Miramar (Valence)

commune espagnole

Miramar
Blason de Miramar
Héraldique
Drapeau de Miramar
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Drapeau de la Communauté valencienne Communauté valencienne
Province Drapeau de la province de Valence Province de Valence
Comarque Safor
District judic. Gandia
Maire
Mandat
Asensio Llorca Berto (PSPV-PSOE)
Depuis 1991
Code postal 46711
Démographie
Gentilé Milamarins
Population 2 685 hab. ()
Densité 1 049 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 57′ 00″ nord, 0° 08′ 20″ ouest
Altitude 12 m
Superficie 256 ha = 2,56 km2
Bordée par Méditerranée
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Communauté valencienne
Voir sur la carte administrative de Communauté valencienne
City locator 14.svg
Miramar
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Miramar
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Miramar
Liens
Site web www.ajumiramar.org

Miramar (en valencien et en castillan) est une commune d'Espagne de la province de Valence dans la Communauté valencienne. Elle est située dans la comarque de la Safor et dans la zone à prédominance linguistique valencienne[1].

GéographieModifier

Situé au bord de la mer Méditerranée, le territoire communal de Miramar est plat, formé par des sédiments marins sablonneux du Quaternaire. La côte forme une plage de sable fin d'un kilomètre et demi de long et de 50 m de large. Aucun ruisseau ne la traverse, et aucune proéminence particulière ne se détache. On accède au village par la route, depuis Valence, en prenant la nationale N-332, puis la CV-673.

Localités limitrophesModifier

La commune de Miramar est entouré par les communes suivantes, toutes faisant partie de la province de Valence : Bellreguard, Gandia, Guardamar de la Safor, Palmera et Piles

HistoireModifier

On sait que l'existence de la commune Miramar remonte à la période romaine, grâce à des fouilles qui ont permis de mettre au jour des céramiques et des monnaies romaines (mais aussi d'autres restes archéologiques) dans la partie de l'Alcudia.

Le village est d'origine arabe, et, après la Reconquête chrétienne, il fut donné à Sancho Ximenis. La population mauresque continua d'en être le noyau principal. En 1527, on comptait à Miramar 40 maisons mauresques, alors qu'en 1609 leur nombre était passé à cinquante-six. En 1646, après un demi-siècle d'inoccupation, à la suite de l'expulsion des Maures d'Espagne, le village ne comptait plus que vingt maisons (pour environ 100 habitants). La duchesse de Gandia, María Enríquez, lorsqu'elle fut au pouvoir, à la mort de son mari, chargea son fils Juan Borja, d'agrandir le duché en acquérant des villages aux alentours, dont Miramar faisait partie.

En 1794, le nombre de maisons avait atteint les 105 (pour 500 habitants), un siècle plus tard, en 1897, on en comptait 801.

DémographieModifier

Évolution démographique
1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2005
9659779921 0641 1141 2321 4061 6751 781
2013 - - - - - - - -
2 597--------
Nombre retenu à partir de 1990 : population sans doubles comptes.

ÉconomieModifier

L'économie du village est basée sur l'agriculture et la vente des agrumes. Les milamarins profitent de la fertilité des sols pour mettre en place une culture par irrigation, principalement d'orangers.

Le secteur touristique a connu un décollage fulgurant, ces dernières années grâce notamment à une plage d'excellente qualité. Depuis 2002, en effet, Miramar a reçu le pavillon bleu pour la qualité de sa plage et la propreté des eaux de baignade.

PatrimoineModifier

MonumentsModifier

  • L'église paroissiale, dédiée à Saint André apóstol.

GastronomieModifier

Le repas le plus typique de la municipalité est la bossa de polp, une recette de poulpe étuvé, farci de riz.

Fêtes localesModifier

Miramar célèbre chaque année ses fêtes de moros y cristianos la semaine du premier dimanche du mois d'août. Durant cette fête, tout le monde se déguise en moro (maure) ou en cristiano (chrétien) et parade dans les rues du village. Le dernier jour, une bataille est simulée, et les maures sont rejetés à la mer. Cette fête donne lieu à de très jolis feux d'artifice, spécialité de la région.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier