Mississippi Freedom Democratic Party

Parti politique lancé par le Council of Federated Organizations (COFO)

Mississippi Freedom Democratic Party
Présentation
Chef Lawrence Guyot, Clifton Whitley
Fondation 26 avril 1964
Coalition de National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), du Congress of Racial Equality (CORE), du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC), et de la Southern Christian Leadership Conference (SCLC)
Disparition 1968
Fusionné dans Parti démocrate des Etats-Unis
Positionnement Gauche; social démocrate
Idéologie Déségrégation, égalité des droits civiques,

discours d'Aaron Henry avant la convention nationale de 1964


Le Mississippi Freedom Democratic Party / Parti Démocrate pour la Liberté du Mississippi, ou MFDP est fondé le à Jackson dans l'état du Mississippi à initiative du Council of Federated Organizations (COFO) pour faire valoir la voix des Afro-Américains ségrégués dans les états du sud, au sein du Parti démocrate des États-Unis.

Fannie Lou Hamer prenant la parole lors de la Convention nationale du Parti démocrate de 1964

HistoireModifier

Le contexteModifier

Les états du Sud ségrégationnistes, dont le Mississippi, refusent l'inscription des Afro-Américains sur les listes électorales, en cela les autorités officielles de ces états sont aidés par des groupes suprémacistes blancs dont le Ku Klux Klan n'hésitant point à pratiquer des actes de terrorisme pour décourager les Afro-Américains (bombes, lynchages, licenciements abusifs, assassinats, incendies de maison, etc.), ainsi seul 5% des Afro-Américains en âge d'être électeurs au Mississippi étaient inscrits sur les listes électorales, alors qu'ils représentent 45% de la population, 435 000 Afro-Américains en face de 500 000 Blancs[1],[2].

Le Parti démocrate contrôle les instances législatives exécutives et judiciaires du gouvernement de l'État du Mississippi, les 49 sénateurs et les 122 représentants, sauf un, sont des Démocrates. Régulièrement, les Démocrates votent des lois et des règlements destinés à discriminer l'électorat afro-américain[2], et formulent des déclarations ouvertement racistes comme celle de la résolution adoptée lors de leur convention qui s'est tenue à Jackson le avec le préambule suivant : « Le Parti démocrate du Mississippi réuni à sa Convention tenue dans la ville de Jackson le 16 août 1960, a donc décidé que, reconnaissant avec humilité le pouvoir divin de Dieu tout-puissant, et demeurant sans peur dans notre attachement et la foi en la constitution, aux droits des États, à la ségrégation des races et à la préservation de notre mode de vie traditionnel de l'Amérique du Sud »[2].   À partir de 1962, les diverses associations locales du Mississippi défendant les droits civiques des Afro-Américains à savoir la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), le Congress of Racial Equality (CORE), le Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC), et la Southern Christian Leadership Conference (SCLC) décident d'unir leur forces en fondant le Council of Federated Organizations (COFO) en pour répondre à la politique ségrégationniste du Mississippi[3].

Après une campagne intense du COFO, plus de 80 000 Afro-Américains sont inscrits sur les listes électorales du Mississippi[4]. La majorité des leaders et des électeurs afro-américains étant de gauche et proches des idées sociales démocrates désirent faire entendre leur voix pour la prochaine Convention nationale du Parti démocrate qui doit se tenir à Atlantic City en . Sauf que la délégation officielle du parti Démocrate pour le Mississippi est déjà formée, elle compte que des blancs peu enclins à accepter des Afro-Américains, malgré la promulgation du Civil Rights Act de 1964, à laquelle fait pourtant mention la plate forme de la Convention de 1964[5].

Face à l'attitude de rejet du Parti démocrate du Mississippi, le COFO envisage de créer un parti parallèle ouvert aux citoyens du Mississippi sans discrimination de races afin d'obtenir des délégués à la Convention[6].

