Ouvrir le menu principal

Mine d'or de Salsigne

Mine d'or de Salsigne
Puits Castan.JPG
Puits Castan à Villanière
Ouverture
Fermeture
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Mining symbol.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Mining symbol.svg
Localisation sur la carte de l’Aude
voir sur la carte de l’Aude
Mining symbol.svg

La mine d'or de Salsigne est une ancienne mine d'or fermée en 2004 qui se situe sur les communes de Salsigne et de Villanière à 15 km au nord de Carcassonne dans le massif de la Montagne Noire, dans le département de l'Aude et la région Occitanie. Elle a été la plus importante mine d'or d'Europe Occidentale et la dernière de France métropolitaine. Elle est marquée par un siècle de pollution par l'arsenic et à ce jour, il s'agit du site le plus pollué de France.

HistoriqueModifier

L'or fut découvert en 1892 par Louis Marius Esparseil. La mine a produit 120 tonnes d’or entre son ouverture en 1892 et sa fermeture en 2004. La mine a été exploitée successivement par la SMPCS (Société des Mines et Produits Chimiques de Salsigne), le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) via sa filiale COFRAMINES et la MOS (Mine d'Or de Salsigne)[1].

Salsigne fut autrefois le premier producteur mondial d'arsenic, présent naturellement dans le sol et dans le minerai. Le minerai était trié à la main par des hommes et des femmes au début de l'exploitation.

Entre 1910 et 1912, le minerai est extrait par une usine de traitement par hydrométallurgie, puis par pyrométallurgie par cyanuration, sur le site de la Combe du Saut construit près de l'Orbiel entre Lastours et Conques-sur-Orbiel[2].

En 1950, alors que l'Algérie était une colonie française, beaucoup d’Algériens originaires de Semaoun, dans la sous-préfecture d'Amizour du Département de Béjaïa, sont venus travailler dans les mines de Salsigne. Après la guerre d'Algérie, en 1962, de nombreux travailleurs algériens sont à nouveau embauchés[3].

En 1991, la MOS (mine d'or de Salsigne) est rachetée par un groupe australien. De 1999 à 2006, l'ADEME de Languedoc-Roussillon procède à la réhabilitation du site industriel de la Combe du Saut en raison de la pollution du sol par l'arsenic et par d'autres métaux lourds. Depuis, les bâtiments du site de la Combe du Saut ont été détruits puis enterrés et confinés dans deux stockages différents, sauf la station de traitement des eaux qui est conservée[4],[5]. Le site a fait l'objet d'un projet de réhabilitation[6].

L'accès à la descenderie du puits Castan de Villanière a été bouché et fermé, mais le chevalement a été conservé ; la mine à ciel ouvert (MCO) de Villanière et Salsigne est conservée mais l'accès à la descenderie a été bouché et fermé.

Pollution de la vallée de l'OrbielModifier

La vallée de l'Orbiel est durablement polluée par l'activité de la mine d'or de Salsigne, et notamment par l'arsenic, élément chimique toxique, dangereux pour l'environnement et cancérogène. Le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) chargé de la dépollution du site a chiffré à 3 tonnes d’arsenic charriées annuellement par l’Orbiel, tandis qu'une étude à l'initiative des riverains de la mine estime la quantité d'arsenic charriée chaque année à 8 tonnes et non 3[7].

En 2011, soit 7 ans après la fermeture de la mine, la pollution à l'arsenic persiste dans la vallée de l'Orbiel. La préfecture de l'Aude a élaboré un arrêté interdisant la mise sur le marché de légumes produits dans cette vallée[8]

En 2013, l'association de défense des riverains de Salsigne et de Terres d'Orbiel a découvert un béal d'arrosage coloré d'orange qui pourrait être des déchets miniers en décomposition[9].

Durant les inondations du , les torrents pollués de l'Orbiel ont envahi les terres et jardins des riverains. Une analyse de sédiments, prélevés le , a montré des concentrations très élevées d'arsenic[10] : jusqu'à plus de 3% à moins de 10 km en amont de Conques-sur-Orbiel[11]. En été 2019, les tests menés par Agence régionale de santé d’Occitanie concluent que des dizaines d'enfants vivant dans la vallée de l'Orbiel présentent des taux d'arsenic supérieurs aux normes admises[12]. Des parents demandent la fermeture de l’école élémentaire de Conques-sur-Orbiel[12].

TémoignageModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Philippe Clère raconte : C'est un des ancêtres de la famille Clère qui a su l'exploiter. Pour anecdote, il était ingénieur et spécialiste des minéraux. Il a laissé femme et enfants à Rouen pour se rendre près de cette rivière proche de Carcassonne. Il a été enterré dans un petit cimetière où sa tombe est encore visible. La mine a été cotée en bourse durant de nombreuses années et a employé beaucoup de personnes. Ce sont les frères Larbanet (probablement peu après la Seconde Guerre mondiale) qui ont été chargés par le directeur des mines d'or de rehausser les cheminées afin de moins polluer. D'autre part, les vignerons de l'époque s’étaient plaints de la pollution qu’occasionnaient les fumées et l’arsenic liés à l'exploitation des mines d'or.

FilmographieModifier

Films sur la mine d'or de Salsigne par Catherine Pozzo Di Borgo :

  • Les Vaches bleues (1989, 1991)
  • Tout l'or de la Montagne Noire (2002)

Liens externesModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier