Mikhail Prichvine

écrivain russe
(Redirigé depuis Mikhaïl Prichvine)

Mikhaïl Mikhaïlovitch Prichvine (russe : Михаи́л Миха́йлович При́швин), né le 4 février 1873 ( dans le calendrier grégorien) à Krouchtchevo et mort le à Moscou, est un écrivain russe et soviétique[1].

Mikhail Prichvine
Description de cette image, également commentée ci-après
Timbre russe consacré à Mikhaïl Prishvin
Naissance 4 février 1873 ( dans le calendrier grégorien)
Krouchtchevo, Gouvernement d'Orel, Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès (à 80 ans)
Moscou, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Russe
Genres

Œuvres principales

Au pays des oiseaux sans peur

BiographieModifier

Mikhaïl Prichvine est né dans le manoir de la famille de Krouchtchevo dans le Gouvernement d'Orel (actuellement dans le district de Stanovlyansky), dans l'oblast de Lipetsk) dans la famille d'un commerçant. De 1893 à 1897, il étudie à l'Institut de technologie de Riga et il est une fois arrêté pour son implication avec les cercles marxistes. En 1902, Prichvine est diplômé de l'Université de Leipzig avec un diplôme en agronomie. Au cours de la Première Guerre mondiale, il travaille comme journaliste militaire. Après la guerre, Prichvine est employé en tant que publiciste, puis comme professeur rural. Il commence à écrire pour des magazines, en 1898, mais sa première histoire courte, Sachok, a été publiée en 1906. Il publie dans la revue Oktyabr. Les œuvres de Prichvine sont pleines de poésie, d'une exceptionnelle finesse de l'observation, et de descriptions de la nature. Plusieurs de ses œuvres ont été traduites en plusieurs langues et sont devenues une partie du patrimoine de la littérature pour enfants de l'Union Soviétique.

Mikhaïl Prichvine tient également un journal intime tout au long de sa vie, c'est-à-dire entre 1905 et 1954, dont les dernières notes ont été rédigées la veille de sa mort[2]. À l'exception du volume Mamontov écrit en 1919, et disparu du vivant de son auteur, l'intégralité de cette œuvre a été conservée pour être publiée en 1991-2014.

Mikhail Prichvine est enterré au cimetière de la Présentation. Iouri Kazakov lui dédie sa nouvelle de 1957 Arcturus, chien courant.

Prix et distinctionsModifier

Mikhaïl Prichvine a été décoré de deux ordres et a reçu diverses médailles, dont :

Sélection d'œuvresModifier

  • Le Cellier du soleil avec Le miel polaire, Le maître de la forêt et Vassia Vessiolkine de Mikhaïl Prichvine (Éditions du Progrès). Traduit du russe par I. Kotomkina, 1re et 3e nouvelles, par T. Bodko pour les deux autres.
  • Au pays des oiseaux sans peur (В краю непуганых птиц, 1907)[3]
  • En suivant la galette enchantée (За волшебным колобком, 1908)[3]
  • Sous les murs de la ville invisible (У стен града невидимого, 1909) - sélection d'œuvres[3]
  • Чёрный араб (1910)
  • Славны бубны (1913)
  • Башмаки (1923)
  • Sources de Berendeï (Родники Берендея, 1925-1926) - Augmenté et publié / Calendrier de la nature (Календарь природы, 1935)[4]
  • Ginseng, la racine de vie, suivi du Calendrier de la nature. Récits d'un chasseur (Женьшень, 1933). Traduit du russe par G. Welter. Paris, Payot, 1946, 304 pages.
  • Фацелия (1940)
  • Gouttes de la Forêt (Лесная капель, 1943) - sélection d'œuvres
  • Кладовая Солнца (1945) (Le Cellier du soleil)
  • La chaîne de Kachtcheï (Кащеева цепь, 1923-1954; publié en 1960)[3]
  • Осударева дорога (1957)
  • Корабельная чаща (1954)

Notes et référencesModifier

  1. (en)Victor Terras, Handbook of Russian Literature, Yale University Press, (ISBN 9780300048681, lire en ligne), p. 352-353
  2. (en)Irina Paperno, Stories of the Soviet Experience: Memoirs, Diaries, Dreams, Cornell University Press, (ISBN 9780801457876, lire en ligne), p. 173
  3. a b c et d « Mikhaïl Mikhaïlovitch Prichvine », sur larousse.fr (consulté le ).
  4. Centre d'information Russie http://russia-ic.com/people/general/p/294; et Mikhail Prichvine, de la Nature du Journal.
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mikhail Prishvin » (voir la liste des auteurs).

Liens externesModifier