La créationModifier

Deux cents membres du COFO se réunissent à Jackson le et créent le Mississippi Freedom Democratic Party (MFDP) comme réponse à la délégation "blanche" de la branche du Mississippi du Parti démocrate[7]. Lawrence Guyot (en) du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) est nommé président[8],[9], poste qu'il occupe jusqu'en 1968, laissant la présidence au révérend Clifton Whitley, aumônier au Rust College (en) situé à Holly Springs (Mississippi)[7]. Le comité exécutif comprend cinq personnes Lee Dilworth, Victoria Gray Adams (en), Fannie Lou Hamer, Annie Bell Robinson Devine (en)[10] et Peggy Conner[11].

Programme et actionsModifier

À la suite de sa création, le MFDP, va se lancer dans une procédure d’élection de ses délégués selon les règles classiques habituellement pratiquées : caucus de circonscription et par comtés, caucus ouverts à tous les citoyens du Mississippi sans distinction de couleurs[12]. À la suite des caucus soixante six délégués sont élus pour représenter le MFPD à la Convention nationale du Parti démocrate avec le soutien de Martin Luther King, Roy Wilkins, Bayard Rustin et de nombreuses délégations d’autres États[13],[7].

Le Président Lyndon B. Johnson craignant de s'aliéner les délégués des états du Sud envoie Hubert H. Humphrey et Walter Reuther auprès du MFDP pour trouver un compromis, il est proposé au MFDP que deux délégués seraient admis à la Convention Aaron Henry, le président de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) pour le Mississippi, et Ed King (activist) (en), aumônier du Tougaloo College (en) du Mississippi.

Le , Fannie Lou Hamer fait une déclaration devant les médias qui est suivie sur l'ensemble des États-Unis, éclipsant la conférence de presse de Lyndon B. Johnson qui se tenait en même temps, elle y fait état des multiples agressions dont elle est victime à cause de son engagement, et interroge les États-Unis sur son regard sur ses citoyens afro-américains et sur la protection à laquelle ils ont droit comme pour tout autre citoyen et rejette les propositions[14],[15]. Le lendemain Lyndon B. Johnson confirme la nomination d'Aaron Henry et d'Ed King en tant que délégués extraordinaires, admet les autres délégués du MFDP en tant qu'invités spéciaux et s'engage pour créer une commission pour réformer les règles du Parti démocrate afin d'assurer une représentation équitable des Afro-Américains pour la prochaine Convention nationale de 1968[16],[17]. Le MFDP refuse, ses délégués quittent la Convention.

Si le MFPD a perdu la bataille des délégués, mais a gagné l'opinion publique, sensibilisant le public à la mise en œuvre concrète du Civil Rights Act de 1964 et facilitant l'adoption du Voting Rights Act de 1965[18].

De retour sur le terrain, le MFDP continue son activité et remporte plusieurs victoires électorales dans le Mississippi, lors de la Convention de 1968, les promesses de Lyndon B. Johnson ont été tenues, et le MFDP fusionne avec le Parti démocrate, une page de plus des lois Jim Crow est fermée[19],[20].

BibliographieModifier

EssaiModifier

Articles issus de revues américainesModifier

  • (en-US) E. C. Foster, « A Time of Challenge: Afro-Mississippi Political Developments Since 1965 », The Journal of Negro History, Vol. 68, N°. 2,‎ , p. 185-200 (lire en ligne),
  • (en-US) David C. Colby, « The Voting Rights Act and Black Registration in Mississippi », Publius, Vol. 16, N° 4,‎ , p. 123-137 (lire en ligne),
  • (en-US) Joseph A. Sinsheimer, « The Freedom Vote of 1963: New Strategies of Racial Protest in Mississippi », The Journal of Southern History, Vol. 55, N°. 2,‎ , p. 217-244 (lire en ligne),
  • (en-US) Harold F. Bass Jr., « Presidential Party Leadership and Party Reform: Lyndon B. Johnson and the MFDP Controversy », Presidential Studies Quarterly, Vol. 21, N°. 1,,‎ , p. 85-101 (lire en ligne),
  • (en-US) John R. Rachal, « "The Long, Hot Summer": The Mississippi Response to Freedom Summer, 1964 », The Journal of Negro History Vol. 84, N°. 4,‎ , p. 315-339 (lire en ligne),
  • (en-US) Walter Mondale & Morgan Ginther, « The Mississippi Delegation Debate at the 1964 Democratic National Convention: An Interview with Former Vice President Walter Mondale », Southern Cultures, Vol. 20, N°. 4,‎ , p. 106-115 (lire en ligne),

Articles issus de revues francophonesModifier

  • Marie-Christine Granjon, « La nouvelle Gauche américaine », Raison présente,‎ , p. 11-36 (lire en ligne),
  • Laurent Bouvet, « In Black We Trust. L'élection de Barack Obama met-elle fin à la question noire américaine ? », Politique américaine, 2008/3 (N° 12),,‎ (lire en ligne),
  • Nicolas Martin-Breteau, « Entretien avec Robin D. G. Kelley : penser la continuité des luttes pour l’égalité raciale », Politique américaine, 2016/2 (N° 28),‎ , p. 113-124 (lire en ligne),

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) « Civil Rights Movement History & Timeline, 1964 (Jan-June) », sur www.crmvet.org (consulté le )
  2. a b et c (en-US) « The Mississippi Freedom Democratic Party », sur Online Archive of California (consulté le )
  3. (en-US) Brian D. Behnken, Iowa State University, « Council of Federated Organizations », sur Mississippi Encyclopedia (consulté le )
  4. (en-US) « Council of Federated Organizations (COFO) », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, (consulté le )
  5. (en-US) « 1964 Democratic Party Platform | The American Presidency Project », sur www.presidency.ucsb.edu (consulté le )
  6. (en-US) « Mississippi Freedom Democratic Party (MFDP) », sur SNCC Digital Gateway (consulté le )
  7. a b et c (en-US) Rachel B. Reinhard, University of California at Berkeley, « Mississippi Freedom Democratic Party », sur Mississippi Encyclopedia (consulté le )
  8. (en-US) « Lawrence Guyot's Biography », sur The HistoryMakers (consulté le )
  9. (en-US) « Lawrence Guyot », sur SNCC Digital Gateway (consulté le )
  10. (en-US) Kathryn McGaw York, University of Mississippi, « Annie Devine », sur Mississippi Encyclopedia (consulté le )
  11. (en-US) « MFDP summary of events », sur Civil Rights Movement Documents
  12. (en-US) « Mississippi Freedom Democratic Party (MFDP) », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, (consulté le )
  13. (en-US) « SNCC-Events: Mississippi Freedom Democratic Party », sur www.ibiblio.org (consulté le )
  14. (en-US) « The 1964 Democratic National Convention and the Mississippi Freedom Democratic Party – the DLG B » (consulté le )
  15. (en-US) Keisha N. Blain, « 'God Is Not Going to Put It in Your Lap.' What Made Fannie Lou Hamer’s Message on Civil Rights So Radical—And So Enduring », sur Time, Time Magazine, (consulté le )
  16. « Lyndon B. Johnson and Civil Rights », sur prde.upress.virginia.edu (consulté le )
  17. (en-US) Harold F. Bass Jr., « Presidential Party Leadership and Party Reform: Lyndon B. Johnson and the MFDP Controversy », Presidential Studies Quarterly, Vol. 21, No. 1,‎ , p. 85-101 (lire en ligne)
  18. (en-US) Erica Anderson, « Mississippi Freedom Democratic Party • BlackPast », sur BlackPast, (consulté le )
  19. (en-US) David C. Colby, « The Voting Rights Act and Black Registration in Mississippi », Publius, Vol. 16, No. 4,‎ , p. 123-137 (lire en ligne)
  20. (en-US) « 1965 Voting Rights », sur Université de Stanford

Articles connexesModifier

Liens externesModifier