Ouvrir le menu principal

Mont-Tremblant

ville au Québec (Canada)
Ne doit pas être confondu avec le Mont Tremblant et Tremblant (Centre de villégiature)

Mont-Tremblant
Mont-Tremblant
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Subdivision régionale Les Laurentides
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Luc Brisebois
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Tremblantois, oise
Population 9 646 hab. ()
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 00″ nord, 74° 36′ 00″ ouest
Superficie 24 810 ha = 248,1 km2
Divers
Code géographique 2478102
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Laurentides (région administrative)

Voir la carte administrative de la zone Laurentides
City locator 14.svg
Mont-Tremblant

Géolocalisation sur la carte : Laurentides (région administrative)

Voir la carte topographique de la zone Laurentides
City locator 14.svg
Mont-Tremblant
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Mont-Tremblant est une ville du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté (MRC) des Laurentides et la région administrative des Laurentides. La ville tient son nom du mont Tremblant, et est connue pour ses fonctions de station balnéaire au centre de villégiature de Tremblant.

GéographiqueModifier

Dans la MRC Les Laurentides.

Selon le recensement de 2011, la ville compte 10 000 habitants pour une superficie de 256 km2. La ville est dominée par le mont Tremblant d'une altitude de 968 mètres qui est l'un des plus hauts sommets du sud du Québec. La ville fut constituée le au terme d'un projet contesté de fusion entre les municipalités de Saint-Jovite, Saint-Jovite-Paroisse, Mont-Tremblant-Village et Lac-Tremblant-Nord.

Municipalités limitrophesModifier

 
Couleurs du mont Tremblant

HistoireModifier

 
Centre du village original de Mont-Tremblant.

Au XVIIe siècle, les Algonquins identifient, l'élévation Manitou Ewitchi Saga, la montagne du redoutable manitou[Lequel ?] ou encore Manitonga Soutana, montagne des esprits ou du diable.

La région fut colonisée au début du XIXe siècle par le curé Antoine Labelle qui voulait éviter l'expansion protestante, il peuple donc de Canadiens français toutes les régions du nord. Il désigne l'emplacement des futurs villages en fonction de la fertilité des terrains, des sources d'eau et du tracé de la ligne de chemin de fer qu'il projette de faire bâtir.

En 1892, les habitants des municipalités qui constitueront plus tard la grande ville de Mont-Tremblant sont brisés de leur isolement par le chemin de fer du P'tit Train du Nord. Cette ligne de chemin de fer provoque un boom touristique incité en 1938 par Joseph Bondurant Ryan, un jeune et riche Américain de Philadelphie, venu au nord pour faire la prospection d'or, épris de la beauté de la majestueuse montagne « des esprits ». Il aurait fait son ascension de la montagne, et rendu au sommet de cette montagne de 968 mètres, en voyant la vue imprenable sur le paysage enseveli sous le manteau blanc de l'hiver, Joe Ryan aurait voulu transformer le domaine sauvage au pied de la montagne en village alpin de classe internationale. Un an plus tard, en février 1939, il ouvre les portes de son village alpin, le Mont-Tremblant Lodge, dont l'architecture est inspirée du Vieux-Québec. Étapes autrefois importantes du chemin de fer du P'tit Train du Nord, les municipalités constituantes sont tombées dans un profond marasme économique dans les années 1980 à cause de la baisse du tourisme et de la fermeture de la ligne de chemin de fer. La relance du Centre de villégiature Tremblant au début des années 1990 par Intrawest a permis une croissance économique et démographique qui a transformée la destination en centre récréotouristique quatre saisons de calibre international.

Depuis l'installation de la première chaise en 1939 à aujourd'hui, Station Mont Tremblant a su développer son potentiel pour devenir le domaine skiable le plus important et le plus varié à l'Est de l'Amérique du Nord.

De nos joursModifier

 
Centre de la station.
 
Place Saint-Bernard

Mont-Tremblant s'affirme maintenant comme une ville touristique avec plusieurs centres de ski importants, dont la station Tremblant, et de nombreux terrains de golf. Plusieurs projets sont en voie de réalisation sur la montagne dont la construction d'un nouveau village touristique sur le versant Soleil. La majorité des touristes viennent de l'Ontario et de la Nouvelle-Angleterre, mais la ville attire de plus en plus d'Européens et d'Asiatiques.

En 2004, dans le cadre du processus de défusions municipales initié par Jean Charest, l'ancienne municipalité de Lac-Tremblant-Nord a exprimé, par référendum, son désir de ne plus faire partie de Mont-Tremblant. Les autres municipalités constituantes ont rejeté l'idée.

La ville a prévu à son budget de l'année foncière de 2008 la reconstruction de l'hôtel de ville au coût de 7,8 M$[1]. Au moment de sa démolition, l'ancien bâtiment, datant des années 1970 était dans un état lamentable.

Par ailleurs, Loto-Québec a confirmé le l'implantation de son quatrième casino qui a ouvert ses portes le sur le site du Versant Soleil au coût de 61 M$[2]. Loto-Québec avait auparavant annoncé l'établissement d'un Ludoplex avant de modifier le projet pour y établir un casino.

Malgré cette croissance économique fulgurante, les citoyens et l'administration de la ville désirent vivre en harmonie avec la nature et que le territoire demeure dans son état sauvage.

DémographieModifier

PopulationModifier

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
7079778 3178 8929 3269 646

Population totale en 1996 :

  • Mont-Tremblant : 977
  • Lac-Tremblant-Nord : 4
  • Saint-Jovite (ville) : 4 609
  • Saint-Jovite (paroisse) : 1 708

Population en 1991 :

  • Mont-Tremblant : 707
  • Lac-Tremblant-Nord : 0
  • Saint-Jovite (ville) : 4 118
  • Saint-Jovite (paroisse) : 1 275

Total des logements privés, à l'exclusion chalets saisonniers : 3 873 (total : 6 628).


Sexes et groupes d'âgeModifier

 
Pyramide des âges, 2016 (Source: Statistique Canada, recensement de 2016)
  • L'âge moyen à Mont-Tremblant est de 46,8, soit environ 5 ans plus vieux que la moyenne du Québec;


LanguesModifier

Langue maternelle par rapport au Québec et au Canada, 2016[3]
Langue maternelle Mont-Tremblant Québec Canada
français comme première langue 89,9 % 79,0 % 20,6 %
anglais comme première langue 7,4 % 9,7 % 56,0 %
autre comme première langue 1,6 % 10,4 % 22,9 %
français et anglais comme première langue 1,1 % 0,9 % 0,5 %
Connaissance des langues officielles par rapport au Québec et au Canada, 2016[3]
Langue maternelle Mont-Tremblant Québec Canada
français seulement 47,1 % 50,0 % 11,9 %
anglais seulement 1,7 % 4,6 % 68,3 %
anglais et français 51,1 % 44,5 % 17,9 %
ni anglais ni français 0,1 % 0,9 % 1,7 %

RevenuModifier

  • Le revenu médian en 2015 s'établissait à 51 755 $, contre la moyenne provinciale de 59 822 $


AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de huit districts[4].

Mont-Tremblant
Maires depuis 2005
Élection Maire Qualité Résultat
2005 Pierre Pilon Voir
2009 Voir
n/d Luc Brisebois Conseiller de Saint-Jovite (1995-2001)
Conseiller de Mont-Tremblant (2001-2013)[5]
Voir
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

JumelageModifier

ÉducationModifier

La Commission scolaire des Laurentides géré établissements scolaires francophones de la ville. Ces écoles:

La Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier géré établissements scolaires anglophones de la région. Ces écoles:

SportModifier

PanoramaModifier

 
Vue panoramique de Mont-Tremblant.

Notes et référencesModifier

  1. Procès-verbal du conseil d’agglomération de la Ville de Mont-Tremblant, Mont-Tremblant, , 382 p. (lire en ligne), p. CA08 02 027
  2. Catherine Lalonde, « Les jeux sont faits à Mont-Tremblant », sur Le Devoir, (consulté le 9 novembre 2019)
  3. a et b Statistique Canada Gouvernement du Canada, « Profil du recensement, Recensement de 2016 - Canada [Pays] et Mont-Tremblant, Ville [Subdivision de recensement], Québec », sur www12.statcan.gc.ca, (consulté le 9 novembre 2019)
  4. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux
  5. Journal Accès, « Le maire de la Ville de Mont-Tremblant, Luc Brisebois », sur journalacces.ca (consulté en avril 2018)
  6. "About Us." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 17 séptémbre 2017. - Voir les zones scolaires: la zone primaire Elementary zone map et la zone secondaire: SAINTE AGATHE HIGH SCOOL ZONE" [sic] - Toutes les parties dans la zone scolaire du primaire sont situés dans la zone secondaire.
  7. "Arundel Elementary Zone." Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Consulté le 16 séptémbre 2017.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier