Ouvrir le menu principal

Mikhail Alekseïev

général d'infanterie russe
(Redirigé depuis Mikhaïl Alekseïev)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alekseïev.

Mikhaïl Vassilievitch Alekseïev
Михаилъ Васильевичъ Алексѣевъ
Mikhail Alekseïev
Le général Alexeïeff en couverture du journal Le Miroir.

Naissance 3 novembre 1857 ( dans le calendrier grégorien)
Tver
Décès 25 septembre 1918 ( dans le calendrier grégorien) (à 60 ans)
Ekaterinodar
Origine Drapeau de la Russie Russe
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Drapeau de la Russie Armées blanches
Arme Infanterie
Grade Imperial Russian Army GenBranch 1917 h.png Général d’infanterie
Années de service 1876-1918
Commandement 13e corps d’armée
Stavka
Conflits guerre russo-turque de 1877-1878
Guerre russo-japonaise
Première Guerre mondiale
Guerre civile russe
Distinctions Ordre de St-Georges IVe classe Ordre de Saint-Georges
Ordre de Saint-Vladimir IIe classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Sainte-Anne Ie classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Saint-Stanislas Ie classe Ordre de Saint-Stanislas
Médaille de la première campagne du Kouban Médaille de la première campagne du Kouban
Legion Honneur GC ribbon.svg Grand-croix Ordre national de la Légion d'honneur
Autres fonctions professeur d’histoire militaire à l’Académie militaire Nicolas

Mikhaïl Vassilievitch Alekseïev ou Alexeïev[1] (en russe : Михаил Васильевич Алексеев), né le 3 novembre 1857 ( dans le calendrier grégorien) dans le gouvernement de Tver (Russie) et mort le 25 septembre 1918 ( dans le calendrier grégorien) à Ekaterinodar (Russie), est un militaire russe. Il fut officier avant et pendant la Première Guerre mondiale et l’un des chefs des armées blanches anti-bolchéviques durant la guerre civile russe de 1917 à 1918.

Sommaire

BiographieModifier

Son père, Vassili Alekseïev, était capitaine au 64e régiment de Kazan. S’engageant aussi dans la carrière militaire, Mikhaïl Alekseïev est diplômé de l’école d’infanterie de Moscou, en 1876, et il est affecté au 64e régiment de Kazan. Il participe à la guerre contre la Turquie en 1877 pendant laquelle il est blessé lors de combats près de Pleven. Il entre à l’Académie militaire Nicolas d’état-major en 1890 puis sert à l'état-major du 1er corps d'armée stationné à Saint-Pétersbourg ; il sert comme professeur d’histoire militaire à l’Académie militaire Nicolas[2] de 1898 à 1904.

Pendant la guerre russo-japonaise, Alekseïev est nommé général d’état-major de la 3e armée mandchoue en octobre 1904. Pendant cette guerre, il reçoit une épée d’or, l’ordre de Saint-Stanislas, et l’ordre de Sainte-Anne. Après la guerre, il est nommé au quartier général suprême, tout en conservant sa fonction de professeur à l’académie.

En 1908, il est nommé chef d'état-major de la zone militaire de Kiev et en 1912, commandant du 13e corps d’armée.

Première Guerre mondialeModifier

Au début, il devient chef d'état-major du groupe sud-ouest (regroupant la troisième, la cinquième et la huitième armée) à partir d’. Il fait partie des officiers qui lancent l’offensive russe en Galicie. Il est nommé chef d’État-major général de la Stavka en . En cette qualité, il supervise en 1916 l’envoi du corps expéditionnaire russe en France.

Il est membre de la franc-maçonnerie, dans une loge militaire, jusqu'en 1917[3].

Révolution de Modifier

Pendant la révolution, Alekseïev use de son influence auprès des autres commandants en chefs[4] pour convaincre le tsar d’abdiquer en et de sauver ainsi la monarchie. Alekseïev conserve son poste de commandant en chef et, par la suite, de conseiller du gouvernement provisoire.

Après la révolution d'Octobre, il est l’un des fondateurs des organismes contre-révolutionnaires appelant à combattre les bolchéviks et les Allemands.

Alekseïev meurt d’un problème cardiaque à Ekaterinodar. Il est d'abord enterré dans la crypte de la cathédrale, mais son corps est récupéré plus tard par sa famille et il est enterré une deuxième fois à Belgrade, en Yougoslavie.

HommagesModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Après sa mort, son nom est donné à une unité de volontaires qu’il avait formé en et qui devint la division du général Alekseïev.

En Sibérie un régiment de hussards de l’ataman Doutov porta en son souvenir le nom du général Alekseïev.

En , le cuirassé rouge Volia, l’ancien Empereur Alexandre III, est rebaptisé Général Alekseïev en son honneur. Appartenant à l’escadre russe, ce bâtiment termine sa carrière à Bizerte.

En , le train blindé léger Sevastopolets no  3 est renommé Général Alekseïev. Commandé par le colonel Chamov, il sera détruit le lors de la retraite des troupes blanches de Tauride septentrionale.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Orthographié dans la plupart des ouvrages historiques en langue française en Alexéiev, Alexeieff ou Alexeïev
  2. Nommée ainsi en mémoire du tsar Nicolas Ier de Russie
  3. Nina Berberova, Les Francs-maçons russes du XXe siècle, Actes Sud, Arles, 1990,p. 106.
  4. Dominique Venner, Les Blancs et les Rouges, Histoire de la guerre civile russe, Éditions Pygmalion, 1997 p. 63

Liens externesModifier