Ouvrir le menu principal

Miremont (Haute-Garonne)

commune française du département de la Haute-Garonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miremont.

Miremont
Miremont (Haute-Garonne)
Église Saint Eutrope.
Blason de Miremont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Auterive
Intercommunalité Bassin Auterivain
Maire
Mandat
Serge Baurens
2014-2020
Code postal 31190
Code commune 31345
Démographie
Gentilé Miremontais, Miremontaises
Population
municipale
2 437 hab. (2016 en augmentation de 11,43 % par rapport à 2011)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 16″ nord, 1° 25′ 05″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 291 m
Superficie 22,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Miremont

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Miremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Miremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Miremont
Liens
Site web Site officiel

Miremont est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Miremontais.

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine de Toulouse, située entre les vallées de l'Ariège et de la Lèze, à 14 km au sud-est de Muret.

Communes limitrophesModifier

Miremont est limitrophe de sept autres communes.

 
Carte de la commune de Miremont et de ses proches communes.

HydrographieModifier

La commune est arrosée par l'Ariège et ses affluents le Rieutort, la Lantine et la Mouillonne et ses affluents et sous-affluents (l'Esquers, le Rivet, la Lichonne...).

GéologieModifier

La commune de Miremont est établie dans la plaine de l'Ariège en rive gauche.

La superficie de la commune de est de 2 240 hectares ; son altitude varie de 167 à 291 mètres[2].

TransportsModifier

Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

ClimatModifier

Miremont à un climat tempéré océanique, à influences méditerranéenne et continentale.

Les vents dominants sont, le vent d'ouest (amenant généralement l'humidité de l'océan Atlantique) et le vent d'autan plutôt sec venant de la méditerranée[3].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Miremont appartient à l'arrondissement de Muret et au canton d'Auterive.

Pour l’élection des députés, la commune fait partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne, représentée depuis 2017 par Élisabeth Toutut-Picard (LREM).

IntercommunalitéModifier

Depuis le , la commune appartient à la communauté de communes du Bassin Auterivain Haut-Garonnais. Avant cette date, Miremont faisait partie de la communauté de communes de la vallée de l'Ariège, intercommunalité créée en 1994.

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 1 500 habitants et 2 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de dix neuf[4],[5].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1944 Jean Saint-Gaudens   Ancien officier
1944 1947 Édouard Soulié    
Les données manquantes sont à compléter.
Maire en 1995[6] Daniel Régnier[7]   Ingénieur en chef
Président du SIERGA[8] (1983 → 2012)
en cours Serge Baurens DVG-PCF Retraité
Président de la CC du Bassin Auterivain Haut-Garonnais (2017 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultatsModifier

  • Élection municipale de 2014

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10]. En 2016, la commune comptait 2 437 habitants[Note 1], en augmentation de 11,43 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8271 0061 0361 1761 2481 2271 2521 2501 350
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3851 3861 3231 3231 2651 2211 1571 1751 110
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0801 0591 025935916913878858881
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
8218118661 0781 2171 4451 7762 0862 389
2016 - - - - - - - -
2 437--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 103 98 99 103 102 102 98 93
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

ÉconomieModifier

Une zone industrielle (de Pompignal) et des commerces (boulangerie, épicerie, coiffeurs, bar.

L'agriculture basée sur la culture de céréales (maïs, blé ...) ont encore une place importante mais tendent à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine puisque étant dans son aire urbaine.

Lieux et monumentsModifier

Vie pratiqueModifier

SantéModifier

Maison de santé, centre communal d'action sociale, crèche <<l'Oustalet>>,

EnseignementModifier

Miremont fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune possède une école maternelle et une école élémentaire.

CultureModifier

Médiathèque, centre de loisirs et de nombreuses associations[17], salle polyvalente, festival de rue,

Activités sportivesModifier

Chasse, pétanque, randonnée pédestre, tennis, football, gymnastique, boxe française, judo,

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font par le SMIVOM de la Mouillonne[18].

Sur la commune, il existe une déchèterie (Chemin Loubine), et une station d'épuration.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : De sinople chapé d'argent.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « CAPITOUL, Météorologie de Toulouse », Météo France (consulté le 9 septembre 2007).
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031345.html.
  6. [PDF] Daniel Régnier fait partie des membres fondateurs du district de la Vallée de l'Ariège devenu communauté de communes de la Vallée de l'Ariège. [1]
  7. « Miremont. Le dernier adieu à l'ancien maire », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  8. « Auribail. SIERGA: Hommage à Daniel Régnier », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. http://www.mairiemiremont31.fr/fr/associations
  18. http://www.mairiemiremont31.fr/fr/information/6141/dechetterie-collecte-menagere
  19. (Sources : La littérature française, de la formation de la langue jusqu'à nos jours par le Lt-col. Staaff- 1877).