Monument à Sadi Carnot

monument de Mathurin Moreau et Paul Gasq à Dijon, France

Le Monument à Sadi Carnot est un mémorial allégorique inauguré 1899 à Dijon en Côte-d'Or en Bourgogne-Franche-Comté. Réalisé par les sculpteurs Mathurin Moreau et Paul Gasq, il est dédié à la mémoire de Sadi Carnot (1837-1894), conseiller général-député de Côte-d'Or, ministre, puis 5e président de la République française[1].

Monument à Sadi Carnot de Dijon
Image dans Infobox.
Vue du monument, place de la République à Dijon.
Présentation
Type
Destination initiale
Architecte
Mathurin Moreau et Paul Gasq sculpteurs, Félix Vionnois architecte
Matériau
Construction
1899
Commanditaire
Conseil municipal de Dijon
Propriétaire
Municipalité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Dijon
voir sur la carte de Dijon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
voir sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

HistoriqueModifier

Ce monument est érigé en 1899 par le conseil municipal, au centre de la nouvelle place de la République à Dijon de 1888, lors de son réaménagement consécutif à la construction de l'ancien tramway de Dijon.

Il est inauguré le par le 8e président de la République française Émile Loubet, venu remettre la Légion d'honneur à la Ville de Dijon, en l'honneur de sa résistance héroïque durant les batailles de Dijon (1870-1871) de la Guerre franco-allemande de 1870 à l'origine de la chute du Second Empire de l'empereur français Napoléon III, et des fondations de la Troisième République française et du 2e Reich.

La fondation de la Troisième République française est très controversée par les royalistes, impérialistes, anarchistes, et boulangistes de l'époque, et le président Sadi Carnot, fils du politicien Hippolyte Carnot, issu de la famille Carnot de Nolay en Côte-d'Or, et élu le , meurt poignardé le lors d'un attentat anarchiste, à l'occasion de l'Exposition universelle, internationale et coloniale du parc de la Tête d'or à Lyon. Suite à des funérailles nationales de grande ampleur, en hommage au don héroïque de sa vie pour le régime républicain en France[2], il est inhumé au Panthéon de Paris, aux côtés de son grand-père politicien Lazare Carnot (1753-1823, un des pères du régime républicain en France, surnommé « l'Organisateur de la Victoire », de la Révolution française.

DescriptionModifier

Le monument est composé d’un piédestal monumental dessiné par l'architecte Félix Vionnois, au centre d'un vaste bassin d'une fontaine à jet d'eau, au sommet duquel une statue allégorique en bronze de La Gloire, tient une couronne triomphale de La gloire et de la reconnaissance publique au-dessus de la tête de la statue en marbre de Sadi Carnot. Réalisée par le sculpteur Mathurin Moreau, elle est entourée par deux autres statues allégoriques, L’Histoire de Mathurin Moreau, et La Douleur de Paul Gasq.

Autres monuments dédiés à Sadi CarnotModifier

Selon le musée d'Orsay, 23 monuments ou statues auraient été consacrés à Sadi Carnot en France[3], notamment à Angoulème, Lyon (disparu, le monument se trouvait sur la place de la République), Nolay (Côte-d'Or) (détruit après 1941), La Ferté-Alais, etc.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier