Ouvrir le menu principal

Mollans

commune française du département de la Haute-Saône
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mollans-sur-Ouvèze.

Mollans
Mollans
Vue sur les toits et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Lure-2
Intercommunalité Communauté de communes du Triangle Vert
Maire
Mandat
Michaël Muhlematter
2014-2020
Code postal 70240
Code commune 70351
Démographie
Population
municipale
237 hab. (2016 en diminution de 3,66 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 59″ nord, 6° 22′ 15″ est
Altitude Min. 282 m
Max. 358 m
Superficie 13,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Mollans

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Mollans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mollans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mollans

Mollans est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

La commune connait une exploitation charbonnière entre 1853 et 1944.

GéographieModifier

HistoireModifier

 
Le terril Sainte-Barbe, l'un des principaux vestiges de l'exploitation minière.

L'occupation du secteur à l'époque mérovingienne est attestée par la présence d'une nécropole fouillée en 2000, à l'occasion de la construction d'un gazoduc. Située au lieu-dit En Prorige à proximité de l'intersection entre la route menant à Arpenans et celle conduisant à Montjustin, le site a révélé 80 sépultures à inhumation qui ont livré peu de mobilier (bijoux et parures vestimentaires). La datation a été située pour l'essentiel au VIIe siècle. Le site pourrait avoir été associé à une zone d'habitat et un édifice religieux[2].

Une concession de 973 ha est accordée en 1842 pour l'exploitation de la houille sur le territoire communal. Les Houillères de Vy-lès-Lure exploitent le charbon entre 1853 et 1906. La concession est abandonnée en 1925, puis l'exploitation est relancée entre 1942 et 1944[3].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

La commune faisait partie depuis 1805 du canton de Lure, puis, à la suite de sa division, du canton de Lure-Sud en 1985[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée du canton de Lure-2.

IntercommunalitéModifier

La commune était membre de la communauté de communes des Franches-Communes, créée le et qui regroupait 14 communes et environ 4 200 habitants.

Dans le cadre des dispositions de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales[5], qui prévoit toutefois d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 a prévu la fusion des communautés de communes :
- du Pays de Saulx,
- des grands bois
- des Franches Communes (sauf Amblans et Genevreuille),
et en y rajoutant la commune isolée de Velorcey, afin de former une nouvelle structure regroupant 42 communes et environ 11 200 habitants[6].

Cette fusion est effective depuis le et a permis la création, à la place des intercommunalités supprimées, de la communauté de communes du Triangle Vert.

Liste des mairesModifier

 
La mairie-école.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 ou avant   Ernest Stègre[7]    
  1995[7] Germaine Marey    
juin 1995 2014[7] Jean-Louis Chaudey   Retraité agricole
mars 2014[8] En cours
(au 7 août 2016)
Mickaël Muhlmatter   Agriculteur

DémographieModifier

En 2016, la commune de Mollans comptait 237 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720819691675840821772773784
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
650650802631617606613601570
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
610614532408427387342358315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
260236240216233226245248250
2013 2016 - - - - - - -
249237-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  2. Patrick Chopelain, Fabienne Watel, « La nécropole mérovingienne de Mollans » dans Burgondes, Alamans, Francs et Romains, Besançon : PUFC, 2003, collection ALUFC, no 756, série Art et Archéologie, p. 129.
  3. a et b [PDF]BRGM, Ancienne concession de houille de Vy-lès-Lure (70) : Etat des lieux, (lire en ligne)
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  6. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 22 août 2016), p. 5.
  7. a b et c « Le maire ne se représente pas », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Élu conseiller en 1971, Ernest Stègre dirige alors la commune, il accède ensuite aux postes de 2e puis 1er adjoint sous les mandatures de Germaine Marey.
    En 1995, il devient maire, un engagement qui l’occupe à plein-temps depuis sa retraite agricole l’année suivante »
    .
  8. « Mickaël Muhlematter élu maire », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.