Ouvrir le menu principal

Mojave (cratère martien)

cratère martien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mojave.

Cratère Mojave
Image illustrative de l’article Mojave (cratère martien)
Image en infrarouge du cratère Mojave prise par THEMIS (en).
Géographie et géologie
Coordonnées 7° 29′ N, 327° 01′ E[1]
Nature géologique Cratère d'impact
Diamètre ~ 58 km
Profondeur ~ 2 600 m
Quadrangle(s) Oxia Palus
Éponyme Mojave (Californie), États-Unis

Mojave est un cratère d'impact martien situé dans la région Xanthe Terra (quadrangle d'Oxia Palus). D'un diamètre d'environ 58 km, il a une profondeur d'environ 2,6 km. Le rapport entre la profondeur et le diamètre du cratère, ainsi que sa structure rayonnée, font croire qu'il est relativement jeune.

Le cratère Mojave présente des cônes de déjection semblables à ceux du désert des Mojaves, mais c'est en l'honneur de la ville de Mojave, en Californie (États-Unis) qu'il a été nommé[2]. Les cônes dans et au pourtour du cratère sont semblables aux cônes alluviaux terrestres. Les rochers les plus gros se situent près de l'entrée des cônes et les canaux débutent au sommet des crêtes. Certains chercheurs pensent que les impacts cosmiques ont pu causer la chute de pluie[3].

Sommaire

Source des shergottitesModifier

Une récente étude effectuée par une équipe de chercheur de l'université d'Oslo, de l'université de Lyon et de l'université Paris-Sud affirme que le cratère Mojave serait à l'origine des météorites martiennes[4],[5],[6]. L'âge de ce dernier ainsi que l'âge des roches qui le composent correspondent à ceux des shergottites, qui sont les échantillons les plus nombreux de météorites martiennes.

Composés organiquesModifier

Le mini-laboratoire SAM à bord du rover Curiosity a été spécialement conçu pour la recherche des molécules organiques. Outre un GCMS et un spectromètre laser ajustable (TLS, pour Tunable Laser Spectrometer), l'instrument SAM comprend un système de manipulation des échantillons solides (SMS, pour Sample Manipulation System), un système de préparation d'échantillons (pyrolyse, dérivatisation (en), combustion et enrichissement), un outil de séparation et de conditionnement chimique (CSPL, pour Chemical Separation and Processing Laboratory) et des moyens de pompage. Les échantillons sont chauffés afin de libérer les composés volatils absorbés dans l'échantillon ou libérés par la dissociation de minéraux, et les gaz analysés dans le GCMS et le TLS. Opérationnel dès 2012, le SAM a donné ses premiers résultats positifs en 2015, confirmés en 2018 : les sols du cratère Mojave et de Confidence Hills contiennent des composés thiophéniques, aromatiques et aliphatiques[7].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mojave (crater) » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Mojave », USGS Planetary Names – Gazetteer of Planetary Nomenclature
  2. « Mojave », USGS.
  3. (en) Alfred McEwan, « Alluvial Fans in Mojave Crater: Did It Rain on Mars? », .
  4. Sean Bailly, « La source des météorites martiennes », sur Pour la science.fr, (consulté le 29 avril 2014).
  5. « Identification du cratère source de météorites martiennes », sur Institut national des sciences de l'univers, (consulté le 29 avril 2014).
  6. (en) Stephanie C. Werner, Anouck Ody et François Poulet, « The Source Crater of Martian Shergottite Meteorites », Science, vol. 343, no 6177,‎ , p. 1344-1346 (DOI 10.1126/science.1247282).
  7. (en) Jennifer L. Eigenbrode, Roger E. Summons, Andrew Steele, Caroline Freissinet, Maëva Millan et al., « Organic matter preserved in 3-billion-year-old mudstones at Gale crater, Mars », Science, vol. 360, no 6393,‎ , p. 1096-1101 (DOI 10.1126/science.aas9185).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :