Mission jésuite Sainte-Marie de Bitter Root

Maison pour les religieux chrétiens fondée en 1841 aux États-Unis

Mission jésuite Sainte-Marie de Bitter Root
Image illustrative de l’article Mission jésuite Sainte-Marie de Bitter Root
Présentation
Début de la construction 1841
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Comté Comté de Ravalli
Ville Stevensville
Coordonnées 46° 30′ 29″ nord, 114° 05′ 43″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Montana
(Voir situation sur carte : Montana)
Mission jésuite Sainte-Marie de Bitter Root
Géolocalisation sur la carte : États-Unis
(Voir situation sur carte : États-Unis)
Mission jésuite Sainte-Marie de Bitter Root

La Mission jésuite Sainte-Marie de Bitter Root a été fondée en 1841 par l'un des Jésuites aux États-Unis, le prêtre belge Pierre-Jean De Smet, sur la Bitterroot, un affluent du fleuve Columbia.

Histoire modifier

L'expédition de Lewis et Clark de 1804-1806, qui s'étaient séparés à cet endroit, a montré le chemin aux Jésuites aux Etats-Unis pour remonter le Missouri jusqu'à la vallée de Bitterroot, aux frontières de l'Idaho et du Montana. C'est le pays des indiens Salish, appelés aussi « Têtes-Plates », ou Hopilpo par les trappeurs canadiens. Une douzaine d'Iroquois avaient déjà suivi le même tracé en 1823-1824. Le site est habité par les villages d'indiens Têtes-Plates et la tribu voisine est les Nez-Percés. Entre 1831 et 1839, les Têtes-Plates envoient quatre délégations consécutives à Saint-Louis, pour inviter les « robes noires ». En 1839, en particulier, Pierre Gaucher et Ignace Francis La Mousse, vont à Saint-Louis et obtiennent une réponse positive.

Le père Pierre-Jean De Smet répond à l’appel en . Le , il arrive dans la vallée de Bitterroot, avec les pères Gregory Mengarini et Nicolas Point, et trois autres frères, Charles Huet, Joseph Specht, et William Claessens, pour fonder la première mission des montagnes Rocheuses. Dès son arrivée, le père Pierre-Jean De Smet place une large croix a centre d'un cercle et l'embrasse solennellement.

Le site recevra en 1845 le renfort d'un médecin, Antonio Ravalli, arrivé à Fort Vancouver le , après un voyage de huit mois.

La mission devra cesser ses activités en 1850, en raison des attaques des indiens Blackfoot.

Les pionniers jésuites du secteur modifier

Les principaux accomplissements :

Notes et références modifier

Annexes modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier