Ouvrir le menu principal

Moliens

commune française du département de l'Oise
Ne doit pas être confondu avec les communes de la Somme Molliens-Dreuil ou Molliens-au-Bois.

Moliens
Moliens
La mairie
Blason de Moliens
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Grandvilliers
Intercommunalité Communauté de communes de la Picardie Verte
Maire
Mandat
Philippe Van Ooteghem
2014-2020
Code postal 60220
Code commune 60405
Démographie
Gentilé Moliennois
Population
municipale
1 147 hab. (2016 en augmentation de 5,04 % par rapport à 2011)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 02″ nord, 1° 48′ 38″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 222 m
Superficie 9,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Moliens

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Moliens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moliens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moliens

Moliens est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Moliennois[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
La rue de Picardie.

La commune de Moliens se situe à l'extrémité ouest du département de l'Oise, en bordure du départements de la Seine-Maritime.

Le village rural Picard est situé à 6 km à l'est de Formerie, proche du Pays de Bray. Le relief est peu marqué, l'altitude varie entre 192 et 222 m.

Le centre est bâti sur le schéma type du village-rue que l'on retrouve dans la Picardie Verte[2] : les habitations sont réparties de part et d'autre de la départementale 7 qui relie Formerie à Sarcus, formant ainsi l'axe principal du village. Ces habitations sont souvent mitoyennes.

 
Ancien plan cadastral de Moliens.

Selon Louis Graves, le bourg « est sur un tertre très déprimé, dont l'argile est cachée sous un sable rougeâtre argileux , contenant des galets siliceux en abondance[3] ».

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Données généralesModifier

Ville Ensoleillement
  (h/an)
Pluie
  (mm/an)
Neige
  (j/an)
Orage
  (j/an)
Brouillard
  (j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Formerie[4] 1650 657 17 18 54
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Climat de la PicardieModifier

Données météorologiques dans l'Oise de 1961 à 1990[5]
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Année
Températures minimales (°C) 1 1,1 2,7 4,4 7,6 10,3 12,2 12,2 10,4 7,7 3,9 1,8 6,3
Températures maximales (°C) 5,6 6,5 9,4 12,4 16,2 18,9 21,0 21,3 18,9 14,8 9,4 6,5 13,4
Températures moyennes (°C) 3,3 3,8 6,0 8,4 11,9 14,6 16,6 16,7 14,7 11,3 6,7 4,2 9,8
Ensoleillement (h) 52,6 81,3 114,0 165,6 199,0 209,7 215,4 207,8 151,5 113,7 74,4 47,5 1637,9
Pluviométrie (mm) 59,2 48,3 55,0 48,1 53,6 61,8 57,4 57 68 71,8 81,2 70,2 731,5

Voies de communication et transportsModifier

HydrographieModifier

Aucun cours d'eau ne draine la commune, située sur la ligne de partage des eaux des bassins de l'Oise et de la Somme.

Deux vallées naissant dans.les parties nord du territoire descendent vers cette dernière rivière, tandis qu'une autre située à l'ouest de Moliens est dirigée vers. la valléee du Thérain[6].

HabitatModifier

En 1999, 66,0 % des résidents de la commune étaient propriétaires de leurs logements (contre 60,4 % pour le département) et 30,7 % étaient locataires (contre 35,8 %)[7].

ToponymieModifier

Le village a été dénommé Molliens, Moiliens en 1160, Mauliens (Molanurn in Belvacino en 1262, Molli-Mansum)[6].

La Révolution crée la commune de Molliens, qui ne prendra qu'ultérieurent son nom actuel de Moliens[8].

HistoireModifier

Selon Graves[6], « La seigneurie.avait le titre de chatellenie. Elle était -partagée entre le commandeur de Saint-Mauvis et le marquis de Sarcus.

Au quinzième siècle, Antoine de Villiers de l'Isle-Adams, père de l'évêque de Beauvais, était seigneur de Moliens qui appartint dans le siècle suivant, à Charles Do seigneur de Franconville-aux-bois.

La terre passa vers 1763 à la maison de Tiercelin avec le marquisat de Sarcus »

La commune, instituée lors de la Révolution française, absorbe celle de La Neuville-lès-Moliens[8] par ordonnance royale du .

Le village a été desservi en 1875 par le chemin de fer avec la création de la gare de Moliens, qui a fermé en 2007.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Formerie[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée dans le canton de Grandvilliers.

IntercommunalitéModifier

Moliens fait partie de la communauté de communes de la Picardie Verte qui correspond l'ensemble des communes des anciens cantons de Formerie, Grandvilliers et Marseille en Beauvaisis, ainsi que certaines communes du canton de Songeons.

La commune fait également partie du « Grand Beauvaisis », l'un des seize pays constituant le « Pays de Picardie »[réf. nécessaire].

En 2019, la commune participe également à divers regroupements communaux[9] :

  • Syndicat d'énergie de l'Oise
  • Syndicat des eaux de Blargies
  • Syndicat intercommunal de regroupement scolaire Moliens - Saint-Arnoult
  • Syndicat mixte Oise très haut débit

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Charles Marie Brossard de Beauchesne   Avocat, propriétaire
Conseiller général de Formerie (1871 → 1883)
    Charles Haudricourt RP Avocat
Député de l'Oise (1902 → 1906)
Conseiller général de Formerie (1901 → 1907)
Les données manquantes sont à compléter.
janvier 1981[Note 1] février 2012[10] Pierre Buée   Retraité
Démissionnaire
février 2012[11] En cours
(au 18 juin 2014)
Philippe Van Ooteghem   Garagiste
Réélu pour le mandat 2014-2020[12]

Budget et fiscalitéModifier

Le budget municipal principal 2006 totalisait 138 000 euros d'investissement et 420 000 euros de fonctionnement[13].

La taxe d'habitation prélevée par la commune était en 2006 de 4,77 %, la taxe foncière sur les propriétés bâties était de 20,28 % et la taxe professionnelle de 5,50 %[14].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2016, la commune comptait 1 147 habitants[Note 2], en augmentation de 5,04 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7878877837821 0951 0531 0291 0291 045
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 022996969962928859880879790
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
778784807804764727700741777
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
8358768197778699421 0281 0401 089
2016 - - - - - - - -
1 147--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 24,7 %, 45 à 59 ans = 18 %, plus de 60 ans = 16,5 %) ;
  • 51 % de femmes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 19,4 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 18,5 %, plus de 60 ans = 18,9 %).
Pyramide des âges à Moliens en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,8 
5,3 
75 à 89 ans
6,8 
11,2 
60 à 74 ans
11,3 
18,0 
45 à 59 ans
18,5 
24,7 
30 à 44 ans
21,3 
18,2 
15 à 29 ans
19,4 
22,5 
0 à 14 ans
21,9 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

EnseignementModifier

 
L'entrée de l'école maternelle.

Une école maternelle et une école élémentaire[20].

Autres services publicsModifier

En 2018, le village dispose d'une agence postale communale située en mairie.

ÉconomieModifier

  • Kindy, une entreprise de fabrication de chaussettes et de chaussures, a son siège et une usine à Moliens. Elle occupait jusqu'à 800 salariés dans les années 1970 et 115 en 2017. Elle a repris son activité en 2017 après un redressement judiciaire et le départ de 55 salariés[21],[22],[23].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Honoré, remontant à la seconde moitié du XVIe siècle en appareil en damier mélangeant, selon les endroits, grès, pierre crayeuses, silex et petits moellons, et dont la nef a subi une importante transformation au siècle suivant. Le chœur est percé de trois grandes fenêtres à l’abside (le remplage, de style renaissance, a été refait) et de quatre petites fenêtres en plein cintre dans la travée droite[24].
Elle contient des fonts baptismaux du XIIe siècle[25]
On indiquait au début du XIXe siècle qu'on y conservait des reliques de saint Bénigne données en 1718, et d'autres reliques de saint Pierre et de saint 'Barnabé rapportées de Rome par Benjamin Vitet, courier du premier Consul, qui était né à Moliens[26].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Chapelle au hameau de Pleuville, construite en 1901[27].
  • Le château de Moliens est une demeure anglo-normande du XIXe siècle construit en 1896 par Charles Haudricourt, député de l'Oise et maire de la commune, désormais utilisé comme chambre d'hôtes et restaurant[27].

Personnalités liées à la communeModifier

Benjamin Vitel, né à Moliens, fut courrier de l'empereur Napoléon Ier.

HéraldiqueModifier

Les armes de Moliens se blasonnent ainsi :
D'argent aux trois cœurs couronnés de gueules[28]

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le Réveil du mentionne que le nouveau mandat de Pierre Buée est son sixième. Il a été élu conseiller municipal en 1971, maire-adjoint en 1977 puis maire en 1981
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Moliens et ses habitants les Moliennois
  2. Atlas des paysages de l'Oise, Diren Picardie, 2005
  3. Louis Graves, op. cit. en bibliographie, p. 9.
  4. Données de la station de Beauvais, sources l'Internaute, INSEE et Lameteo.org
  5. Relevés météorologiques d'Abbeville, Somme (80), de 1961 à 1990 (infoclimat.fr)
  6. a b et c Louis Graves, op. cit. en bibliographie, p. 57.
  7. Recensement INSEE 1999
  8. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. https://www.banatic.interieur.gouv.fr/V5/recherche-de-groupements/result-recherche.php?arch=01/07/2019&dcou= Outil de recherche BANATIC, consulté le 18 août 2019.
  10. « Pierre Buée passe le relais », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2019) « Le mois dernier, il a démissionné de son poste de président de l'Amicale des maires du canton de Formerie. Son successeur devait être élu, hier soir, en mairie de Moliens. En janvier 2012, c'est son écharpe de maire qu'il rendra. « Mais je resterai conseiller municipal! » prévient celui qui a été élu pour la première fois en 1971 ».
  11. « Philippe Van Ooteghem succède à Pierre Buée », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ , p. 12
  12. « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3283,‎ , p. 13
  13. Ministère de l'économie et des finances : Les comptes individuels des communes (budgets municipaux 2001 à 2006)
  14. Données taxe.com
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Évolution et structure de la population à Moliens en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2010)
  20. « Liste des établissements du premier degré »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l'Académie d'Amiens
  21. Patrick Caffin, « Galatée choisie pour reprendre Kindy, 60 emplois sauvés dans l'Oise : L’entreprise Kindy va finalement être reprise par la société Galatée. Ainsi en a décidé ce vendredi le tribunal de commerce de Beauvais. La production sera donc conservée à Moliens », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2019).
  22. Corinne Fourcin, « Moliens : trois mois après la reprise, « Kindy est sauvée » : Fini le moral dans les chaussettes ? Les nouveaux dirigeants de Kindy affichent en tout cas leurs ambitions, et les salariés, leur confiance en l’avenir retrouvée », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2019).
  23. Elie Julien, « Moliens : ils ont visité l’usine Kindy : Pour la première fois, le site de fabrication de chaussettes française a reçu un groupe de touristes. Après son redressement judiciaire, c’est le symbole d’une renaissance », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2019).
  24. Dominique Vermand, « Moliens, église Saint-Honoré », Diocèse : Amiens, Eglises de l'Oise - Art roman et gothique, (consulté le 18 août 2019).
  25. « Fonts baptismaux (cuve baptismale à infusion) », notice no PM60001074, base Palissy, ministère français de la Culture.
  26. Louis Graves, op. cit. en bibliographie, p. 58.
  27. a et b Sync-City international, Le Livre de la Picardie Verte : L'éergence d'un territoire 1997-2006, Communauté de communes de la Picardie Verte, , 260 p., p. 123.
  28. GASO - la banque du blason