MicroPeP Technologies

MicroPeP Technologies
Création 5 avril 2016
Fondateurs Thomas Laurent, Jean-Philippe Combier, Dominique Lauressergues
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Ramonville-Saint-Agne
Drapeau de France France
Direction Thomas Laurent
Activité Recherche-développement en biotechnologie
Effectif 3 à 5 salariés en 2019
SIREN 819 588 427
Site web https://www.micro-pep.com/

Chiffre d'affaires 25 000 € en 2018
Résultat net -676 000 € en 2018 (perte)[1]

MicroPeP Technologies est une jeune pousse disruptive qui développe des biostimulants et bioherbicides, contenant des peptides naturels, comme alternative aux pesticides et intrants chimiques[2],[3],[4].

La société est née de recherche sur les microARNs effectuées au sein du groupe « Symbiose Mycorhizienne et Signalisation Cellulaire » du laboratoire LRSV (dépendant de l'université Toulouse-III-Paul-Sabatier et du CNRS)[3],[5].

Récipiendaire de plusieurs prix, tels que le Mondial de l’innovation 2016 ou le Concours i-Lab 2017, MicroPeP vise une commercialisation de ses produits en 2025[6].

TechnologieModifier

La start-up a développé des biostimulants et des herbicides naturels à l'aide de micro-peptides, des acides aminés. Ces derniers sont des protéines naturelles qui permettent de réguler de façon temporaire l'expression des gènes ciblés, pour des espèces elles-aussi ciblées. Il est ainsi possible d'accélérer ou au contraire de ralentir la croissance des plantes, ou encore de renforcer leur système immunitaire. À noter qu'à la différence des OGM, aucune modification de l'ADN n'est nécessaire[4],[7],[8],[9],[10]. Sa technologie est protégée par une quinzaine de brevets[11].

HistoireModifier

En 2012, Jean-Philippe Combier découvre que des micro-peptides permettent d'améliorer et contrôler le métabolisme des plantes[4].

Entre 2013 et 2015, la SATT de Toulouse investit 500 000 euros dans la technologie.

En 2016, Thomas Laurent, Jean-Philippe Combier et Dominique Lauressergues fondent Micropep Technologies.

En 2018, Micropep lève quatre millions d'euros auprès de Sofinnova Partners et d'Irdi Soridec Gestion[7],[12].

Notes et référencesModifier

  1. https://www.societe.com/societe/micropep-technologies-819588427.html
  2. « Micropep Technologies invente le traitement naturel des plantes », sur Les Echos, (consulté le )
  3. a et b Aurélie Barbaux, « 12 start-up de rupture nées des SATT à ne pas rater », Industrie Techno,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. a b et c Julie Rimbert, « La start-up toulousaine Micropep invente les herbicides bio », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  5. Hénin Frédéric, « Les micro-peptides, nouveaux leviers pour booster la croissance des plantes », sur Wikiagri.fr, (consulté le )
  6. Fleur Olagnier, « Quand la technologie rend l'agriculture plus naturelle », sur Le Journal des Entreprises, (consulté le )
  7. a et b Vanessa Vertus, « Micropep Technologies, la startup qui veut devenir un géant des biotechnologies », sur toulouse.latribune.fr, La Tribune, (consulté le )
  8. « Micropep Technologies : Thomas Laurent, un entrepreneur de la Génération Deeptech | Bpifrance servir l'avenir », sur bpifrance.fr (consulté le )
  9. (en-US) Alexander Burik, « French Biotech Uses Natural Peptides to Boost Plant Growth and Immunity », sur Labiotech.eu, (consulté le )
  10. Eric Meunier, « Micropep : OGM ou pas OGM ? », sur Inf'OGM, (consulté le )
  11. Nathalie Villard, « Agriculture et alimentation : les inventions françaises qui vont étonner le monde », sur Capital.fr, (consulté le )
  12. (en) « Micropep Technologies Establishes Its First Board of Directors and Appoints Kevin P. Smith as Non-Executive Chairman », sur businesswire.com, (consulté le )