Ouvrir le menu principal

Michel de Maule

maison d'édition parisienne

Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1987
Dates clés 03-06-1993 immatriculation de la société
Fondée par Thierry de La Croix
Fiche d’identité
Forme juridique Société par actions simplifiée

SIREN 391 357 639

Siège social Paris (France)
Dirigée par Thierry de La Croix
Collections Territoires du Septentrion
Études historiques
Langues de publication Français
Diffuseurs CDE
Site web http://www.micheldemaule.com/
Données financières
Chiffre d'affaires 160 300 € en 2017

Les Éditions Michel de Maule TUM sont une maison d'édition française fondée en 1987 par Thierry de La Croix[1],[2]

HistoriqueModifier

Cette maison d’édition générale a publié des écrivains alors espoirs de la littérature (Franck Balandier, René de Ceccaty, Gilles Leroy prix Goncourt 2007), avant d'entreprendre la publication de traductions d’historiens étrangers regardant la France dans des collections telles que Territoires du Septentrion où publient des universitaires de renom tels Marianne Molander-Beyer : Les Lettres du comte de Creutz, ambassadeur de Suède à la cour de Louis XV et Louis XVI (2006) ; Gunnar von Proschwitz : Les Lettres de combat de Beaumarchais, dans une édition savante établie par ce professeur émérite à l’Université de Göteborg spécialiste du XVIIIe siècle français (2005) ; Denise Bernard-Folliot traduit la biographie du Maréchal Mannerheim, maréchal de Finlande (1998). Svea et Marianne, le très remarqué Dictionnaire des relations franco-suédoise de Guy de Faramond (2007) ou encore la collection Études historiques dirigée par Yves Lemoine qui y publie en 2000 La Grande Robe, le Mariage et l’Argent.

Le catalogue contient des auteurs très variés, tel Jean-Emmanuel Ducoin, rédacteur en chef de L'Humanité, pour un recueil de chroniques (Notes d’humanité(s)) en 2007, ou pour son livre Tour de France, une belle histoire, en 2008, et l’archiduchesse Catharina de Habsbourg, qui publie en 2006 Ces Autrichiennes nées pour régner.

Son éclectisme ne doit pas cacher des fidélités à l’école française de philosophie des années 1980, publiant dès 1988 un livre phare écrit par deux jeunes philosophes promis à un bel avenir : Éric Alliez, Senior Fellow à l’Université de Londres, et Isabelle Stengers, professeur à l’Université libre de Bruxelles : Contre-temps, les pouvoirs de l’argent.

Le catalogueModifier

Sources et référencesModifier

Liens externesModifier