Mohya
Description de cette image, également commentée ci-après
Mohya à Paris
Nom de naissance Abdallah Mohya
Alias
Mohia
Naissance
Azazga (Algérie)
Décès (à 54 ans)
Paris, (France)
Activité principale
Dramaturge, Poète
Auteur
Langue d’écriture Kabyle, Français, Anglais

Abdallah Mohya, plus connu sous le nom de Mohya (en kabyle: Muḥia, en tifinagh: ⵎⵓⵃⵉⴰ) né le à Azazga en Algérie et mort le à Paris est un auteur, parolier, adaptateur et poète algérien kabyle prolifique, mais peu connu du public national et international.

Il a enregistré ses productions (une quinzaine de cassettes audio en vente en Kabylie). Fondateur d'une troupe de théâtre d'expression kabyle, il a consacré plusieurs années de sa vie à traduire et à adapter des poèmes, à écrire des chansons pour des artistes comme Ferhat Mehenni, Idir, le groupe Idefelawen, DjurDjura (groupe) et surtout adapter des œuvres théâtrales universelles à la langue et à la culture kabyle. Par ailleurs, Mohya a pu sensibiliser, à travers ses œuvres, beaucoup de gens autour de la revendication identitaire berbère et les droits de l'homme.

BiographieModifier

Sa famille est originaire d’Ath Rbaḥ (commune d’Iboudraren), cependant son père tailleur de profession, s’était installé depuis quelques années à Iɛeẓẓugen (Azazga). Mohya a passé une partie de son enfance dans cette région avant que sa famille ne déménage à Tizi Ouzou. Élève interne au Lycée Amirouche de Tizi Ouzou, il décroche son baccalauréat en 1968. Il rejoint l’Université d’Alger où il poursuit des études supérieures en mathématiques. Il obtient son diplôme de licence en 1972. Il est reçu à l’École d’Ingénieurs en Hydraulique en France[1].

En 1973, il part donc en France, plus précisément à Strasbourg pour poursuivre ses études, mais au cours de la même année il rejoint Paris pour intégrer le Groupe d’Études amazighs créé à l’Université Paris VIII (Vincennes). Il y participe à l'animation des revues publiées par ce groupe : Bulletin d’études amazighs (BEA) puis Tisuraf[1].

Il crée et anime une troupe de théâtre, Asalu, à partir de 1983. Un atelier de traduction-adaptation se constitue également[1]. Il est considéré comme le fondateur du théâtre d’expression amazighe, et une figure clé de ce théâtre[2],[3],[4],[5].

Il enseigne par ailleurs l'amazigh à l’Association de Culture Berbère[1]. En parallèle, il publie des poèmes, des nouvelles ainsi que de nombreuses adaptations vers le kabyle de pièces de théâtres (plus d’une vingtaine), nouvelles, poésies[1]... Il écrit également des textes pour des chanteurs Kabyles, renforçant ainsi la revendication d'une identité berbère[1].

En décembre 2004, il meurt à Paris d'un cancer. Il est enterré dans le village Aït Eurbah dans la commune des At Budrar[2].

BibliographieModifier

L’œuvre de Mohya s’inscrit notamment dans trois axes différents :

  • les poèmes, nouvelles et autres textes littéraires divers, créations propres de l’auteur ;
  • l’œuvre littéraire populaire recueillie et/ou complétée par l’auteur ;
  • les traductions et adaptations en kabyle du patrimoine littéraire occidental.

Œuvres traduites et adaptées par MohyaModifier

Poèmes et nouvellesModifier

Références et notesModifier

  1. a b c d e et f « D'une langue à l'autre, ou l'œuvre de Mohya », Tamazgha,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Iboudraren - Recueillement hier à Aït Eurbah. Mohya revisité », La Dépêche de Kabylie,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Khalid Amine et Marvin Carlson, The Theatres of Morocco, Algeria and Tunisia: Performance Traditions of the Maghreb, Springer, (lire en ligne), p. 157-158
  4. « Mohya : le fils du peuple », Berberes.com,‎ (lire en ligne)
  5. « Et si Mohya nous était conté… », Le Matin d'Algérie,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier