Montcalm (frégate)

navire de guerre

Le Montcalm est une frégate anti-sous-marine de la classe Georges Leygues (type F70) mise en service dans la Marine nationale française de 1982 à 2017. Son numéro de coque est D642. Elle est parrainée par la ville de Nîmes et porte le nom de Louis-Joseph de Montcalm (1712-1759).

Montcalm
Image illustrative de l’article Montcalm (frégate)
La frégate Montcalm en Méditerranée (22 mars 2001).
Type Frégate de lutte anti-sous-marine
Classe Georges Leygues
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval DCN Brest
Lancement 30 mai 1980
Mise en service 28 mai 1982
Statut désarmé le 3 juillet 2017[1]
Équipage
Équipage 22 officiers (dont 4 pilotes), 145 officiers mariniers, 77 quartiers-maîtres et matelots
Caractéristiques techniques
Longueur 139 mètres
Maître-bau 15 mètres
Tirant d'eau 5,50 mètres
Tirant d'air 41,60 mètres
Déplacement 4910t (pc)
Propulsion CoDoG
Puissance 52.000Cv (TAG) / 11.200Cv (Diesel)
Vitesse 30 nœuds avec les turbines à gaz (TG) et 21 nœuds avec les diesels
Caractéristiques militaires
Électronique 2 centrales de navigation inertielle SIGMA 40 (Safran Electronics & Defense)
Rayon d'action 4.000 Nq (à 15 nds)
Aéronefs 2 WG-13 "Lynx"
Carrière
Indicatif FAMO

HistoriqueModifier

Troisième unité de la série des "corvettes anti-sous-marines", (renommée en "frégates anti sous marines" type F-70"), la frégate Montcalm a été mise sur cale le par le chantier naval de DCN Brest, lancée le et admise au service actif le .

En 1999-2000, dans le cadre du programme OP 3A (Opération d'Amélioration de l'Autodéfense Antimissile), elle a reçu un abri de défense à vue au-dessus de la passerelle, un système de traitement des informations de défense à vue STIDAV, un système d'autodéfense rapprochée SARA (ou SENIT 8/01), 2 systèmes SATCP Sadral avec missiles Mistral, 2 tourelles de 30 AA Breda-Mauser (remplacées en 2012 par 2/20 AAF 2), 2 lance-leurres Dagaie Mk 2, 2 conduites de tir optroniques DIBC-2A (Vigy 105), un système de veille infrarouge Vampir DIBV-2A et 2 brouilleurs ARBB-36 et reçu un radar DRBV-15 à la place du DRBV-51.

En 2002-2003, la coque a été renforcée par des bulges longs de 60 m et lestée de 210 t de béton, provoquant un accroissement global du déplacement de 330 t et une réduction de la distance franchissable d'environ 20 %.

Les 9 et ont lieu sur le Montcalm les premiers appontages automatiques d'un drone sur un bâtiment de faible tonnage en mouvement. Certes, un drone RQ-8A Fire Scout s'est posé les 16 et sur le LPD USS Nashville de classe Austin, un navire beaucoup plus gros possédant un large pont d'envol et qui, de plus, naviguait par mer d'huile à petite vitesse[2]. Pour permettre des conditions d'emploi de jour comme de nuit du Camcopter S-100 fabriqué par Schiebel, DCNS a conçu le Système d'appontage et de décollage automatique (SADA), doté d'un capteur infrarouge, destiné à guider avec précision le drone pendant l'appontage. L'objectif, atteint, était une précision de 30 centimètres afin que l'engin soit capable de harponner en toute sécurité la grille de la plateforme hélicoptère. Le temps de récupération ne serait que de deux minutes[3].

La frégate devait être désarmée en 2015 mais à la suite de la vente de la FREMM Normandie à l'Égypte, elle reste finalement en service jusqu'au . Depuis 2018, elle est en attente de démantèlement dans le port de Toulon, à proximité de l'anse de Brégaillon.


TraditionsModifier

La frégate Montcalm reprend les traditions du croiseur Montcalm, titulaire de trois citations (pour les combats de Narvik, les combats de Dakar et le débarquement de Provence) et de la croix de guerre 39-45. A ce titre, l'équipage portait la fourragère verte. La frégate arborait la flamme de la croix de guerre au mât de Beaupré.

La frégate Montcalm a obtenu une citation supplémentaire à l'occasion de l'opération Harmattan.

La tape de bouche du Montcalm représente une ancre de marine avec à senestre le blason de Louis-Joseph de Montcalm,et à dextre, un dragon, en référence à la devise de Dieudonné de Gozon : "Draconis extinctor" (tueur de dragons) et surmonté d'une couronne de marquis.

 
Fourragère de la croix de guerre 39-45.

Liste des commandants successifsModifier


Liste des commandants de la FASM Montcalm
Nom du au
CV Bonbon 13.12.80 11.06.82
CV Labouérie 11.06.82 09.12.83
CV Albatro 09.12.83 09.08.85
CV Renoux 09.08.85 27.01.87
CV Méheut 27.01.87 08.08.88
CV Bariller 08.08.88 20.02.90
CV Wybo 20.02.90 27.08.91
CV Fabiani 27.08.91 26.04.93
CV Brun 26.04.93 23.09.94
CV Célérier 23.09.94 13.09.96
CV Mellet 13.09.96 15.07.98
CV Collonnier 15.07.98 24.07.00
CV Nielly 24.07.00 26.07.02
CV de Bremond d'Ars 26.07.02 15.09.04
CV Deluzarches 15.09.04 23.06.06
CV Lefebvre 23.06.06 18.07.08
CV Lockhart 18.07.08 22.07.10
CV Chové 22.07.10 17.02.12
CV Fontarensky 17.07.12 22.07.14
CV du Gardin 22.07.14 30.06.16
CV Pitrat 30.06.16 03/07/17

CaractéristiquesModifier

NavigationModifier

Le Montcalm est équipé de deux centrales de navigation inertielle SIGMA 40 créées par Sagem. Grâce à leur technologie Gyrolaser (Ring Laser Gyro), ces centrales inertielles offrent un très haut degré de précision et démultiplient l'efficacité des capteurs, des armements comme des moyens d'autodéfense du bâtiment.

SenseursModifier

RadarsModifier

  • un radar de veille aérienne longue portée DRBV-26A
  • un radar de veille combinée air-surface DRBV-15A
  • Un radar de tir DRBC32 associé à la conduite de tir 100mm "Vega".

SonarsModifier

  • Un sonar de coque DUBV-23 à basse fréquence, remplacé en 2008 par un UMS-4110[4]
  • Un sonar à immersion variable (VDS : Variable Deep sonar) DUBV-43 à basse fréquence

OptroniqueModifier

  • deux Vigy105 associées au système d'autodéfense OP-3A
  • Un système EDIR associé à la conduite de tir CROTAL-NAVAL

ArmementModifier

À son lancement, il est armé de deux systèmes de quatre missiles anti-navire MM40 Exocet, d'un système anti-aérien Crotale avec huit missiles sur rampes (soit vingt-six missiles), d'un canon de 100 mm Mod. 1968 CADAM, de deux canons anti-aérien de 20 mm Oerlikon Mk 10 Mod. 23, remplacés dans le cadre de la refonte « 3A » par deux tourelles de 30 mm BREDA, puis par deux canons de 20 mm F2, de deux mitrailleuses de 12.7 mm et de deux catapultes fixes pour torpilles anti-sous-marines L 5 mod 4 (soit dix torpilles). Il embarque deux hélicoptères Westland Lynx[5].

EngagementsModifier

 
Le Montcalm à l'appareillage pour sa dernière mission, le 4 janvier 2017. Notez le bulge de renfort de la coque ajouté en 2003 ainsi que la passerelle modifiée en 1999.

Admis au service actif le 28 mai 1982; Le Montcalm rallie Toulon le 7 juin 1982.

Il appareille sur alerte le 11 juin 1982 pour la première mission "Olifant-1". Il arrive en vue de la ville de Journieh (Liban) dès le 13 juin afin de protéger l'évacuation des ressortissants français présents au Liban[6], conséquence de l'intervention israélienne (opération "Paix en Galilée"). Il reste sur zone jusqu'au 4 juillet 1982.

La frégate Montcalm est à nouveau engagée au large du Liban dans la mission Olifant-6 (septembre - octobre 1982), Olifant-13 (avril - mai 1983), Olifant-18 (octobre 1983), Olifant-19 (décembre 1983 - février 1984), Olifant-26 (mars 1985), Olifant-31 (novembre - décembre 1985), Olifant-34 (juin - juillet 1986)[7].

Le Montcalm est engagé dans l'opération Prométhée dans le détroit d'Ormuz du 23 janvier 1988, au 12 avril 1988, puis dans l'opération Artimon du 1er octobre 1990 au 2 novembre 1990 et du 28 avril 1991 au 15 août 1991.

Il est ensuite déployé à plusieurs reprises dans le Golfe persique d'avril à juillet 1993, d'avril à juillet 1994, de décembre 1995 à mars 1996 et d'avril à août 1999[8].

Le Montcalm est engagé dans l'opération Enduring-Freedom, en océan Indien en février-mars 2005, de janvier à avril 2011 et de mars à mai 2013[9]

En 2007, la frégate Montcalm participe à l'opération Baliste d'évacuation de ressortissants français au Liban.

En , la frégate Montcalm est intégrée à la TF448, force maritime de la FINUL au large du Liban[10].

La frégate Montcalm est notamment engagée dans l'opération Harmattan en Libye visant à faire respecter la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies. Le , l'état-major des armées a précisé que la frégate Montcalm avait ouvert le feu au canon sur un objectif côtier dans la région de Marsa El Brega, le [11], le premier d'une longue série. Le Montcalm revient à proximité de Brega le lendemain 3 mai, mais il est pris à partie par une batterie de lance-roquettes et un canon de 155 mm. Un coup tombe notamment à moins de 150 mètres du bord, obligeant le Montcalm à écourter sa passe de tir[12].

En 2013, elle est déployée en océan Indien et engagée dans le cadre de l'opération Enduring Freedom.

Le , la frégate Montcalm conduit avec la frégate Courbet l'opération d'évacuation depuis la Libye de 47 ressortissants français et étrangers[13], dont 14 enfants.

La frégate Montcalm est engagée du au en Méditerranée orientale, dans le cadre de l'opération Opération Chammal[14]. La mission, initialement tournée vers le contrôle des flux maritimes évolue du fait du déploiement en Syrie des forces armées de la fédération de Russie en soutien des forces gouvernementales, vers une mission d'observation de la situation aéro-maritime et de collecte de renseignement d'intérêt stratégique.

Elle est engagée une ultime fois du au dans le cadre de l'opération Chammal, en Méditerranée orientale[15] avant de rentrer à Toulon pour conduire ses opérations de désarmement.

Notes et référencesModifier

  1. « La frégate Montcalm a tiré sa révérence », sur Mer et Marine, .
  2. (en) (en) « Autonomous Fire Scout UAV Lands on Ship », sur news.navy.mil, US Navy,
  3. Vincent Groizeleau, « Premier appontage automatique d'un drone sur une frégate française », sur Mer et Marine,
  4. Bernard Prézelin, Flotte de combat 2016, Rennes, Ouest France, , 1496 p., FRANCE - 5 type F 70 ASM (ex-C 70 ASM) – Ch. : DCN, Brest.
  5. Georges Leygues missile destroyers (1979 - 1990), navypedia.org.
  6. « FASM Montcalm », sur Varmarine
  7. « Liste des bâtiments et unités de la marine nationale ayant participé aux opérations du Liban entre le 22 mars 1978 et le 22 mars 2007 et ayant acquis la qualité d'unité combattante. », sur ACORAM
  8. « LISTE N° 504242/ARM/SGA/DPMA/SHD/DCRA des bâtiments et unités de la marine nationale ayant participé aux opérations menées dans le golfe Persique et le golfe d'Oman entre le 30 juillet 1987 au 29 juillet 2003 et ayant acquis la qualité d'unité combattante. »,
  9. « Boréale - LISTE N° 504241/ARM/SGA/DPMA/SHD/DCRA des bâtiments et unités de la marine nationale qualifiés combattant au regard des actions de feu et de combat définies par l'arrêté du 10 décembre 2010 et ayant participé aux opérations en Afghanistan, pays et eaux avoisinants (opérations Héraclès, Pamir, Enduring Freedom, etc.) du 3 octobre 2001 au 27 décembre 2013. », sur defense.gouv.fr
  10. Ministère de la défebse, « 07/04/08 - Liban : Du « Courbet » au « Montcalm » », sur Ministère des armées, (consulté le )
  11. L'aviation française neutralise une cinquantaine d'objectifs en une semaine, opex360.com, 13 mai 2011.
  12. Jean-Michel Roche, La Marine dans la guerre de Libye, Landerneau, LTP, , 240 p. (ISBN 978-2-9525917-2-0), p. 84
  13. Les frégates Montcalm et Courbet ont évacué les Français de Libye, lignededefense, Ouest France, 30 juillet 2014.
  14. COLS BLEUS, « La FASM Montcalm relève la FDA Forbin en Méditerranée orientale », sur www.colsbleus.fr, Spécialisé, (consulté le )
  15. COLS BLEUS, « Chammal : la frégate Montcalm contribue au suivi de la situation au Levant », sur www.colsbleus.fr, Spécialisé, (consulté le )

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Trois autres bâtiments ont porté ce nom :

Liens externesModifier