Monterotondo

commune italienne

Monterotondo
Monterotondo
Via Cavour et basilique Santa Maria Maddalena dans le fond
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Latium Latium 
Ville métropolitaine Rome Capitale 
Code postal 00015, 00016
Code ISTAT 058065
Code cadastral F611
Préfixe tel. 06
Démographie
Gentilé Monterotondesi ou Eretini
Population 41 447 hab. (31-05-2019[1])
Densité 1 036 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 03′ 00″ nord, 12° 37′ 00″ est
Altitude Min. 165 m
Max. 165 m
Superficie 4 000 ha = 40 km2
Divers
Saint patron Santi Filippo e Giacomo
Fête patronale 3 mai
Localisation
Localisation de Monterotondo
Géolocalisation sur la carte : Latium
Voir sur la carte administrative du Latium
City locator 14.svg
Monterotondo
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Monterotondo
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Monterotondo
Liens
Site web Site officiel

Monterotondo est une ville italienne de la ville métropolitaine de Rome Capitale dans la région Latium en Italie[2].

Les habitants s'appellent les Monterotondesi ou Eretini (du fait que le site de l'antique cité sabine d'Eretum a longtemps été situé sur le territoire de la commune).

GéographieModifier

Les communes limitrophes de Monterotondo sont : Capena, Castelnuovo di Porto, Fonte Nuova, Mentana, Montelibretti, Palombara Sabina, Riano et Romagnano al Monte.

Communes limitrophes de Monterotondo[3]
  Mentana
Mentana Mentana

HistoireModifier

AntiquitéModifier

La ville aurait, selon certaines traditions[Lesquelles ?], recueilli l'héritage de l'ancienne cité sabine d'Eretum, dont l'histoire remonte à la plus haute Antiquité. Cependant, des fouilles récentes laissent plutôt supposer qu'Eretum se trouvait sur le territoire de l'actuelle commune de Montelibretti. Plus vraisemblablement, le site de la ville actuelle a commencé à être massivement habité à partir des Xe et XIe siècles, et est devenu un point stratégique important de par sa proximité avec la via Salaria et la via Nomentana.

Moyen ÂgeModifier

Monterotondo est mentionnée pour la première fois dans une bulle papale du XIe siècle sous le nom de Campum Rotundum, Monte Ritondo devenant courant à partir de 1300, mais elle n'obtiendra administrativement le titre de ville qu'en 1845.

Elle appartient du XIIe au XVIIe siècle à la famille Orsini.

RenaissanceModifier

En 1432 elle est conquise pendant une courte période par Niccolò Fortebraccio. Elle subit de graves destructions lors de la guerre entre le pape Innocent VIII et le roi Ferdinand Ier de Naples allié aux Orsini (1484-1492). Le pape Alexandre VI Borgia, dans le but de détruire le pouvoir des Orsini, fait empoisonner, après l'avoir emprisonné, le cardinal Giovanni Battista Orsini, et impose la destruction des murailles de la cité en 1503.

En 1542 s'installent des moines capucins, toujours présents. Ils sont rejoints de 1703 à 1709 par Crispin de Viterbe. En 1626, les Orsini vendent le fief à la famille Barberini. En 1639 est inaugurée la cathédrale, devenue depuis la basilique Santa Maria Maddalena. En 1656, une épidémie de peste fait 22 000 morts à Rome et 160 000 dans tout l'État pontifical. La ville de Mentana est durement touchée, mais seule Monterotondo, de toute la région, échappe au fléau.

En 1701, la famille Grillo de Gênes (famille noble apparue en 798, d'origine allemande) deviennent les nouveaux seigneurs du lieu. En 1799, le général français Pierre Dominique Garnier assiège la ville quelques jours. Monterotondo devient ensuite possession de la Principauté de Piombino, pour peu de temps. En 1815 elle est occupée par l'armée de Joachim Murat. En 1821, elle subit le passage de troupes autrichiennes en guerre contre le Royaume des Deux-Siciles (le a lieu la bataille de Rieti).

Elle obtient le titre de ville le , avec les avantages inhérents, par le pape Grégoire XVI.

Période moderneModifier

Pendant les guerres du Risorgimento, Giuseppe Garibaldi et ses volontaires engagés dans la campagne de l'Agro Romano pour la libération de Rome, remportent dans la ville une difficile victoire contre les troupes pontificales lors de la bataille de Monterotondo les 25 et .

Le , la ville subit des dégâts suite à un tremblement de terre dont l'épicentre se situe à Avezzano. Le palais seigneurial, construit au Moyen Âge et utilisé comme mairie, est entièrement détruit. Il est ensuite rebâti à l'identique.

Les 9 et , la cité est le théâtre d'une bataille qui oppose les Fallschirmjäger à l'Armée royale pendant la défense manquée de Rome.

AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Antonino Lupi[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

ÉconomieModifier

CultureModifier

  • Le palais Orsini, de style roman et baroque, construit à partir de 1286 et siège de la mairie de la ville depuis 1890.
  • La basilique Santa Maria Maddalena de style baroque, datant du XVIIe siècle.
  • La porta Garibaldi.
  • La fontaine des Lions, ordonnée par le pape Grégoire XVI.
  • La tour ou palais de l'Horloge de style roman et baroque.
  • Le théâtre Francesco-Ramarini construit en 1920.

Notes et référencesModifier

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (fr) « Carte géographique », sur maps.google.fr (consulté le 3 août 2010)
  3. a et b (fr) « Tout sur la commune », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le 3 août 2010)

AnnexesModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :