Montcresson

commune française du département du Loiret

Montcresson
Montcresson
Le Loing à Montcresson
Blason de Montcresson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Intercommunalité Communauté de communes Canaux et Forêts en Gâtinais
Maire
Mandat
Alain Germain
2020-2026
Code postal 45700
Code commune 45212
Démographie
Gentilé Montcressonnais
Population
municipale
1 276 hab. (2018 en diminution de 1,85 % par rapport à 2013)
Densité 61 hab./km2
Population
agglomération
68 488 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 22″ nord, 2° 48′ 26″ est
Altitude Min. 112 m
Superficie 21,00 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Montargis
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lorris
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Montcresson
Géolocalisation sur la carte : Loiret
Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Montcresson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montcresson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montcresson
Liens
Site web http://montcresson.com/

Montcresson est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire. L'origine de la ville vient du nom gallo-romain : Mons Cressionis, la colline de Cressius, a donné Monte Cresione puis Montcresson.

La prononciation du nom de cette commune est sujette à discussion. Le parler gâtinais n'emploie pas « moncrèsson » mais en général un mi-terme entre « moncresson » et « moncrésson » (é « marqué »)[pas clair], vestige de l'ancienne prononciation du « e » non muet dans ce terroir.

GéographieModifier

Localisation et communes limitrophesModifier

 
Carte de la commune de Montcresson et des communes limitrophes.

La commune de Montcresson se trouve extrême-est du département du Loiret, dans la région agricole du Gâtinais pauvre[1]. À vol d'oiseau, elle se situe à 67,0 km d'Orléans[2], préfecture du département, à 11,1 km de Montargis[3], sous-préfecture, et à 10,0 km de Châtillon-Coligny, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant . La commune fait partie du bassin de vie de Montargis[4].

Les communes les plus proches sont : Cortrat (3,2 km), Solterre (4,7 km), Pressigny-les-Pins (5 km), Montbouy (5 km), Conflans-sur-Loing (5,3 km), Gy-les-Nonains (5,5 km), La Chapelle-sur-Aveyron (6,2 km), Saint-Germain-des-Prés (6,3 km), Mormant-sur-Vernisson (6,8 km) et Saint-Hilaire-sur-Puiseaux (7,4 km)[5].

Lieux-dits et écartsModifier

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

B

C

D

F

  • Les Fontaines, rte des Fontaines
  • Les Fontaines, rte de Solterre (D 117)
  • La Foquerie*, rte de Château-Renard (D 117)
  • La Forêt ou La Forest (château de -)*, rte de Château-Renard (D 117)
  • La Forêt Cochereau, rte des Fontaines
  • Le Fourneau, rte de Montbouy (D 93)
  • Le Petit Fourneau, rte de Montbouy (D 93)

H

M

O

P

Q

  • Les Quatre Écluses*, rte de Montargis (D 93)

R

S

  • Les Sables de la Route*, rte de Montargis (D 93)
  • Les Sources de l'Étang, rte des Fontaines

Il y a deux hameaux Les Fontaines sur la commune, à ne pas confondre ensemble et avec le hameau Les Fontaines également sur la D 117 mais sur la commune voisine de Cortrat.

Milieux naturels et biodiversitéModifier

 
Carte des ZNIEFF de la commune et de ses abords.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Montcresson comprend une ZNIEFF[INPN 1].

Désignation Type Superficie Description
« Étang de Marsin » type 1[Note 1] 25 hectares La zone est située à l'est du bourg[DREAL 1]. Son altitude est de 107 m[INPN 2]. Il s'agit d'un bas-marais alcalin sur argiles en cours d'assèchement et de fermeture par les saules (Salix cinerea notamment) et par la bourdaine ainsi que par des espèces du Prunetalia (Prunellier, Aubépine)[INPN 3].

HistoireModifier

Cette localité a une origine incertaine. On a retrouvé deux traces d'occupation ancienne : une pierre percée et un tumulus. Elle est située à 4 km au nord de l'ancien grand centre celte puis gallo-romain de Montbouy (et à environ 35 km d'Aquis Segeste près de Sceaux-du-Gâtinais).

Plusieurs bâtiments ont été construits au XIIIe siècle : le château, l'église et l'ancien couvent dit « de la Fleur de Lys ». Ce dernier communiquait avec l'église par un souterrain dont il existe encore un caveau.

Deux anciennes piscines avoisinent l'autel. On voit, à l'église, les traces du style ogival du XIIIe siècle dans le portail à colonnettes et les baies. Sur un vitrail, on lit une inscription qui nous apprend que le château de la Forest, propriété de Mac Mahon, colonel du 180° de ligne, au Havre, a été bâti par Saint Louis et qu'il a été donné par un de ses fils à la famille de Machault, qui a conservé sur Montcresson des droits de justice seigneuriale jusqu'à la Révolution. Il a été restauré au XVe siècle.

La famille de Castries en devint propriétaire après la Révolution. Il passa ensuite par mariage à Patrice de Mac Mahon, duc de Magenta, qui y mourut , et fut enterré aux frais de l'État. Avant sa mort, il s'était allié à la maison royale de France en faisant épouser à son fils une des filles du duc de Chartres, la princesse Marguerite d'Orléans, née en 1860.

Quand, en 1896, l'évêque d'Orléans, Mgr Touchet, baptisa les deux cloches neuves de la paroisse, les jeunes époux tinrent l'une d'elles sur les fonts baptismaux, tandis que l'autre eut pour marraine la marquise douairière avec Richard maire de la commune.

Entre le et le , plus de 2 800 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent dans le Loiret. Devant l'insuffisance des structures d'accueil d’Orléans, 46 centres d’accueil ruraux sont ouverts[6], dont un à Montcresson[7]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le Sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, et le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[8]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, ceux préférant rester sont regroupés au camp de la verrerie des Aydes, à Fleury-les-Aubrais[7].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Montcresson est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[9],[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montargis, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 33 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[12],[13].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (78,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (65,5 %), forêts (16,3 %), zones agricoles hétérogènes (6,6 %), zones urbanisées (5,9 %), prairies (4,4 %), zones humides intérieures (1,3 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

PlanificationModifier

Plan local d'urbanismeModifier

Le conseil municipal prescrit l'élaboration d'un plan local d'urbanisme le . Après une enquête publique qui se déroule en , le document est approuvé le [15].

Documents sura-communauxModifier

Le plan local d'urbanisme doit être compatible avec le SCoT du Montargois en Gâtinais arrêté le [16] qui lui-même doit être compatible avec différents documents de portée supérieure comme le SDAGE Seine-Normandie 2016-2021 adopté le [17], le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) "Nappe de Beauce" approuvé le [18], le plan de gestion des risques d'inondation du bassin Seine-Normandie approuvé le [19], Le schéma régional d'aménagement et de développement durable du territoire (SRADDT) de la région Centre–Val de Loire approuvé le [20], le schéma départemental des carrières du Loiret approuvé le [21], le plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés (PDEDMA) du Loiret approuvé le [22]. A terme, le SCoT devra aussi être compatible avec le schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires prévu par la loi NOTRe du [23].

Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) est un document d’urbanisme qui permet la mise en œuvre d’une véritable stratégie de développement territoriale à l’échelle d’un bassin de vie. Il fixe les orientations fondamentales de l’organisation et de l’évolution d’un territoire sur une période de 15 à 20 ans. Le SCoT du Montargois en Gâtinais a été créé par arrêté préfectoral le . Il regroupe 85 communes dont Montcresson. Après une phase d'élaboration du diagnostic territorial de à , puis du Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) jusqu'en et du Document d’Orientations et d’Objectifs (DOO) jusqu'en , le projet de SCoT a été arrêté le [16].

LogementModifier

Voies de communication et transportsModifier

 
Réseau routier principal de la commune de Montcresson (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routièresModifier

La commune est traversée par trois routes départementales : la RD 93 (3 303 véhicules/jour en 2014), qui relie Amilly à Dammarie-sur-Loing[24], la RD 117 (715 véhicules/jour), qui relie Solterre à Château-Renard[24] et la RD 317 (537 véhicules/jour), qui relie la commune au Charme[24]. Complétant ces voies, la commune est sillonnée de plusieurs voies communales et chemins ruraux desservant ses fermes et hameaux et les bourgs environnants.

Transports en communModifier

En 2016, la commune est desservie par la ligne 15 du réseau Ulys, le réseau interurbain de transport par autocar du Conseil départemental du Loiret[25] qui relie Châtillon-sur-Loire - Montbouy - Montargis[26]. Des correspondances SNCF sont assurées dans la gare de Montargis. À compter du , la compétence des services de transports routiers interurbains, réguliers et à la demande est transférée des départements aux régions, et donc localement du département du Loiret à la région Centre-Val de Loire, consécutivement à la loi NOTRe du [27].

Risques naturels et technologiquesModifier

La commune de Montcresson est vulnérable à différents aléas naturels : inondations (par débordement du Loing), climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique (sismicité très faible)[28]. Entre 1989 et 2019, trois arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune  : deux pour des inondations et coulées de boues et un pour des mouvements de terrains[29].

Certaines parties du territoire communal sont exposées aux crues du Loing sur sa partie amont. Celles-ci ainsi que celles de l’Ouanne ont essentiellement lieu aux mois de décembre, janvier et février, qui concentrent l’ensemble des crues majeures, plus rarement en automne (), et au printemps (). Les deux crues de référence sont celles de (3,16 m à Montargis) et de mai- (3,36 m à la même station)[30],[31]. Le risque d'inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du Plan de prévention du risque inondation (PPRI) Loing Amont approuvé le par arrêté préfectoral et annulé par décision du Conseil d’État le [32].

Le territoire de la commune peut également être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[33].

Par ailleurs, le sol du territoire communal peut faire l'objet de mouvements de terrain liés à la sécheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[34]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. Une grande partie du territoire de la commune est soumis à un aléa « moyen » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[35].

Depuis le , la France dispose d'un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq zones de sismicité croissante[36]. La commune, à l'instar de l'ensemble du département, est concernée par un risque très faible[29].

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

Bloc communal : Commune et intercommunalitésModifier

La paroisse et bourg de Montcresson acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[37] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[38]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[39].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[40].

 
Localisation de la commune de Montcresson dans la communauté de communes Canaux et forêts en Gâtinais.

La communauté des Quatre-Rivières ou district urbain de Châtillon-Coligny, créé le , est transformée en communauté de communes de Châtillon-Coligny par arrêté préfectoral du . Montcresson fait alors partie des douze communes qui composent cette nouvelle intercommunalité[41]. La commune appartient à d'autres établissements publics de coopération intercommunale, de type syndicats ou autres regroupements intercommunaux. Le découpage territorial de ces structures est en constante évolution dans une perspective de rationalisation et d'efficience des services[Note 4].

Afin de renforcer et réduire le nombre d'intercommunalités en France, la loi du portant nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRe) fait passer le seuil démographique minimal de 5 000 à 15 000 habitants pour constituer une intercommunalité, sauf exceptions. Le schéma départemental de coopération intercommunale du Loiret est arrêté sur ces bases le et le nombre d'établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre passe dans le département du Loiret de 28 (2 communautés d'agglomération et 26 communautés de communes) à 16 (deux communautés d'agglomération et 14 communautés de communes dont une interdépartementale)[42]. Les communautés de communes du canton de Lorris et canton de Châtillon-Coligny et du Bellegardois fusionnent ainsi à compter du en une seule entité : la communauté de communes Canaux et forêts en Gâtinais, dont le siège est à Lorris. Cette nouvelle intercommunalité comprend 38 communes dont Montcresson[43].

Circonscriptions de rattachementModifier

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de Montcresson était rattachée sur le plan ecclésiastique de l'ancien diocèse de Sens[44] et sur le plan judiciaire au bailliage de Montargis[45].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Montcresson est alors incluse dans le canton de Nogen-sur-Vernisson, le district de Montargis et le département du Loiret[46].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[47]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[48]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[49]. L'acte II intervient en 2003-2006[50], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Montcresson aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Montargis 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Montargis de 1790 à 1795[40],[46]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[51].
Canton Nogen-sur-Vernisson 1790-1801 Administrative et électorale Le , la municipalité de Montcresson est rattachée au canton de Nogen sur Vernisson[52]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Châtillon-sur-Loing 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[53]. Montcresson est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X () au canton de Châtillon-sur-Loing[54],[40], qui devient canton de Châtillon-Coligny en 1896[52].
Lorris 2015- Électorale La loi du [55] et ses décrets d'application publiés en février et [56] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de Lorris[56]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale destinée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[57].
Arrondissement Montargis 1801- Administrative Montcresson est rattachée à l'arrondissement de Montargis depuis sa création en 1801[40],[54].
Circonscription législative 4e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[58],[59]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[60]. La réforme n'affecte pas Montcresson qui reste rattachée à la quatrième circonscription[61].

Collectivités de rattachementModifier

La commune de Montcresson est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[62], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Politique et administration municipalesModifier

Conseil municipal et maireModifier

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Montcresson, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[63], pour un mandat de six ans renouvelable[64]. Il est composé de 15 membres[65]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 mars 2014 Chantal Angevin    
mars 2014 En cours Alain Germain[66],[67]   Ancien cadre

Équipements et servicesModifier

EnvironnementModifier

Gestion des déchetsModifier

En 2016, la commune est membre du syndicat mixte de collecte et de traitement des ordures ménagères des cantons de Gien, Châtillon Coligny, Briare et Châtillon-sur-Loire (SMICTOM). Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 5], des emballages ménagers recyclables et des encombrants en porte à porte et du verre en points d’apport volontaire[68]. Un réseau de sept déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…). La déchèterie la plus proche est située sur la commune de Nogent-sur-Vernisson[69],[70]. L'élimination et la valorisation énergétique des déchets ménagers et de ceux issus de la collecte sélective sont effectuées par le SYCTOM de Gien-Châteauneuf-sur-Loire qui comprend un centre de transfert de déchets ménagers et un centre de stockage de déchets ultimes (CSDU) de classe II à Saint-Aignan-des-Gués ainsi qu'une usine d’incinération des ordures ménagères à Gien-Arrabloy[71].

Depuis le , la « gestion des déchets ménagers » ne fait plus partie des compétences de la commune mais est une compétence obligatoire de la communauté de communes Canaux et Forêts en Gâtinais en application de la loi NOTRe du [72].

Production et distribution d'eauModifier

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[73]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal sont assurées par le syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable de Montcresson, un syndicat créé en 1960 desservant cinq communes : Cortrat, Montcresson, Mormant-sur-Vernisson, Saint-Hilaire-sur-Puiseaux et Solterre[74],[75],[76]. La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l'exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[77],[78].

AssainissementModifier

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[79], est assurée par la commune elle-même[80]. La commune est raccordée à une station d'épuration située sur le territoire communal, mise en service le et dont la capacité nominale de traitement est de 1 083 EH, soit 240 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d'épuration biologique dit « à boues activées ». Son exploitation est assurée en 2017 par Montcresson [81],[82].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[83]. La communauté de communes de Châtillon-Coligny a créé, par délégation de ses communes adhérentes, le le service public d'assainissement non collectif (SPANC). Celui-ci a pour mission de contrôler les installations neuves et existantes, la mise en place d’un service de vidange et la réhabilitation des installations[84],[85]. Depuis le , c'est la communauté de communes Canaux et Forêts en Gâtinais, issue de la fusion de la communauté de communes du canton de Lorris, de la communauté de communes de Châtillon-Coligny et de la communauté de communes du Bellegardois, qui assure, par substitution, le SPANC.

Prix de l'eauModifier

Le « prix de l’eau » doit permettre de financer l’ensemble des investissements (mise en place de nouveaux ouvrages, mise aux normes du patrimoine existant, renouvellement du patrimoine, etc.) mais aussi les frais de fonctionnement du service (frais de personnel du service, électricité, produits de traitement, renouvellement du matériel, analyses, élimination des déchets, etc.)[86]. L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement publie la description actualisée des services publics d'eau potable et d'assainissement, qu’il s’agisse de leur organisation, de leur tarif ou de leur performance[87]. Le prix au m3 est calculé pour une consommation annuelle de 120 m3 (référence INSEE)[88].

Domaine Commune 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Eau potable Montcresson 1,93[89] 2,41[90] 2,58[91] 2,58[92] 2,62[93] 2,63[94]
Loiret 1,76[95] 1,7[96] 1,66[97] 1,69[98]
France 1,93[95] 1,96[96] 2[97] 2,03[98]
Assainissement Montcresson NC[89] NC[90] NC[91] 1,51[93] 1,53[94]
Loiret 2,07[95] 2,19[96] 2,25[97] 2,38[98]
France 1,73[95] 1,82[96] 1,85[97] 1,89[98]

EnseignementModifier

La commune possède une école maternelle et une école primaire rassemblées. Le collège le plus proche est le collège Henri Becquerel à Châtillon-Coligny.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[99]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[100].

En 2018, la commune comptait 1 276 habitants[Note 6], en diminution de 1,85 % par rapport à 2013 (Loiret : +1,99 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500613581674735717701759753
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8048539379069839659741 021946
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
887848812664704680690705695
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6546106528831 1611 2661 3031 3091 314
2013 2018 - - - - - - -
1 3001 276-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[101] puis Insee à partir de 2006[102].)
Histogramme de l'évolution démographique

SportsModifier

La commune possède un club de pétanque et un terrain de foot qui sert aussi pour des brocantes. Un skate park est également présent, ainsi qu’un court de tennis situé à côté du terrain de foot.

LoisirsModifier

Le GR 13 traverse la commune en suivant les cours d'eau en direction Nord-sud : l'Ouanne depuis le hameau Montambert jusqu'à Montcresson et le canal de Briare au sud du bourg (Le Fourneau, Le Petit Fourneau)[103].

Il y a aussi un parc avec mini-golf.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

L’église Saint-Léger[104] remonte à la fin du XIIe siècle. Le clocher, endommagé par l'incendie lors de la Fronde en 1652, fut reconstruit en 1661. Bâtie sur un plan rectangulaire, elle se termine par un chevet plat droit percé de trois fenêtres. Les vitraux ont été offerts par la famille Mac Mahon à la fin du XIXe siècle. Cette église simple, haute sous nef, possède un clocher carré au toit à quatre pentes.

La fontaine Saint-Genou de Breuzey est située en bordure du Loing, dans le hameau de Breuzy. Cette fontaine fut pendant des siècles le but d'un pèlerinage très fréquenté. On croyait que se tremper dans ses eaux pouvait amener la guérison de paralysie, rhumatisme et autres douleurs. Il subsiste un édifice où se trouve le bassin encadré de deux pièces permettant aux pèlerins de se déshabiller séparément. Devant la fontaine se dresse une colonne torse de pierre portant un écusson. La chapelle du prieuré de Breuzy, qui dépendait de Ferrières, fut détruite pendant la Révolution.

La motte féodale : au lieu-dit et dans le hameau de la Motte subsiste une motte féodale du Xe ou XIe siècle, très bien conservée, avec son fossé de forme annulaire caractéristique.

Le manoir-ferme de la Brosse : ce manoir fortifié a été reconstruit à la fin du XVIe siècle après les guerres de religion. Le bâtiment d’habitation est enclos dans une cour rectangulaire flanquée de tours aux angles.

Le château de la Forest, reconstruit au XVIIe siècle par la famille de Boileau sur les ruines d’un édifice plus ancien. La famille De Machau en devint propriétaire en 1627 et le conserva près de deux siècles. La famille de Castries l'acheta en 1842 et il passa par alliance au maréchal de Mac Mahon, président de la République de 1873 à 1879. C'est dans ce château qu’il mourut en 1893.

Les cinq écluses du Chesnoy : vestiges de l'ancien canal de Briare construit entre 1604 et 1642, elles ont été abandonnées lors de la réfection du canal il y a un siècle.

Équipements culturelsModifier

La commune possède une bibliothèque.

HéraldiqueModifier

Les armes de Montcresson se blasonnent ainsi :

D'or au chevron d'azur, accompagné en chef de deux têtes de corbeau arrachées de sable et en pointe d'un lion léopardé de gueules[105].

On peut aussi trouver : D'or à la fasce d'azur accompagnée de deux têtes de corbeau de sable arrachées et d'un lion passant de gueules armé, lampassé, et vilené d'azur[106].

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée caractérisée par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. La commune peut faire partie de diverses autres intercommunalités qui ne sont pas représentées : des syndicats (syndicats intercommunaux à vocation unique (SIVU), (syndicats intercommunaux à vocation multiple (SIVOM), syndicats mixtes) ou d’autres regroupements intercommunaux (programme local de l'habitat (PLH), contrat local de santé (CLS), centre intercommunal d'action sociale (CIAS).
  5. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

RéférencesModifier

Inventaire national du patrimoine naturelModifier

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de LoireModifier

Autres sourcesModifier

  1. « Zonage en petites régions agricoles », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Orthodromie entre "Montcresson" et "Orléans », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre "Montcresson" et "Montargis" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  4. « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Villes les plus proches de Montcresson », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  6. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  7. a et b Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  8. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  15. [PDF]« État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret au 1er janvier 2016 », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le ), p. 88.
  16. a et b « Schéma de Cohérence Territoriale du Montargois en Gâtinais - procédure », sur http://www.agglo-montargoise.fr/ (consulté le ).
  17. « SDAGE Seine-Normandie 2016-2021 », sur http://www.eau-seine-normandie.fr/ (consulté le ).
  18. « SCoT du Montargois en Gâtinais - Rapport de présentation - tome 1 », sur http://www.agglo-montargoise.fr/ (consulté le ), p. 19.
  19. « Le Plan de Gestion des Risques d'Inondation 2016-2021 (PGRI) approuvé », sur http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le ).
  20. « Une vision de notre région de 10 à 20 ans », sur http://www.regioncentre-valdeloire.fr/ (consulté le ).
  21. « SCoT du Montargois en Gâtinais - Rapport de présentation - tome 1 », sur http://www.agglo-montargoise.fr/ (consulté le ), p. 26.
  22. « SCoT du Montargois en Gâtinais - Rapport de présentation - tome 1 », sur http://www.agglo-montargoise.fr/ (consulté le ), p. 27-28.
  23. « SCoT du Montargois en Gâtinais - Rapport de présentation - tome 1 », sur http://www.agglo-montargoise.fr/ (consulté le ), p. 15.
  24. a b et c « Carte du trafic 2014 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret, (consulté le ).
  25. « Plan du réseau Ulys », sur http://www.ulys-loiret.com/ (consulté le ).
  26. Fiche horaire de la ligne 15 Châtillon-sur-Loire - Montargis pour la période du au 31 août 2016, [lire en ligne][PDF].
  27. Aloïs Ramel, Alexandra Aderno, « Loi NOTRe et transports publics », sur http://web.lexisnexis.fr/, (consulté le ).
  28. [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret- Liste des risques par commune », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le ).
  29. a et b « Risques recensés sur la commune de Montcresson », sur http://www.georisques.gouv.fr/.
  30. [PDF]« PPRI Loing amont », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le ), p. 14.
  31. « Mai-juin 2016 : Inondations massives dans le Loiret », sur https://inforisques.loiret.fr/ (consulté le ).
  32. « Les PPRI du Loing et de l'Ouanne », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le ).
  33. « Montcresson - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le ).
  34. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  35. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Montcresson », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  36. Décret no n°2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
  37. Motte 2003, p. 24.
  38. Motte 2003, p. 23.
  39. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat, (consulté le ).
  40. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Montcresson », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  41. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le ).
  42. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le ).
  43. « Arrêté portant fusion de la Communauté de Communes Beauce et du Gâtinais, de la Communauté de Communes « Le cœur du Pithiverais » et de la Communauté de Communes du Plateau Beauceron et portant création de la Communauté de Communes du Pithiverais - Recueil des actes administratifs spécial n°45-2016-051 », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le ).
  44. « Ancien diocèse de Sens », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le ).
  45. « Bailliages de la région Centre », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le ).
  46. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  47. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  48. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  49. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  50. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  51. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le ).
  52. a et b Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le ), p. 6.
  53. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le ).
  54. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 43 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le ).
  55. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le ).
  56. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le ).
  57. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/, (consulté le ).
  58. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le ).
  59. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le ).
  60. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le ).
  61. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  62. « Rattachements administratifs de la commune de Montcresson », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  63. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  64. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le ).
  65. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  66. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  67. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  68. « SMICTOM de Gien - Rapport annuel 2015 », sur http://www.smictom-gien.com/ (consulté le ).
  69. « SMICTOM de Gien - déchèteries », sur http://www.smictom-gien.com/ (consulté le ).
  70. « SMICTOM de Gien - Carte interactive - déchèteries et points d'apports volontaire sur le territoire de la commune », sur http://www.smictom-gien.com/ (consulté le ).
  71. « SICTOM de Châteauneuf-sur-Loire - missions et compétences », sur http://www.sictom-chateauneuf.fr/ (consulté le ).
  72. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le ), p. 4.
  73. [PDF]« Les services publics d'eau et d'assainissement. », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  74. « SIAEP de Montcresson », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le ).
  75. « SIAEP de Montcresson », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le ).
  76. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le ).
  77. Article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales et suivants
  78. AMF, « Loi NOTRe : transfert des compétences « eau et assainissement » aux EPCI à fiscalité propre », sur http://amf83.fr/, (consulté le ).
  79. Les services publics d'eau et d'assainissement ", p. 16.
  80. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le ).
  81. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 21 juin 2016 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le ).
  82. « Station d'épuration de Montcresson », sur http://www.sandre.eaufrance.f (consulté le ).
  83. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  84. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le ).
  85. « CC Châtillon-Coligny - SPANC », sur http://www.comcomchatilloncoligny.fr (consulté le ).
  86. « Note sur la tarification des services de l’eau et de l’assainissement », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le ).
  87. « Observatoire national des services d'eau et d'assainissement », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le ).
  88. « Prix TTC du service au m³ pour 120 m³ », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le ).
  89. a et b Prix de l'eau en 2010 à Montcresson.
  90. a et b Prix de l'eau en 2011 à Montcresson.
  91. a et b Prix de l'eau en 2012 à Montcresson.
  92. Prix de l'eau en 2013 à Montcresson.
  93. a et b Prix de l'eau en 2014 à Montcresson.
  94. a et b Prix de l'eau en 2015 à Montcresson.
  95. a b c et d Prix de l'eau en 2010 dans le Loiret.
  96. a b c et d Prix de l'eau en 2011 dans le Loiret.
  97. a b c et d Prix de l'eau en 2012 dans le Loiret.
  98. a b c et d Prix de l'eau en 2013 dans le Loiret.
  99. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  100. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  101. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  102. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  103. Le GR 13 sur Montcresson, sur geoportail.fr.
  104. « Église Saint-Léger », notice no PA00098827, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  105. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2008.
  106. Le blason de la commune sur Conseil général du Loiret et HéraldiqueGenWeb. Adoptées par le conseil municipal du 20 septembre 2004. Consultation : mars 2008.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui : Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4, lire en ligne)