Ouvrir le menu principal

Mini (automobile)

marque automobile anglaise
(Redirigé depuis Mini (BMW))
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mini.

Mini
logo de Mini (automobile)
Logo de la marque Mini[1]
illustration de Mini (automobile)
Mini One, 1ère generation, Düsseldorf, Allemagne

Création 1969[2]
Dates clés 1994 : Rachat de la marque par BMW
2001 : Lancement du nouveau modèle par le Groupe BMW
Fondateurs Drapeau : Angleterre Alec Issigonis
Forme juridique Filiale
Slogan Be Mini
Siège social Munich, Bavière[3]
Drapeau d'Allemagne Allemagne
Direction Drapeau : Allemagne Bernd Körber (Président)


Drapeau : Allemagne Oliver Heilmer (directeur du design)[4]

Actionnaires Drapeau : Allemagne Groupe BMW
Activité Automobile
Produits Automobiles
Société mère Drapeau : Allemagne Groupe BMW
Sociétés sœurs Rolls-Royce
Site web www.mini.fr
Une Mini 5 portes, sur une route à Dülmen en Allemagne. Octobre 2016.
Une autre Mini 5 portes roulant de nuit sur une route de campagne dans le hameau Börnste de Dülmen en Allemagne

Mini est un constructeur automobile anglais fondé en 1959 par Alec Issigonis et en même temps un modèle d'automobile. Elle est une filiale du groupe allemand BMW depuis 1994 avec Rolls-Royce.

Sous la nouvelle direction, la marque a d'abord commercialisé pendant quelques années la Mini originale, avant de lancer en 2001 un nouveau modèle. BMW a alors choisi d'écrire le nom de la marque en capitales, MINI, pour différencier la série de véhicules produite depuis 2001 de l'ancien modèle. La deuxième génération, conçue sous l'ère BMW, a été lancée fin 2006.

Sommaire

HistoriqueModifier

Article détaillé : Mini (1959-2000).

En 1994, la marque Mini est reprise par BMW, lorsque le groupe munichois prend le contrôle de Rover Cars. BMW a insisté sur le fait que même un modèle compact doit présenter des caractéristiques traditionnelles (comme l’entraînement des roues arrière) pour respecter les normes et l’image de l’entreprise. Mais Mini ne partageait pas ces normes et BMW a vu l'opportunité de créer une voiture compacte à prix compétitif, mais de qualité supérieure.

Le concept ACV30 présenté en janvier 1997 lors du Rallye automobile Monte-Carlo célèbre les 30 ans de la première victoire d'une Mini Cooper. Cet Anniversary Concept Vehicle est l'initiateur de la Mini de seconde génération. Il se présente sous la forme d'un coupé rouge au toit blanc et bandes blanches sur le capot avec les montants noirs laqués, sans pare-chocs mais avec 4 projecteurs additionnels, le tout avec des ailes hypertrophiées. Dessiné comme une stricte 2 places par Adrian van Hooydonk et Frank Stephenson, il est basé sur la MG F et possède ainsi un moteur central et des roues arrière motrices. L'ensemble fait aujourd'hui penser au nouveau coupé Mini de 2009.

En mars 1997, au salon de Genève, la future marque dévoile les concepts Spiritual et Spiritual Twoo, deux études quasi mono-volumes et minimalistes en 3 et 5 portes avec les dimensions et le poids d'origine (700 kg). Elles sont motorisées par un 3-cylindres de 800 cm3 d'environ 65 ch, mais le projet ne plût pas au nouvel acquéreur munichois BMW[5]. Leur présentation coïncide avec la création officielle du projet Mini car BMW voulait une citadine compacte sportive.

Suite à la vente de Rover Cars en 2000, le groupe BMW conserve seulement la marque Mini et les droits de production du nouveau modèle qui sortira l'année suivante,[6] ainsi que l'usine d'Oxford pour sa fabrication[7].

Le , le groupe BMW nomme Trevor Houghton-Berry, ancien directeur des ventes de Rover, à la tête de la marque[8].

Le dessin définitif de la carrosserie a été choisi parmi 15 maquettes grandeur nature, parmi lesquelles cinq provenaient de BMW en Allemagne, cinq autres du centre de design BMW établi en Californie, quatre de Rover, et une dernière d'un studio de design italien. C'est finalement le dessin de Frank Stephenson du bureau de style californien qui est choisi, et par la suite, il faut attendre le Mondial de l'automobile de Paris en septembre 2000 pour que soit dévoilée la Mini Cooper Concept avec ses formes définitives, dans une livrée rouge à toit blanc. Le designer américain Frank Stephenson voulait que la première impression lorsqu'on s'approche de la voiture, soit que l'on se dise que cela ne peut seulement être qu'une Mini[9].

La nouvelle Mini est commercialisée en juillet 2001 et devient immédiatement un succès[10].

À noter que par rapport à la terminologie officielle, la R51 n'a jamais existé.

À noter enfin qu'en septembre 2001 au salon de Francfort, Mini présenta une Mini Hydrogen Concept grise à toit bleu, qui n'entra jamais en production.

En 2013, la gamme Mini comporte sept modèles ou carrosseries différentes :

L'entreprise a fêté la même année le 500 000e exemplaire vendu aux États-Unis où la marque est présente depuis 2002.

Le , le groupe BMW nomme l'ancien patron d'Audi, Peter Schwarzenbauer (de), à la tête de Mini[11].

Une nouvelle série de Mini est lancée en 2014 (MINI 3 portes, 5p). En 2016, la nouvelle Clubman est conçue dans le même style tout en étant plus longue que celle de 2013. Le new cabrio est aussi lancé en 2016. Un nouveau Countryman est lancé en 2017 ainsi que le service personnalisation Mini Yours Customised en décembre.

Le , Le groupe BMW nomme Bernd Körber à la direction de Mini et remplace Peter Schwarzenbauer (de)[12].

Les modèles de productionModifier

Mini II, 1re génération type R50 à R53 (2001-2006)Modifier

Article détaillé : Mini (2001-2006).

Mini III, 2e génération type R55 à R59 (2006-2014)Modifier

Article détaillé : Mini (2006-2014).

Mini Clubman, 2e génération type R55 (depuis 2008)Modifier

Article détaillé : Mini Clubman (2008-).

Mini Countryman, 2e génération type R60 (depuis 2010)Modifier

Article détaillé : Mini Countryman.

Mini Coupé, 2e génération type R58 (depuis 2011)Modifier

Article détaillé : Mini Coupé (2011-).

Mini Roadster, 2e génération type R59 (depuis 2012)Modifier

Article détaillé : Mini Roadster (2012-).

Mini Paceman, 3e génération de type R61 (depuis 2013)Modifier

Article détaillé : Mini Paceman.

Mini IV, 3e génération de type F56 (depuis 2014)Modifier

Article détaillé : Mini (2014-).

AvenirModifier

L'avenir de la marque semble s'orienter dans 3 directions dont l'une est connue (la déclinaison de variantes des modèles existants), les deux autres sont encore à l'état de projet plus ou moins avancé : un scooter électrique qui prendra place dans le garage à côté de la Mini E, et surtout une Mini réellement compacte dont la définition technique reste à définir.

Mini Scooter E Concept (2010)Modifier

Mini a présenté trois déclinaisons de son Scooter E Concept lors du Mondial de l'automobile de Paris en 2010.

Mélangeant les lignes rétro et les rappels des codes stylistiques de la marque (ainsi que leurs possibilités de personnalisation), cette étude a pour objectif selon les dires de la marque, de proposer « la joie d'une mobilité sans émission de CO2 ».

Équipé dans sa roue arrière d'un moteur électrique d'une puissance équivalente à un 50 cm3, il est alimenté par une batterie Lithium-ion et se recharge sur une prise électrique standard avec son câble intégré qui s'enroule automatiquement à la façon d'un aspirateur. Pas de clé de contact mais un iPhone permettant d'accéder au service Mini Connected.

Sur le stand, le scooter était présenté en jaune typé sport pour une conduite en solo, en vert avec des finitions haut-de-gamme, et en blanc plus typé confort pour une conduite en duo.

Mini Rocketman Concept (2011)Modifier

Mini Rocketman Concept (2011)
 
Mini Rocketman Concept au salon
de Genève 2011 (Suisse)

Marque Mini
Classe Concept car
Dimensions
Longueur 3419 mm

Dévoilé en Suisse au salon de Genève de 2011, ce concept car préfigure la nouvelle Mini avec ses dimensions réduites (seulement 3,42 m) et son architecture intérieure 3+1 sièges, qui la mettraient en concurrence avec des véhicules tels que l'iQ du constructeur japonais Toyota et la Fortwo de Smart.

L'intérieur de ce concept car est à la fois minimaliste et high tech, avec ses sièges individuels en alcantara de couleur crème (en cuir gris perforé au niveau des épaules) et son aménagement carbone omniprésent. La luminosité dans l'habitacle est assurée par un toit vitré en forme d'étoile (le jour) et par un éclairage d'ambiance variant du bleu au jaune ou au rouge (la nuit).

BMW n'indique pas les motorisations, se contentant d'annoncer un moteur thermique consommant moins de 3l/100.

Les complexes systèmes d'ouverture des portes et du coffre typiques d'une étude de salon, ainsi que les excroissances formées par les feux arrière en forme de poignées, ne devraient pas se retrouver sur le modèle de série qui pourrait être commercialisé vers 2014.

La mise en production de cette Mini compacte reste incertaine en ce sens qu'elle impliquerait la mise en chantier d'une nouvelle plate-forme. Or, en janvier 2012, un porte-parole du groupe bavarois annonce dans le magazine Automotive News Europe : « elle devrait être basée sur une plate-forme distincte, qui n'est pas à notre portée actuellement ». La maison mère redoute également des marges trop basses sur un marché de la mini citadine qui n'a pas le vent en poupe. La question de son éventuelle commercialisation reste donc en suspens, mais les photos espions dévoilées par la presse spécialisée au début 2012, montrant le prototype d'une nouvelle Mini IV nettement plus grande (pour cause de plateforme commune avec la remplaçante de la BMW série 1), permettent de supposer que le projet ira à son terme.

Mini (2016)Modifier

Mini Electric ConceptModifier

Mini présente au Salon de Francfort 2017 un concept-car électrique qui préfigure la future Mini 100 % électrique pour 2019. Sa puissance affiche 170 ch pour une autonomie de 300 km et une vitesse de 150 km/h. La signature lumineuse des phares se forme en "E" et les feux arrière le symbole du drapeau de l'Angleterre[13].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier