Mohammad Yazdi

Mohammad Yazdi
Illustration.
Fonctions
4e président de l'Assemblée des experts

(1 an, 2 mois et 13 jours)
Prédécesseur Hashemi Shahroudi
Successeur Ahmad Jannati
Membre de l'Assemblée des experts

(25 ans, 3 mois et 2 jours)
Élection
Réélection


(3 mois)
Chef du système judiciaire iranien

(10 ans)
Prédécesseur Abdul-Karim Mousavi Ardebili
Successeur Hashemi Shahroudi
Membre du Majlis

(7 ans, 11 mois et 29 jours)
Élection
Réélection
Biographie
Date de naissance (89 ans)
Lieu de naissance Ispahan (État impérial d'Iran)
Nationalité iranien
Parti politique Association du clergé militant
Diplômé de Université de Qom

Mohammad Yazdi

L'ayatollah Mohammad Yazdi (en persan : محمد یزدی), né le à Ispahan, est un membre du clergé et un homme politique iranien.

Il était à la tête du système judiciaire iranien entre 1989 et 1999, à la suite de l'ayatollah Abdul-Karim Mousavi Ardebili. C'est l'ayatollah Hashemi Shahroudi qui a pris sa succession.

Le , il est élu président de l'Assemblée des experts en battant l'ancien président de la république Hachemi Rafsandjani à 47 voix contre 24.

BiographieModifier

Mohammad Yazdi est né en 1931 à Ispahan dans une famille religieuse.

Son père lui fait personnellement sa première éducation en lui apprenant le persan, à compter et le Coran. Il se rendit ensuite à l'école de Maktab puis finit son apprentissage à l'Université de Qom.

Avant la révolution islamique, il donnait des conférences dans des mosquées et des maisons de savants. Il a également enseigné des cours de morales. Yazdi a été plusieurs fois arrêté par la SAVAK qui le soupçonnait d'activités anti-impériales.

Il est nommé membre de l'assemblée des experts chargés de la rédaction de la constitution en 1979. En 1980, il est élu député de Qom puis de Téhéran en 1984.

Lorsque Ali Khamenei est devenu Guide suprême de l'Iran, il nomme Yazdi chef du système judiciaire, poste qu'il occupera pendant 10 ans. Entretemps, il est élu membre de l'assemblée des experts en 1991.

Il est président de cette assemblée de 2015 à 2016. Le , il démissionne de ses postes de président et de membre de l'assemblée des experts pour raison de santé. Il n'occupe plus depuis que son poste de membre du Conseil des Gardiens.

Notes et référencesModifier