le .  
Piédestal et obélisque octogonal couronné par la croix de guerre, sur chaque face de l'obélisque un casque à pointe, la garde d'un sabre ainsi que le nom d'un officier prussien.  
Monument commémorant la guerre de 1870 avec socle monumental orné de statues de lions couchés, en bronze, entourant un montant central de plan carré, se terminant en croix de guerre ; à la base du montant sont fixées des dalles en bronze avec médaillon à portrait des commandants en chef des corps d'armée et du Kronprinz avec la liste statistique des pertes en hommes de chaque corps d'armée.  
Dalle en grès avec inscription signalant la fosse commune des soldats allemands tombés le .
Monument commémorant les soldats d'un régiment de grenadiers morts dans les différentes batailles de la guerre de 1870 : piédestal portant une croix monumentale ornée dans le croisillon de la croix de guerre.
Wœrth Belvédère allemand sur le champ de bataille de Frœschwiller-Wœrth du dédié au 1er régiment d'artillerie du Grand Duché de Hesse  
Monument au 3e régiment du Grand Duché de Hesse  
Monument au 5e régiment d'infanterie de Thuringe  
Monument dédié aux Bavarois et sépulture où sont enterrés 452 soldats français et allemands morts lors de la bataille du .  
Monument aux soldats français sur le champ de bataille du , érigé en 1956  

Haut-RhinModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Colmar Monument aux morts du par Auguste Bartholdi
Neuf-Brisach Monument du siège de la forteresse

AquitaineModifier

DordogneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bergerac Monument des Mobiles de 1870 - sculpteur : Louis Auguste Roubaud.  
Monpazier Monument aux morts  érigé en hommage aux morts du canton de la guerre de 1870-1871, par la 230e section des vétérans, par souscription avec le concours du Souvenir français. Il fut inauguré le . Socle en pierre taillée, signé Pavie, portant une statue de Mobile. Les morts pour la France de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, puis de l’Algérie, figurent sur des plaques apposées sur ce monument.  
Nontron Monument aux morts de l'arrondissement de Nontron 1870-1871. La statue du Mobile est due à Aristide Croisy et le monument à l'architecte Martiel Mariaud. Il a été inauguré le .  
Périgueux Monument commémoratif aux enfants de Dordogne morts pendant la guerre 1870-1871 du sculpteur Edmond Desca, achevé en 1909. Situé sur les allées de Tourny, il est composé d'un socle cylindrique surmonté d’un groupe sculpté représentant une allégorie de la République à laquelle s’accrochent deux soldats.  
Ribérac Monument aux morts érigé par la 17e section des Vétérans des armées de terre et de mer en l’honneur des combattants et des morts de la guerre de 1870-1871. La statue d'Aristide Croisy représente un officier porte-drapeau.  
Saint-Geyrac Monument aux morts de la Guerre de 1870.
Terrasson-Lavilledieu Monument aux morts de 1870.

GirondeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bègles Monument aux morts 1870-1871
Bordeaux Monument aux morts de la Guerre de 1870 (place de la République, entre le Palais de justice et l'hôpital Saint-André)
Gloria Victis œuvre d'Antonin Mercié place Jean-Moulin, à la gloire des vaincus de 1870.  
Caudéran Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871 dans le cimetière des Pins-Francs
Eysines Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871.
Saint-André-de-Cubzac Monument aux « soldats morts pour la patrie » en 1870-1871 inauguré le 29 juin 1902 au centre du cimetière communal.
Sainte-Eulalie Plaque commémorative sur le mur de l'église « La commune de Sainte Eulalie d'Ambarès à la mémoire des morts au service de la patrie 1870-1871 - Requiestant in pace ».
Saint-Denis-de-Pile Cimetière communal : monument aux morts de la Guerre de 1870-1871.
Sainte-Foy-la-Grande Monument « À la mémoire des soldats morts pour la patrie / 1870-71 / Oublier... jamais » (reproduction des inscriptions gravées). Cimetière communal.  
Soussans Monument aux morts 1870-1871.

LandesModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Dax Cimetière Saint-Pierre, monument aux défenseurs de la Patrie 1870-1871 érigé à l'initiative de la 93e section des vétérans.
Mont-de-Marsan Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871.

Lot-et-GaronneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Agen Monument des mobiles d’Agen, dédié aux soldats de la guerre 1870-1871.  
Gloria Victis, réplique de l'œuvre d'Antonin Mercié, à la gloire des vaincus de 1870, installée en 1883 dans le jardin du lycée Bernard-Palissy. Volée en 2008.
Astaffort Monument aux morts de la Guerre de 1870.
Fumel Monument aux morts 1870-1871, inauguré en 1909, Sculpteur A. Bourlange.
Villeneuve-sur-Lot Monument aux soldats morts pendant la guerre de 1870-1871. Ce monument est réalisé en 1885, sous la direction de l’architecte Guillaume Tronchet, avec la participation du sculpteur Georges Barreau et du fondeur Ferdinand Barbedienne.

Pyrénées-AtlantiquesModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Arcangues Monument de la guerre 1870-1871.
Biarritz Cimetière communal, monument de la guerre de 1870.
Oloron-Sainte-Marie Monument dédié à la guerre de 1870
Pau Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871.

AuvergneModifier

AllierModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Gannat Monument aux morts de 1870, représentant la Mère Patrie pleurant ses enfants, appuyée contre une lanterne des morts. La sculpture est dû au talent du sculpteur Coulon.
Moulins Monument de la guerre de 1870 inauguré le .
Vichy Monument aux 119 soldats vichyssois mort à la Guerre de 1870, sous forme d'obélisque, édifié en 1887 (117 soldats inhumés dans la fosse commune).  

CantalModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Aurillac Monument à la mémoire des enfants du Cantal morts pour la défense de la Patrie lors de la guerre face aux Prussiens, inauguré en 1906, statue par Jean-Baptiste Champeil[9].

Haute-LoireModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Paulhaguet Monument aux morts 1870-1871.
Le Puy-en-Velay Monument aux morts de la Guerre de 1870 de Paul Dubois, édifié en 1895.

Puy-de-DômeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Ardes-sur-Couze Monument aux morts du canton 1870-1871.
Châtel-Guyon Cimetière communal, Monument aux morts 1870-1871.
Clermont-Ferrand Cimetière des Carmes, monument aux morts de la Guerre de 1870-1871.
Issoire Monument « A nos chers disparus de 1870 », sur un piédestal surmonté d'un obélisque, se dresse la statue d'un soldat. Inauguré en 1903, le monument a été réalisé par le Souvenir français qui l'a ensuite cédé à la Ville.

BourgogneModifier

Côte d'OrModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Beaune Monument aux morts de la guerre de 1870-1871, érigé en 1896.
Boncourt-le-Bois Monument "Aux braves de la division Crémer"
Cimetière communal : monument funéraire
Château de la Berchère : croix surmontant une sépulture militaire
Châtillon-sur-Seine Cimetière Saint-Jean :
  • Monument à la mémoire des francs-tireurs morts en combattant le .
  • Monument aux morts allemands 1870-1871.
  • Deux tombes individuelles allemandes.
Cimetière Saint-Vorles : monument à la mémoire de Louis Vigneron, fusillé par les Allemands le .
Chaux Monument dit « du Canon »
Tombe militaire au cimetière, à la mémoire de deux artilleurs
Crépand Colonne Garibaldi commémorant la bataille de Crépand du entre les troupes de Ricciotti Garibaldi et celles de la Prusse.
Dijon Monument « Aux citoyens morts pour la défense de Dijon » (1870)  
Monument à Garibaldi. En remplacement de la statue de 1898, un buste de Garibaldi commandant de l'Armée des Vosges, œuvre de Victorio Macoratti, fut placé devant le piédestal de la statue disparue, en 1961. En 1986, la ville de Dijon fit démonter le piédestal et accrocha le buste au mur d'une maison.  
Clos de Pouilly : stèle de la quatrième brigade Ricciotti Garibaldi.
Cimetière communal : Monument-tombe 1870-1871, élevé en 1905 sur un caveau rassemblant 2 000 corps de soldats français, allemands et italiens inhumés sur le territoire de la ville. Le monument est en forme de pyramide triangulaire - sur une face est gravée l'inscription : « 1870-1871 Aux Victimes de la Guerre » - sur les trois autres faces : « Français » - « Allemand » - « Italiens ».
Monument allemand rue de la charmette.  
Fontaine-lès-Dijon Monument au général Jozef Bossak-Hauké, général polonais, commandant la Ire Brigade de l'Armée des Vosges. Il trouva la mort à la Bataille de Dijon.  
Hauteville-lès-Dijon Stèle à la mémoire du Général Josef Bossak-Hauke.  
Montbard Monument aux morts 1870-1871.
Nuits-Saint-Georges Monument du champ de bataille, par l'architecte lyonnais André Bellemain et le sculpteur E. Clauses.  
Cimetière communal : monument surmontant un caveau.
  • Tombe allemande
  • Tombe du colonel Robat au cimetière.
Semur-en-Auxois Monument aux Morts de la Guerre de 1870-1871.
Talant Monument commémoratif des trois batailles de Dijon, dédié à la mémoire des soldats français et étrangers de l'Armée de l'Est du Général Bourbaki et des Volontaires de Garibaldi : 25, 26, et 21, 22 et .
Villars-Fontaine Monument de la guerre de 1870[10].  

NièvreModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Nevers Cimetière communal : monument « À La Mémoire des Officiers, sous-officiers et Soldats du 12e Régiment de Mobiles morts pendant la Guerre de 1870-1871 ».
Neuvy-sur-Loire Cimetière communal, Tombe de 79 soldats français décédés à l'hôpital de la ville en 1870-1871.
Saint-Amand-en-Puisaye Cimetière communal, Tombes militaires françaises de 1870 élevées par le gouvernement français en 1876, 21 gardes mobiles des bataillons de la Nièvre décédés à l’hôpital de la ville en 1871 ont été inhumés dans cette sépulture.

Saône-et-LoireModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Autun Cimetière communal : monument aux morts de 1870 et plaque commémorative des Volontaires de Saône-et-Loire.
La Pierre de Couhard : plaque commémorative dévoilée en 2007 lors de la cérémonie pour le centenaire de la naissance de Garibaldi.
Bourbon-Lancy Monument aux morts de la guerre de 1870-1871.  
Chalon-sur-Saône Monument de la Défense dit « Le cheval fatigué »
Le Creusot Cimetière Saint-Charles : à l'entrée, plaque commémorative pour les morts de 1870-1871.
Louhans Monument aux morts du canton avec cette dédicace : « La Bresse louhannaise, à ses enfants 1870-71 ». Le monument en forme d'obélisque tronqué, est décoré d'une statue de Bressanne, en tenue traditionnelle, rendant hommage au drapeau. Il a été inauguré en 1896.  
Lugny Monument à la mémoire des combattants du canton tombés lors de la guerre franco-prussienne de 1870, inauguré le .  
Mâcon Cimetière Saint-Brice : monument aux morts 1870-1871 dédié « aux enfants de Mâcon morts pour la France ».  
Paray-le-Monial Monument inauguré en 1900, socle avec la statue d'un soldat. Le monument est modifié en 1923 pour servir aussi aux morts de 14-18[11].  
Tournus Cimetière communal : monument à la mémoire des combattants 1870-71, édifié en 1891.

YonneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Auxerre Cimetière de Saint-Amatre, monument aux morts 1870-1871.
Brienon-sur-Armançon Monument construit par la commune (Pierre Bridier maire) en , avec l'aide de deux donateurs MM. Durand-Desormeaux père et fils. Déplacé ensuite en 1882, il se trouve aujourd'hui à l'entrée du cimetière.
Coulanges-sur-Yonne Cimetière communal : monument commémoratif de la guerre 1870-1871, édifié par la ville de Coulanges en 1893 à la mémoire des 6 gardes mobiles décédés à l'ambulance de la ville en 1870 et des 3 soldats natifs de la ville morts au combat.
Joigny Cimetière communal : monument de la Guerre de 1870-1871, tombe de 19 soldats allemands entourée d'une grille et tombe de quatre soldats français.
Pont-sur-Vanne Monument « À la mémoire des citoyens victimes innocentes de l’invasion allemande, fusillés par les prussiens le  ».
Saint-Fargeau Cimetière communal : monument de la guerre de 1870-1871, tombe de 14 soldats français morts pendant la guerre de 1870-1871  
Sens Monument aux morts de l'Arrondissement de Sens rend aussi hommage aux morts de la guerre de 1870. La statue d'Émile Peynot fut érigée en 1904. Elle symbolise la France déposant un bouquet et un garçon représentant la relève, prêt à venger ses pères. Après la Grande Guerre, on ajouta le monument en arc de cercle.

BretagneModifier

Côte d'ArmorModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
La Motte Monument aux morts de 1914-1918 sur lequel sont inscrits les noms des soldats morts en 1870-1871.
Saint-Brieuc Cimetière Saint-Étienne, monument aux morts 1870-1871.

FinistèreModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Lesneven Monument au Général Le Flô.
Quimper Pro Patria, monument aux morts de la Guerre de 1870 et la guerre du Tonkin, réalisé en 1909.  

Ille-et-VilaineModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Rennes Monument à la mémoire des soldats d'Ille-et-Vilaine morts pour la Patrie en 1870 (architecte : Emmanuel Le Ray, sculpteur : Emmanuel Dolivet)
Cimetière de l'Est, Ossuaire 1870 « La Patrie à ses défenseurs ».

MorbihanModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Carnac Monument aux morts 1870-1871 et 1914-1918
Pluvigner Monument aux combattant de 1870-71 et aux soldats morts au service de la Patrie (chapelle Notre-Dame-des-Orties)  
Saint-Anne-d'Auray Nécropole nationale de Sainte-Anne-d'Auray, ossuaire et monument 1870-1871 (statue du mobile en arme d'Aristide Croisy).  
Vannes Cimetière de Boismoreau, Monument aux morts 1870-1871, édifié en 1872.

Centre-Val de LoireModifier

CherModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Aubigny-sur-Nère Cimetière communal, monument aux morts 1870-71.
Bourges monument de la Guerre de 1870, l'Homme-Taureau, de Jean Baffier. Il comporte l'inscription Aux enfants du cher morts pour la patrie 1870 - 1871 ainsi qu'un bas relief en bronze en souvenir du lieutenant colonel Vermeil et aux mobilisés du Cher.    
Mehun-sur-Yèvre Cimetière communal, monument aux Morts de l'Armée de la Loire
Saint-Bouize Cimetière communal, monument aux morts 1870-1871.
Vierzon Cimetière des Forges, monument aux « Morts pour la Patrie - 1870-71 ».

Eure-et-LoirModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Chartres Place du Châtelet : monument « À la mémoire des enfants d'Eure-et-Loir morts pour la Patrie » et « L'an MDCCCCI Émile Loubet étant président de la République, ce monument érigé par le gouvernement et par les citoyens d'Eure-et-Loir a été inauguré le XXVII octobre en présence de Joseph Caillaux ministre des finances, Émile Labiche sénateur président du Conseil général, Georges Fessard maire de Chartres ».  
Cimetière Saint-Cheron :
  • monument à la mémoire de 259 soldats allemands,
  • monument à la mémoire de 233 soldats français, tués au cours de la guerre.
 
Châteaudun Monument des Francs-Tireurs de 1870. La statue d'Antonin Mercié, élevé en 1897, par souscription publique, rend hommage à la mémoire des défenseurs de Châteaudun.  
Cimetière du Champdé :
  • monument funéraire, en forme d'obélisque sur piédestal, aux 24 francs-tireurs inhumés après les combats du .
  • ossuaire de 108 militaires français,
  • ossuaire de 24 militaires allemands.
Croisilles Cimetière communal : monument aux morts (guerre de 1870-1871)  
Jouy Mairie : plaque à la mémoire des gardes nationaux fusillés par les Prussiens, le  
Loigny-la-Bataille Mémorial de la bataille de Loigny composé de :  
Lumeau hameau de Neuvilliers : monument aux mobiles de la Haute-vienne.  
Marville-Moutiers-Brûlé Monument aux gardes nationaux tombés au combat d'Imbermais,  
Ouerre Cimetière communal : monument aux morts (guerre de 1870-1871)  
Varize-Civry Monument érigé le portant l'inscription : « Varize-Civry à leurs vaillants défenseurs en mémoire des combats soutenus par eux les 10.14. contre les troupes allemandes qui en châtiment de leur noble conduite incendièrent les deux villages - En mémoire du combat soutenu le par les Francs-tireurs de la Gironde et de Paris ».  
Villemeux-sur-Eure Monument aux morts (guerre de 1870-1871)  

IndreModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Argenton-sur-Creuse Cimetière communal : monument « À la mémoire des morts pour la Patrie 1870-1871 », érigé à l'initiative de la société amicale des combattants 1870-1871.
Ardentes Cimetière communal : plaques sur croix du cimetière.
Buzançais Monument « Aux soldats des armées de terre et de mer du canton de Buzançais morts pour la Patrie », place Balanant ; architectes : J. Clugnet et H. Rapine ; sculpteur : Ernest Nivet ("la Pleureuse"). Monument érigé par souscription et subventions diverses, inauguré le .
Châteauroux Monument départemental « aux soldats de l'Indre morts pour la Patrie 1870-1871 », place Gambetta ; architecte : Albert Tournaire ; sculpteur : Raoul Verlet. Monument érigé par souscription et subventions diverses à l'initiative des sociétés de vétérans et de la société de gymnastique et d'instruction militaire La Berrichonne, inauguré le .  
La Châtre Monument des combattants de 1870-1871, place du Bosquet, érigé en 1903.
Issoudun Monument « Aux enfants de l'arrondissement d'Issoudun morts pour la Patrie », place du Sacré-Cœur ; sculpteur Ernest Nivet. Monument érigé par souscription et subventions diverses, inauguré le .
Saint-Gaultier Monument « Aux enfants du canton de Saint-Gaultier morts pour la Patrie », cimetière communal ; architecte : Louis Trolliet. Monument érigé en 1903.
Vatan Cimetière communal : monument de la « 530e section des vétérans des armées de terre et de mer - in memoriam ».

Indre-et-LoireModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Amboise Monument à la mémoire des militaires et marins du canton d'Amboise morts pour la Patrie.
Cimetière communal : tombe rassemblant 13 soldats français et 3 soldats allemands - À la mémoire de ceux qui sont tombés lors du conflit franco-allemand de 1870-1871.
Monnaie Monument aux morts 1870-1871
À La Gaubertelle : Croix commémorative 1870-1871.
Sepmes Croix des Prussiens.
Tours Monument à la mémoire des officiers et soldats du 88e Régiment de mobiles d'Indre-et-Loire morts pour la Patrie, œuvre de Marcel Gaumont, à l'entrée sud de la Passerelle Saint-Symphorien.  

Loir-et-CherModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Binas Monument aux morts 1870-1871 - combat du « Aux francs-tireurs de Saint-Denis et à leurs frères d'armes de l'armée régulière tombés pour la défense du bourg de Binas - Les habitants reconnaissants ».
Blois Monument 1870-71 au 75e mobile et à tous les combattants de Loir-et-Cher morts pour la Patrie  
Cimetière Saint-Nicolas :
  • Ossuaire surmonté d'un monument, érigé en 1903, portant cette épitaphe : « Ici reposent 300 soldats français morts aux ambulances 1870-1871 ».
  • tombe collective de 88 soldats allemands
Cimetière Vienne - Rive gauche de la Loire :
  • Monument commémoratif 1870-1871 avec cette épitaphe
  • Tombe collective : « Ici reposent 10 soldats allemands 1870-1871 ».
Lycée Augustin Thierry : plaque commemorative à la mémoire des anciens élèves du collège de Blois morts pour la Patrie pendant la guerre contre l'Allemagne 1870-1871  
Droué Cimetière communal, monument aux morts, combat du .
Fontaine-les-Coteaux Cimetière communal, monument aux morts 1870-71 - « Ici reposent 14 soldats français tués par les Prussiens, Combats de La Haloperie - Les hommes sont morts pour la défense de la France -  ».
Fréteval Monument « à la mémoire des braves du 21e corps d'armée morts pour la Patrie à Fréteval les 14 et  ».
Ossuaire de 40 marins et soldats et leurs trois officiers.
La Chapelle-Saint-Martin-en-Plaine monument commémoratif 1870-1871.
Mazange Cimetière communal, monument 1870-1871.
Morée Cimetière communal : 50 sépultures pour 65 décès à l'ambulance de Morée les 14 et et 115 soldats français.
Ouzouer-le-Marché Cimetière communal, monument aux morts 1870-1871.
Saint-Ouen Cimetière communal, plaque commémorative 1870-1871.
Salbris Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871 « À la mémoire de nos frères d'armes morts pour la Patrie » - Les vétérans des armées de terre et de mer de Metz 1870-1871 - 1868e section de Salbris - Oublier Jamais - .
Sambin Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871.
Thoré-la-Rochette Cimetière communal : sépultures militaires 1870-1871.
Vendôme Cimetière de la Tuilerie : tombes militaires 1870-1871 (soldats allemands).

LoiretModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Artenay Cimetière communal :
  • monument funéraire où reposent 292 militaires français et allemands, surmonté d'un obélisque posé sur un socle avec cette dédicace : « À la mémoire des combats d'Artenay les 26 7bre, 10 8bre, 2 et 3 xbre 1870 - Souvenir français 1891 ».
  • tombe allemande individuelle.
Aschères-le-Marché Monument aux morts de la guerre de 1870-1871.
Attray Monument aux morts Guerre de 1870-1871.
Auxy Monument Guerre de 1870-1871.
Baccon Cimetière communal, monument « À la mémoire des soldats tués sur le territoire de la commune de Baccon le  » et ossuaire de soldats français et de 17 Bavarois.
Barville-en-Gâtinais Cimetière communal, monument aux morts de la guerre de 1870-1871.
Batilly-en-Gâtinais Cimetière communal : tombe militaire de 1870-1871 avec colonne brisée.
Baule cimetière communal :
  • Monument de la guerre de 1870-1871 (1894),
  • Tombe de 85 soldats français,
  • Tombe de 34 militaires allemands.
Beaugency Monument « Aux enfants de Beaugency morts au service de la Patrie dans les combats livrés autour de Beaugency les 7, 8, 9 et  ».
Cimetière communal : carré militaire où reposent 16 soldats allemands et 395 militaires français. Sur le monument surmonté d'une croix qui domine les tombes, figure cette inscription : « Ici reposent les corps de 395 militaires, morts en défendant le sol de la patrie contre l'invasion étrangère, dans les combats livrés les 7, 8, 9 et , autour de Beaugency ».
Beaune-la-Rolande Monument à la Bataille de Beaune-la-Rolande du .
Cimetière communal : ossuaire recueillant les restes de 402 soldats français.
Bellegarde Cimetière communal :
  • Ossuaire : Les restes de 85 militaires français appartenant au 18e et au 20e corps ont été rassemblés sous un monument funéraire en forme d'obélisque. Ces militaires sont décédés dans les ambulances de Bellegarde, à la suite des combats de Ladon, Mézières, Juranville et Beaune-la-Rolande en .
  • Tombe de 3 militaires allemands.
  • Deux tombes individuelles françaises.
Boigny-sur-Bionne Cimetière communal, monument guerre 1870-1871.
Boiscommun Monument aux morts, composé d'un piédestal surmonté d'une croix en pierre. Il est construit sur la tombe de sept soldats de ce régiment, tués en chargeant l'ennemi au combat du . Monument réédifié le .
Sur la façade de la mairie, plaque commémorative au combat de rue du où les soldats du 2e lanciers de marche repoussèrent les Prussiens.
Cerdon Monument aux morts 1870-1871
Châtillon-Coligny Monument aux morts 1870-1871.
Coulmiers Monument aux morts de la bataille de Coulmiers du [13], érigé en 1876.  
Cimetière communal : monument bavarrois  
Ossuaire et monument français  
Epieds-en-Beauce Ossuaire 1870 avec cette épitaphe : « Aux vainqueurs de la Bataille de Coulmiers tombés glorieusement le sur le territoire de la commune d'Epieds » Monument édifié par les soins du Souvenir français en 1913-1914.  
Monument « Aux soldats morts pour la Patrie dans la journée du  », édifié par le Souvenir français.  
Hameau de Cheminiers : monument « Aux officiers, et soldats français tombés glorieusement sur son territoire le 9 9bre 1870 - La commune d'Epieds ». Souvenir français 1892.
Gien Cimetière communal : ossuaire conservant les restes de 147 soldats surmonté, d'un monument « Aux soldats français morts à Gien pour la Patrie 1870-1871 ».
Ladon Monument commémoratif du .
Monument du champ de bataille, obélisque surmonté d'un obus avec 4 autres obus à sa base et entouré d'une grille, « À la mémoire des vaillants défenseurs 1870-71 ».
Cimetière communal : tombe de 35 soldats allemands mort au combat de Ladon le .
Lion-en-Sullias Monument aux morts 1870-1871.
Meung Cimetière communal :
  • Monument « Aux soldats français morts pour la défense de la Patrie 6 -  ».
  • Tombe collective entourée de grilles.
  • Tombe individuelle d'un soldat allemand.
Orléans Cimetière Saint-Vincent ou Grand Cimetière :
  • ossuaire conservant les restes de 904 soldats français et de 1 207 soldats allemands. L'ossuaire est surmonté d'un monument avec cette dédicace : « À la mémoire des soldats morts pendant la Guerre de 1870-1871 ».
  • ossuaire rassemblant les restes de 50 soldats français tombés pour la défense d'Orléans les et et Monument aux soldats morts pour la Patrie.
  • Monument allemand 1870
  • Deux tombes individuelles d'officiers allemands
  • Carré militaire, monument du souvenir français « Aux militaires morts sous les drapeaux 1870, 1914-1918, 1939-1945 ».
Ormes Monument aux morts 1870-1871
Patay Ossuaire réunissant les restes de 121 militaires français et allemands tués aux combats de Patay (1er et ).
Monument aux morts « Aux victimes de la bataille de Patay-Loigny  », surmonté d'une croix en pierre, portant l'inscription : Spes unica.
Pithiviers Cimetière communal : monument aux morts en .
Saint-Jean-de-la-Ruelle Cimetière communal : monument aux soldats morts pour la Patrie 1870-1871.
Saint-Jean-le-Blanc Cimetière communal : tombe collective 1870-1871.
Saint-Sigismond Monument aux morts de la guerre de 1870-1871
Sainte-Geneviève-des-Bois Monument 1870-1871.
Saran Monument aux défenseurs d'Orléans ou monument des Aydes, érigé en 1899, groupe en bronze du sculpteur Charles Desvergnes[14].

Champagne-ArdenneModifier

ArdennesModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bazeilles Maison de la dernière cartouche  
Monument aux troupes de marine  
Monument-ossuaire français et prussien dans le cimetière communal.  
Charleville-Mézières Cimetière de Charleville : monument aux morts 1870  
Statue du général Chanzy  
Le Chesne Cimetière communal :
  • Monument aux vétérans de 1870-1871, dans le cimetière communal.
  • Tombe militaire
   
Floing Monument « Le Chêne brisé », œuvre des frères Duch, dédié « A nos frères 1870 ».  
Mémorial des chasseurs d'Afrique, sculpteur Emile Guillaume  
Cimetière communal : tombes de soldats allemands 1870  
Stèle Weimar, monument au 94 régiment d'infanterie allemand  
statue du général Margueritte  
Grandpré Monument aux morts de 1914-1918 au dos du monument est gravé cette inscription : « Les Vétérans de la 1871e Section à leurs camarades » (1870-1871).
Illy Cimetière communal, tombes militaires  
Monument au général Magueritte  
La Moncelle Monument de la bataille de Sedan dite la Croix de Mac-Mahon.  
Rethel Cimetière communal : monument aux morts 1870  
Rimogne Monument aux morts de 1870 dans l'ancien cimetière. Il fut inauguré le . Ce monument est dédié à la mémoire des soldats morts à l'ambulance de Rimogne. Il est également dédié aux Rimognats morts pendant cette guerre sur différents champs de bataille. Le monument est surmonté d'une sculpture d'Aristide Croisy appelée « le Mobile ». On retrouve cette même sculpture par exemple à Arras, à Saint-Bomer, à Abbeville, à Hesdin ou encore à Montauban.  
Sedan Monument aux morts de 1870, par Aristide Croisy sur la place d'Alsace-Lorraine.    
Vouziers Cimetière communal : monument « A la mémoire des soldats morts pour la Patrie »  
Buste du général Chanzy  

AubeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Aix-en-Othe Monument « Aux enfants du canton d'Aix-en-Othe morts pour la Patrie 1870-1871 ».
Arcis-sur-Aube Cimetière communal : tombe collective et tombe militaire française 1870-1871 (1876).
Bar-sur-Aube Monument aux morts 1870-1871
Bossancourt Cimetière communal : plaque commémorative 1870-1871 et tombe militaire (1876).
Brienne-le-Château Cimetière communal : tombe collective 1870-1871 (soldats allemands).
Chaudrey Monument « À la mémoire des enfants de Chaudrey morts pour la Patrie 1870-1871 ».
Le Chêne Cimetière communal : tombe militaire 1870-1871 (soldats allemands) et tombe militaire (1876).
Méry-sur-Seine Tombe collective de huit gardes mobiles des bataillons de l'Indre décédés à l'hôpital de la ville en 1870.
Nogent-sur-Seine Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871 et tombe collective (soldats allemands)
Palis Monument « À la mémoire des musiciens de Palis disparus lors de la guerre de 1870 ».
Romilly-sur-Seine Cimetière des Hauts-Buissons, Monument aux morts 1870-1871 avec cette épitaphe : « Les vétérans de la section de Romilly ont érigé ce monument le avec le concours du Souvenir français en honneur des braves tombés sous le feu des Allemands 1870-1871 - Vive la France ».
Troyes Monument « Aux enfants de l'Aube » morts en 1870-1871, inauguré en 1890. Le socle est ceinturé d'un haut-relief en bronze par Désiré Briden (1850-1936), le groupe en marbre au sommet est sculpté par Alfred Boucher[15].  
Villadin Cimetière communal, tombe militaire française 1870.
Villenauxe-la-Grande Monument aux morts 1870-1871 avec cette dédicace : Dieu - Honneur - Patrie, « À la mémoire des victimes de la guerre de 1870 & 1871 nés dans le canton de Villenauxe ».

MarneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Châlons-en-Champagne Monument aux morts 1870-1871 Gloria Victis copie de l’œuvre d'Antonin Mercié (1891), situé place de la Libération.  
Cimetière de l'Est : monument aux morts 1870-1871 « À la mémoire des militaires de la garnison de Châlons morts sous les drapeaux » et « Aux Châlonnais morts pour la Patrie et qui dorment leur dernier sommeil loin du foyer natal ». Monument élevé en 1894 par le Souvenir français.
Cimetière de l'Ouest :
  • Monument au-dessus de la sépulture collective rassemblant les corps des militaires et gardes mobiles français de la guerre franco-prussienne 1870-1871 morts à Châlons-sur-Marne. Monument élevé en 1884-1886.
  • Monument allemand à Gustav Schmidt et 172 autres militaires tombés pendant la guerre franco-prussienne.
  • Monument commémoratif « À la mémoire de quatre citoyens français [...] victimes d'une inique condamnation de la part de l'ennemi et fusillés à Châlons le  ». Monument inauguré le .
     
Cimetière du Sud, Monument À la mémoire des victimes militaires et civiles de toutes les guerres, sous forme de colonne.
Cormontreuil Monument Augé  
Passavant-en-Argonne Monument au « massacre des mobiles de la Marne » inscrit à l'inventaire des Monuments historiques.  
Pontfaverger Monument aux soldats morts pour la Patrie 1870-71  
Reims Cimetière du Nord :    
Sézanne Monument 1870  
Sivry-Ante Cimetière communal : tombe de trois soldats allemands tombés à Sivry en 1870  
Tours-sur-Marne Monument aux combattants de 1870-71, érigé par le Souvenir français  
Vertus Monument aux morts 1870-1871

Haute-MarneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Ageville Cimetière communal, Monument aux morts 1870-1871.
Chaumont Monument « Aux enfants de la Haute-Marne morts pour la Patrie » de Tony Noël, érigé en 1898.

Tombes prussiennes au cimetière de Saint Aignan (ancienne partie côté église)

 
Faverolles Cimetière communal : tombe militaire 1870.
Langres Cimetière communal : Monument aux morts - « HONNEUR ET PATRIE - DIEU - À la mémoire des Langrois Morts aux Armées Françaises 1870 ».
Longeau-Percey Calvaire « à la mémoire de Stanislas Régel commandant des Mobiles de la Haute-Marne frappé mortellement au combat de Longeau le  ».  
Monument « au commandant Régel et aux gardes mobiles tués au combat de Longeau le 16 xbre 1870 » - Les officiers de la Garde mobile de la Haute-Marne.  
Cimetière communal : monument de la guerre de 1870 avec deux inscriptions : « À la mémoire des combattants tombés à la bataille de Longeau le 16.12.1870 » et « Unseren Tapferen Kameraden ».  
Marault Monument aux morts « À la mémoire des jeunes mobiles éclaireurs volontaires morts le  ».  
Montier-en-Der Monument aux morts 1870-1871 « Aux victimes du Devoir », sculpture de Tony Noël.
Cimetière communal : monument sous forme d'obélisque avec urnes funéraires, Sinigre (sculpteur).
Nogent Monument « Aux victimes de la guerre du 7 au  ».
Orges Cimetière communal, stèle 1870-1871.
Prauthoy Cimetière communal : tombe et monument avec cette épitaphe : « Ici reposent les corps de 39 soldats français tués en repoussant victorieusement l'ennemi au combat du - Aux Défenseurs de la Patrie - Hommage des habitants  ».  
Rolampont Cimetière communal : tombes collectives entourées de grilles.
Saint-Dizier Cimetière de Gigny : monument « Aux soldats allemands » composé d'une stèle et de deux pierres tombales séparées par une bande de gravier. Les noms des soldats allemands morts de maladie lors de l'occupation de la ville du au sont gravés sur les pierres tombales.

CorseModifier

Haute-CorseModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bastia Monument aux morts de 1870.

Corse-du-SudModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bonifacio Monument aux morts de la Guerre de Crimée et de la Guerre de 1870.

Franche-ComtéModifier

DoubsModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Audincourt Obélisque dans le cimetière de la rue de Belfort. Mention : "A la mémoire des 24 braves morts pour la Patrie en 1870/71 qui reposent ici"
Baume-les-Dames Obélisque au centre du cimetière communal. Mention : " Aux soldats morts pour la défense de leur pays - La ville de Baume-les-Dames - 1870-1871 "
Besançon Cimetière des Champs Bruley : monument « À la mémoire des défenseurs de la patrie 1870-1871 / Ici reposent 2 179 officiers, sous-officiers et soldats morts pour la patrie »  
Beure Colonne dans le cimetière communal. Le monument est dédié à toutes les guerres ; à l'arrière du socle a été gravé : "AUX VETERANS-1870-1871"  
Bethoncourt Obélisque dans le cimetière communal avec les noms de 16 personnes.
Bondeval Obélisque dans le cimetière avec la mention : "A la mémoire des Gardes Mobiles du Doubs 2e Bataillon morts pour la Patrie au combat de Seloncourt le 13 janvier 1871".
Chemaudin Colonne dans le cimetière. Mention : "Aux mobiles de Saône et Loire décédés à Chemaudin".D'après une autre source, il s'agit d'un hommage aux 18 soldats du 4e bataillon des Gardes mobiles de Saône et Loire décédés à l'infirmerie installée dans la commune entre le 08/02 et le 12/03/1871.
Chouzelot Stèle située en haut du village sur les lieux des affrontements, portant la mention : "Soldats français tués au Mont Gardot dans les combats du 25,26,27 janvier 1871. Souvenir des habitants de Chouzelot"  
Clerval Obélisque portant 7 noms.
Étalans Obélisque dans le cimetière portant la mention : " Aux sous officiers et soldats morts à l'ambulance 1870-1871 "
Geney Obélisque dans le cimetière communal portant 2 noms et la mention : "A la mémoire de deux enfants de Saône-et-Loire morts en combattant pour la Patrie"
La Cluse-et-Mijoux À l'entrée de la cluse, monument "Aux derniers défenseurs de la Patrie - 1er Février 1871"

Monument mémorial dédié aux combattants dont le sacrifice en retardant l'avance prussienne permettait à l'Armée de l'Est de se réfugier en Suisse et à son 18e Corps d'Armée de rejoindre Lyon . Autres inscriptions : "L'Union Fraternelle des Anciens Soldats de l'arrondissement de Pontarlier à ses frères d'armes" ; "La commune de La Cluse soucieuse de ses devoirs" ; "Vingtième témoignage de la reconnaissance éternelle des habitants de la Cluse à leurs défenseurs" (posée en 1891) ; "Centenaire de la bataille de La Cluse" (posée en 1991 par Le Souvenir Français et les communes de la Cluse et Mijoux, Oye et Pallet, Pontarlier, Verrières de Joux, en souvenir des défenseurs de ce lieu) ;"A la mémoire des soldats français tués dans le combat de La Cluse le 1er février 1871" (Plaque offerte par la Société de Tir de Pontarlier) ; "1er Février 1871 - La colonie scolaire du IX ème arrondissement de Paris - en souvenir des combats de la Cluse - Plaque inaugurée le 11/09/1887"

Maîche Croix dans le cimetière mentionnant 44 morts dont 15 inconnus et portant la mention : " Credo Resurget. A l'Armée de l'Est 1870-1871 ; Ce monument a été érigé avec le produit d'une loterie faite par les soins du docteur Taillard médecin de l'Ambulance de Maîche. Mr le Comte de MERODE Maire de Maîche "
Montbéliard Square du Souvenir-Paul-de-Resener : obélisque « Aux enfants de l'arrondissement de Montbéliard morts pour la patrie et à l'armée de l'est ».

Cimetière du Haut : monument « À la Mémoire de 109 Braves de l'Armée de l'Est tués à l'ennemi les 15 et 16 janvier 1871 sous les murs de Montbéliard ou morts des suites de leurs blessures dans les ambulances de cette ville ».

Au niveau du 3 boulevard Frédéric-Ferrand : monument : « À la mémoire des braves... Morts pour la patrie dans les journées des 15, 16 et 17 janvier 1871 ».

Petite-Chaux Plaque commémorative à la mairie portant 1 nom.
Pontarlier Sculpture " L'Ange vengeur" au centre du cimetière communal. " A la mémoire des morts des combats du 1er février 1871". Don du sculpteur Camille Demesmay (1815-1890).
Quingey Dans le cimetière commun de Quingey-Chouzelot, monument "à la mémoire des anciens Quingeois morts pour la Patrie - La ville de Quingey reconnaissante", et pour les soldats Français tués au mont Gardot en 1871.La paroisse de Quingey à 14 soldats tués au Mont Gardot les 25,26 janvier 1871 et à 25 de leurs compagnons d'armes dans les ambulances de la ville. Suivi de la mention latine "Sil memoria illorum in benedietione et ossa eorum pullulent de loco suo". 38 noms y figurent.  
Rougemont Monument aux morts de Chazelot et Montferney près de la chapelle Saint-Hilaire, portant 52 noms.  
Saint-Julien-lès-Montbéliard Cimetière communal : monument de la Guerre de 1870-1871 avec cette dédicace : « Ici reposent deux Mobiles de la Charente morts pour la Patrie en poursuivant l'ennemi après le combat de Sainte-Marie le 13 janvier 1871 ».
Scey-en-Varais Obélisque dans le cimetière, devant l'église portant 8 noms.
Vaux-et-Chantegrue Sculpture place de la Pyramide , monument dédié "Aux braves morts au champ d'honneur à Vaux le 31 Janvier dans un des derniers combats de 1871". Rappel historique : pendant qu'une partie de l'Armée de l'Est passait en Suisse des points de résistance d'arrière-garde étaient organisés comme ici, du lac Saint Point à Bonnevaux, pour ralentir la progression des Prussiens au Sud vers le Jura et l'Ain et aussi permettre aux troupes françaises qui n'avaient pu atteindre la frontière Suisse de se replier en direction de Lyon.
Vorges-les-Pins Stèle, en haut du village sur les lieux des affrontements, portant "A la mémoire des soldats morts par suite de leur dévouement à la Patrie dans les combats des 24,25 et 26 janvier 1871.Souvenir des habitants de Vorges - De Profundis."  

JuraModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Azans Stèle à côté de celle de 1914-1918, "À la mémoire d'un soldat français mort pour la France lors du conflit 1870-1871"; pas de nom.
Champagnole Obélisque dans le cimetière : "Aux Soldats Morts pour la Patrie 1871" ; pas de noms.
Dole Obélisque érigé en 1887 place de la gare, et déplacé au cimetière Nord[16] en 2017[17] : « Aux victimes de la défense de Dole - Gardes nationaux dolois » (11 noms) - « Francs-tireurs » (6 noms)[18]
Fraisans Cimetière communal : sépulture militaire 1870-1871.
Molamboz Obélisque à côté du portail de l'église : « La commune de Molamboz reconnaissante, à la mémoire de ses soldats morts pendant la Guerre de 1870-1871 », pas de noms.  
Poligny Obélisque dans le cimetière : «Aux Soldats Français Morts à Poligny pendant la Guerre 1870-1871» ; 15 noms.
Les Rousses Monument de la Guerre de 1870-1871 - Armée de l'Est, hôpital du fort des Rousses aux morts des suites de blessures ; 9 noms.  
Saint-Laurent-en-Grandvaux Obélisque face à l'église : « Aux enfants du canton de Saint-Laurent-en-Grandvaux morts au combat pour la Patrie 1870-1871 » ; pas de noms.
Salins-les-Bains Stèle dans le cimetière ; 93 noms.

Haute-SaôneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Aillevillers-et-Lyaumont Monument aux morts des guerres du XIXe siècle  
Amance Statue devant la mairie : " Aux Enfants d'Amance Morts pour la France " 8 noms.
Ancier A côté de l'église ;" La commune et les habitants d'Ancier à leurs enfants morts pour la France 1870-1871 " 6 noms.
Chagey Monument à la mémoire des soldats morts pour la défense de la Patrie,  
Champlitte Près du château, rue de la République ; 53 noms.
Chenebier Stèle allemande derrière le monument aux Morts - " An dieser Statte ruhen friedlich vereint mit den Franz. Kameraden 200 Deutsche Krieger - Ehre ihrem Andenken - Errichtet 1901 " (Dans cette ville reposent, paisiblement unis avec leurs camarades français, 200 soldats allemands) ; 7 noms.
Corbenay Plaque 1870-1914 dans l'église : " La paroisse de Corbenay à ses enfants morts pour la France 1870-1871, 1914-1918 " ; 43 noms dont 8 de 1870-71.
Faucogney-et-la-Mer Cimetière Saint-Martin, 6 noms.
Fougerolles Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871, sculpture allégorique de la France blessée par Jules Grosjean (1898)[19]
Gray Monument aux morts de la guerre 1870 1871 de Jules Grosjean, inauguré le [20].
Gy Dans le cimetière : "A la mémoire des 52 soldats Français décédés à l'ambulance municipale de Gy en 1871"
Héricourt Cimetière communal :
  • tombe commune
  • monuments « Aux défenseurs de la Patrie »[21].
  • monument « A la mémoire des soldats français tombés dans la bataille d'Héricourt les 15, 16, 17 et . »
   
Lure Monument « A la mémoire des soldats français morts pour la Patrie 1870-71 »[22].  
Luxeuil-les-Bains Cimetière communal : Monument aux morts de la guerre de 1870[23].  
Mélisey Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871 sous forme de colonne tronquée[24].  
Ronchamp Monument (1904) de François-Xavier Niessen, fondateur du Souvenir français qui possède la particularité d'être à la fois dédié aux victimes de guerre mais aussi des catastrophes minières, dans les houillères de Ronchamp. Déplacé deux fois dans la commune, il est aujourd'hui réuni avec les autres monuments (1914-1918 et 1939-1945) dans un jardin du Souvenir[25].  
Seveux Au croisement D13 x D5 1 km Sud-Est de Seveux : " A la mémoire des gardes nationaux tombés en ces lieux les 27 et 28 octobre 1870 en défendant le sol natal contre l'invasion étrangère – Passant souviens-toi "
Vellexon-Queutrey-et-Vaudey Devant la mairie, monuments toutes guerres :" La commune de Vellexon à ses Morts " ; 36 noms dont 11 de 1870-71.
Vesoul Monument à la mémoire des victimes de la guerre franco-prussienne, défenseurs de Belfort et autres. En forme d'obélisque, il a été érigé en 1874 place de la République[26].  
Villersexel Cimetière communal : Tombe commune et monuments français et allemand[27].    
Vyans-le-Val Monument « A la mémoire des 69 braves morts pour la défense de la Patrie 15, 16 et  »  

Territoire de BelfortModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Beaucourt Monuments aux morts 1870-1871, dans le cimetière (13 noms)
Belfort
le Lion de Belfort (1879) par Auguste Bartholdi, dédié « Aux défenseurs de Belfort 1870-71 » ;  
Monument « Aux défenseurs de Belfort », connu sous le nom de Quand même !, œuvre d'Antonin Mercié (1884) ;  
Monument des Trois sièges de Belfort : oeuvre d'Auguste Bartholdi, Louis Noël et Jules Déchin, inauguré en 1913.  
Cimetière de guerre du Pré-Gaspard :
  • carré militaire 1870-1871, lieu d'inhumation en fosses des 2 500 défenseurs et 262 civils tués durant le siège de Belfort en 1870-1871.
  • monument commémoratif 1870-1871.
Bessoncourt Monument commémoratif 1870-1871. Un obélisque et 2 croix ; pas de noms. Mention : "La commune de Bessoncourt aux soldats français morts au combat du 15 novembre 1870" - Il s'agit certainement d'une fosse commune où soldats français et allemands ont été inhumés, l'obélisque concernant les Français et les deux croix les Allemands.
Châtenois-les-Forges Monument commémoratif 1870-1871. Monument sans nom situé dans le cimetière. Mention : " A la Mémoire des Soldats français morts pour la Patrie 1870-1871"
Danjoutin Monument aux morts de la guerre 1870-1871, obélisque portant 51 noms avec ces dédicaces : « Danjoutin aux Braves morts pour sa défense 1870-1871 », « Souvenir de la part glorieuse prise par le village de Danjoutin au siège de Belfort du 3 novembre 1870 au 13 février 1871 », « Dans la nuit du 9 au 10 janvier 1871 les 500 défenseurs du village ont vaillamment lutté pendant […] heures contre un ennemi qui les assaillait de toutes parts », « À la mémoire des défenseurs de Danjoutin », « 3e Cie Garde Mobile (Saône et Loire) Capitaine de La LOYERE […] SICARD - Une section d’une Compagnie Garde Mobile du Haut-Rhin Capitaine KOECHLIN - Eclaireurs du Rhône Lieutenant MARTIN », « Défense de Danjoutin Capitaine GELY Chef de Bataillon du 43e de Ligne du 2e Bon de Saône et Loire - Cdt ARTAUD Gardes Mobiles et Éclaireurs du Haut-Rhin ».
Grosmagny Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871. Obélisque dans le cimetière communal portant 26 noms de soldats tués à Gromagny le 2/11/1870 - Monument érigé par Mme MOREL de GRAY. Mentions : "Une mère désolée à son fils !!! - A la mémoire de leur fils et frère Pierre Louis Alfred MOREL lieutenant de la Garde Mobile du 1er Bataillon de la Haute-Saône, 4e Cie, tué à l'ennemi au combat de GROMAGNY sous Belfort le 02 9bre 1870, né à Gray le 11 mars 1832 et nommé capitaine le 8 8bre 1870. Priez pour lui !!! - Sous ce même mausolée reposent 25 de ses compagnons d'armes, tous dépouillés comme lui et victimes de cette malheureuse guerre. Priez pour eux". Rue du Château se trouve un autre monument - " dédié à l'abbé Robert MICLO tué par les Prussiens alors qu'il venait porter secours aux blessés.
Lachapelle-sous-Rougemont Monument commémoratif 1870-1871. Croix d'une sépulture de 26 soldats allemands avec la mention : " Hier starben den heldentod 26 deutscher krieger 1870/71 "
Pérouse Monument commémoratif 1870-1871 ; monument sans nom situé au cimetière, érigé par l'œuvre des prières et des tombes militaires - 1896.
 « À la mémoire des soldats français tués à Pérouse pendant le siège de Belfort 1870-1871 ».
Rougemont-le-Château Monument aux morts 1870-1871, obélisque situé au bord de la D2 - 12 noms dont 9 de la guerre de 1870 « À la mémoire des victimes de l'invasion Allemande - Combat du 2 novembre 1870 au Champ des Fourches ».

Île-de-FranceModifier

ParisModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Paris (Ve arrondissement) Panthéon : urne contenant le cœur de Léon Gambetta, transférée le  ; sous l'urne est gravée une inscription à la mémoire des généraux d'Aurelle de Paladines, Chanzy et Faidherbe ainsi qu'à celle des colonels Denfert-Rochereau et Teyssier.    
Paris (VIIIe arrondissement) Square Montholon à l'origine : Gloria Victis, bronze d'Antonin Mercié, à la gloire des vaincus de 1870, érigé en 1879, puis dans la cour centrale de l'hôtel de ville en 1884. Conservé depuis 1930 au Petit Palais.  
Paris (XIVe arrondissement) Cimetière du Montparnasse : monument 1870-1871 « Aux vaillants soldats qui se sont dévoués pour la Patrie jusqu'à la mort - honneur à leur mémoire ».  
Place Denfert-Rochereau : le Lion de Belfort d'Auguste Bartholdi, réplique (réduction au tiers) en cuivre martelé de celui de Belfort.  
Paris (XXe arrondissement) Square Édouard-Vaillant : Monument à Léon Gambetta

À l'origine, le monument était composé d'une colonne pyramidale dont la base était décorée de sculptures et cartouches en bronze. Sur la face avant, à mi-hauteur, se trouvait le groupe sculpté en pierre représentant Gambetta devant le drapeau, entouré de soldats. Sur la colonne étaient représentés les épisodes de sa vie et des extraits de ses discours. Au sommet, une allégorie en bronze représentait la Gloire de la démocratie assise sur un aigle aux ailes déployées. Inauguré en 1888 sur la place du Carrousel, le monument fut démonté en 1954. Une partie du monument fut, par la suite, installée dans le square Édouard-Vaillant. Une maquette du monument est conservée au musée d'Orsay.

 
Cimetière du Père-Lachaise :  
 

 

EssonneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Angerville Cimetière communal : monument avec cette épitaphe : « Les habitants d'Angerville, à la mémoire des partisans du Gers Langlade et Pugos morts le 8 octobre 1870 en combattant pour la Patrie sous le commandement de M. D'Asies du Faur ».
Brunoy Sépulture collective 1870-1871 avec cette épitaphe : 1870-1871 Ici reposent 52 soldats allemands inhumés au cours des années 1870-1871.
Corbeil-Essonnes Monument aux morts de 1871, inauguré en 1907, composé d'une statue de femme en bronze posée sur un piédestal, au dos figure cette inscription : « Monument élevé par souscription publique / 27 octobre 1907 / Les vétérans 413e section-Corbeil et les sections de l'arrondissement Les mobiles et les anciens combattants de 1870-1871 ». Des plaques d'autres conflits sont posées à sa base ;
Cimetière communal de Corbeil : sépulture collective anonyme 1870-1871, 553 soldats allemands et 49 Français.
Le Coudray-Montceaux Cimetière de l'église : sépulture collective 1870-1871 avec cette épitaphe : « Ici reposent 43 soldats allemands ».
Dannemois Monument à la mémoire des francs-tireurs de Paris et des gardes nationaux volontaires morts pour la Défense de la Patrie aux combats de Dannemois les 27 et 28 7bre 1870. Monument élevé en 1872.  
Épinay-sur-Orge Cimetière communal : Monument à la mémoire du franc-tireur Léopold Pillot fusillé par les allemands, et de trois soldats morts pour la Défense de la Patrie[28].  
Étampes Cimetière ancien Notre-Dame :
  • monument aux Morts 1870-1871 ;
  • sépulture de soldats allemands.
Yerres Sépultures allemandes.

Seine-et-MarneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Chenoise Cimetière communal : tombe allemande.
Coulommiers Monument aux morts 1870-1871, sous forme d'obélisque.
Crécy-la-Chapelle Monument « Aux mobiles de la campagne de Crécy morts pour la Patrie 1870-71 ». Monument érigé par la 162e section des vétérans des armées de terre et de mer le .  
Croissy-Beaubourg Cimetière communal : sépulture collective de soldats.
Dammartin-en-Goële Mairie : deux plaques du Souvenir français.
Esbly Monument, avec buste du commandant Ernest Stanislas Berthault (1845-1892), natif d'Esbly.
La Ferté-Gaucher Monument aux morts du canton 1870-1871.  
La Ferté-sous-Jouarre Cimetière communal : monument aux morts du canton 1870-1871.
La Grande-Paroisse Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871, 1914-1918, 1939-1945.  
Lagny Cimetière communal : monument à la mémoire des soldats morts à Lagny pendant la guerre de 1870-1871 (1876).
Melun Monument « Aux enfants de Seine-et-Marne morts pour la Patrie 1870-1871 », par le sculpteur Charles Desvergnes et l'architecte Bernard Bezault, avec cette inscription : « Ce monument est érigé grâce à la générosité publique sollicitée par le commandant Buval, fondateur de l'Union des Défenseurs de la Patrie en Seine-et-Marne ». Le monument se compose de deux groupes sculptés en bronze sur le piédestal, une femme portant un drapeau conduit une troupe de soldat. Au pied du monument, symbolisant la Revanche, une femme tend un fusil à un adolescent. L'inauguration a lieu le , en présence des généraux Charles Eugène Le Joindre et Théophile Antoine Albert Branche, de l'Inspecteur général des Beaux-Arts Armand Dayot, du préfet Paul Boegner, du député Marc-François Balandreau, des sénateurs Charles Prévet, Edmond Forgemol de Bostquenard et Eugène Thomas et du maire René Villeneuve[29].
Le Mesnil-Amelot Monument aux morts 1870-1871.
Montereau-Fault-Yonne Cimetière communal : monument aux morts de 1870-1871.
Mortcerf Cimetière communal : sépulture militaire.
Pommeuse Cimetière communal : monument « À la mémoire des enfants de Pommeuse morts pour la Patrie », 1871.
Provins Monument aux morts de 1870-1871, par Léon-Eugène Longepied. Situé près du jardin Garnier et en face de l'ancien établissement de bains.  
Roissy-en-Brie Monument aux morts 1870-1871.
Saint-Germain-Laval Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871[30].
Servon Monument aux morts 1870-1871.

Hauts-de-SeineModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Asnières-sur-Seine Monument commémoratif des guerres de 1870 et de Crimée, groupe en bronze sculpté par Auguste Maillard (1901)
Boulogne-Billancourt Cimetière communal rue Pierre Grenier : monument aux morts 1870-1871.
Châtenay-Malabry Sépulture collective 1870-171 avec cette épitaphe : « Ici reposent 20 soldats allemands ».
Châtillon Cimetière communal :
  • sépulture collective 1870-1871 (55 soldats) ;
  • monument commémoratif 1870, « Paris à ses défenseurs ».
Clamart Cimetière communal : monument aux morts de la guerre de 1870 dit du « Souvenir français », « monument érigé par le Souvenir français avec le concours de la municipalité et des dames françaises, à la mémoire de 193 soldats français tués en 1870-71 sur les hauteurs de Clamart ».
Courbevoie Ancien cimetière : sépulture collective 1870-1871, « Combats de la Défense à Courbevoie ».
Fontenay-aux-Roses Cimetière communal : tombe militaire 1870-1871.
Garches Cimetière communal : monument aux soldats morts à Garches, bataille de Buzanval, 1871.
Issy-les-Moulineaux Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871, « Monument érigé par la commune d'Issy-les-Moulineaux le 12 novembre 1893 - Aux soldats français morts au champ d'honneur 1870-1871 la Patrie reconnaissante ».
Neuilly-sur-Seine Cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine : monument commémoratif 1870-1871.
Puteaux Monument de La Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias. Le groupe en bronze, représente trois figures symbolisant la défense de Paris : une femme vêtue de l’uniforme de la garde nationale, appuyée sur un canon et tenant un drapeau personnifiant Paris, les défenseurs sous les traits d’un jeune mobile armé de son chassepot et de l’autre côté du monument, une fillette prostrée qui, par son apparence misérable, incarne les souffrances des civils. Déplacé au milieu des années 1960, lors des travaux d’aménagement du quartier de La Défense, remisé durant de nombreuses années, le monument fut rétabli à son emplacement initial le lors de la célébration du centenaire de son inauguration.  
Saint-Cloud Monument aux morts 1870-1871.
Sceaux Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871, avec cette inscription : « À nos frères morts pour la Patrie - monument élevé aux frais de la ville de Sceaux et de la 53e section des vétérans des armées de terre et de mer ».
Suresnes Fort du Mont-Valérien : groupe sculpté Quand même ! d'Antonin Mercié.  
cimetière Voltaire de Suresnes : Monument Guerre de 1870-1871  
Vanves Cimetière communal : monument aux morts avec cette dédicace : « Ici reposent les restes mortels de 67 soldats morts en défendant le sol sacré de notre France 1870-1871 ».

Seine-Saint-DenisModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Aubervilliers Cimetière communal d'Aubervilliers :
  • sépulture collective 1870-1871 ;
  • monument aux morts 1870-1871.
Aulnay-sous-Bois Cimetière ancien d'Aulnay-sous-Bois, monument aux morts de 1870-1871, sous forme de colonne tronquée.
Le Bourget Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871.  
Drancy Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871 « Aux soldats français morts pour la Patrie ».  
Les Lilas Cimetière communal : stèle 1870-1871.  
Neuilly-Plaisance Monument aux morts 1870-1871 en forme d'obélisque[31] avec cette épitaphe : « À la mémoire des défenseurs de la patrie morts au champ d'honneur. 1870 ». Sur la plaque du piédestal : « En ce lieu, le 25 décembre 1886, ont été inhumés les corps de soldats de l'armée française, tués lors de la bataille du Plateau d'Avron (1870-1871) ». Plaque au pied du monument : « Ville de Neuilly-Plaisance. Guerre 1870-1871. Devant ce monument, dédié aux défenseurs de la patrie morts au champ d'honneur, a été célébré le 140e anniversaire de la bataille du Plateau d'Avron, le samedi 18 décembre 2010 […] ». Plaque sur la grille ceinturant le monument : « Ces canons ont été offerts par M. Jules Grévy, Président de la République française, par décret du 14 février 1887. Ces bouches à feu ont participé à la campagne du Mexique (1862-1867) ». Plaque sur le sol de l'enclos : « Guerre 1870-1871. Ces lieux et les environs ont fait l'objet de durs combats entre Français et Prussiens. Les troupes françaises composées de marins, de soldats de l'infanterie de marine, de gardes mobiles et nationaux, sous le commandement du Général Louis Trochu, comme celles du Maréchal Helmuth von Moltke payèrent un lourd tribut. Les civils ne furent pas épargnés. Une souscription populaire, voulue par des habitants d'Avron et des communes voisines, a permis d'ériger en 1886 cette stèle, pour garder la mémoire éternelle des défenseurs de la patrie morts pour la France. Le 25 décembre 1886, eut lieu le transfert depuis le cimetière de Neuilly-sur-Marne, des restes de 83 soldats de l'Infanterie de Marine, pour être placés à jamais sous cette stèle. Les honneurs furent rendus en présence de hautes personnalités civiles et militaires. Au carré militaire du cimetière repose un soldat de l'Infanterie de Marine dont le nom est inconnu, comme ceux des militaires ici présents. Ces lieux font l'objet, depuis 1886, de cérémonies officielles organisées par les diverses municipalités à des dates se rapprochant le plus possible de 25 décembre. Offerts par Jules Grévy, Président de la République, quatre canons de la Campagne du Mexique, sont placés ici depuis 1888 ».  
Pantin Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871.  
Saint-Denis Cimetière communal, monument aux morts « La ville de Saint-Denis à ses défenseurs victimes du siège 1870-1871 » (106 victimes).  
Villetaneuse Cimetière communal, une tombe de cinq soldats français et une tombe de trois soldats allemands aménagées par la commune en 1884.

Val-de-MarneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bonneuil-sur-Marne Cimetière communal, monument en souvenir siège de Paris 1870-1871.
Bry-sur-Marne Cimetière communal, monument aux morts de la guerre de 1870-1871.
Champigny-sur-Marne Ossuaire commémorant la bataille de Champigny. Inauguré le , l’ossuaire abrite dans sa galerie de 70 mètres de longs 33 caveaux qui rassemblent les ossements de 1007 soldats français et 377 soldats allemands surmonté d'un monument commémoratif de 6 mètres de haut, avec des pièces d’artillerie autour du monument le tout entouré de grilles.
Choisy-le-Roi Monument commémoratif 1870, statue du marin de B. L. Hercule (1846-1913) rendant hommage aux forces de la Marine et à leurs combats menés lors du siège de Paris.
Cimetière communal, monument aux morts 1870-1871, statue du « Mobile en armes ».
Fontenay-sous-Bois Monument érigé en 1913, sculpture en pierre de Charles Breton[32].  
L'Haÿ-les-Roses Cénotaphe 1870, « Paris à ses défenseurs, Bataille de l'Haÿ  ».
Ivry-sur-Seine Cimetière ancien : monument aux morts de 1870-71.  
Le Kremlin-Bicêtre Cimetière : monument aux morts de 1870-71.  
Saint-Maur-des-Fossés Cimetière Rabelais 2 : monument aux morts de 1870-71.  
Sucy-en-Brie Cimetière communal, stèle 1870-1871.
Thiais Cimetière communal, stèle 1870-1871.  
Thiais Square du Maréchal Juin : monument aux morts de la Guerre de 1870.  
Villejuif Cimetière communal : monument à la mémoire des officiers et soldats morts pour la défense de la Patrie 1870-1871, ossuaire des soldats tombés aux combats de Chevilly en 1870.
Villeneuve-Saint-Georges Cimetière communal :
  • Monument aux morts 1870-71
  • Tombe : 42 soldats identifiés - 97 soldats français non-identifiés.
Villiers-sur-Marne Monument de la guerre de 1870.
Vincennes Cimetière communal : monument de la Guerre de 1870-1871.  

Val-d'OiseModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Eaubonne Cimetière communal, tombe collective de 1870-1871, sépultures regroupées en 1873.
Écouen Cimetière communal : tombe collective de soldats allemands morts au cours du siège de Paris 1870-1871.
Enghien-les-Bains Tombes militaires de soldats prussiens morts en 1870.
L'Isle-Adam Pont de l'Oise, obélisque rappelant la défense de ce passage en .  
Pontoise Monument de la guerre de 1870.
Saint-Gratien Tombe collective 1870-71, carré militaire, 67 soldats inconnus tombés pendant le siège de Paris, principalement lors de la bataille d'Epinay.

YvelinesModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bougival Monument à trois victimes de la guerre de 1870.
Houilles Cimetière communal, Monument aux morts 1870-71 composé d'une colonne de pierre quadrangulaire, inauguré en 1897.
Sartrouville Cimetière communal, Monument aux morts 1870-71 composé d'un socle surmonté d'une croix de fer.
Versailles Cimetière Saint-Louis : monument aux morts 1870-1871.

Languedoc-RoussillonModifier

AudeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Carcassonne Monument aux morts, « Les Audois » inauguré le pour commémorer les morts de la guerre de 1870-1871. Il se compose d’un piédestal de granit surmonté d’un groupe de soldats de bronze dans des attitudes de combat. Sur le piédestal massif figure l’inscription : « Aux enfants de l’Aude morts pour la patrie ».
Castelnaudary Monument de la guerre 1870-1871 dit : « La veuve et l'orphelin », sculpté par Emile Peyronnet, en 1911.
Narbonne Monument aux Enfants de l'arrondissement de Narbonne morts pour la Patrie en 1870-1871 et aux colonies, édifié en 1900, œuvre de Théophile Barrau.
Saint-Michel-de-Lanès Monument aux morts 1870-1871.
Sautel Monument aux morts guerre 1870

GardModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bagnols-sur-Cèze Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871.
Nîmes Monument aux mobiles du Gard d'Antonin Mercié, érigé en 1902.  

HéraultModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bédarieux Monument aux enfants du canton de Bédarieux morts pour la Patrie 1870-1871.  
Béziers Monument de la guerre 1870-1871.
Montpellier Monument aux morts de la guerre de 1870-1871.

LozèreModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Mende Monument commémoratif de la Guerre de 1870 dédié « Aux Lozériens morts pour la Patrie », élevé par le Souvenir français en 1896.  

Pyrénées-OrientalesModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Perpignan Monument aux victimes de la Guerre de 1870, architecte : J. Carbasse, sculpteur : Jean-Baptiste Belloc.  

LimousinModifier

CorrèzeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Brive-la-Gaillarde cimetière Thiers, stèle commémorative 1870-1871, située à gauche du monument aux morts de la guerre 1914-1918.

CreuseModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Aubusson cimetière communal, obélisque.

Haute-VienneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Limoges monument « À la mémoire des enfants de la Haute-Vienne morts pour la défense de la patrie en 1870-1871 », inauguré en 1899, groupe en bronze du sculpteur Martial Thabard[33].  

LorraineModifier

Meurthe-et-MoselleModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Baccarat Monument aux morts 1870-1871.  
Fontenoy-sur-Moselle Monument aux morts de 1870, servant aussi aux conflits suivants, sculpteur Ernest Bussière[34].  
Lunéville Monument aux fusillés de la Guerre de 1870.  
Mars-la-Tour Monument national commémoratif de la guerre de 1870, appelé aussi Monument national de Bogino, situé à Mars-la-Tour près de la nouvelle frontière Est après l'annexion de l'Alsace-Lorraine. Il est inauguré le , ses sculptures sont dues à Frédéric Louis Désiré Bogino[35].  
Nancy Cimetière de Préville, monument aux morts de 1870-1871.  
Cimetière de Préville, carré militaire allemand  
Monument aux forestiers morts pour la patrie, centre de Nancy d'AgroParisTech (14 rue Girardet) avec une plaque 1870-1871.
Onville Monument aux morts 1870-1871.
Pont-à-Mousson Cimetière militaire français (1870-1871)
Plaque mémorielle aux victimes du 12 août 1870  
Saint-Ail Cimetière d'Habonville : monument et tombes 1870-1871
Toul Monument à la mémoire des victimes du siège de Toul (1870), érigé en 1875 et sculpture de Jules Adeline.  
Cimetière communal : ossuaire surmonté d'un monument à 31 soldats français morts en 1870-1871  

MeuseModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Amblaincourt Une croix de 1870 devant l'annexe de la mairie.
Bar-le-Duc « Aux enfants de la Meuse morts pour la patrie ». Érigé par souscription publique en 1900, il occupait le centre de la place de la gare et fut démonté pour laisser place au monument Poincaré en 1950. Il n'est remonté qu'en 1958 rue Bradfer. Il a perdu le groupe symbolique en fonte, œuvre du sculpteur Paul Roussel qui est enlevé par les Allemands et fondu lors de la Seconde Guerre mondiale.  
Monument aux soldats allemands de 1870.  
Cimetière communal, carré militaire allemand 1870.
Beauzée-sur-Aire Cimetière communal : carré militaire de tombes de combattants de 1870.  
Saint-Mihiel Monument aux morts de 1870, se trouvant au bord du pont sur la Meuse, abimé lors de la Première Guerre mondiale et réutilisé pour les troupes de la 40e D.I .  
Villers-devant-Dun Cimetière communal, tombes de 2 Français et 20 Allemands (1870-1871).

MoselleModifier

Le département de la Moselle fut annexé au Second Reich par le Traité de Francfort de 1871 jusque 1918.

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Amanvillers Carré militaire 1870-1871, tombe de 588 soldats dont 585 inconnus et monuments allemands  
Amnéville Cimetière de guerre 1870-1871
Ars-Laquenexy Monument commémoratif 1870-1871 « Aux soldats français morts sur le territoire de cette commune pour la Patrie 1870 ».
Ars-sur-Moselle Cimetière communal, monument aux morts 1870-1871 (1872)
Bitche Cimetière communal : monument commémoratif du siège de Bitche
Cimetière Saint-Sébastien, tombes de soldats inconnus
Boulay-Moselle Cimetière protestant
  • Monument commémoratif franco-allemand
  • tombes militaires
Forbach Cimetière communal, monument commémoratif 1870-1871
Gravelotte Stèle à la mémoire de la Bataille de Gravelotte du .
Cimetière de guerre franco-allemand: tombes d'officiers allemands et français, ossuaire et Halle du Souvenir.  
Monuments commémoratifs allemands
Noisseville Cimetière militaire et monument du Souvenir Français, inauguré en 1908 et décoré par le sculpteur Emmanuel Hannaux[36] commémore la Bataille de Noisseville qui se déroula les et . Pour son centenaire, un timbre a été émis en 2008.  
Rezonville Monument allemand 1870  
Monument allemand 1870  
Monument allemand 1870  
Saint-Privat-la-Montagne Monument allemand de la Bataille de Saint-Privat  
Spicheren Croix de Spicheren sur le champ de bataille de 1870.  
Cimetière militaire français et allemand 1870-1871  
Monument allemand Brandenburgische Grenadier-Regiment  
Monument allemand Niederrheinische Füsilier-Regiment  
Monument allemand Hohenzollernsche Füsilier-Regiment  
Monument allemand Brandenburgische Grenadier-Regiment  
cimetière militaire allemand 1870  
Talange Ossuaire 1870-1871
Thionville Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871
Vantoux Tombe collective allemande 1870-1871
Vernéville Cimetière communal : carré militaire allemand 1870-1871
Ferme de Chanterenne, monument commémoratif allemand
Vionville Monument commémoratif 1870-1871  
Monument allemand  

VosgesModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bains-les-Bains Cimetière communal : monument aux Morts 1870-1871, Tonkin, Sénégal et Tunisie.
Bussang Cimetière communal, Monument aux Morts 1870-1871 et T.O.E.
Charmes Monument aux enfants du canton de Charmes morts pour la Patrie.
Épinal Monument aux Morts 1870-1871 avec cette dédicace : « 1700 victimes - Les Vosgiens à leurs compatriotes victimes de la guerre et de l'invasion 1870-1871 ».
Gérardmer Monument aux Morts 1870-1871.
Neufchâteau Monument aux morts 1870.
Nompatelize Monument et cimetière de guerre de la Bataille de Nompatelize.  
Saint-Dié-des-Vosges Cimetière de la rive droite :
  • Monument commémoratif érigé à la mémoire des valeureux soldats français morts au combat de Nompatelize le .
  • Carré militaire, régi par la loi du , deux tombes collectives rassemblant chacune 14 soldats. Un peu à l'écart se trouve une tombe individuelle.
 
Vagney Monument aux Morts 1870-1871, place de l'église.

Midi-PyrénéesModifier

AriègeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Capoulet-et-Junac monument inauguré en 1935 est une sculpture de Antoine Bourdelle.
Saint-Girons Monument aux morts de la Première Guerre mondiale, 1924, construit par l'architecte Patrice Bonnet.

AveyronModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Millau Monument aux Morts 1870-1871, Sculpture de marbre représentant la France de Denys Puech (1897).
Villefranche-de-Rouergue Monument aux morts de la Guerre de 1870, dans les jardins de l'hôtel de ville.  

Haute-GaronneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Toulouse Monument aux Enfants de la Haute-Garonne mort pour la Patrie, œuvre de Théophile Barrau.

GersModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Cazaubon Plaque commémorative aux combattants morts pendant la guerre de 1870-1871 sur l'escalier monumental d la place de l'église
Mauvezin Monument des combattants de 1870-1871, construit en 1911.
Mirande Monument aux morts tués pendant la guerre de 1870-1871.

LotModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Cahors Monument à la mémoire des mobiles et des soldats du Lot morts pour la Défense nationale 1870-71.
Monument à Léon Gambetta  
Figeac Monument aux Enfants de l'arrondissement de Figeac morts pour la Patrie 1870, inauguré en 1907, sculpteur Auguste Seysses[37].  
Gourdon Monument aux morts « À nos frères d'armes morts pour la Patrie », édifié par les soins des vétérans du Lot 1870-1871.
Peyrilles Cimetière communal, ossuaire avec la tombe de l'Abbé Filsac, aumônier volontaire des Mobiles du Lot.
Saint-Céré Monument à Canrobert  

Hautes-PyrénéesModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Tarbes Monument aux Morts, œuvre de Firmin Michelet inauguré par le Maréchal Foch en 1919. Le groupe du haut (Monument 1870) est intitulé « La Défense » représente la Patrie armant d'une épée un Haut-Pyrénéen. Cette statue fut commandée en 1911 et réalisée en 1913.  
Vic-en-Bigorre Monument La Revanche représentant un guerrier farouche armé d'un gourdin, réalisé par le sculpteur vicquois Edmond Desca et inauguré en 1894.  

TarnModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Graulhet Monument à l'amiral Benjamin Jaurès, guerre de 1870-1871.

Tarn-et-GaronneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Beaumont-de-Lomagne Monument aux morts de la guerre de 1870 (statue du mobile au drapeau), inauguré en 1908.  
Moissac Monument des Combattants 1870-1871, dédié également aux victimes des guerres d’Algérie, de Tunisie, d’Italie, du Mexique et des Colonies du XIXe siècle, a été inauguré le .
Montauban Monument aux Combattants et Défenseurs du Tarn-et-Garonne de 1870-1871, orné d'un groupe en bronze d'Antoine Bourdelle, commande de 1894, inauguré en 1902.  

Nord-Pas-de-CalaisModifier

NordModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Aniche Cimetière communal : monument aux morts de la guerre de 1870 (01).JPG  
Avesnes-le-Sec Monument aux victimes de la guerre 1870-1871 situé près de l'église.  
Avesnes-sur-Helpe cimetière communal, Monument commémoratif 1870.
Busigny Monument aux victimes de la guerre 1870-1871  
Cambrai Monument aux morts 1870, place Jean Moulin.
Cimetière de la Porte Notre-Dame, Monument du Souvenir français (1870-1871), élevé en 1901.
Le Cateau-Cambrésis Monument aux victimes de la Guerre 1870-1871 dans le cimetière communal.  
Caudry Monument aux Caudrésiens victimes de la guerre 1870-1871, situé dans l'ancien cimetière.  
Denain Monument 1870-1871 déplacé en 1928 dans le cimetière communal.  
Dunkerque Monument aux morts 1870, place de la République.  
Flines-lez-Raches Monument aux morts de la guerre de 1870  
Gommegnies Monument 1870-1871 dans le cimetière communal, porte les noms de 9 soldats de la commune tués lors de cette guerre.  
Gouzeaucourt Monument aux morts avec inscription des onze morts de la commune en 1870-1871.
Honnecourt-sur-Escaut Monument aux victimes de la guerre 1870-1871 dans le cimetière communal.  
Lille Statue de Faidherbe (1896) d'Antonin Mercié.  
Statue du 48e Mobile, inaugurée en 1913 emmenée par les Allemands en 1918, remplacée par une autre statue en 1930. Depuis 2004 elle est érigée près du pont du Petit Paradis. Sculpteur : Germain pour la statue de 1913 et Blaise pour la statue de 1930.  
Monument commémoratif de la défense nationale en 1870 datant de 1894, dédié en premier lieu à Achille Testelin. Détruit par les Allemands en 1918, il a été remplacé le par un monument plus sobre « A Testelin », en pierre, en bordure du canal de l'Esplanade. Sculpteurs : Bonnier pour le monument disparu de 1894, Robert Coin pour celui de 1933 ; architectes : Louis Marie Cordonnier pour le monument disparu de 1894, Émile Dubuisson pour celui de 1933 restauré en .
Cimetière Sud : Monument aux Enfants du Nord morts pour la Patrie 1870-1871 (1900) par Edgar Boutry.
Lys-lez-Lannoy Cimetière communal, Monument aux morts 1870-1871, Le Mobile.
Maretz Mémorial aux victimes de la guerre 1870-1871 dans le cimetière communal.  
Orchies Cimetière communal, Monument aux morts 1870-1871.
Quiévy Monument aux Morts de la guerre 1870-1871 sur la place de l'église  
Sin-le-Noble Square Jeanne d'Arc, Monument aux morts 1870 - 1871, érigé le . Inauguré après restauration le .
Somain Cimetière communal, monument aux morts de la guerre de 1870-71  
Viesly Monument aux Morts de la guerre 1870-1871 et autres guerres du XIXe siècle sur la place de l'église  
Villers-Guislain Monument aux morts 1870-1871.
Wambrechies Monument aux morts 1870-1871

Pas-de-CalaisModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Arras Cimetière communal, monument aux morts de la Guerre de 1870-1871. En 1898, on inhuma les ossements des officiers et soldats morts pendant la guerre dans un caveau. Le monument qui le surmonte, œuvre de l'Arrageois Bouchez-Béru, a été érigé par les soins du Souvenir français.  
Audruicq Monument 1870-1871.
Avion Monument aux morts d'Avion élevé pour sa partie centrale en 1924, pour les deux ailes latérales en 1948. Un haut-relief, représente de la Guerre, sous les traits de la chanteuse Damia, qui lâche son glaive de terreur, en voyant les mains crispées des suppliciés sortir de terre. Inscription : « La ville d’Avion à ses enfants victimes civiles et militaires - Tu ne tueras point ». Ce monument est consacré aux guerres, 1870-1871, 1914-1918, 1939-1945, Algérie. Architectes : J. Vinsous et Paul Pamart, sculpteur : Émile Fernand Dubois.
Bapaume Statue du Général Faidherbe de Louis Noël inaugurée le , disparue pendant la Première Guerre mondiale elle fut remplacée en 1926 par une statue du sculpteur Jules Déchin.  
Route d'Arras, monument à la Bataille de Bapaume.
Cimetière communal, monument érigé au-dessus d'un ossuaire contenant les corps de 186 combattants de l'Armée du Nord. Les noms des bataillons et régiments composant l'Armée du Nord y ont été gravés.
Béhagnies Ossuaire
Berck Le Fusilier marin (1913), réplique du fusilier marin du monument au général Chanzy du Mans, d'Aristide Croisy, monument commémoratif des Berckois morts pendant la guerre de 1870-1871.  
Biefvillers-lès-Bapaume Ossuaire surmonté d'un calvaire.
Billy-Montigny Cimetière communal, monument aux morts 1870-1871.
Boulogne-sur-Mer Boulevard du Prince Albert (porte des Degrès), monument aux morts de la Guerre de 1870. Avec cette dédicace : « Le Souvenir français aux enfants de Boulogne morts pour la patrie ». Inauguré le , Edmond Lormier sculpteur, Durenne A. fondeur et Decroix architecte.
Calais Monument « Aux Enfants de Calais morts pour la Patrie ». Architecte Désiré Ghesquier, sculpteur Édouard Maugendre-Villers.
Carvin Monument aux 63 morts pour la France pendant la guerre de 1870-1871 et aux victimes du travail dans l'industrie et l'agriculture.
Desvres Monument aux morts 1870-1871.
Douvrin Monument aux morts 1870-1871, 1914-1918 et 1939-1945.
Fauquembergues Monument « Aux enfants du canton morts pour la patrie » - FAUQUEMBERGUES .
Favreuil Cimetière communal, monument à la mémoire des soldats morts dans la journée du , sous lequel reposent 9 soldats allemands et 28 soldats français.
Harnes Monument inauguré en 1902, sculpteur Maurice Rogerol. Le monument sert par la suite aux morts des conflits suivants[38].
Hesdin Cimetière communal, monument 1870-1871.
Ligny-Thilloy Cimetière communal, monument du Conseil général du Pas-de-Calais à la mémoire des soldats français tués les 2 et . A l'arrière stèle à la mémoire d'un soldat prussien.
Montreuil-sur-Mer Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871, offert par le comte de Lhomal et le Souvenir français.  
Nœux-les-Mines Monument des Combattants de 1870, édifié en 1905 et déplacé en 1923 dans le carré militaire du cimetière communal.
Nortkerque Monument aux morts 1870-1871 « Oubliez Jamais - Aux enfants de Nortkerque morts en combattant pour la Patrie - Pro Patria » en hommage aux cinq victimes de la commune (inauguration en ). Ce monument fut utilisé au lendemain de la Grande Guerre pour inscrire le nom des victimes. Le monument représente, au milieu d'un paysage rénové symbolisé par le soleil levant et un pommier chargé de fruits, un ange qui caresse la tête d'un homme. Le fils de ce dernier, regarde, les poings serrés, la direction que lui montre son père, vers la désolation laissée par la guerre.
Savy-Berlette Monument aux morts de 1870-1871 et 1914-1918.

NormandieModifier

CalvadosModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bayeux Monument aux monument aux morts de 1870, ou monument aux enfants de l'arrondissement de Bayeux, Arthur Le Duc, sculpteur.  
Caen Cimetière Nord-Est, monument à la mémoire des soldats morts à l'hôpital de Caen pendant la guerre de 1870-1871.
Honfleur Monument aux Soldats et Marins du canton morts pour la Patrie 1870-1871. Sculpture de Félix Charpentier. Monument érigé en 1913 par Le Souvenir français.  
Lisieux Cimetière communal, Monument aux morts 1870-1871, « Aux mobiles de 1870 morts à Lisieux ». Monument élevé par la société patriotique La Persévérance.

EureModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bernay Monument commémoratif 1870-1871
Bourgtheroulde-Infreville Cimetière communal, tombe des mobiles de l'Ardèche et des Landes et de soldats prussiens tués dans les combats des 3 et .  
Forêt-la-Folie Monument commémoratif du massacre du . Le calvaire, élevé près de l'église a été inauguré en .
Freneuse-sur-Risle Monument aux morts 1870-1871
Gaillon Monument aux mobiles de l'Ardèche 1870  
Guitry Monument commémoratif du massacre du .
Louviers Monument aux Soldats morts pour la Patrie, édifié en 1907, à la mémoire de tous les soldats morts depuis 1789, sculpteur Raoul Verlet  
Pont-Audemer Le Génie de la Paix, ou Le Génie de la Patrie, monument aux morts de 1870, réalisé à l'initiative du Souvenir français par Frédéric-Étienne Leroux. Érigé en 1898 place du maréchal Gallieni.
Saint-Ouen-de-Thouberville Monument commémoratif 1870-1871
Vernon Monument « Aux Mobiles de l'Ardèche »[39], sculpteur Joseph Décorchemont.  

MancheModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Avranches Monument aux morts 1870-1871, inauguré le .  
Barenton Monument aux morts 1870-1871, inauguré en 1904. Transformé en monument aux morts de la guerre 1914-1918.
Coutances Monument aux morts 1870-1871, inauguré le . Il est composé d'un groupe sculpté dominé par la statue du maréchal de Tourville. Il est dédié à la mémoire des soldats et marins morts pour la Patrie.
Granville Monument aux morts 1870-1871, inauguré le . Il est dédié à la bravoure des soldats et marins.
Portbail Monument du « Souvenir aux soldats et marins de Portbail morts pour la Patrie 1870-1871 ». 55 soldats moururent à Portbail entre le et le la plupart de maladie.
Saint-Côme-du-Mont Cimetière communal, monument aux soldats et marins décédés pendant la guerre de 1870-1871 pour la défense de la Patrie. Il a la forme d'un obélisque de pierre grise et surmonté d’une croix.
Saint-Lô Cimetière communal, monument de la guerre de 1870-1871 en forme d'obélisque tronqué.

OrneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Alençon Cimetière Saint-Léonard, trois monuments :
  • Monument au combat du  ;
  • Colonne du capitaine E. Duchamp, capitaine des francs-tireurs de Paris mort au champ d'honneur à Alençon le  ;
  • Monument à la mémoire des soldats morts pendant la guerre de 1870 et aux colonies, élevé par le Souvenir français.
Briouze Monument aux hommes du canton de Briouze morts pour la Patrie depuis 1854.  
Céaucé Monument aux morts pour la Patrie 1870-1871.
Champsecret Cimetière communal, monument aux soldats morts pour la Patrie 1870-1871.
Coulonges-les-Sablons (La Fourche) Monument aux soldats morts pour la Défense nationale - .
Domfront Cimetière communal, Monument à la mémoire des mobiles 3e bataillon (Orne) morts pour la France pendant la guerre de 1870-1871 49e régiment de mobiles de l'Orne.
La Ferté-Macé Monument aux soldats du canton de la Ferté-Macé victimes de la guerre 1870-1871.  
Flers Monument aux Enfants de Flers morts pour la France 1870-1871.
Saint-Bomer-les-Forges Monument guerre 1870-1871, le Mobile.
Sées Cimetière communal, croix commémorative 1870-1871.
Tinchebray Monument aux Enfants de Tinchebray morts pour la Patrie.

Seine-MaritimeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Criquetot-sur-Ouville Monument de la guerre de 1870-1871.
Dieppe Monument de la guerre de 1870 par Eugène Bénet érigé en 1908.  
Elbeuf Monument de la guerre de 1870 par Robert Delandre érigé en 1905[40].
Le Havre Cimetière Sainte-Marie, monument aux morts 1870-1871. Avec cette dédicace : « Patrie, À la mémoire des soldats français morts au Havre pendant la guerre de 1870-1871 ». Une plaque à la mémoire des Médaillés Militaires, la 137e section du Havre a été apposée sur le monument.
Maromme Monument aux morts 1870-1871.
Moulineaux Monument aux morts 1870-1871.
Neufchâtel-en-Bray Monument aux morts de la guerre de 1870-1871.
Rouen Monument aux morts 1870-1871.
Le Tréport Monument de la guerre de 1870-1871, érigé en 1903.

Pays de la LoireModifier

Loire-AtlantiqueModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Nantes monument aux morts de la Guerre de 1870, édifié en 1897.  
Saint-Nazaire Monument de 1870, sculpteur René-Philéas Carillon, inauguré le .

Maine-et-LoireModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Angers Cimetière de l'Ouest : monument aux morts de la guerre 1870-1871 avec cette dédicace, « L'Anjou à ses soldats morts pour la Patrie ».
Cholet Place de la République, Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871, Gloria Victis (Gloire aux vaincus) copie en bronze de l’œuvre d'Antonin Mercié, inauguré le .  
Monument à la mémoire des mobiles de la 2e Légion de Maine-et-Loire tombés au combat de Monnaie le .
Candé Monument aux morts du XIXe siècle du canton de Candé dont 39 hommes du canton morts en 1870-1871.
Châteauneuf-sur-Sarthe Monument aux morts du canton de la guerre de 1870.
Saumur Cimetière communal, carré militaire, Monument aux morts au-dessus d'une fosse commune rassemblant 249 corps. Le monument a été reconstruit en 1901. Il est devenu par la suite monument de tous les conflits.
Vihiers Monument aux morts 1870-1871.

MayenneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Château-Gontier Cimetière de la Trinité, 65 militaires français inhumés dans une concession de 7 mètres entourée d'une grille en fer de 11 mètres. 19 autres sépultures françaises situées auparavant dans le cimetière de Saint-Jean et Saint-Rémy ont été réunies dans une tombe de 4 mètres avec une clôture en fer de 8 mètres.
Craon Cimetière communal, monument aux morts 1870-1871.
Ernée Cimetière communal : monument « Aux 96 soldats morts à Ernée pendant la guerre 1870-1871 ».
Laval Monument commémoratif du combat de Sainte-Melaine . Ce combat fut le dernier de la 2e Armée de la Loire  
Cimetière communal de Vaufleury : ossuaire sur lequel fut érigé, en 1904, un monument de 5,40 m, dû à l’architecte Léopold Ridel. La sculpture qui l’orne, œuvre d’André-Joseph Allard, représente la Patrie armée veillant sur un de ses enfants, mort pour elle. Une couronne de feuille de chêne, traversée d’une grande palme, ornemente le piédestal. Le sommet du tombeau est marqué d’une étoile surmontant le mot « PATRIA ». En 2001, le comité de Laval du Souvenir français fit apposer sur la face avant du socle une plaque ornée d’une palme de bronze sur laquelle sont inscrits les mots suivants : « Ici reposent 504 Soldats français morts pour leur Patrie 1870-1871. »
Mayenne Cimetière communal, Monument aux morts avec cette dédicace : « À nos enfants morts en 1870-1871 pour la Défense de la Patrie ».
Voutré Plaque commémorative dans le cimetière communal.  

SartheModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Beaumont-sur-Sarthe Cimetière communal, deux fosses communes française et prussienne rassemblant les corps de gardes mobiles de la Mayenne et de l'Orne et les corps de soldats prussiens tombés au cours des combats du .
Changé Monument élevé en 1910 sur les lieux de la Bataille du Mans ou Bataille du Tertre, déplacé et dénaturé en 2010[41].
Conlie Cimetière communal, Monument aux morts 1870-1871, Croix des Bretons « À la mémoire des Mobiles bretons décédés au camp de Conlie pendant la guerre 1870-1871 ».
Monument en souvenir de l'Armée de Bretagne 1870-1871  
Connerré Cimetière communal, tombes de soldats français et prussiens.
Monument aux morts de 1870  
La Flèche Cimetière Sainte-Colombe, Tombe militaire 1870-1871 « Aux combattants 1870-1871 ».
Prytanée militaire, plaque commémorative « L'Association amicale des anciens élèves fondée en 1880 a érigé ces tables à la glorieuse mémoire des anciens élèves morts pour la Patrie ».
Lombron Cimetière communal, plaque commémorative « À la mémoire des soldats français 1870-1871 - Aux veuves et orphelins victimes de guerre ».
Le Mans Monument au général Chanzy érigé en 1885 par la ville du Mans à la mémoire des combattants de la 2e armée de la Loire des journées de combats héroïques les 11 et . La statue du général est de Gustave Crauk et le registre inférieur est dû à Aristide Croisy.  

 

Rouez Cimetière communal, tombe militaire 1870.
Thorigné-sur-Dué Monument aux morts à la mémoire des soldats français morts au combat de Thorigné le .  
Vallon-sur-Gée Cimetière communal, deux tombes militaires 1870, allemande et française.
Yvré-l'Évêque Monument des combats du plateau d'Auvours 10 et . Le général Gougeard décédé en 1886 fut inhumé sous le monument où reposaient une centaine de combattants français et prussiens.

VendéeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Fontenay-le-Comte Monument 1870-1871.
Montaigu Cimetière Saint-Jacques - Monument aux morts de la Guerre de 1870 avec cette dédicace : « Aux Enfants du Canton de Montaigu morts pour la Patrie ». Le monument a été érigé par la 30e Section des Vétérans au moyen d'une souscription cantonale. Inauguré le - une plaque y est scellée à la mémoire des Français d'outre-mer morts pour la patrie.  
Mouilleron-Saint-Germain Monument aux morts de la guerre de 1870-1871 (construit en 1870 sur le nord de la RD 949bis puis déplacé en 1973 au chevet de l'église)
Noirmoutier-en-l'Île Cimetière du Point du Jour, monument « En souvenir des combattants de l'île de Noirmoutier morts au combat 1870-1871 ».  
La Roche-sur-Yon Stèle à gauche du monument aux morts
Saint-Gilles-Croix-de-Vie Cimetière de Saint-Gilles, Chapelle funéraire 1870-1871.
Saint-Hilaire-des-Loges Monument de la Guerre de 1870-1871.
Saint-Laurent-sur-Sèvre Cimetière communal, Monument Guerre 1870-1871 dû au sculpteur, Auguste Guilloteau.
Xanton-Chassenon Monument aux morts 1870-1871, avec cette dédicace : « Aux soldats morts pour la Patrie ».

PicardieModifier

AisneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Caulaincourt cimetière communal : Monument « À la glorieuse mémoire des 11 soldats français morts pour la Patrie dans la bataille du . La Commune de Caulaincourt - Leurs corps reposent sous cette pierre - Priez Dieu pour eux ».  
Chauny cimetière communal, Monument « À la mémoire des soldats morts pour la Patrie - Oublier ? Jamais ».
Coulonges-Cohan cimetière communal, Monument « À nos fils guerre de 1870-71 - Tonkin 1884 - Priez pour eux ».
Francilly-Selency Monument commémoratif Bataille de Saint-Quentin des 17 et .  
Gauchy Monument aux morts 1870-1871 et 1914-1918. Médaillons représentant le portrait du général Faidherbe et le moulin de Tous-Vents. Avec cette inscription : « Ici s'élevait le moulin de Tous-Vents d'où, le , le général Faidherbe dirigea les opérations de la bataille de Saint-Quentin (sculpteur Firmin Michelet)
Grugies monument et ossuaire de 1870.  
Hirson cimetière communal, monument aux morts de la Guerre de 1870-1871  
Holnon Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871  
Laon cimetière communal Saint-Just : monument aux morts à la mémoire des 176 gardes mobiles tués dans l'explosion de la citadelle de Laon, le .    
Levergies Mémorial de la guerre 1870-1871 dans le cimetière communal.  
Montcornet monument à la mémoire des Mobiles victimes de la catastrophe (explosion de la poudrière de Laon) du lors de l'entrée des Prussines dans la ville : 460 victimes civiles et militaires.
Saint-Quentin Cimetière du Nord : Monument-ossuaire aux morts 1870-1871 « A la mémoire des soldats Morts pour la France pendant la guerre de 1870-1871 et dont les restes reposent sous ce monument »
Monument aux morts : l’œuvre de l’architecte Paul Bigot, grand prix de Rome, a été inauguré en 1927. Un bas-relief sculpté par Paul Landowski, évoque la bataille de Saint-Quentin de 1871.  
Samoussy monument commémoratif 1870-1871, « Hommage du canton de Sissonne ».  
Sissonne Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871.  
Soissons monument aux morts du siège de la ville du au .  
Vermand Mémorial aux victimes de la guerre 1870-1871 dans le cimetière communal  
Vervins monument aux morts de la Guerre de 1870-1871, édifié en 1900, Édouard-François Millet de Marcilly, sculpteur.

OiseModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Beauvais Cimetière général (carré 4) : monument « À la mémoire des soldats français morts pour la patrie 1870-1871 »
Cimetière général : monument à la mémoire des soldats allemands de 1870-1871 et tombe collective
Béthisy-Saint-Pierre Monument aux morts 1870-1871 inauguré le .
Bouvresse Tombe collective 1870-1871 de quatre soldats allemands
Caisnes Monument aux morts 1870 et 1914-1918
Chantilly Cimetière du Bois-Bourillon : monument commémoratif  
Quatre tombes individuelles groupées de soldats allemands.
Compiègne Cimetière sud : monument aux morts 1870-1871 aux « Enfants de l'arrondissement de Compiègne morts sous les drapeaux pendant la Guerre de 1870-1871 ». Ce Monument a été érigé en remplacement des plaques commémoratives détruites par les bombardements de la guerre 1914-1918.
Crépy-en-Valois Monument « À la mémoire des soldats morts pour la Patrie » 1870-1871. Monument inauguré le  
Nouveau cimetière : mur d'enceinte, plaque commémorative 1870-1871.
Épineuse Monument d'Epineuse, sur lequel ont été gravées les inscriptions suivantes : « Le , Gambetta, accompagné de son ami Spuller, est sorti de Paris assiégé, dans le ballon de l'Armand Barbès. Ce ballon, après avoir essuyé le feu de l'ennemi, est venu atterrir dans le bois de Favières, territoire d'Épineuse. Les habitants de l'Oise, pour consacrer ce souvenir, ont érigé ce monument au grand citoyen, qui fut organisateur de la Défense nationale. Inauguré le sous la présidence de M. Spuller, ministre des Affaires étrangères. »
Estrées-Saint-Denis cimetière communal : tombe militaire 1870-1871 de soldats allemands.
Formerie Cimetière communal : monument aux six soldats français tombés au « Combat de Formerie,  ». Monument de forme pyramidale, érigé le .  
Monument à la mémoire du capitaine Dornat groupe sculpté représentant deux soldats en arme par Henri Gréber, avec deux bas reliefs de bronze représentant les soldats français avec cette dédicace : « La ville de Formerie à ses défenseurs –  ».
Froissy Monument 1870-1871.
Gremevillers Sur la façade de l'église, plaque commémorative 1870-1871.
Jaulzy Derrière le monument aux morts : plaque commémorative 1870-1871.
Longueil-Annel Monument « À la mémoire des enfants du canton de Ribécourt morts pour la Patrie 1870-1871 ».
Nanteuil-le-Haudouin Cimetière communal : monument « À la mémoire des enfants du canton de Nanteuil-le-Haudouin morts pour la Patrie » 1870-1871.
Noyon cimetière communal de la rue de Lille : monument aux enfants de Noyon morts pour la France 1870-1871, œuvre de l'architecte compiégnois Colombier, restauré en 1928 par l'entreprise Brézillon.
Pont-Sainte-Maxence Monument aux morts 1870-1871.  
Remy Cimetière communal, Monument aux morts 1870-1871 et colonies.
Rethondes Façade de l'église : plaque commémorative 1870-1871.
Saint-Sauveur Cimetière communal : plaque commémorative 1870-1871 sur le calvaire.
Sempigny Devant l'église : monument 1870-1871
Senlis Cimetière communal : monument de la guerre 1870-1871.
Sérifontaine Cimetière communal : monument aux morts 1870-1871 et colonies.
Tricot Tombe de soldats allemands 1870-1871.
Troissereux Cimetière communal : monument de la guerre 1870-1871  

SommeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Abbeville Cimetière de la Chapelle : monument commémoratif à la mémoire des soldats et marins de l'arrondissement d'Abbeville morts pour la Patrie (1870-1912), le « Mobile en armes », édifié par le Souvenir français, inauguré le . Sculpteur : Férain, architecte : A. Léon.  
Acheux-en-Amiénois Ancien cimetière, stèle à la mémoire d'Alphonse Pichon, mort pour la défense de la Partie, le  
Ailly-le-Haut-Clocher Sur le mur de l'église : plaque commémorative « À la mémoire des mobiles du canton d'Ailly-le-Haut-Clocher tombés glorieusement devant l'ennemi » 1870-1871.  
Albert Monument aux morts avec cette dédicace gravée sur le linteau : « Albert à ses morts ». Le monument aux morts a été édifié en 1936-1937 en remplacement du monument patriotique construit en 1901 et détruit pendant la Grande Guerre. Il est l'œuvre des sculpteurs Charles Gern et Pierre Fosses.  
Amiens Cimetière de La Madeleine   Classé MH (1995) :
  • carré militaire de la Guerre de 1870 (209 soldats inhumés) :
    • monument « Aux soldats français morts pour la défense de la Patrie 1870-1871 ». Sur les côtés du monument en forme d'obélisque surmonté d'une croix, sont gravés les noms de 199 soldats morts au combat, il est fait mention de 10 soldats inconnus.
    • tombe du commandant Jean-François Vogel, tué à l'ennemi.
    • tombe du capitaine Charles Petit
  • Tombe de Victor, médécin militaire et de sa fille, Victorine Autier, infirmière de la Croix-Rouge française pendant la Guerre de 1870-1871, en contrebas du carré militaire
   
Citadelle d'Amiens : logis du gouverneur, plaque à la mémoire du commandant Vogel tué à l'ennemi.  
Bavelincourt Cimetière communal, Tombe militaire 1870-1871.  
Beaucourt-sur-l'Hallue Cimetière communal, tombe collective de « deux mobiles du Pas-de-Calais et de deux autres braves qui ont péri dans le combat du sur le territoire de cette commune ».
Béhencourt Cimetière communal :
  • monument « À la mémoire des Français morts pour la défense de la Patrie 23- ».
  • monument « À la mémoire des gardes du 1er bataillon des G. N. mobiles du Nord et d'un soldat du 24e de ligne morts pour la défense de la Patrie ».
   
Boves Enclos comportant les monuments suivants l'un derrière l'autre :
  • Monument « À la mémoire des Français morts pour la défense de la Patrie 26- », en forme d’obélisque sur base quadrangulaire, surmonté d'un Christ en croix ;
  • Monument en forme de borne à la mémoire de BLARY Jean « mort pour la défense de la Patrie  » ;
  • Calvaire avec croix en fer forgé.
     
Bussy-lès-Daours Cimetière communal : tombe militaire de 1870 entourée de grilles.  
Cachy Monument aux soldats du 43e Régiment de ligne tombés le .  
Corbie Cimetière communal :
  • monument à l'Armée du Nord 1870-1871
  • ossuaire où reposent 35 militaires
  • trois tombes où reposent des marins et un soldat français
  • une tombe où sont enterrés deux soldats allemands.
 
Crécy-en-Ponthieu Monument aux soldats du canton de Crécy-en-Ponthieu 1870-1871
Daours Cimetière communal : monument à la mémoire de 36 soldats français, morts pour la défense de la France le surmontant l'ossuaire.  
Dury Monument à la Bataille de Dury du , « La garde nationale d'Amiens à la mémoire des braves soldats morts glorieusement pour la défense de la patrie » - le 17e BCP - le 2e de Marche - le 3e R de lignes - marins de Brest, 2e Batterie mixte de 12.  
Fouilloy Monument à la mémoire de Jules Lardière, manufacturier, préfet de la Défense nationale, conseiller général, maire de Corbie, 1829-1876, en forme d'obélisque en marbre.  
Cimetière communal : monument à la mémoire des jeunes gens de la commune morts en servant la patrie pendant les guerres de 1870-1871.  
Franvillers Cimetière communal : monument aux morts de 1870-1871, sous forme de borne avec gravés les noms de soldats tués et des unités auxquels ils appartenaient.  
Fréchencourt Cimetière communal :
  • tombe de soldats français surmontée d'un monument
  • tombe en mémoire de 14 soldats allemands.
 
Guyencourt-Saulcourt cimetière communal, plaque commémorative en souvenir des soldats tués durant les guerres du XIXe siècle.
Hallencourt Monument aux Mobiles 1870-1871, sur la place de la mairie. Les différents champs de bataille de la région y sont inscrits : Villers-Bretonneux, Pont-Noyelles, Saint-Quentin, Bapaume, Longpré, Dury.  
Ham Cimetière communal : monument à la mémoire des soldats de l'Armée du Nord. Dédicace : « La ville de Ham à l'Armée du Nord - Combat du - Capitulation de la garnison prussienne - À la mémoire des soldats morts pour la défense nationale ».  
Hébécourt Cimetière communal, deux monuments 1870-1871 : monument commémoratif 1870-1871, situé entre Hébécourt et Buyon.  
Sur la façade de l'église, inscription gravée : « À la mémoire des 37 soldats français du 2e bataillon de marche des chasseurs à pied tombés glorieusement pour la défense de la patrie sur le territoire d’Hébécourt et de Blimont Lefebvre et Théodore Joly habitants d’Hébécourt tués dans leurs foyers par les soldats allemands -  ».  
Bois d'Hébécourt : stèle avec cette inscription : « Ici tomba le François Henri de Guise âgé de 18 ans, caporal fourrier au 2e bataillon de marche des chasseurs à pied ».  
Hénencourt Monument « Espérance » à nos soldats de 1870  
Lahoussoye Cimetière communal, monument aux morts de 1870-1871, sous forme de borne avec gravés les noms de soldats tués et des unités auxquels ils appartenaient. Dans l'enclos entouré de grilles, tombe d'un soldat.  
Lesbœufs Monument aux morts : liste des victimes de la commune 1870-1871  
Longpré-les-Corps-Saints Plaque commémorative en fonte « Aux habitants de Longpré-les-Corps-Saints tués ou mortellement frappés le  ». Cette plaque en fonte a été gravée à l'initiative du Souvenir français, le . Elle est posée contre le socle du monument aux morts de la Guerre de 1914-1918.  
Cimetière communal : monument à la mémoire des Français morts pour la défense de la patrie, 28 X 1870  
Mézières-en-Santerre Cimetière communal, monument aux Français morts pour la défense de la Patrie . « À la mémoire des Français morts pour la défense de la Patrie  ». Monument rénové par le Souvenir français en 1896.  
Montigny-sur-l'Hallue Cimetière communal : monument de la Guerre de 1870, « Hommage des jeunes gens et des habitants de Montigny » et tombe collective.  
Moreuil Monument aux morts, partie haute, « Aux morts pour la France du canton de Moreuil 1870-1871 ».  
Moyenneville Monument aux morts du canton de Moyenneville 1870-1871.
Péronne Monument du Marin Delpas tombé le en défendant son canon baptisé « Fanny » au cours du siège de la ville par les Prussiens - sculpture d'Albert Roze.  
Pœuilly En contrebas de la route départementale 1029, dans le sens Pœuilly-Vermand, à peine visibles de la route, cachées par la végétation :
  • tombe collective de soldats inconnus 1870-71
  • deux stèles (état dégradé)
   
Pont-Noyelles Colonne Faidherbe (monument commémoratif de la bataille de l'Hallue)   Inscrit MH (2003)  
Ossuaire  
Cimetière communal :
  • ossuaire allemand
  • ossuaire français
  • tombe de deux soldats français
     
Querrieu Cimetière communal :
  • Ossuaire allemand
  • Ossuaire français
   
Saint-Blimont Monument aux morts de la Guerre de Crimée et de la Guerre de 1870-1871 (cinq mobiles de la Somme originaires du village, morts pendant le siège de Paris et le siège de Péronne).  
Tertry Cimetière communal : tombe de dix soldats français 1870-1871, avec trois monuments en forme de borne et une croix en fer forgé.  
Vecquemont Cimetière communal : monument en forme de borne, « À nos héros 1870-1871 - 1914-1918 ». Avec, sur une face, l'inscription suivante : « À la mémoire d'un marin mort pour la défense de la Patrie 24 décembre 1870 » et une ancre de marine gravée. Sous le monument sont enterrés trois soldats malgaches tués à Vecquemont le .  
Villers-Bretonneux Cimetière communal :
  • monument aux Français morts pour la patrie le
  • ossuaire
 

Poitou-CharentesModifier

CharenteModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Aigre Cimetière communal, monument aux morts de la Guerre de 1870-71, érigé en 1910, avec cette dédicace : « La ville d’Aigre aux enfants du canton morts pour la patrie 1870-1871 ». Le monument a été restauré par la municipalité d'Aigre en 2003.
Angoulême monument aux mobiles de la Charente 1870-1871 (661 victimes) inauguré en 1887, œuvre de Raoul Verlet.  
Barbezieux Monument aux morts de la guerre de 1870-1871
Ruffec monument aux morts 1870-1871

Charente-MaritimeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Pons Monument aux morts 1870-1871.  
La Rochelle Monument aux soldats et marins morts en 1870, Pierre Antoine Laurent sculpteur, inauguré en 1913.
Saint-Savinien cimetière communal, carré militaire 1870-1871.

Deux-SèvresModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bressuire Monument aux morts de 1870.
Réalisé par Édouard Bauhain et Raymond Barbaud.
 
Melle Monument en mémoire des Mobiles et Francs-Tireurs des Deux-Sèvres tués ou disparus pendant la guerre contre l'Allemagne 1870-1871. Monument inauguré en .
Niort Gloria Victis (Gloire aux vaincus) copie en bronze de l’œuvre d'Antonin Mercié, « À la mémoire des Enfants des Deux-Sèvres morts pour la défense du pays 1870-1871 », monument édifié en 1881 place de Strasbourg.
Thouars Monument inauguré le , sculpteur Charles Desvergnes[42]

VienneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Châtellerault Monument aux morts pour la Patrie.  
Poitiers Monument édifié en 1895, obélisque en pierre, soldat en bronze du sculpteur Jules-Félix Coutan.
Saint-Savin-sur-Gartempe Monument aux morts 1870-1871.
Vouillé Monument aux morts « Aux enfants du canton de Vouillé morts au champ d'honneur 1870-1871 », inauguré le .

Provence-Alpes-Côte d'AzurModifier

Alpes-de-Haute-ProvenceModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration

Hautes-AlpesModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Embrun Fontaine-mémorial, « À la mémoire des morts pour la défense de la Patrie 1870-1871 ».

Alpes-MaritinesModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Auribeau-sur-Siagne Stèle de la guerre de 1870-1871, érigée à l'initiative du Souvenir français en 1907.
La Colle-sur-Loup Monument aux morts sur lequel sont inscrits le nom des morts de la guerre 1870-1871.
Nice Monument à Garibaldi. Œuvre du sculpteur Antoine Etex (1808-1888). Le monument fut achevé par Gustave Deloye (1848-1899). L'inauguration eut lieu le . Ce fut le premier élevé en France en l'honneur de Garibaldi.
Monument aux morts 1870-1871
Cimetière de l'église Saint-Barthélémy : plaque commémorative 1870-1871 apposée par Le Souvenir français. Le délégué général A. Anglès reposent dans ce cimetière (la plaque est divisée en trois parties : la 1re « Mort en campagne 1870 » les 4 premiers noms, la 2e « Morts sous les drapeaux et anciens militaires » les 29 noms suivants et la 3e « Les Officiers italiens et sarde » les 4 derniers noms). La plaque se termine par : L'oubli est une honte, le souvenir un honneur.
Valbonne Monument aux morts 1870-1871, inauguré le . Charles Séassal et Laurent Claude, un cannois entrepreneur de maçonnerie, en sont les architecte et statuaire, Jacques Benvenuti le graveur sur marbre.

Bouches-du-RhôneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Marseille Monument aux mobiles, dédié aux « Enfants des Bouches du Rhône morts pour la Patrie ». Architecte : Gaudensi Allar, sculpteur Jean Turcan  
Saint-Rémy-de-Provence Monument aux combattants de 1870-1871.
Salon-de-Provence Monument à la mémoire des Enfants de Salon et de son canton morts pour la Patrie.  

VarModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Toulon Monument aux morts de la Guerre de 1870-1871, situé place de la gare.

VaucluseModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Avignon Cimetière Saint-Véran : monument La Sentinelle des morts (1902) de Felix Charpentier, statue d'un soldat en arme avec cette dédicace : « À la mémoire de nos frères d'armes tués devant l'ennemi en 1870-1871 ». Le monument fut vandalisé en 1905 et restauré par la suite   Inscrit MH (2010)  
Cavaillon Monument à Léon Gambetta, buste posé sur un socle de pierre très simple, portant l'inscription « Léon Gambetta - La ville de Cavaillon -  ».

Rhône-AlpesModifier

AinModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Belley Monument de 1870 avec cette dédicace, « La ville de Belley à ses Enfants Morts pour la Patrie, aux Soldats qui ont sauvé la France ». Sur ce monument ont été également gravés les noms des morts pour la France des conflits suivants : 1914-1918, 1939-1945, guerres coloniales. Architecte du monument : Bernard Masson-Floret.
La Boisse Monument aux morts avec le nom des morts en 1870-1871 inscrit sur une face  
Chanay Statue de la Vierge Marie où se situe une plaque avec le nom des morts en 1870-1871.  
Feillens Monument aux morts dans les conflits du XIXe siècle « Morts au champ d'honneur 1870 »  
Meximieux Plaque commémorative de la guerre de 1870-1871  
Monument dans le cimetière de Meximieux (en hommage au soldats de plusieurs départements)  
Montluel Plaque à la mémoire des victimes du canton de Montluel de la guerre de 1870-1871  
Neyron Mairie, plaque des victimes de Neyron de la guerre 1870-71  
Monument aux morts avec inscription du nom des morts en 1870-1871  
Oyonnax Monument monument aux morts, inauguré en 1947, dédié à la mémoire des trois guerres franco-allemandes de 1870-1871, 1914-1918 et 1939-1945.
Saint-Rambert-en-Bugey Monument aux morts de Saint-Rambert-en-Bugey plaque à la mémoire des enfants du département morts pour la Patrie, canton de Saint-Rambert 1870-1871  
Thézillieu Monument aux morts, inauguré en 1925, dédié à la mémoire des trois guerres franco-allemandes: de 1870 face latérale gauche du pilier central, 1914-1918 face frontale du pilier central, 1939-1945 faces frontales des deux piliers latéraux en forme de croix de lorraine rajoutés en 1947.
Trévoux Mairie, plaque à la mémoire des enfants du département morts pour la Patrie, canton de Trévoux 1870-1871  

ArdècheModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Annonay Cimetière communal, monument aux morts : « À la mémoire des enfants d'Annonay et de la région morts pour la patrie 1870-1871 ».
Privas Monument aux Mobiles de l'Ardèche de J. Malet, édifié en 1909  

DrômeModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Romans-sur-Isère Cimetière communal, plaque commémorative apposée au Monument du Souvenir français en 1913, pour rendre hommage au Romanais morts pour la France durant la guerre de 1870-1871.
Valence Monument de la guerre de 1870, sur le Champ de Mars.

IsèreModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
La Balme-les-Grottes Monument aux morts 1870-1871, 1914-1918, 1939-1945.
Grenoble Cimetière Saint-Roch, monument aux morts de la Guerre de 1870-1871.

LoireModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Chazelles-sur-Lyon Monument de la guerre de 1870-1871.
Chevrières Monument de la guerre de 1870-1871
Rive-de-Gier Monument qui est affecté aussi aux morts à l'outremer[43].
Saint-Étienne Monument inauguré en 1898, par le président de la République Félix Faure, groupe en fonte de fer dorée d’André Vermare, fonderie Thiébaut.  

RhôneModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
L'Arbresle Monument aux morts 1914-1918 sur lequel sont inscrits le nom des morts de la commune de la Guerre de 1870-1871.
Hôtel de ville, plaque commémorative 1870-1871.
Le Bois-d'Oingt Monument des Mobiles 1870-1871 « À la mémoire des combattants du canton du Bois d'Oingt morts pour la Patrie ».
Cailloux-sur-Fontaines Monument aux morts 1914-1918 sur lequel sont inscrits le nom des morts de la commune de la Guerre de 1870-1871.
Lyon Monument aux morts « Aux enfants du Rhône défenseurs de la Patrie » - 1870-1871 à proximité du Parc de la Tête d'Or.  
Cimetière de La Guillotière, monument à la mémoire des citoyens morts pour la défense de la Patrie.
Hôtel de ville :
  • sous les voûtes de l'entrée, plaque commémorative aux Légions du Rhône 1870-1871 ;
  • sous les voûtes de la cour plaque commémorative à l'armée d'active et aux corps divers 1870-1871.
Vaugneray Monument aux morts du canton de Vaugneray, architecte Robert Giroud grand-prix de Rome. Le monument à la forme d'un arc monumental à cinq arches avec au centre l'autel de la Patrie à la gloire des soldats de 1870-1871 (face nord de l'autel), 1914-1918, 1939-1945.
Villefranche-sur-Saône Monument des combattants 1870-1871 (1902), architecte : Eugène Mehu, sculpteur : Édouard-François Millet de Marcilly.  

SavoieModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Bramans Monument aux morts sur lequel sont inscrits les noms des soldats morts en 1870-1871.
Cimetière communal, plaque émaillée en forme de cœur, cloué sur la chapelle. Avec cette inscription : « À nos morts pour la France - souvenir de la 1871e section des vétérans et de la Grande Guerre » et le nom de deux soldats.
Chambéry Monument aux combattants de 1870.

Haute-SavoieModifier

Commune cimetières et monuments commémoratifs illustration
Taninges Monument aux morts du canton de Taninges, À la mémoire des enfants du canton.  
Thonon-les-Bains Monument « Aux soldats morts pendant la guerre de 1870-1871 », Délibération du Conseil municipal .

Monuments disparusModifier

 
Monument à Charleville-Mézières, détruit en 1918.
  • Albert (Somme) : Monument patriotique en l'honneur de la libération de la ville, le , par le Général Faidherbe et l'Armée du Nord et en hommage aux 19 hommes de la ville et du canton morts pendant la guerre. Édifié en 1900, grâce à une souscription publique, le monument fut complété d'une statue en bronze d'un soldat blessé, œuvre du sculpteur Albert Roze, en 1902. L'ensemble est détruit pendant la Première Guerre mondiale.
  • Brest (Finistère), monument détruit pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Caen (Calvados), monument à la mémoire des enfants du Calvados morts pour la patrie, 1870-1871, réalisé par Arthur Le Duc. Il est inauguré en 1889 sur la place Alexandre III (renommée depuis place du 36e régiment infanterie). Il est détruit par les bombardements de 1944.
  • Charleville-Mézières (Ardennes) : Monument des Ardennais, ou monument commémoratif de 1870, ou L’Invasion, œuvre du statuaire Aristide Croisy, inauguré le , un peu plus d’un an après le départ des Prussiens. Il est enlevé par l’occupant en 1918[44].
  • Dijon (Côte-d'Or): Monument à Garibaldi : architecte Deshérault, Paul Auban, sculpteur. Garibaldi était représenté debout, la tête haute, regardant vers la frontière, sa main gauche appuyée sur son sabre, sa droite étendue sur l'autel de la liberté où étaient déposés les attributs de la servitude brisés en morceaux et une couronne de laurier. Sur le socle en granite des Vosges étaient gravées les inscriptions suivantes DIJON A GARIBALDI élevé par souscription MDCCCC. En 1944, la statue est déboulonnée par les Allemands et disparait.
  • Douvrin (Pas-de-Calais) : monument aux morts 1870-1871 inauguré en 1907 et détruit pendant la Première Guerre mondiale.
  • Mauriac (Cantal), construit en 1877 en pierre de Volvic et inauguré sur une initiative privée, il a été démonté vers 1965 et ses pierres réutilisées[45].
  • Pontoise (Val d'Oise) Fondu sous le régime de Vichy () dans le cadre de la mobilisation des métaux non ferreux[46]
  • Roanne (Loire), monument inauguré en 1893, bronze de Eucher Girardin.
  • Saint-Quentin (Aisne): Monument de la défense de Saint-Quentin en 1870, œuvre de Louis-Ernest Barrias, érigé en l’honneur des citoyens de Saint-Quentin qui repoussèrent victorieusement un corps des troupes allemandes dans la journée du et des soldats de l’Armée du Nord qui luttèrent contre les forces trois fois supérieures dans la bataille du , fut inauguré le . Trop endommagé pendant la Première Guerre mondiale, il n'est pas reconstruit.
  • Verdun : Monument aux défenseur de Verdun, siège de 1870. Fondu par les Allemands en 1940.
  • Wassy (Haute-Marne), monument détruit.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

GénéralitésModifier

MémoireModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. (de)Gerhild Krebs, Deutsch-Französischer Garten (« le jardin franco-allemand ». On y trouve également la tombe de Katharine Weissgerber, dite Schultze Kathrin, dont le dévouement et le mépris du danger ont permis de protéger et de soigner de nombreux blessés allemands et français pendant cette bataille.
  2. « MémorialGenWeb Relevés pour une initiale de commune », sur www.memorialgenweb.org (consulté le 26 mai 2020)
  3. « MémorialGenWeb Liste simplifiée des relevés en ligne et en cours », sur memorialgenweb.org (consulté le 3 octobre 2020)
  4. Stéphane Audoin-Rouzeau, 1870. La France dans la guerre, Paris, Éditions Armand Colin, 1989
  5. Rémi Dalisson, 11 Novembre. Du Souvenir à la Mémoire, Armand Colin, , 312 p. (lire en ligne) Chapitre I : Les origines du 11 novembre - Commémoration de guerre et République (1871-1914).
  6. a b c d e et f Rémi Dalisson, « Les racines d’une commémoration : les fêtes de la revanche et les inaugurations de monuments aux morts de 1870 en France (1871-1914) », Revue historique des armées, 274, p. 23-37.
  7. Émile de Marcère, Exécution de la loi du 4 avril 1873 relative aux tombes des militaires morts pendant la guerre de 1870-71, Impr. Nationale, , 553 p. (lire en ligne)
  8. a et b Jasper Heinzen, « La guerre oubliée », L'Histoire n°469, mars 2020, p. 58-60.
  9. Notice sur le monument sur le site Généalogie.Cantal passion.com.
  10. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=21688_2
  11. Notice sur le monument sur le site Histoire-Géographie.ac.Dijon.fr.
  12. « Église », notice no PA00097135, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice sur le monument sur le site Loire 1870.fr
  14. Notice du monument sur le site E-Monumen.net.
  15. Notice sur le monument sur le site Petit Patrimoine.com.
  16. Serge Dumont, « Place de la gare : le monument de 1870 va être déplacé au cimetière nord », Le Progrès, .
  17. « Monument aux morts de 1870 », À nos grands hommes, musée d'Orsay.
  18. « France (Jura) - Dole (39100) », sur monumentsmorts.univ-lille.fr.
  19. « Synthèse des relevés - Fougerolles (70 - Haute-Saône) ».
  20. « Synthèse des relevés - Gray (70 - Haute-Saône) ».
  21. « Synthèse des relevés - Héricourt (70 - Haute-Saône) ».
  22. « Synthèse des relevés - Lure (70 - Haute-Saône) ».
  23. « Synthèse des relevés - Luxeuil-les-Bains (70 - Haute-Saône) ».
  24. « Synthèse des relevés - Mélisey (70 - Haute-Saône) ».
  25. « Le monument de 1870 ».
  26. « Synthèse des relevés - Vesoul (70 - Haute-Saône) ».
  27. « Synthèse des relevés - Villersexel (70 - Haute-Saône) ».
  28. Monument aux Morts 1870-1871
  29. Le Petit Journal, Inauguration d'un monument patriotique à Melun, 3 juin 1901, page 1
  30. MemorialGenWeb.org - Saint-Germain-Laval (77) : monument aux morts 1870-1871
  31. « Monument aux morts de 1870 Neuilly-Plaisance », notice sur topic-topos.com.
  32. Sur le site Fontenay-sous-Bois.fr.
  33. Notice du monument sur le site E-Monumen.net.
  34. Notice du monument sur le site E-Monumen.net.
  35. MemorialGenWeb.org - Mars-la-Tour : monument commémoratif 1870-1871 dit de Bogino
  36. MemorialGenWeb.org - Noisseville: monument commémoratif 1870-1871
  37. Notice sur le monument sur le site Quercy.net
  38. Notice sur le monument sur le site Mémoires de pierre.fr.
  39. Vernon, l'Ardèche et la guerre de 1870 document sur le site Vernon-visite.org
  40. Karine Hamel, « Disparition d'une mémoire : Les morts de la guerre de 1870-1871 en Seine-Inférieure », Autour des morts : mémoire et identité, actes du Ve Colloque international sur la sociabilité, Rouen, 19-21 novembre 1998, Mont-Saint-Aignan, 2001, p. 263-276.
  41. Notice sur le site Changé 1870.hautefort.com
  42. [PDF] Notice sur le site crrl.fr
  43. MemorialGenWeb.org - Rive-de-Gier : monument aux morts 1870-1871 et Outremer
  44. Notice sur le site E-monumen.net.
  45. Documents sur le monument sur le site Généalogie Cantal passion.com.
  46. « Monument aux morts de 1870, ou Monument du Souvenir français – Pontoise (fondu) », https://e-monumen.net,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2018)