Ouvrir le menu principal

Mohammed Ali al-Houthi
محمد علي الحوثي
Illustration.
Fonctions
Président du Comité révolutionnaire
En fonction depuis le
(4 ans, 7 mois et 10 jours)
Vice-président Naef Ahmed al-Qanis[1]
Prédécesseur Poste créé
Membre du Conseil politique suprême
En fonction depuis le
(6 mois et 2 jours)
Président du Conseil Mehdi Hussein al-Machat
Prédécesseur Saleh Ali al-Sammad
Chef de l'État du Yémen
(gouvernement houthi, de facto)
[N 1]
(1 an, 6 mois et 8 jours)
Premier ministre Talal Aklan (intérim)
Prédécesseur Abdrabbo Mansour Hadi
(président de la République)
Successeur Saleh Ali al-Sammad
(président du Conseil politique suprême, de facto)
Biographie
Date de naissance (40 ans)
Lieu de naissance Sa'dah (Yémen du Nord)
Nationalité yéménite
Parti politique Ansar Allah
Religion Islam chiite zaïdite

Mohammed Ali al-Houthi
Chefs d'État yéménites

Mohammed Ali al-Houthi (arabe : محمد علي الحوثي), né en 1979 à Sa'dah[2], est un homme d'État yéménite, président du Comité révolutionnaire depuis 2015 et chef de l'État de facto dans les territoires tenus par les Houthis de 2015 à 2016.

BiographieModifier

Cousin d'Abdul-Malik al-Houthi, chef de la milice des Houthis[3], il est proclamé chef de l'État du Yémen et président du Comité révolutionnaire le après la démission du président Abdrabbo Mansour Hadi. Mohammed Ali al-Houthi est par ailleurs un ancien prisonnier politique[4].

Finalement, Abdrabbo Mansour Hadi retire sa démission[5]. Mohammed Ali al-Houthi n'est en outre pas reconnu comme chef d'État internationalement et nationalement[6], et même au Yémen, il ne gouverne que les territoires sous le contrôle de la milice de son cousin.

Il est blessé lors de l'opération Tempête décisive[7].

Le , il annonce la poursuite des tractations pour la formation d'un Conseil présidentiel et d'un gouvernement d'union nationale[8].

Le , Saleh Ali al-Sammad lui succède à la tête de l'État houthiste[9]. Cependant, le Comité révolutionnaire conserve l'essentiel des pouvoirs sur les zones que les Houthis contrôlent[10].

Le 14 mars 2019, il devient membre du Conseil politique suprême[11].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En concurrence avec Abdrabbo Mansour Hadi, président de la République. Cependant, Hadi est le seul à être reconnu par la communauté internationale.

RéférencesModifier

  1. « Foreign Minister Meets Yemeni Supreme Revolutionary Committee » (consulté le 24 décembre 2015)
  2. (en) « Houthis Take Control of Yemen Without Seizing Power », sur al-akhbar.com, (consulté le 7 février 2015)
  3. (en) Houthi militia installs 'presidential council' to run Yemen, Middle East Eye, 6-2-2015.
  4. « Comment les Houthis ont replongé le Yémen dans la guerre civile » (consulté le 26 décembre 2015)
  5. « Yémen: le président revient sur sa démission » (consulté le 4 décembre 2015)
  6. « Yémen: formation d'une alliance politique anti-Houthis », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 4 décembre 2015)
  7. « Saudi deploys 100 fighter jets, 150,000 soldiers for anti-Houthi campaign » (consulté le 30 novembre 2015)
  8. « Al-Houthi : Un conseil présidentiel bientôt formé », (consulté le 30 novembre 2015)
  9. « Saba Net - Yemen news agency » (consulté le 14 août 2016)
  10. « Yemen in Crisis », sur Google Books (consulté le 9 janvier 2018)
  11. ALMASDARONLINE, « Mohammed Ali al-Houthi appointment at the political Council. Is it a preparation to appoint him as a substitute for Al-Mashat as a president? », sur المصدر أونلاين (consulté le 22 mars 2019)