Ouvrir le menu principal

Ministère de l'Armement et des Liaisons générales

Ministère de l’Armement et des Liaisons générales
- MALG -
Création 1957
Disparition 1962
Siège Nador, Drapeau du Maroc Maroc de facto, Drapeau de l'Algérie Algérie
Activité(s) Renseignement
Direction Abdelhafid Boussouf (Chef)

Le ministère de l’Armement et des Liaisons générales (MALG) était le service de renseignement de l'ALN durant la guerre d'Algérie, organe du Front de libération nationale (FLN), ancêtre de la Sécurité militaire (SM), puis du département du Renseignement et de la Sécurité (DRS).

Sommaire

HistoireModifier

 
Le responsable de toutes ces attributions était le colonel Abdelhafid Boussouf qui était l’un des adjoints de Ben M'hidi au déclenchement de la lutte de libération. En avril 1956, au départ de Larbi Ben M'hidi vers Alger, il commanda la Wilaya V dont les éléments du poste de commandement sont:
1 - Abdelhafid Boussouf
2 - Larbi Ben-M'hidi
3 - Houari Boumediene
4 -Rachid Mosteghanemi

Le MALG, est créé en septembre 1957, sous le nom de ministère des Liaisons générales et des Communications (MLGC), avant de devenir le MALG lorsque, en janvier 1960, Abdelhafid Boussouf — jusque-là responsable du redoutable « Service de renseignement et de liaison » de l'ALN — en prend le commandement. Il en fait une puissante machine policière qui étend sa surveillance à l'ensemble du FLN-ALN à l'extérieur. Hormis les wilayas du centre (le Constantinois, l'Algérois et la Kabylie), plus rien n'échappe désormais à son contrôle.

Soutenant deux stations avancées en Tunisie et au Maroc, le MALG implante en Libye, à Tripoli, une centrale de renseignement, nommée « base Didouche ». Cette base est composée d'une section « Renseignement, documentation et exploitation », dont la tâche est de recueillir, d'analyser et d'exploiter les rapports adressés par les agents opérant dans les pays étrangers et d'une autre, la section « Vigilance », chargée d'assurer la protection — en réalité, la surveillance — des leaders de la Révolution. Dès 1958, les agents du MALG sont admis en URSS pour être formés dans les écoles du KGB. Ils y apprennent « le terrorisme d'appareil [ainsi que] la mise en scène l'organisation des provocations et des complots préventifs pour détruire l'adversaire ». Cette promotion aura pour nom de code « Tapis rouge ».

Le 21 septembre 1958, des membres du MALG avaient tenté de faire sauter le troisième étage de la tour Eiffel où sont notamment installées les antennes de la DST.

Membres du MALGModifier

  • Kantil M'hamed né le 11 octobre 1932 à Relizane et décédé le 08 novembre 2012 à Alger.
  • Idjer Mohammed né le (ND) décédé en 1996 (à confirmer), membre de l'équipe de déchiffrement .
  • Sayad Mohammed Lakhdar né le 02 avril 1938 à Elma Labied (W.Tébéssa), Membre de l'équipe de déchiffrement.
  • Abdelaziz Maoui, né le 10 avril 1929 à Rabat au Maroc et decédé le 26 octobre 2018, fut un membre du MALG.
  • Mustapha Tounsi, né le 27 septembre 1939 à Miliana et décédé le 23 juillet 2018 ,fut un membre du Malg résponsable des transmissions de la Wilaya IV Historique et membre fondateur de l'assocition des anciens du Malg.
  • Boumedjeria sahraoui [meslem] Fut un membre du MALG dvcr Tripoli décédé le 09 avril 2015

OrganisationModifier

 
Membres de la DTN (Direction des Transmissions Nationales) du MALG

Ce sont les anciens services du MLGC devenus des directions au nombre de 5 :

  1. la direction des transmissions nationales et du chiffre (DTN)
  2. la Direction de la Documentation et des Recherches, chargée de la recherche de l'information militaire (DDR)
  3. la direction de la vigilance et du contre-renseignement (DVCR)
  4. la direction des liaisons générales qui constituait le réseau de poste aux armées (DLG)
  5. la direction de la logistique chargée de l'acquisition, du stockage, de l'acheminement des armes, des équipements divers et de l'habillement etc.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier