Mont Ross

montagne des îles Kerguelen

Mont Ross
Vue du mont Ross depuis le navire Marion Dufresne en décembre 2013 (été austral).
Vue du mont Ross depuis le navire Marion Dufresne en décembre 2013 (été austral).
Géographie
Altitude 1 850 m, Grand Ross[1]
Massif Massif Gallieni
Coordonnées 49° 35′ 38″ sud, 69° 29′ 45″ est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Territoire d'outre-mer Terres australes et antarctiques françaises
District Archipel des Kerguelen
Ascension
Première 5 janvier 1975 par Jean Afanassieff, Patrick Cordier
Géologie
Roches Roches volcaniques
Type Volcan de point chaud
Morphologie Stratovolcan
Activité Endormi
Dernière éruption Inconnue
Code GVP 234020
Observatoire Aucun
Géolocalisation sur la carte : Kerguelen
(Voir situation sur carte : Kerguelen)
Mont Ross

Le mont Ross est un volcan, point culminant de l'archipel des Kerguelen et de son île principale, la Grande Terre, dans le sud de l'océan Indien, avec 1 850 mètres d'altitude.

ToponymieModifier

Baptisé « mont Ross » par l'expédition du HMS Challenger en 1874 en hommage à l'explorateur polaire sir James Clark Ross (1800-1862) qui visita l'archipel en 1840, l'usage a ensuite donné le nom de Grand Ross et de Petit Ross à cette montagne très proche de la côte et que les baleiniers du XIXe siècle surnommaient « mont Fourchu » et « pic Enneigé », en anglais : Forked Mount et Snowy Peak[2].

GéographieModifier

Le mont Ross est une montagne escarpée, couverte en partie de glaciers et difficile d'accès. Situé sur la péninsule Gallieni dans le sud de Grande Terre, il présente un sommet double avec le Grand Ross, le plus élevé, 1 850 mètres et le Petit Ross culminant à 1 721 mètres. Ces deux sommets constituent le rebord occidental d'une caldeira ouverte en fer à cheval vers l'est. Dans cette caldeira où naît le glacier Buffon se trouvent deux petits sommets, le pic du Cratère et le piton Central. Les faces méridionales et occidentales de la montagne plongent vers l'océan Indien tandis que la caldeira fait face vers l'est aux monts Andrée Aubert de la Rüe et que la face septentrionale est raccordée aux autres sommets de la péninsule Gallieni.

 
Image satellite d'une partie de l'archipel des Kerguelen avec le mont Ross (tache blanche à droite), le glacier Cook (tache blanche à gauche) et la péninsule Rallier du Baty (à gauche).

HistoireModifier

Le mont Ross n'a été gravi pour la première fois qu'en 1975, devenant ainsi le dernier sommet français à avoir été vaincu[3],[4],[5] : la première ascension est réalisée le par les alpinistes français Jean Afanassieff et Patrick Cordier, suivis le par trois autres alpinistes de leur expédition, Patrice Bodin, Denis Ducroz et Georges Polian[6]. Le , le groupe militaire de haute montagne, composé de Philippe Renard, Thierry Bolo, Laurent Miston, Antoine Cayrol, François Savary, Grégory Muffat-Joly et Vasken Koutoudjian, réussit la deuxième ascension du sommet en inaugurant une variante en face nord[5].

La première traversée de la montagne, en enchaînant le Petit Ross et le Grand Ross, a été réalisée par une équipe menée par l'alpiniste Lionel Daudet en [7].

RéférencesModifier

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. (fr) Rubrique consacrée au mont Ross dans le site Voyages aux îles Kerguelen
  3. Éric T., « Insolite : le sommet le plus inaccessible de France : le Mont Ross ! »,
  4. Gilles Modica, « Patrick Cordier Un grimpeur libertaire », Montagnes Magazine, no 236, mai 2000
  5. a et b Le GMHM effectue la seconde ascension du Mont Ross… ffme.fr
  6. Pierre Chapoutot, « Kerguelen : un peu de géographie », Cimes (revue du GHM), 2002, page 207
  7. En direct du mont Ross, blog relatant l'expédition sur le site du journal Libération.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :