Mirville

commune française du département de la Seine-Maritime

Mirville
Mirville
La mairie
Blason de Mirville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Intercommunalité Caux Seine Agglo
Maire
Mandat
Michel Le Ber
2014-2020
Code postal 76210
Code commune 76439
Démographie
Gentilé Mirvillais, Mirvillaises
Population
municipale
335 hab. (2017 en diminution de 0,89 % par rapport à 2012)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 38″ nord, 0° 26′ 35″ est
Altitude Min. 74 m
Max. 147 m
Superficie 5,42 km2
Élections
Départementales Canton de Bolbec
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Mirville
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Mirville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mirville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mirville

Mirville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

GéographieModifier

Communes limitrophes de Mirville
Bréauté Vattetot-sous-Beaumont
 
Beuzeville-la-Grenier Saint-Jean-de-la-Neuville Nointot

LocalisationModifier

L'agglomération est entourée des communes de Beuzeville-la-Grenier, Bernières et Nointot. Elle est située à 2 km au sud-ouest de Vattetot-sous-Beaumont.

Géologie et reliefModifier

Mirville s'étend sur 5,4 km2 à une altitude située de 74 m à 147 m.

Voies de communication et transportsModifier

Tandis que le viaduc ferroviaire de Mirville traverse la commune, la gare la plus proche se trouve à Bréauté à 1,93 km.

ToponymieModifier

Anciennement Milleville au XIIe siècle, le fief figure sous cette appellation sur de nombreuses cartes anciennes comme les cartes de Cassini en 1757, et dans de nombreuses publications, dans une publication britannique [1], on peut lire :“ In 1166 Hugh de Milleville held half a knight’s fee of the new feoffment of the English honor of Giffard. Mirville is c.5 kil N of Bolbec, and occurs as Millevilla in charters of Henry II. In 1140 Adam de Millevilla witnessed a charter of Wakelin du Bec giving land in Normandy to the Gilfard foundation of Longueville priority”.

HistoireModifier

Foulques de Milleville donna en 1079 l'église de Milleville ou Mireville à l'abbaye de Jumièges. Jean de Milleville est cité avec Pierre de Meulent, échanson de Saint Louis, dans une charte de l'an 1260 [2].

Le fief de Milleville en Normandie à cinq kilomêtres au nord-ouest de Bolbec est cité dans différents ouvrages, et existe depuis au moins 1140...

Cette terre à côté de Bolbec est également mentionnée par l’abbé P. Langlois dans un ouvrage [3] où on peut lire : « Une fois monté sur le trône d’Angleterre, Henri II ne mit plus de bornes à ses largesses. De son manoir de Quevilly, dont il fermit le parc en 1661, il envoya au Mont-aux-Malades une charte qui assurait aux lépreux 70 livres, 6 sous, 8 deniers roumésiens de rente sur la Vicomté de Rouen … enfin une terre au pays de Caux, comprise entre Nointot le chemin de Bolbec à Milleville,... ». Une terre également encore citée «… auprès du chemin de Milleville à Bolbec» [3].

Enfin on trouve [4]: « Milleville, en Normandie, diocèse Parlement et Intendance de Rouen, élection de Caudebec, sergenterie de Bolbec. On y compte 3 feux privilégiés et 55 feux taillables. Cette paroisse est au N.O de Caudebec, en pays de grains, de fruits, et de pâturages».

Le fief de Milleville comporte en particulier un moulin qui est également représenté sur les cartes : «Moulin à blé et à foulon dit le Grand Moulin. Un moulin à blé, dépendant du fief de Milleville est attesté du 12e au 18e siècle. Il a été reconstruit après l'incendie de 1765. Il fait l'objet d'un règlement d'eau en l'an XI, exploité alors par le meunier Maintru.» [5].

La famille de Milleville s'est ensuite installée à Boissay (Londinières) entre Dieppe et Neufchâtel-en-Bray où l'on retrouve sa trace de 1450 à 1900. Certains membres de cette famille se sont ensuite installés à différents endroits dans le département de l'Eure, comme à Perriers-sur-Andelle, Lieurey ou Rouen.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 En cours
(au 20 novembre 2014[6])
Michel Le Ber   Agriculteur

Mirville fait partie de la communauté de communes Caux vallée de Seine, de l'arrondissement du Havre et du canton de Bolbec.

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2017, la commune comptait 335 habitants[Note 1], en diminution de 0,89 % par rapport à 2012 (France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
402506413391421372342431427
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
438426405396407388355362350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340329318285288307266253264
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
247211203232287318304329330
2017 - - - - - - - -
335--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (20,7 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,8 % contre 48,4 % au niveau national et 48,1 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 24 %, 15 à 29 ans = 14,4 %, 30 à 44 ans = 19,2 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 18 %) ;
  • 49,2 % de femmes (0 à 14 ans = 20,4 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 17,9 %).
Pyramide des âges à Mirville en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
4,2 
75 à 89 ans
6,2 
13,8 
60 à 74 ans
11,7 
24,6 
45 à 59 ans
24,7 
19,2 
30 à 44 ans
20,4 
14,4 
15 à 29 ans
16,7 
24,0 
0 à 14 ans
20,4 
Pyramide des âges du département de la Seine-Maritime en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,0 
60 à 74 ans
13,2 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,5 
30 à 44 ans
19,5 
20,9 
15 à 29 ans
19,2 
19,9 
0 à 14 ans
17,8 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Quentin de Mirville.
  • Château de Mirville (XVIe – XIXe siècle) où Pierre de Coubertin passa son enfance[13].
  • Motte du XIe siècle. Le tertre qui subsiste mesure 5 mètres de hauteur et 25 mètres de diamètre. Lors des fouilles entreprises sur le site, on a découvert sous les terres rapportées qui constituent la motte, une couche noirâtre épaisse de 5 à 10 centimètres ainsi que des traces de poteaux sur une surface rectangulaire suggérant l'existence d'un bâtiment de bois primitif qui aurait pu être la résidence des premiers sires de Mirville[14].
  • Viaduc de Mirville en brique rouge de 1844[15], [16].

Patrimoine naturelModifier

La commune est proche du parc naturel régional des boucles de la Seine normande.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Mirville se blasonnent ainsi :

Tranché: au 1er d'or au viaduc de gueules, maçonné de sable, mouvant de senestre et de la partition, au 2e d'azur à trois coquilles d'argent rangées en bande ; au chef de gueules chargé d'un léopard d'or.

Création Isabelle Fouache et Denis Joulain. Adopté le 15 décembre 2011.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre de Coubertin (1863-1937), résident au château de Mirville
  • Jules, marquis de Mirville (1802-1873), un des propriétaires historiques du château de Filières
  • Geoffroy Maurice Albert de Navacelle de Coubertin (1918-2015), chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'ordre national du Mérite, croix de guerre 1939-1945, récipiendaire de l'ordre olympique, est inhumé au cimetière[17]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jacques Le Maho, La Motte seigneuriale de Mirville (XIe-XIIe s.) : Recherches historiques et archéologiques, Rouen, Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie, 1984.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. The origine of some Anglo Norman families, The Publications of the Harleian Society, volume 103, publié en 1951.
  2. Laroque, Histoire de la maison d'Harcourt, p. 182.
  3. a et b Histoire du Prieuré de Mont-aux-Malades-lès-Rouen, 1120-1820, publiée en 1850 p. 10 et p. 136.
  4. Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la Gaule et de la France, par l’abbé Expilly, tome Quatrième, publié en 1854, page 751.
  5. Informations partagées sur la commune de Bolbec par les contributeurs de GenCom.com.
  6. « Mirville », sur Cartes de France (consulté le 20 novembre 2014).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. « Évolution et structure de la population à Mirville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 novembre 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de la Seine-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 novembre 2010)
  13. « Le château de Mirville », notice no PA00100754, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. André Bazzana, Guillemine David, Agnès Gonnet, Jean-Michel Poisson, Mottes castrales de Dombes (Ain) - Éléments pour un atlas, Lyon, Direction des Antiquités Historiques Rhône-Alpes, 1986, p. 16.
  15. Mirville sur Structurae.
  16. « Le viaduc de Mirville », notice no IA76000723, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Faire-part de décès de Geoffroy de Navacelle.